La patinoire des vernets

La patinoire des vernets

1. Histoire du batiment Situe en bordure de la zone industrielle de la queue d’Arve, sur un terrain longeant la riviere, le centre sportif des Vernets est un lieu bien connu du public genevois. La patinoire realisee en 1954 et 1958 par Albert CINGRIA, Francois MAURICE et Jean DURET avec la collaboration du bureau d’ingenieurs TREMBLET, en est la premiere etape. [pic] La patinoire, vue interieure des rampes laterales et des gradins peripheriques. 1. 1. Date et organisation du concours :

Organise par la ville de Geneve, ce concours invite une dizaine de bureaux genevois e presenter un projet dont les aspects sont suffisamment etudies pour permettre de proceder rapidement a la realisation de l’? uvre. Il s’agit donc bel et bien d’un concours de projet dont l’objectif est d’offrir un lieu adequat au public et surtout a la jeunesse, qui encouragee par les autorites recherche des distractions saine et favorisant le developpement physique. Le terrain choisi fait partie d’une zone acquise par les pouvoirs publics et dont l’affectation est reservee a des activites d’interet general.

Le programme prevoit, a ce stade, la construction de deux patinoires de plein air, l’une reservee aux competitions et manifestations sportives, l’autre destinee au grand public et au

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
patinage de plaisance. Si cette derniere est d’une surface et d’une geometrie laissee a l’appreciation des concurrents, la premiere fait l’objet de directives precises : piste conforme au reglements des jeux de hockey, gradins couverts et a l’air libre pour spectateurs assis et debout, services et locaux d’exploitation.

Un restaurant public et une petite piscine completent l’ensemble. 1. 2. Periode de conception : Premier juin 1954 : dix projets sont soumis a l’examen d’un jury, le premier prix a ete attribue au projet < Coca-cola > dont les auteurs sont Cingria, Maurice et Duret. [pic] [pic] [pic] Maquette du nouveau projet de la patinoire couverte. 1955 – changement de programme : la patinoire de competition sera realisee dans un batiment ferme. Debut des travaux : 1955. Achevement / inauguration : 1958. 2. Resume du developpement de projet

Au debut, le programme prevoit la construction de deux patinoires de plein air. Telle est a l’origine, la configuration prevue pour le centre sportif des Vernets. Le programme precise par ailleurs que la patinoire de competition sera executee en premiere urgence, la seconde faisant l’objet d’une etape ulterieure. Est-ce a dire qu’alors deja, la priorite etait non pas celle, avouee, d’offrir a la population ce lieu de detente sportive tant attendu, mais bien de construire un lieu ou celle-ci serait confinee a un role de spectateur contemplant quelque joute sportive.

Apres deliberation, le jury se plait a constater que le concours a donne un excellent resultat, et attribue le prix au projet numero deux < Coca-cola > dont les auteurs sont Cingria, Maurice et Duret avec la collaboration de l’ingenieur Tremblet. Suivant le projet de Nobile et Borsa, avec Bourquin et Stenecek, ingenieurs, puis, en troisieme position, celui de Frey et Billaud. Le projet gagnant se distingue de ceux des autres concurrents primes par la rationalite et l’echelle modeste du parti adopte.

Autour d’un volume central, regroupant les services et les fonctions annexes, sont disposees les deux pistes de competition – sensiblement la meme dans tous les projets primes – est dictee par une position nord-est du grand axe permettant une bonne protection contre les vents du nord-est dominants. Les tribunes couvertes contribuent egalement a former un ecran. L’ensemble est detache des rives de l’Arve et l’articulation des volumes simples cree un large espace de degagement sur l’avant.

Sa geometrie suit un trace en obliques genere par l’implantation de biais des batiments des vestiaires. S’il est evident que ce dispositif permet de menager de vastes zones distinctes pour les entrees, il faut reconnaitre que les espaces triangulaires qui en resultent semblent difficilement amenageables. La conception de la piste de competition, dont l’architecture fait reference a celle des stades d’athletisme qui, des le debut des annees cinquante sont construits dans toute l’Europe, est remarquable.

Les gradins non couverts qui l’entourent sur trois cotes s’elevent en pente reguliere et forment une butte artificielle dont l’arriere constitue une limite au sud-ouest du terrain. La couverture des tribunes, faite d’un voile de beton projete autoportant d’une epaisseur totale de cinq centimetres represente le geste elegant et audacieux qui souligne la qualite du projet. Celui-ci, malgre une annee d’etudes supplementaires, ne sera pas realise. 1955 : changement de programme : apres plusieurs reflexions, les autorites municipales decident, en 1955, que la patinoire de competition sera realisee dans un batiment ferme.

Le futur centre sportif accueillera en outre une piscine couverte et la patinoire exterieure ne sera construite qu’on troisieme etape. Ces nouveaux parametres induisent des changements majeurs et le projet est revu dans son ensemble. Le plan masse evolue pour aboutir a la configuration actuellement connue : le terrain est divise en quatre rectangles, destines a accueillir respectivement la patinoire. La piscine, la patinoire exterieure et le parking. C’est sur ces nouvelles bases que s’etablira le projet definitif pour la patinoire couverte qui, lui, sera mene a bien.

Un projet definitif : malgre le changement d’implantation de la piste de patinage, qui subit une rotation de 90°par rapport au projet initial, les plans d’execution presentent de nombreuses analogies avec les precedentes etudes. La disposition des differents plans reste fidele aux principes developpes, en relation avec l’architecture des stades. La facade principale, orientee vers les acces des visiteurs est un avant, couvert par les tribunes, sur lequel s’ouvrent les acces a un hall d’entree largement dimensionne.

Les gradins peripheriques sont egalement conserves sur les trois autres cotes de la piste ; ils sont distribues par des rampes de faible declivite qui se developpent sur les deux petits cotes. La face arriere, quant a elle, est traitee a la facon d’une , qui sera utilisee par les joueurs lors des competitions. Le double objectif du programme, qui implique la realisation d’une patinoire fonctionnant a la fois comme lieu de competitions publiques et comme espace de detente sportive accessible a tous, reste ambigu.

La construction proposee par les architectes prend resolument le parti d’un lieu de spectacle au detriment, peut etre d’un usage quotidien explicite. La question des circulations, notamment, n’est que partiellement resolue, et il faudra attendre la construction de la piscine couverte pour que les patineurs du dimanche beneficient d’une reelle entree, grace a la disposition du hall commun a la piscine et a la patinoire couverte. Mais nous laisserons de cote cet aspect fonctionnel qui nous semble de moindre interet en regard de l’expression architecturale de l’ensemble. 1. Transformations notables apres l’achevement 1992 – 1993 : Rehabilitation Depuis sa creation, la patinoire a ete l’objet de plusieurs interventions dont la plus apparente etait la creation de tribunes dites provisoires aux deux extremites de la piste de patinage, celles-ci ont actuellement plus de 25 ans et contribuent a assombrir l’espace et a en detruire la vision d’ensemble. Une ouverture de chantier en 1990 devait aussi comprendre des travaux d’entretien, apres 30 ans sans reelles interventions et quelques modifications dues a des exigences du programme d’exploitation! 2. 2. Effets de la transformation : . 2. 1 : Les travaux de securite : Les travaux de securite ont principalement consiste a deplacer la centrale de froid qui, dans le concept initial, etait visible depuis les vestiaires. Il n’etait malheureusement plus possible de conserver cet emplacement, qui avait une fonction didactique. La centrale de froid est desormais installee en sous-sol, sous l’espace a ciel ouvert entre la patinoire et la piscine couverte ; son fonctionnement a ete automatise, de sorte qu’elle n’est que rarement visitee, si ce n’est depuis sa salle annexe qui comporte toutes les commandes et les organismes de controle.

Sur le plan architectural, elle est donc a peine perceptible, le sol, au-dessus de sa toiture, etant pratiquement identique au precedent. Il a fallu aussi reprendre les dispositions d’evacuations prevues pour un nombre de 9000 spectateurs. Dans ce but, des sorties supplementaires ont ete disposees sur les facades arrieres et laterales, impliquant la construction, devant des sorties, d’escaliers et de rampes exterieurs. De meme, il a ete necessaire de reprendre la facade d’entree pour obtenir des passages d’evacuation plus larges.

A l’interieur, les escaliers de la tribune principale et la distribution horizontale en haut de ces derniers ne pressentaient plus les largeurs de passage necessaires, et on a du, pour les gradins bas, concevoir de nouveau acces lateraux, totalement independants, ce qui a entraine des interventions dans le porteur e beton arme. Les anciens bancs repartis sur les gradins ont ete remplaces par des sieges independants afin de limiter les consequences des paniques en cas de manifestations intempestives.

Outres ces modifications structurelles, la patinoire a ete equipee des installations de detections et de signalisation en conforme avec les conditions actuellement requises dans ce domaine. 2. 2. 2 : Les travaux d’entretien : Les travaux d’entretien ont concerne principalement la toiture, dont l’isolation entre les deux surfaces d’aluminium ondules, etait devenue inoperante du fait de sa vetuste ; pour cela, il a fallu demonter les toles superieures, poser une nouvelle isolation et reposer de nouvelles toles ainsi que les ferblanteries des rives.

Toutes les surfaces de beton arme exterieures ont ete traitees contre la carbonatation. Ce qui a, malheureusement entraine une certaine perte de la texture de ces surfaces dont les coffrages avaient autrefois ete l’objet d’etudes particulieres. Elles pressentaient des atteintes variables et ont fait l’objet d’interventions plus ou moins fortes suivant leur situation. D’une maniere generale, elles ont ete d’egrappees au moyen de jets d’eau a hyperpression sur une profondeur de 2 a 4 cm ; les fers ont ete mis a nu, sablees puis traites contre la rouille.

Le profilage a ete execute au moyen d’un micro beton projete du type barra, ensuite protege par une couche de peinture anti-carbonatation. La piste de patinage a subi un nouveau surfacage devenu necessaire pour garantir la distribution du froid, realisee par une tuyauterie en tubes d’acier, disposee quelques centimetres sous la surface avec une equidistance d’environ 15 cm. 2. 2. 3 : Les modifications pour l‘exploitation Les modifications pour l‘exploitation ont ete relativement peu importantes.

Il a fallu deplacer le vitrage sous la marquise d’entree donnant sur l’esplanade, ce qui a porte un certain prejudice a la volumetrie des entrees et a impliquee la suppression de l’eclairage naturel dans le vestiaire amateurs. Sur cette meme face, les edicules de distribution de billets ont ete agrandis et leur nombre reduit de neuf a trois. En sous-sol, un emplacement de depot a ete recupere pour y installer un local pour la presse, et les vestiaires joueurs, du cote ouest, ont ete reamenages.

La plate-forme de prise de vue situee dans le haut des gradins, au centre de la tribune, a ete agrandie et fermee pour recevoir les installations de prise de vue de la television et les projecteurs. Sur le promenoir, derriere les cabines de reporters, la potiniere (cafeteria) a ete installee pour les patineurs amateurs, ceci en remplacement d’un etablissement provisoire qui a fonctionne jusqu’aux travaux. 3. Description du batiment Le batiment de la patinoire couverte est destine a accueillir un programme monofonctionnel, entierement nouveau en Suisse romande.

Des lors, l’image exterieure de l’edifice resulte essentiellement d’un principe d’organisation rigoureux, base sur la mise en ? uvre de la structure portante. La facade principale est une demonstration tres claire de ce principe : les travees constituees par les elements porteurs de la tribune rythment regulierement la facade qui, loin de former un plan continu, se developpe en suivant les directions des elements structurels. Ainsi, la partie basse, accueillant les portes d’entree, est ponctuee par les blocs de beton des caisses.

Une marquise. Egalement en beton, protege les visiteurs ; elle est surmontee d’un second plan de vitrage insere entre les piliers porteurs des tribunes. Dont il reprend l’inclinaison. La partie superieure n’est, en fait, que le dessous des gradins : en realite un arriere qui se retrouve en facade. Un pan de beton surmonte l’ensemble et, se developpant de maniere continue sur tout, detache le plan de la toiture de la structure portante des tribunes.

Les facades laterales relevant du meme ordre de preoccupations : deux larges pans de verre de formes triangulaires et trapezoidales signalant l’espace du hall d’entree et celui de la grande halle. Ces plans transparents sont delimites par les obliques formees par la structure en beton du socle et des tribunes, d’une part, et par le mince bandeau metallique qui marque l’epaisseur de la toiture, d’autre part. Ces deux facades sont l’exacte transcription de la coupe dans l’espace du batiment. La facade laterale

Sur l’arriere, la facade des services se compose de deux registres superposes ; l’un, inferieur est scande par des portiques en beton brut dans lesquels s’inserent des panneaux, tantot mobiles pour les entrees de service, tantot fixes. Le second, superieur, est entierement vitre et s’ouvre sur la grande halle. Un gigantesque cheneau couronne la facade ; des descentes d’eaux pluviales sont disposees toutes les dissimules des profiles metalliques verticaux, seuls elements perceptibles depuis l’exterieure de la structure portante de la dalle de couverture.

L’etude attentive des facades du batiment de la patinoire donne, a nos yeux, la cle de lecture de l’ensemble du projet. En fait, les architectes ne construisent pas un batiment qui jouerait le role d’un vaste conteneur a l’interieur duquel seraient disposes une piste, des gradins, des services, etc. , mais suivent le processus inverse, qui consiste a projeter tous les elements constitutifs de l’ensemble, qui, a eux seuls, determinent un volume dont les interstices sont combles par une fine membrane de verre.

Le beton du socle est brut, apparent en tout point, marque par les seules empreintes des planches de coffrage. L’acier et l’aluminium ont un aspect brut. Les amenagements interieurs sont constitues de bancs en bois vernis, supportes par profils galvanises. Les barrieres et autres elements de serrurerie sont egalement galvanises. Les sols – acces, circulations, rampes laterales…- ne sont revetus que d’une simple chape peinte d’une couleur rouge brique rappelant celle des pistes d’athletisme. 4. Evaluation 4. 1. Evaluation technique :

Les options constructives viennent confirmer les principes de composition et procedent egalement d’une dissociation des elements. Le corps du batiment n’est, en realite, qu’un gigantesque socle dont l’aspect sculptural est souligne par l’usage du beton brut. Sur l’avant, le socle s’eleve sur presque toute la hauteur de la facade : en entrant, le spectateur penetre au c? ur de la masse construite. Le porte-a-faux des tribunes superieures prend appui sur les piles inclinees et forme une structure statique dont la lecture est immediate. En soi, le socle forme un tout.

La couverture est egalement concue pour elle-meme et sa resolution represente certainement l’aspect le plus remarquable de l’edifice. De longues poutres d’acier de plus de 80 metres de long reposent chacune sur un appui unique : une rotule. L’espace de la grande halle est ainsi couvert par une structure en porte-a-faux d’environ dix metres fait office de contrepoids ; les profiles verticaux en acier, visibles a l’exterieur du batiment sur la face arriere, sont en realite les tirants dont le role est de maintenir l’equilibre de la construction.

Ainsi, les poutres d’acier de la toiture ne prennent pas appui sur le haut des tribunes : elles s’y amarrent. Statiquement, la structure portante de couverture est donc bien resolue de maniere independante, les charges n’etant pas reportees sur la construction en beton du socle. Des poutrelles d’aluminium en I forment les traverses qui supportent la couverture legere constituee de deux toles d’aluminium contenant une couche d’isolation thermique en laine minerale. L’ensemble atteint par consequent une epaisseur minimale et une legerete exceptionnelle.

Le contreventement du plan – egalement des profiles d’aluminium – dessine deux elegantes courbes paraboliques au plafond de la grande halle. Ici encore, le systeme semble, du moins au premier regard, d’une grande clarte constructive. L’usage des pans de verre, nous l’avons deja signale, permet de combler les interstices entre le socle en beton et la toiture metallique. Le vitrage joue le role de joint entre les deux elements majeurs de l’edifice ; il constitue une enveloppe thermique necessaire et laisse la lumiere penetrer a flots dans l’espace de la halle. 4. 2.

Evaluation historique : Ce projet s’inscrit dans le cadre du debut d’une politique sportive entierement nouvelle Suisse romande, avec le developpement des lieux d’activites sportives. En effet c’etait le seul batiment qui a abrite ce type de sport qui est le patinage. 4. 3. Evaluation culturelle et esthetique : L’expression plastique de cette construction montre clairement le souci des architectes de rendre immediatement lisible la fonction du batiment. La methode d’elaboration du projet procede donc du dedans vers le dehors, celui-ci n’etant qu’une resultante.

Le volume exterieur du batiment est donc determine tantot par les elements structurels du socle, tantot par l’enveloppe vitree qui en constitue la peau. Ainsi, les pans vitres ne representent pas des plans entourant un volume, mais servent d’elements de raccord, de joints entre les parties constituant le volume, en s’inscrivant dans ses vides. Les gradins en beton et la dalle de couverture, eux, sont les le volume, alors meme qu’ils en determinent la limite : le volume ne se clot qu’avec reticence.

Du general au particulier, de la conception globale jusqu’au moindre detail, ce batiment represente un ensemble d’une parfaite coherence. Il est marque par la rigueur constructive et stylistique qui nous autorise a le considere patrimoine architectural de la ville de Geneve. 5. Documentation – Faces, journal d’architecture de l’institut de l’universite de Geneve, N° 23 printemps 1992, pp. 46-51. – Patrimoine et architecture, cahier N° 8, aout 1999, pp. 41-43. – L’architecture a Geneve 1919-1975, pp. 512-513. ———————– Projet de concours, 1954.

Premier prix : A. Cingria, F. Maurice, J. Duret, architectes et P. Tremblet, ingenieur. Plan de rez-de-chaussee Maquette du projet de concours, 1954. le principe des gradins peripheriques est deja present. La couverture des tribunes est alors une mince coque de beton. [pic] Entree commune entre les patinoires et la piscine [pic] Une autre vue de l’entree. [pic] Grande patinoire (competitions) [pic] Petite patinoire (patinage de plaisance) [pic] [pic] Facade laterale apres travaux, au premier plan les sorties supplementaires disposees sur la facade arriere.