La nostalgie alimentaire

La nostalgie alimentaire

De plus, on remarque que les personnes ont exprimé peu de nostalgie par rapport à ce moment. Nous pouvons l’expliquer par le fait que soit la question induisait une expérience récente et donc les personnes n’avaient pas assez de recul pour verbaliser leurs émotions, soit elles n’étaient pas suffisamment à l’aise pour dévoiler des moments doux. A noter aussi que le lien avec l’alimentation ne s’est fait spontanément que dans 6 cas. Pour obtenir les informations dont nous avions besoin, il a fallu poser de nombreuses questions pour que l’interviewé se dévoile.

Cela ne leur semblait pas naturel et ils répondaient parfois très brièvement. Nous avons donc du les relancer souvent en posant ‘autres questions pour approfondir les souvenirs évoqués et parfois même engager de vrais discussions. Ainsi, la durée de nos entretiens est comprise entre 20 et 40 minutes. Par ailleurs, dans la plupart des cas les personnes avaient envie de « bien répondre » alors qu’il n’ a pas de bonne ou mauvaise réponse, c’est peut-être cela qui les a bloqués pour répondre avec détails.

Nous observons également que les profils des répondants se distinguent selon leur âge. Même si toutes les générations sont susceptibles de ressentir de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la nostalgie, plus la personne est âge, plus elle a tendance à raconter ses souvenirs avec précision. Selon lézarder vignobles et année bonnement dans « Expression d’expériences nostalgiques chez les jeunes adultes par la technique projectile du collage : étude empirique exploratoire cela s’explique par le fait qu’elles ont un sentiment d’inadaptation au présent et une perspective de vie rétrécie.

Nous ajoutons le fait qu’elles ont un passé plus long et donc plus de souvenu FA 13 vie rétrécie. Nous ajoutons le fait qu’elles ont un passé plus long et donc plus de souvenirs à évoquer, mais aussi qu’elles sentent certainement de la solitude qui se traduit par une envie de s’exprimer plus longuement. Nous avons pu également noter des différences de longueur des réponses selon le sexe du répondant. Il nous a semblé que les femmes donnaient plus de détails dans leurs réponses que les hommes.

B) Les aspects de la nostalgie Tableau récapitulatif des expériences nostalgiques : Synthèse : Lorsque les interrogés nous ont raconté leurs souvenirs, les expériences nostalgiques étaient de manière récurrente associées à l’enfance. Elles étaient plutôt nombreuses et se déroulaient en présence de la famille. En général, les émotions ressenties à ces moments précis sont plutôt de la joie, de l’apaisement de se retrouver au coma let, des émotions positives.

Pour quelques uns, les me antes étaient de la joie- 13 un point de repère dans leur existence. Dans trois cas sur dix. Il s’agit de dîners de fête, Noël et un mariage. Ici, la nostalgie se traduit par des valeurs de tradition qui implique fortement la famille sur au moins deux générations. De façon surprenante, une expérience correspond à la définition première de nostalgie qui est celle de la douleur provoquée par la distance géographique, ans notre cas la région concernée est le Sud-ouest.

Profils nostalgiques : Les répondants adoptent majoritaires une attitude positive, ils ressentent une « nostalgie douce » qu’ils désignent comme étant de la joie. Cependant, cette émotion joyeuse apparaît dans différents contextes qui peuvent être la nouveauté, la conductivité, la liberté, même s’il semblerait que pour deux personnes ce soit plutôt de la « nostalgie douce-amère Dans six cas, il s’agit d’expériences en lien avec un repas alors que ceci n’ pas du tout été suggéré pendant l’entretien.

Les répondants ont donc épointement fait appel à une prise alimentaire. La transition vers la nostalgie alimentaire a donc été plus aisée et s’est inscrit dans la continuité de pointeriez. C) La nostalgie alimentaire Tableau récapitulatif des expériences nostalgiques alimentaires : Synthèse ? Tout d’abord, on peut noter que tous les produits cités ne sont pas marqués.

Ceci est en accord avec ce que publient vignobles lézarder et piochons Paul-manuel dans « Un goût de nostalgie liens entre nostalgie et consommation alimentaire » en page 16 : « les consommations alambic laïques portent aussi bien 3 proportion sur des produits non marqués On peut remarquer aussi une grande variabilité dans les produits alimentaires nostalgiques, en passant par un fruit, une sauce élaborée ou encore une spécialité locale du Sud de la France.

Toutefois, ces aliments sont en majorité des produits sucrés et plutôt pris dans le cadre des repas, petit-déjeuners ou desserts. La a une homologie entre le sucre présent dans l’aliment et la douceur de l’enfance. Les produits nostalgiques évoqués sont plutôt des produits commercialisés et donc achetés en majorité dans les grandes refusera mais aussi dans les commerces spécialisés comme les boulangeries, c’est notamment le cas pour le chausson aux pommes, les crêpes ou la croustade. Cependant, pour quelques interrogés les produits nostalgiques sont de préférence faits maison.

Ils sont donc ancrés dans la tradition de la famille et paraissent plus sécurisants que les produits bons marché et commodes dont on ne sait rien sur la provenance et la recette, comme le souligne vignobles lézarder et piochons Paul-manuel. Ce sont aussi des promu?tas qui se transmettent de génération en génération. Profils nostalgiques . On peut donc définir plusieurs profils différents. Les produits nostalgiques font référence dans la majeure partie des cas des repas pris en famille pendant l’enfance et témoignent ainsi d’un sens familial solide.

Ils sont de plus souvent associés une émotion joyeuse, festivité, dans une ambiance connivence, de partage. Pour les produits faits maisons, les interrogés n’osent pas se les procurer dans le commerce de peur d’être déçus par rapport leur référence, notamment en terme de goût. Ils ont un manque de confiance dans l’aliment e. On remarque 3 terme de goût. Ils ont un manque de confiance dans l’alimentation moderne. On remarque que ces personnes ont plutôt passés la quarantaine, il s’agit des baba-obombrer qui ont connu la prospérité et l’individualisme (cf..

auréolé cessons et layette Roux dans « Les consommateurs et la nostalgie : une typologie factorielle confirmations Ce qui peut expliquer leur comportement alimentaire détourné de la grande distribution et intéressé par les produits artisanaux, gage de qualité et vierges de tous soupçons. Pour d’autres interrogés, leurs produits nostalgiques ne sont lus dans le commerce. On a constaté qu’ils ne se tournent, en général, pas vers des produits de substitutions soit parce qu’ils ont tenté de les retrouvés mais ont constatés une évolution qui leur déplaît, soit parce que ces personnes ont changé d’alimentation.

Enfin, deux interrogés retrouvent leur produit de nostalgie dans le commerce et continuent d’en acheter. Mais nous observons qu’il s’agit de produits qui étaient peu répandu dans l’alimentation et qui se sont banalisés aujourd’hui. D) Conclusion Le passé culturel et l’expérience personnelle d’une personne citent ses réactions alimentaires et notamment ses réactions nostalgiques alimentaires. Il est donc logique qu’elles évoluent dans le temps et qu’elles soient propres à chacun.

Nous remarquons dans nos interviews que les aliments nostalgiques le sont devenus au bout d’un certain temps. Ainsi, des aliments initialement sans intérêt particulier peuvent acquérir une valeur positive nostalgique s’ils sont associés à des expériences agréables. La sensation de nostalgie est alors en formation et à chaque reconstitution de ce produit, elle va se renforcer. 3 chaque reconstitution de ce produit, elle va se renforcer. De telles expériences vont renforcer le comportement du consommateur.

Il va instinctivement chercher à revivre l’expérience positive (renforcement positif) et au contraire à éviter le contact avec l’aliment négatif (renforcement négatif). Nous avons bien ressenties cette recherche du moment doux, agréable, sucré. Toutefois, nous ne craignons qu’une répétition trop fréquente du produit nostalgique puisse annulée cette sensation et si les répétitions sont exagérées, elles pourraient conduire à un rejet total. D’autre part, les interviewés expriment de la nostalgie par rapport à des produits de leur enfance.

Nous pouvons dire que la sensation de nostalgie dépend du facteur âge d’acquisition. Les expériences douces acquises pendant la jeune existence semblent être ainsi très stables bisexuelles continuent s’exprimer tout au long de la vie de l’interviewé. Ceci se vérifie particulièrement lorsque l’aliment a été principalement consommé en milieu familial. Les interrogés ont pour la plupart évoqués des aliments nostalgiques cuits, ainsi ils ont jugé que la chaleur de l’aliment Eure apportait une chaleur humaine, notamment des les relations avec leurs proches.

Avec l’aide des remarques des répondants, nous avons établi un produit nostalgique idéal. AI s’agirait d’un produit sucré qui entrerait dans la préparation des repas de famille ou qui se consommerait seul. Dans tous les cas, ce serait un produit connotation noble, c’est-à-dire ayant subi peu de transformation de la part de l’industrie agro-alimentaire. Les interviewés semblent apprécier le fait d’apercevoir le produit à travers l’emballage. Ainsi, il serait conditionné dans un matériau transparent BU d’apercevoir le produit à travers l’emballage.