Laclos lettreVI

Laclos lettreVI

Le roman « Les liaisons dangereuses » est un roman épistolaire très à la mode au suivisme siècle qui permet au travers de lettres de donner une image des personnages et de suivre l’évolution de l’intrigue. Son auteur, militaire de carrière, Pierre coderons de locos a rencontré un immense succès (à scandale) avec ce roman qui reflète tout un courant libertin c’est à dire une grande liberté dans les idées et les m?ours d’une société de l’époque. Extrait est la lettre VIA qui se trouve dans la première partie du roman et permet de dresser le portrait de mer de avalant qui a fuse de séduire cécité de volantes à la demande de me de metteur il veut se consacrer à me de trouver. ‘vipère vie nixe page toi page Monsieur de vallon de me de mortelle dévote me de août différentes viennent de avalant précise s la dernière lettre de son intérêt : la station et d’intérêts déclarer et mer sa stratégie de séduction qui peut être l’atteindra également. Sa débuts d’une guerre entre mer de avalant et me de meurtrier 1. Une réaction vive de mer de avalant e ton du début de la lettre de mer de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
avalant est vif. Il reproche me de Mer meurtrier de sous estimer son projet en se moquant de me de trouver : « Il n’est donc point de femme qui n’abuse de l’empire qu’elle a su prendre !

Il reconnaît à me de meurtrier qu’elle a eu une influence sur lui mais il lui reproche son autorité et sa volonté de le dominer « Et vous-même, vous que je nommais si souvent mon indulgente amie, vous cessez enfin de l’être, et vous ne craignez pas de m’attaquer dans l’objet de mes affections h. Face à me de meurtrier il refuse toujours d’adhérer à son projet et souhaite poursuivre le sien « attendez que j’aie eu cette femme, si vous voulez en médire. Ce n’est pas en critiquant me de trouver que me de meurtrier arrivera à manipuler mer de avalant. 2.

Des intérêts différents Ce n’est pas digne de sa gloire et de son expérience de se laisser tenter à séduire cécité de volantes comme le demande me de meurtrier ; il y a plus de plaisir et de gloire à s’attaquer à me de trouver qui est prude et dévote et qui considère son mari comme « j’oserai la ravir au Dieu même qu’elle adore Il un Dieu : considère qu’il a plus de droit que son mari « je l’enlèverai au mari qui la profane » et il inverse les rôles : c’est à lui qu’elle doit tout t il deviendra son Dieu « Je serai vraiment le Dieu qu’elle aura préféré. Comme tout libertin il se moque de la religion en me 2 vraiment le Dieu qu’elle aura préféré. » Comme tout libertin il se moque de la religion en employant ainsi le mot Dieu surtout concernant me de trouver qui est une dévote. Il est sur de lui (emploi du futur). me de meurtrier n’ pas le même objectif, elle veut de venger de gerçure et des hommes et même si mer de avalant et elle sont très complices elle a utilisé le ton du persiflage en critiquant me de trouver dans sa précédente lettre pour faire changer d’avis mer e avalant et elle a mis en doute ses capacités de libertin. . Le début d’une compétition, d’une guerre mer de avalant reste un libertin qui utilise la plaisanterie et qui provoque me de meurtrier: « À propos, ce pauvre Chevalier, s’est-il tué de désespoir ? En vérité, vous êtes cent fois plus mauvais sujet que moi, et vous m’humilieriez si j’avais de l’amour- propre. » Mais on note aussi qu’il veut féminiseront et lui montrer qu’il est à hauteur de sa réputation car elle a osé le remettre « Je suis sûr que vous admireriez en cause : « vous Jugez que a prudence » Vous voyez que je ne suis pas perdu sans ressource.

Il veut montrer sa supériorité dans l’art de libertinage et c’est le début d’une compétition entre lui et me de meurtrier ; chacun voulant montrer qu’il maîtrise mieux que l’autre ses victimes et qu’il calcule aussi bien que l’autre. 3 voulant montrer qu’il maîtrise mieux que l’autre ses victimes et qu’il calcule aussi bien que l’autre. On pourrait dire que la compétition a commencé dès le moment où mer de avalant a refusé la demande de me de meurtrier.

mer de avalant met en garde me de meurtrier :« De grâce, ne me mettez plus à d’aussi dues épreuves ; je ne répondrais pas de les soutenir » Dans cette lettre mer de avalant s’oppose à me de meurtrier mais il se dévoile aussi. Il. mer de avalant : une image du libertin 1. Son credo : conquérir est mon destin Comme annoncé dans la lettre AV mer de avalant a un credo qui gouverne son comportement et sa vie : conquérir est mon destin.

Il est donc l’exemple parfait du libertin de l’époque qui n’ que pour objectif que de conquérir et donc de séduire. En conquérant il s’attaque à des femmes prudes qui sont sages et plus difficiles à séduire qu’une jeune fille juste sortie du couvent. Ces femmes sont pour lui un projet plein de promesses. Il veut jouer avec ses préjugés, sa foie pour sa victoire soit totale : « Loin de moi l’idée de détruire les préjugés qui l’assiègent ! Ils ajouteront à mon bonheur et à ma gloire.

Qu’elle croie à la vertu, mais qu’elle me la sacrifie. » Mais ici plus que conquérir le corps il veut conquérir le c?Ur de me de trouver car il avoue n’avoir«plus besoin de jouir pour 4 il veut conquérir le c?Ur de me de trouver car il avoue n’avoir«plus besoin de jouir pour être heureux» auprès dallé. 2. Les procédés du libertin Pour conquérir il réfléchit et utilise ses connaissances. Le libertin utilise beaucoup de procédés comme le mensonge et joue avec les mots et les codes de la société.

Il fait semblant de se confier à me de trouver ce qui lui permet de l’approcher. Elle accepte de lui donner toute sa confiance : « Je n’ai pas encore prononcé le mot d’amour ; mais déjà nous en sommes à ceux de confiance et d’intérêt Il utilise aussi la confidence et avoue ses fautes passées : C’est un moyen pour montrer qu’il a changé et qu’il n’est plus le même : « je lui ai raconté moi-même, et comme n m’accusant, quelques-uns de mes traits les plus connus Il prétend être influencé par elle et ses idées.

Lors d’une promenade qu’il conduit il parle avec humour d’un « fossé à franchir » par me de trouver : « vous jugez bien qu’une prude craint de sauter le fossé Il utilise tout son savoir-faire pour que me de trouver se « confie » à lui et que grâce « à une adroite gaucherie (sombre) elle dévoile ses sentiments : « son modeste embarras m’apprit assez que son c?Ur avait palpité d’amour et non de crainte 3. Libertin ou amoureux inconscient ? mer de avalant décrit avec enthousiasme et apr.

S mer de avalant décrit avec enthousiasme et presque passion me de trouver (phrases courtes et champ lexical de la beauté : « ravissante « formes enchanteresses « les plus belles dents du monde » etc.. ).. Il est très spontané dans sa description (emploi de questions de rhétoriques, exclamations etc.. ;). Le portrait qu’il dresse de me de trouver est très différent de celui fait par me de meurtrier. mer de avalant décrit donc me de trouver physiquement mais aussi moralement. Il semble subjugué par toute sa personne « Madame de trouver a-t-elle besoin d’illusion ? On ; pour être adorable il lui suffit d’être elle-même Il donne l’impression d’être sous son influence et peut être aussi sous le charme de me de trouver. Serait-il amoureux ?