La vérité

La vérité

La vérité concerne l’ordre du discours, et il faut en cela la distinguer de la réalité. Elle se définit traditionnellement comme l’adéquation entre le réel et le discours. Qualité d’une proposition en accord avec son objet. La vérité formelle, en logique, en mathématiques c’est l’accord de l’esprit avec ses propres conventions. La vérité expérimentale c’est la non-contradiction de mes jugements, l’accord et l’identification de mes énoncés propos d’un donné matériel.

On distinguera soigneusement la alité qui concerne un objet (ce cahier, cette lampe sont réels) et la vérité qui est une valeur qui concerne un jugement. Ainsi le jugement : « ce cahier est vert » est un jugement vrai ou bien un jugement faux. La vérité ou la fausseté qualifient donc non l’objet lui-même mais la val qu’elle recherche la v d’accès et des critère u pie nées page de façon simple, coma c’est-à-dire plus espèce sève. ‘pie toi philosophie, parce de ses conditions rite peut se définir, ui vrai et du faux, espoir vérité-correspondance donc raccord entre ridée et la chose.

Mais aussi la vérité-cohérence. Pourtant la question ne porte pas directement sur la définition de la vérité mais bien sur la norme ou plus exactement la condition

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
d’accès ou d’éligibilité de la vérité. Il s’agit d’établir le critère d’accès à la connaissance et plus exactement ici le rapport à autrui. Joue vient la vérité ? Est-elle le produit du discours d’autrui ou du propre discours de mon âme ou esprit avec moi-même tel un dialogue intérieur (comme planton définit la réflexion dans le piéton).

Pourtant, si a vérité du discours d’autrui, elle m’est extérieure et je ne puis être certain de vérité qui m’est dite et dès lors on court le risque du dogmatisme et de la fausseté ; mais faire de l’accès à la vérité une subjectivistes, n’est pas aussi courir le risque de faire de ma vérité un simplement point de vue, une perspective ? Or si cela reste quelque peu abstrait, on peut ressaisir cette question au sein de l’enseignement. En effet, enseigner n’est pas dire une vérité à quelqu’un ?