La vie dans l’air

La vie dans l’air

Avec notre envoye special sur le parvis de Notre-Dame, Yann Amedro Une heure avant le debut de la ceremonie, la foule se pressait deja sur le parvis de Notre-Dame, des badauds, des voisins, de simples touristes dont certains ignoraient meme la nouvelle de l’accident. Deux entrees etaient reservees aux familles des disparus et au personnel d’Air France venu en tres grand nombre, en uniforme bleu, rendre hommage aux 12 membres d’equipage de l’Airbus. Certains n’ont meme pas pu entrer dans la cathedrale et ont suivi la celebration sur des haut-parleurs.

Ils s’etaient groupes, souvent main dans la main, silencieux, la grande famille de la compagnie aerienne entierement solidaire comme l’a confie un steward tres emu. Le ch? ur d’Air France a d’ailleurs interprete plusieurs chants au cours de la ceremonie. La ceremonie a dure une heure et quart et a commence par un message de condoleances du pape Benoit XVI lu par l’archeveque de Paris, Mgr Vingt-Trois, avant la lecture d’un extrait du Petit Prince de Saint-Exupery, aviateur lui aussi disparu en mer. Deux cent vingt-huit bougies ont ensuite ete allumees par les proches des disparus, une pour chaque passager.

La celebration fut aussi interreligieuse. Le grand rabbin et le president du Conseil

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
francais du culte musulman ont lu des prieres. L’hommage s’est termine par un poeme du Bresilien Ademar de Barros, lu en francais et en bresilien, les deux nationalites les plus touchees par ce drame aerien. Parmi les 228 personnes victimes du crash de l’Airbus A330 d’Air France, se trouvaient plusieurs personnes de confession musulmane, originaires du Maroc, du Liban et de Gambie. En hommage a leur memoire et a leurs familles, le recteur de la grande mosquee de Paris a recite « la priere de l’absent » a l’occasion d’une autre ceremonie, plus intimiste.

Avec notre envoyee speciale a la mosquee de Paris, Anne-Claire Bulliard Parmi les fideles, une femme brune aux yeux clairs. Elle travaillait avec un medecin marocain disparu dans l’accident : « J’ai demande a la personne responsable de la mosquee si je pouvais venir me recueillir en pensant bien fort a lui. C’est tres important, car c’etait quelqu’un de tres croyant ». Pour les fideles qui viennent chaque jour a la mosquee, l’heure etait egalement au recueillement et une pensee particuliere allait aux victimes du drame : « C’est une facon de dire aux familles des victimes qu’on est solidaires, que c’est tres triste pour eux comme pour nous.

On vient de perdre des humains, c’est-a-dire qu’il n’y a pas de mots pour expliquer, c’est douloureux. C’est la vie ». Un moment auquel s’est associe egalement le president du Conseil francais du culte musulman, Mohammed Moussaoui : « Face a ces douleurs immenses, a ces moments d’impuissance, seuls le silence et le recueillement peuvent nous aider a continuer, a rester debout, a vivre ». Apres cet hommage, le recteur de la mosquee de Paris, le president du CFCM ainsi que le consul du Maroc se sont rendus a Notre-Dame de Paris pour la ceremonie ? cumenique.