La Russie – Economie

La Russie – Economie

La Russie! 1. Les activités économiques. Activité économique Russie se situe parmi les premiers producteurs mondiaux de pétrole et de gaz naturel, de minerai de fer (et aussi d’acier).

Mais la situation est moins brillante dans les branches élaborées (électronique, chimie, plastique, automobiles), dans l’agriculture aussi, où le volume de la production (blé et pomme de terre), du cheptel (bovins et porcins) ne doit pas masquer la faiblesse des rendements En réalité, la Russie paie la rançon d’une planification centralisée t dirigiste, ainsi que le manque de stimulation, d’innovation, de responsabilité propre à l’appropriation collective des moyens de production et à le dans un espace longt ps ors les conséquences du Sni* to View limitrophes et l’ancie phénomenes plus « IS du marché ment.

Elle subit c les territoires souffre enfin de atiques, la distance (fréquente dissociation spatiale entre ressources et besoins). Après la dissolution de l’URSS, la Russie s’est engagée sur la voie de l’économie de marché. Mais la faible compétitivité a multiplié es fermetures d’usines et accru le chômage. Les inégalités sociales se sont développées, ainsi que (localement) les tensions ethniques. Les problèmes de l’environnement, liés notamment à la vetusté des équipements, sont à l’échelle du pays et de la négligence

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
des autorités.

Pourtant, malgré ces difficultés et une absence de diversification la rendant très dépendante des exportations de ressources nat Swipe to vlew next page naturelles, l’économie russe reste une puissance notable (fragilisée toutefois aujourd’hui par les effets de la crise ondiale). L’abondance des matières premières : L’abondance des matières premières en Russie est exceptionnelle. Cependant, la localisation souvent excentrée des gisements (dans l’Oural et en Russie d’Asie essentiellement) rend la production peu rentable, dans un contexte général de baisse des cours mondiaux.

Avec le gisement de Popigaï, en Sibérie orientale, la Russie détiendrait d’immenses réserves de diamant industriel. Le secteur énergétique est aujourd’hui dominé par le gaz naturel (40 % des ombustibles) qui profite du gel du programme nucléaire depuis la catastrophe de Tchernobyl en 1986. La compagnie nationale Gazprom détient près du cinquième des réserves mondiales de gaz connues. Gazprom a le monopole sur les gazoducs en Russie. Cette entreprise fournit le quart du gaz consommé en Union européenne, la moitié en Allemagne, la totalité en Finlande, 86 % en Grèce, les trois quart en Autriche, le quart en France.

Les gisements de Medvejie, lambourg et Ourengoi assurent 80 % de la production. Ils sont aujourd’hui en voie d’épuisement. Les gisements de Bovanenkovo et de Zapolyanoye, dans la presquîle de Yamal, dans le Grand Nord sibérien, sont en production. La Russie disposerait des plus grandes réserves au monde de pétrole de schiste. Ces réserves se situent principalement en Sibérie occidentale, dans la formation de Bajenov. Relation extérieur : Après trois ans de fermeture, la frontière terrestre est rouverte en 2010 avec la Géorgie. Ce poste-frontière, appelé Verkhni Lars en Russie, est le seul point de passage entre