La retraitre

La retraitre

En l’absence de nouvelles règles, le déficit de l’ensemble de ces régimes pourrait atteindre 20,9 midis? en 2020 (7,6 midis? pour les gemmes de base, hors fonction publique). Une nouvelle réforme s’imposait donc pour remédier à cette situation. Celle-ci prévoit page des financements à c grâce à un allongée les principales mesure de , au Parlement, et leur Quand pourrez-vous partir ? -libre à long terme, d’assurance. Voici cours de discussion retraite. Le nombre de trimestres permettant de partir à taux plein sera porté à 172 pour les générations nées en 1973 et après.

Certaines périodes non travaillées seront mieux prises en compte. La réforme ne touche pas à page légal de départ à la retraite ni au aliéneriez de relèvement de l’âge de la retraite établi par le pré sève. ‘épi toi précédent gouvernement : l’âge minimum légal de la retraite, aujourd’hui fixé à 61 ans et 2 mois pour les assurés nés en 1 953, va continuer à augmenter, à raison de 5 mois supplémentaires par génération, pour atteindre 62 ans pour les actifs nés à partir de 1955.

En revanche, le projet de loi modifie les règles de fixation de la durée d’assurance requise pour bénéficier d’une

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
retraite à taux plein : cette durée sera désormais inscrite dans a loi au lieu d’être déterminée chaque année, génération par génération, par un décret intervenant avant la fin de l’année du eue anniversaire de la génération concernée.

Actuellement fixée à 166 trimestres pour ceux nés en 1956 et, probablement, pour ceux nés en 1957 (un décret doit être publié avant la fin de l’année pour confirmer ce chiffre), la durée d’assurance requise va ainsi continuer à augmenter au rythme d’un trimestre supplémentaire toutes les trois générations, à partir de celle née en 1958. Elle atteindra 43 ans – soit 172 trimestres – pour les usures nés en 1973 et après.

En privilégiant l’augmentation de la durée d’assurance plutôt que le report de l’âge minimum légal de la retraite, la réforme permet à ceux qui ont commencé à travailler jeunes de continuer à partir tôt : dès 62 ans, voire avant cet âge s’ils peuvent bénéficier du dispositif carrière longue. Quant à ceux qui n’auront pas assez de trimestre 2 FO s peuvent bénéficier du dispositif carrière longue.

Quant à ceux qui n’auront pas assez de trimestres, deux solutions s’offrent à eux : partir dès page minimum, mais avec une pension plus habile (en contrepartie, elle leur sera versée plus longtemps), ou continuer à travailler jusqu’ l’obtention du nombre de trimestres requis. Ceux à qui il manque trop de trimestres devront travailler squaw l’âge du taux plein applicable à leur génération : 65 ans progressivement portés à 67 ans pour les assurés nés à partir de 1955.

Ainsi, un cadre âgé aujourd’hui de 40 ans qui a commencé à travailler à 23 ans, après 5 années d’études supérieures, devra travailler jusqu’ 66 ans s’il veut percevoir sa retraite en entier, sauf à racheter des trimestres. Vous pourrez valider des trimestres plus facilement Actuellement, pour valider un trimestre, il faut avoir cotisé sur la base d’un salaire ou d’un revenu professionnel correspondant à 200 fois le semis horaire en vigueur au 1 er janvier.

Soit sur la base de 1 886 ? pour valider un trimestre en 2013 et de 7 544 ? pour en valider 4. Les cotisations étant calculées dans la limite du plafond mensuel de la Sécurité sociale (3 086 ? par mois en 201 3), un salarié qui perçoit une rémunération mensuelle brute supérieure ou égale à ce plafond peut valider une année entière ? trimestres ? en un peu moins de 2 mois et demi d’activité 3 FO s plafond peut valider une année entière – 4 trimestres – en un peu moins de 2 mois et demi d’activité (7 544/3 086 = 2,44).

Mais, à l’opposé, les actifs percevant un faible salaire ou à temps très partiel ne parviennent pas toujours à valider 4 trimestres, alors qu’ils ont travaillé toute l’année. Pour remédier à cette situation, la réforme prévoit d’abaisser par décret le seuil de « 200 heures de semis » à 150 heures, et de permettre un report des cotisations ‘une année sur l’autre, lorsqu’ assuré ne sera pas parvenu valider 4 trimestres, 2 années consécutives.

Cette nouvelle règle devrait permettre aux assurés rémunérés au semis qui travaillent l’équivalent d’un « quart temps » de valider 4 trimestres par an. En contrepartie, les cotisations ne seraient retenues que dans la limite d’un revenu mensuel inférieur à 1,5 semis (2 145 ? par mois pour 2013). Attention : cette nouvelle règle ne jouera que pour le décompte de votre durée d’assurance. Elle n’aura aucune incidence sur le calcul de votre salaire annuel moyen, c’est-à-dire Ur la moyenne des salaires perçus au cours des 25 meilleures années de votre carrière.

Vos salaires (ou revenus) continueront à être retenus dans la limite du plafond de la Sécurité sociale. I s’agit uniquement de contrebalancer la règle qui facilite l’acquisition de trimestres pour les petits salaires : en l’absence de plafonne 4 FO S facilite réquisition de trimestres pour les petits salaires : en l’absence de plafonnement à 1,5 semis, un assuré rémunéré au plafond parviendrait à valider une année entière en un peu moins e 2 mois de travail (ce qui serait plus favorable qu’aujourd’hui).