La voleuse de livres présentation complèté

La voleuse de livres présentation complèté

La voleuse de livres Auteur : Markus Zusac qui est Australien Date de parution : vo : 2005 2008 Genre : jeunes adultes en Europe et USA, roman pour adultes en Australie, fiction historique, drame Littérature australienne Résumé Nous sommes durant la seconde guerre mondiale. C’est l’histoire Swipe View next page de Liesel Meminger, de presque 10 ans. Sa mère communiste t r donc de confier ses d x erf Allemagne qui gagne deux bouches de plu r nazis. Elle décide fa le assez pauvre en e subsister avec voyage Liesel et son petit frère sont dans un train et son frère meurt de froid et ousse, c’est Phiver, il finit par tomber raide mort.

Sa mère et Liesel font donc appel à un fossoyeur pour Penterrer. Liesel est une jeune fille obsédée par les mots, elle écoute beaucoup, elle ne sait ni lire ni écrire. Alors lorsque le fossoyeur ayant fini son discours pendant l’enterrement laisse tomber son livre où sont écrites ces paroles, Liesel le ramasse. C’est son premier livre. Elle ne parvient évidemment pas à déchiffrer le titre mais elle aime déjà ce ivre. Elle arrive ensuite dans la petite ville de Molching où sa famille adoptive Pattend rue

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Himmel= ciel.

A son arrivée Rosa Hubermann sa future maman l’accueille. Rosa est du genre râleuse et pas très sympathique, mais a au fond c’est une femme au grand cœur. Au début Liesel est muette avec sa nouvelle famille mais lorsqu’elle rencontre Hans Hubermann, le courant passe tout de suite entre eux deux. Se noue alors une complicité entre ces deux personnes, Hans essaie d’apprendre à lire à Liesel, leur premier livre est le livre que Liesel avait ramassé, elle sait enfin le titre ; le manuel du fossoyeur.

Au bout d’un certain temps ils finissent le livre. Liesel fait aussi la onnaissance d’un garçon de l’école qui est son voisin, il s’appelle Rudy. Rosa afin de gagner un peu d’argent fait les lessives de personnes de la ville. Parmi elles, la femme du maire. Liesel est chargé d’aller emmener et ramener le linge à leurs destinataires, elle est souvent accompagnée de Rudy. Le jour de l’anniversaire du Führer, toute la VIIIe est réunie autour d’un feu où chacun doit jeter un livre en l’honneur d’Hitler.

Liesel lorsque tout le monde est partie, en ramasse un, elle le coince dans son manteau, ça l’a brûle. Cependant la femme du maire l’a ue, Liesel a peur d’avoir des ennuis. Alors lorsqu’elle retourne à la maison de la femme du maire lui donner son linge elle s’attend à ce qu’elle se fasse disputer, or la femme du maire lui montrer une bibliothèque qu’elle possède chez elle et l’informe qu’elle peut venir y lire. Plus tard Liesel volera des livres dans cette bibliothèque ce qui lui vaudra le surnom Voleuse de livres par Rudy.

Un jour quelqu’un sonna à la porte de chez Hans Hubermann, un homme très affaibli entre en d 2 Rudy. Un jour quelqu’un sonna à la porte de chez Hans Hubermann, un homme très affaibli entre en demandant à Hans i c’est lui l’homme à l’accordéon, Hans comprend tout de suite et héberge cet homme. Cet homme est juif, il s’appelle Max, son père était un compagnon de guerre de Hans et lui avait sauvé la vie, Hans avait récupéré son accordéon. Les parents de Liesel lui expliquent la situation en lui ordonnant de n’en parler à personne.

Liesel et Max malgré leur différence d’âge deviennent rapidement les meilleurs amis du monde, elle lit avec lui, Liesel étant passionné par les mots, dès qu’elle apprend un mot nouveau elle l’écrit sur le mur de la cave ou se cache Max, formant ainsi un ictionnaire. Personnages principaux . La mort : La narratrice. Elle a vraiment du mal à comprendre les humains, elle est partagée entre l’atrocité des humains dans certaines circonstances et elle trouve également incroyable l’espèce humaine.

Normalement la mort ne se contente que de faire son travail, ramasser les âmes de tous les morts tous les jours et les transférer personne ne sait où. Mais elle a été attiré par Liesel elle a donc décidé de s’intéresser à la fillette. La mort dans le livre est très sarcastique mais également compréhensive. Elle se désole de tous ces massacres dont elle est témoin et s’émerveille sur les couleurs afin de s’évader de toute cette misère.

La mort dans le livre fait également des petites annotations dans le livre pouvant détruire l’intrigue, elle peut par exemple dire 3 également des petites annotations dans le livre pouvant détruire l’intrigue, elle peut par exemple dire qu’un personnage va mourir dans une note puisque le récit est au passé, c’est assez frustrant mais elle peut aussi donner des informations supplémentaires ou des notes qui sont presque philosophiques. La mort a donc un oint de vu omniscient.

Hans Hubermann : Marié à Rosa Hubermann Métier : peintre en bâtiment, il n’exerce pas beaucoup vu le contexte historique les gens n’ont pas beaucoup d’argent Ses passions sont : jouer de l’accordéon, fumer. Cest un homme bon, juste, honnête et qui ne tolère pas la cruauté des nazis, il doit cependant le cacher afin de maintenir sa sécurité et celle de sa famille Rosa Hubermann : Mariée à Hans Hubermann Métier : Lessive Elle est très stricte et grossière dans son langage. Elle est mauvaise cuisinière et fait tout le temps de la soupe vu les oyens qu’elle a.

Elle aime beaucoup Liesel mais ne lui montre pas. Rudy Steiner : Ami et voisin de Liesel, il est aussi amoureux de Liesel. Il est très malin. Rudy est passionné de course à pied car son idole suprême est Jesse Owens qui était un très grand sprinter. Ses parents n’adhèrent pas à son fanatisme puisque Jesse Owens était un athlète noir et qu’à l’époque le racisme était bien présent. Alors quand un soir Rudy décida d’imiter son idole en se couvrant de charbon afin d’avoir la même peau et ira courir dehors, ses parents furent furieux.

Max Vandenburg : Boxeur juif, caché ch 4 dehors, ses parents furent furieux. Boxeur juif, caché chez les Hubermann, devient un grand ami de Liesel. Plus tard il s’en alla afin que les Hubermann soit en sécurité, il fut emmené dans le camp de Dachau mais survécu et pût sortir à la fin de la guerre. Impressions de lecture J’ai beaucoup aimé ce livre car c’est très original la façon dont c’est raconté, on passe par beaucoup d’émotions dans ce livre. Les personnages sont très attachants. C’est très triste mais ça dénonce bien la cruauté de la guerre. Citations .

Je suis hantée par les humains » La Mort dernière phrase du livre e monde bouillonnait en elle tandis qu’elle était là, parmi les jolis livres aux titres bien nets. Elle sentait ce grand brassage tandis qu’elle parcourait les pages aux ventres pleins à ras bord de paragraphes et de mots. Petits salauds, pensait-elle. Jolis petits salauds. Ne me rendez pas heureuse. Surtout ne venez pas me remplir pour que je croie que quelque chose de bon peut sortir de tout cela. Regardez mes meurtrissures. Regardez cette écorchure. Voyez-vous l’écorchure que j’ai à l’intérieur? La voyez-vous ‘étendre sous vos yeux et me ronger?

Désormais, je ne veux plus espérer. Je ne veux plus prier pour que Max soit sain et sauf. Ni Alex Steiner. Parce que le monde ne le mérite pas. Elle arracha alors, une page du livre et la déchira. Puis un chapitre entier. Bientôt, elle fut entourée eaux de mots. Les mots. S Bientôt, elle fut entourée de mille morceaux de mots. Les mots. Pourquoi fallait-il qu’ils existent? Sans eux, il n’y aurait rien de tout cela. Sans les mots, le Führer ne serait rien. Il n’y aurait pas des prisonniers boitillants. Il n’y aurait pas besoin de consolation et de ubterfuges pour les réconforter.

A quoi bon des mots? Elle le répéta à haute voix, dans la pièce baignée d’une lumière orange. « A quoi bon des mots? « . Liesel « Evidemment, c’est très impoli de ma part. Je suis en train de gâcher non seulement le dénouement du livre, mais la fin de ce passage particulier. Je vous al annoncé deux événements, parce que mon but n’est pas de créer un suspense. Le mystère m’ennuie. Il m’assomme. Je sais ce qui se passe, du coup vous aussi. Non, ce qui m’agace, me trouble, m’intéresse et me stupéfie, ce sont les intrigues qui nous y conduisent.

La mort qui a raconté des evènements de la fin dans ses notes Ily a une différence entre le cœur d’un humain et le mien. Le cœur humain est une ligne tandis que le mien est un cercle, est j’ai la capacité infinie de me trouver au bon moment au bon endroit. En conséquence, je trouve toujours des humains au meilleur et au pire d’eux-mêmes. Je vois leur beauté et leur laideur et je me demande comment une même chose peut réunir l’un et l’autre. Reste que je les envie sur un point. Les humains ont au moins l’intelligence de mourir. (La Mort). S