Le Benin un havre de paix particulier en Afrique de l’Ouest De bats n 15

Le Benin un havre de paix particulier en Afrique de l’Ouest De bats n 15

tactique, il demeure tout de même un mécanisme qui permet ? divers groupes de tendances opposées de vivre ensemble dans une même structure sociale et politique. Selon le principe du compromis, il est insensé d’arborer des prétentions intransigeantes et pratiquement intégristes.

La démocratie authentique requiert qu’aucun des partenaires n’ait de prétention irréductible et que chacune doive absolument consentir à prendre sa part de concessions sans or 11 tomber dans la facilit e Sni* to Cela suppose enfin I pouvoir démocratique se for base de bonne gestion du ociations sur la dispositions à la sincérité, à la raison, à l’attention morale vls-à-vis de ce qui devrait légitimement revenir au partenaire. Vivre ensemble avec nos différences culturelles, ethniques, religieuses, idéologiques !

Vivre ensemble malgré tout ce qui, dans notre histoire, nous éloigne les uns des autres, est une nécessité qui s’impose comme une urgence à cause de tout ce qui nous rend dépendants les uns des autres. Mais apprendre à vivre ensemble, malgré ce qui nous sépare, cela ne se règle pas par décret ni avec de beaux principes ! Cest un long un véritable dialogue démocratique à travers sa conférence des forces Vives de la nation et à travers une alternance politique réussie sans

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
heurts.

Ce qui n’a pas été le cas pour certains pays africains dans lesquels l’ONU a dû jouer un rôle important de « prévention des conflits et de maintien de la paix Le rôle de la presse en Afrique Occidentale est aussi traité dans ce numéro ; en tant qu’expression du dialogue sociétal, la presse a un rôle de premier plan dans la réalisation de la cohésion sociale. Ce numéro 15 revient sur la controverse autour de la déclaration évêques africains et malgaches à Gorée sur le problème de l’esclavage, une question qui trouble beaucoup la conscience, non seulement des Africains, mais aussi celle de l’humanité entière.

Ceci montre l’urgence à éduquer la conscience humaine, entreprise difficile mais incontournable. Des pistes de réflexion sont proposées dans ce numéro. Arsène Brice BADO 2 Le Bénin, un havre de paix particulier en Afrique de POuest Situé sur le Golfe de Guinée, le Bénin est un pays de l’Afrique de l’Ouest, ordé au sud par la côte Atlantique sur 126 kilomètres et limité au nord par le Burkina Faso et le Niger, à l’ouest par le Togo et à l’est par le Nigeria.

Ce pays, grand seulement de s’étire de la côte PAGF 11 pluviométrie qui varie entre 1200 mm au Sud et 820 mm au Nord. La température moyenne mensuelle est comprise entre 200C et 340C, ce qui est relativement moins chaud que dans les autres pays de la sous-région. Plus que par ses aspects physiques et climatiques, le Bénin est davantage connu par son histoire et par sa vie socioculturelle et politique.

De la Côte des Esclaves au Dahomey et à la République du Bénin Dès le XVe siècle le Bénin était connu, car à cette époque déjà, les côtes béninoises étaient fréquentées par des navires européens. Les Anglais y étaient présents et y avaient construit en 1650 un fort à Ouidah ; en 1664, les premiers missionnaires Capucins s’installaient au même endroit. En 1704, les Français y construisirent un port ; puis en 1752, c’était au tour des Portugais de fonder un comptoir qu’ils appelèrent « porto- Novo c’est-àdire nouvelle Porto (Porto étant un port du Nord u Portugal).

La fréquentation des côtes béninoises à la fois par des Portugais, des Anglais, des Hollandais et des Français s’explique par le commerce florissant dans les royaumes qui occupaient alors ces territoires. A leurs débuts les relations commerciales concernaient des échanges d’armes, d’étoffes et d’ustensiles divers contre de l’ébène, des épices et de l’ivoire puis, peu à peu, elles vont concerner essentiellement les esclaves. Les côtes béninoises deviennent PAGF30F11 appelées « La Côte des Esclaves D.

CAO. , no 15 -mai 2004 ? Censemble des possessions françaises de la côte occidentale d’Afrique, situées sur la Côte des Esclaves, entre la colonie anglaise de Lagos à l’Est et le Togo allemand à l’Ouest, prend la dénomination de « Dahomey et dépendances » Ainsi devenue colonie française, le Dahomey intégra l’AOF (Afrique Occidentale Française) en octobre 1904. Il a connu la même organisation et le même cheminement que les autres pays de l’AOF vers l’indépendance ? laquelle il accéda le 1er août 1960.

Mais l’accession ? l’indépendance n’ouvrait as pour le Dahomey une ère politique paisible ; au contraire, ce furent plusieurs décennies agitées pendant lesquelles des régimes civils fondés sur des partis uniques succéderont à des régimes militaires. De novembre 1960 à octobre 1963, Hubert Maga préside à la destinée du Dahomey. Son régime était un régime présidentiel, s’appuyant sur un parti unique, le Parti Dahoméen de l’Unité (PDU) dont les principales personnalités étaient, outre le Président lui-même, Sourou Migan Apithy, Emile Derlin Zinsou, Albert Tévoédiré e 11 premier président est