La vocation de la poesie est-elle, selon vous, de celebrer l’amour ou privilegiez-vous d’autres fonctions ?

La vocation de la poesie est-elle, selon vous, de celebrer l’amour ou privilegiez-vous d’autres fonctions ?

Sujet: La vocation de la poesie est-elle, selon vous, de celebrer l’amour ou privilegiez-vous d’autres fonctions ? Selon differents auteurs, la poesie, forme particuliere de la litterature, peut avoir une valeur d’education, d’engagement, d’exaltation du beau, ou de celebration de l’amour. D’apres Soljenitsyne : « Une litterature […] qui n’ose communiquer a la societe ses propres souffrances et aspirations, qui n’est pas capable d’apercevoir a temps les dangers sociaux et moraux qui la concernent, ne merite meme pas le nom de litterature ».

Soljenitsyne nous dit donc que l’ecrivain, et donc le poete, doit s’engager entierement dans tous ses ouvrages. Jean-Paul Sartre, auteur et philosophe du XXe siecle, pense que la poesie a une autre fonction : « La prose se sert des mots, la poesie sert les mots » (Qu’est-ce que la litterature ? ). Selon Sartre, le poete, contrairement au prosateur, considere le mot comme un materiau comme le peintre ses couleurs et le musicien ses sons. Il ne peut donc s’engager et est reduit a l’exaltation de tout ce qui est beau et a l’expression de ses sentiments et de son amour.

La poesie a-t-elle pour seule vocation de celebrer l’amour, ou peut-elle avoir d’autres fonctions ? Nous etudierons en

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
un premier temps les diverses fonctions que peut avoir la poesie, avant de s’attarder sur l’exaltation de l’amour, une de ses visees les plus repandues. La poesie peut tout d’abord avoir une visee purement educative. Les Fables de Jean de La Fontaine, par exemple, sont connues pour les diverses morales qu’elles communiquent au lecteur, d’autant plus qu’elles etaient a l’origine destinees au Dauphin pour l’eduquer – « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes ».

La Cour du Lion, par exemple, nous apprend qu’il ne faut pas toujours dire ce que l’on pense ; Le Lievre et la Tortue, que mieux vaut faire quelque chose lentement mais dans sa totalite que rapidement mais a moitie ; Le Corbeau et le Renard, qu’il faut se mefier des adulateurs. Ces lecons sont communiquees par l’utilisation d’un present de verite generale ou d’un present de l’imperatif (« Tout flatteur vit aux depens de celui qui l’ecoute », Le Corbeau et le Renard), ce qui met en evidence les valeurs injonctive et didactique des Fables.

La poesie a aussi permis a des poetes d’epoques differentes de s’engager et de denoncer les « dangers sociaux et moraux » de la societe. Victor Hugo, auteur romantique du XIXe siecle, s’exila apres le coup d’etat de Louis Napoleon, et publia Les Chatiments, recueil de poemes satiriques dans lesquels l’auteur cherche a discrediter le regime de Louis Napoleon Bonaparte (qu’il appelait « Napoleon le petit »). Dans son poeme « Melancholia » des Contemplations, Victor Hugo denonce le travail difficile et la maltraitance des enfants dans les mines et les usines.

Jean de La Fontaine aussi s’est engage dans ses Fables. Ayant la protection d’une des maitresses du Roi Louis XIV, il s’insurgea contre les hypocrisies de la Cour et contre les m? urs de la bonne societe. Dans les Obseques de la Lionne, par exemple, il critique la servilite des courtisans et la facon dont ils s’adaptent tels des « cameleon[s] » a l’humeur du Roi Lion ; dans La Grenouille qui voulait se faire aussi grosse qu’un B? uf, les aspirations bourgeoises ; et dans le Corbeau et le Renard, les flatteries omnipresentes a la cour du Roi.

Certains poetes comme Baudelaire et Victor Hugo se sont parfois servis de la poesie et du registre lyrique (registre permettant l’expression des sentiments) pour communiquer a leur lecteur leurs emotions les plus intimes ainsi que leurs pensees les plus profondes, esperant que le lecteur y retrouverait ses propres sentiments ou quelque chose de proche. Dans Les Contemplations de Victor Hugo, recueil de 158 poemes repartis en six livres, l’auteur y transcrit ses souvenirs d’amour, de joie mais aussi de mort, de deuil et son mysticisme.

Baudelaire s’est aussi servi de ce registre pour exalter la beaute : son poeme « Invitation au Voyage » des Fleurs du Mal (1857), par exemple, nous communique l’ideal esthetique du poete. Enfin, la poesie a aussi permis a certains poetes de « s’evader » du monde qui les entourait. Rimbaud evoque par exemple la liberte que lui apportent ses fugues et la poesie dans « Ma Boheme » (Fantaisie). Henri Michaux a aussi exprime son desir de fuite dans son poeme « Emportez-moi », ou il nous communique sa lassitude des plaisirs de la chair et l’ennui profond du monde autour de lui.

Cependant, en depit de toutes les fonctions que peut avoir la poesie, l’une d’entre elles semble etre un theme recurrent a travers les siecles : la celebration de l’amour. Verlaine et Baudelaire, poetes du XIXe siecle, ont ecrit des poemes comme « Mon reve familier » (Verlaine) et « La Venus Noire » (Baudelaire) ou ils evoquent respectivement le reve d’une femme inconnue qui aime et est aimee par Verlaine et l’amour ardent pour Jeanne Duval, une mulatresse qui etait une des compagnes de Baudelaire.

Ce theme de l’amour se retrouve au XXe siecle dans des poemes tels que ceux de Robert Desnos (« J’ai tant reve de toi, A la mysterieuse »), de Paul Eluard (« La dame de carreau ») et de Claude Roy (« Tant »). Ces poemes ont tous pour theme l’amour. L’ideal de la femme aimee et de l’amour tel que les differents auteurs le concoivent peut etre retrouve dans le poeme de Desnos et de Paul Eluard. D’autres poetes modernes ont aussi eu recours a la poesie pour communiquer leur amour sans bornes envers certaines personnes.

Jacques Brel, par exemple, dans sa ballade Ne me quitte pas, demande a sa maitresse, comme l’indique le titre, de rester a ses cotes. Il exalte son amour envers elle en lui proposer de l’emmener vers un pays ou « l’amour sera roi, ou l’amour sera loi, et ou [elle sera] la Reine », mettant ainsi en evidence son amour passionnel. On peut aussi trouver cette exaltation et celebration de l’amour dans des ? vres beaucoup plus anciennes : William Shakespeare, dramaturge et poete anglais du XVIe siecle, evoque dans plusieurs de ces nombreux sonnets sans titres (repertories par des nombres) le theme de l’amour. Dans le sonnet 130, par exemple, il evoque le theme de la fatalite amoureuse, en montrant que malgre les nombreux defauts a la fois physiques et psychiques de sa maitresse, une force surnaturelle fait qu’il ne peut s’empecher de l’aimer de tout son c? ur.

Dans une de ses comedies (qui sont ecrites en vers comme de veritables poemes), A Midsummer Night’s Dream, (Un reve d’une nuit de mi-ete), Shakespeare met en scene quatre personnages vouant tous un amour loyal et demesure a un autre et, encore une fois, joue avec le theme de la fatalite amoureuse qui reunit les deux couples a la fin de la piece. A l’issue de cette analyse, on peut conclure que bien que la poesie ait permis a des poetes d’epoques differentes de celebrer l’amour et que ce dernier soit un theme recurrent dans la poesie a travers les siecles, l’exaltation de la passion amoureuse n’a jamais ete la seule vocation de la poesie.

En effet, la poesie peut avoir une visee educative, esthetique, d’engagement et peut permettre a un poete de s’evader de la realite vers un mode de sa propre creation, d’autant plus que le mot ‘poesie’ vient du grec pioien, qui signifie « creer ». On remarque meme que certains poemes peuvent avoir une double fonction, comme les Fables de La Fontaine, qui critiquent les m? urs de la haute societe du XVIIe siecle et les hypocrisie du Roi Louis XIV, tout en eduquant leur destinataire et en leur donnant des lecons sur la vie quotidienne.