L’agonie de l’enfant

L’agonie de l’enfant

Id? e g? n? rale : L’agonie de l’enfant Plan commentaire suivi – ? justement l’enfant? ressemblait d? j? ? la mort ? : les sympt? mes de la maladie – ? quand le flot? une pose de crucifi? grotesque ? : le calvaire de l’enfant Fiche technique – Comparaison ? comme mordu ? l’estomac ? donne une id? e des manifestations de la peste. – Intensit? des convulsions dont rendent compte la m? taphore ? creus? ? et la r? p? tition du verbe ? plier ?. – ? fr? le carcasse : m? taphore traduisant le d? ? rissement de l’enfant sous l’effet de la maladie dont la gravit? est rendue par la personnification ? vent furieux ? , mais aussi par la m? taphore qui l’assimile ? une ? bourrasque ?. – Irruption du pass? simple : ? il se d? tendit un peu ? qui laisse deviner la soudainet? de l’apaisement. – Toutefois le verbe ? sembler ? montre que l’apaisement n’est que momentan? , illusoire. – L’expression ? gr? ve humide et emprisonn? e ? trahit les m? faits de la peste. – Derni? e comparaison montrant la gravit? de l’? tat de l’enfant : ?

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
o? le repos ressemblait d? j? ? la mort ? – La m? taphore ? flot br? lant ? renseigne sur l’intensit? de la maladie. – ? L’enfant se recroquevilla, recula au fond du lit dans l’? pouvante de la flamme qui le br? lait et agita follement la t? te?. ? : juxtaposition de propositions, verbes au pass? simple, le tout rend compte de l’agitation de l’enfant, de l’intensit? de la souffrance. – Les larmes de l’enfant t? moignent ? lles seules du calvaire que la maladie lui fait vivre – Longueur de la derni? re phrase : enlisement dans la souffrance – ? La chair avait fondu en quarante-huit heurs ? : m? taphore hyperbolique qui sugg? re les ravages de la maladie sur le corps humain. – Identification, ? la fin de l’extrait, de l’attitude de l’enfant ? celle du Christ sur la croix pour t? moigner de l’extr? me souffrance physique : ? l’enfant prit dans le lit d? vast? , une pose de crucifi? grotesque ?