La ville est un lieu infernal

La ville est un lieu infernal

Zaganescu St’phanie Classe 102 La ville est un lieu infernal, le bonheur est dans le pr’  »La ville a une figure, la campagne a une ‘me.  » Jacques de Lacratelle Qu’elle est belle la ville, semblant dominer tout ce qui l’entoure de ses b’timents et infrastructures ‘poustouflantes, elle bombe le torse et rit de la campagne? Mais que cache-t-elle derri’re ce visage lisse’?

Ce que l’Homme a construit sait-il vraiment lui apporter les ‘l’ments essentiels ‘ son bonheur’? Retrouve-t-on, puise-t-on qui’tude et b’atitude en notre source ‘ tous’: la terre’? ***  »Pour certains citadins la campagne est intol’rable parce que son silence rejoint leur vide int’rieur.  » Ferdinand Bac L’effervescence de la ville est omnipr’sente et nous vole vicieusement le peu temps que nous avions ‘ nous accorder.

La vie urbaine oblige sa population a ‘tre sans cesse en d’placement, stress’e et ‘nerv’e’; puis, au fil du temps et de la fatigue accumul’e, les gens se font in’luctablement ‘ ce mode de vie, astreignant mais pas moins lassant et en oublient leur s’r’nit’ pass’e. Leur existence court et le lieu qui les entoure les opprime, en allant jusqu » ronger peu ‘ peu ce qui les emplissait, ne laissant qu’un grand vide, nu. Leur

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
espace vital, o’ ils aimaient tant se laisser vivre se voit rong’; tout est tr’s pris’ et la libert’ a un prix.

Ainsi vient le jour o’ tous ces gens ne peuvent plus suivre, d’cident de stopper cette machine infernale et prennent conscience que leur ‘me est bien pauvre et amaigrie’; qu’il est temps d’y rem’dier. Ce ‘ quoi Jean Baptiste Grenouille (Le Parfum) se r’solut ‘ faire’; la pr’sence mais surtout , en l’occurrence l’odeur des gens l’insupportaient, l »touffaient. Il ne put retrouver sa paix int’rieure qu’en un lieu recul’ de toute habitation, o’ la main de l’Homme ne pouvait plus atteindre ni son corps, ni son c? r? *  »Vis ‘ la campagne pour toi, au lieu de vivre ‘ la ville pour les autres.  » Proverbe latin m’di’val En d’cidant de s’installer dans un milieu urbain, les personnes concern’es ne doivent pas omettre le fait que cette vie implique quelques sacrifices’; elles devront faire le deuil de la solitude dont elles avaient peut-‘tre tant besoin auparavant, ou, la foule mouvante l’accentuera davantage par son d’sint’ressement complet.

Par ailleurs, elles seront dans l’obligation de s’astreindre au fait que la population de toute une ville les bouscule dans leurs habitudes et les cerne sans cesse. Elles participent principalement et finalement au bon fonctionnement du syst’me qui les fait vivre et cela contribue ‘galement ‘ les faire s’en oublier. *** En d’finitive, peu importe le lieu o’ notre existence se d’veloppe bien que d’apr’s moi et comme mon texte (je l’esp’re) le d’montre, certains soient bien plus propices ‘ combler les conditions de son bon fonctionnement.