l’avare

l’avare

Le pouvoir de l’argent dans L’Avare D’abord, Molière dénonce le pouvoir de Hargent dans la pièce intitulée L’avare. pour dénoncer ce pouvoir omniprésent dans sa société, il utilise plusieurs procédés. Premièrement, il nous présente un personnage, Harpagon, pour qui la richesse monétaire est primordiale. Harpagon est dévot, non pas à la religion, mais à l’argent. On remarque cette dévotion obsessive à plusieurs reprises dans le texte. D’abord, on se rend compte qu’Harpagon n’a que cinq domestiques. Or, ? l’époque, un bourgeois de haut rang et riche comme Harpagon vait généralement dix domestiques.

Certains domestiques d’Harpagon doivent donc exercer deux rôles. Cette coupure de personnel lui permet en 1668, année ou M des maîtres de mais tellement avare qu’il serviteurs. En effet, « S. wp next page d’argent. De plus, ait la responsabilité arpagon est argent pour ses é le pourpoint taché et le haut-de-chausse troué de ses laquais nouveau signe d’avarice extrême. L’avarice extrême d’Harpagon ne se fait pas seulement sentir ? travers ses domestiques, elle est aussi omniprésente dans son comportement.

Effectivement, Harpagon nous démontre son attachement à l’argent lorsqu’il se fait voler sa casette qui était cachée dans son jardin et comprenant 10 000 écus (30 000 livres). Cette

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
somme correspondait à 400 000 franc en 1980. B Sv. ‘ipe to Bien que cette somme soit pharamineuse, elle ne représente qu’une infime partie de la richesse d’Harpagon qui est excessivement riche. En effet, « dans la moyenne bourgeoisie, le budget familial – largement calculé – atteignait 12 000 livres par an [1] ».

Cela veut donc dire qu’Harpagon avait deux fois plus ‘argent dans son jardin qu’il n’en faut pour vivre pendant un an. Lorsqu’il apprend qu’il s’est fait dérober son argent, il menace de pendre la ville entière. C’est à ce moment de la pièce qu’Harpagon semble perdre le contrôle. Il accuse tout le monde, y compris son propre fils. pour ce personnage, l’argent passe avant la famille. Harpagon le démontre très bien lorsque son fils vient lui emprunter de l’argent. Harpagon accepte de lui prêter à un taux d’intérêts de soit cinq fois plus que le taux légal fixé par le roi. ? Le taux légal d’intérêt (dernier du roi, fixé en 1 665) ?tait de [2] » Harpagon nous démontre encore sa dévotion ? l’argent lorsqu’il menace Cléante de le déshériter. En effet, cette réplique semble être, aux yeux d’Harpagon, la menace ultime. Selon Harpagon, la pire atrocité qui puisse arriver à un homme est d’être déshériter. Pour dénoncer le pouvoir de l’argent dans sa société, Molière a créé Harpagon, un personnage excessivement avaricieux. Molière utilisera plusieurs procédés pour dénoncer l’avarice extrême d’Harpagon. Il nous présentera un personnage laid et violent et le tournera à la dérision . 2