La Morte Amoureuse

La Morte Amoureuse

« La Morte Amoureuse », ou la contradiction de la coéxistence entre la réalité et l’illusion. Problématique : La double vie du narrateur, dans la Morte amoureuse relève-t-elle du réel ou de l’imaginaire? Introduction La Morte amoureuse est une nouvelle fantastique de Théophile Gautier, parue en 1836 dans le journal « La Chronique de Paris ». Théophile Gautier (1811-1872) est un romancier et poète français, du 19ème siècle. Il est partisan de Victor Hugo, et participe au mouvement romantique.

Cette nouvelle est du domaine du fantastique et traite de l’amour entre un jeune prêtre et une courtisane « vampire » Plan de l’Analyse : Concernant, le plan d or 14 plusieurs parties disti ez • Sni* to View Je vais tout d’abord a puis au sujet de la na viser mon étude en utier au fantastique. le traitant de la première fraction du recit, concernant la vie et les ambitions ecclésiastique du personnage de Romuald, dans la situation initiale, avec en sous-partie l’importance de la description dans la nouvelle.

Et l’autre, à sa vie après son ordination, qui présenteront des différences majeures et contradictoires. Dans cette seconde fraction, je ferais un résumé du déroulement de la nouvelle, puis je ferais intervenir des sous-parties, à propos u personnage de Clarimonde,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
et du mythe des vampires. L’avant-dernière grande partie de l’analyse traitera du d Swipe to vlew next page dénouement de la nouvelle et en sous-partie du combat du narrateur contre son double.

Puis pour finir, les solutions à la problématique « La double vie, du narrateur dans la Morte amoureuse relève-t’-elle du réel ou de l’imaginaire?  » l. Gautier et le genre fantastique. Le genre fantastique est un registre littéraire qui se caractérise par l’intrusion du surnaturel dans le cadre réaliste d’un récit. Nous pouvons dire que nous avons affaire à une oeuvre antastique quand sont présentes : L’apparition du surnaturel dans notre monde et l’intention de l’auteur de créer chez le lecteur un sentiment de malaise ou de peur.

Roger Ca11101s, écrivaln, sociologue, et crltique littéraire, dans son livre  » au Coeur du fantastique » de 1965, écrit: « Tout le fantastique est rupture de l’ordre reconnu, l’irruption de l’inadmissible au sein de l’inaltérable légalité quotidienne » Théophile Gautier montre un vif intérêt pour ce genre, en plus de ces prédispositions à la poésie et à la critique d’Art. Il publie plusieurs oeuvres à ce sujet dont « Le Chevalier Double » (1840), Le Pied de Momie » (1840), « Avatar » (1856) et la nouvelle en question « La Morte Amoureuse » (1836), entre autres.

Il a pour modèle Ernst Thedor Amadeus Hoffman (1776-1822), écrivain adepte du mouvement romantique et de la littérature fantastique. pour lui « la Réalité est folie » et « Le monde imaginaire Selon Tzedan Todorov, théoricien littéraire, le récit fantastique réside « Entre une explication naturelle et une explication surn 12 littéraire, le récit fantastique réside « Entre une explication naturelle et une explication surnaturelle des évènements évoqués ».

Cependant au sujet de la nouvelle « la Morte amoureuse » de Théophile Gautier, il réside une contradiction selon le théoricien, qui ne serait démanteler si celle-ci est du domaine du fantastique ou du merveilleux. Il décide donc de la qualifier de nouvelle au genre fantastique-mep. eilleux. Il appuie sa théorie par « Le surnaturel est finalement accepté, en supposant que des lois inconnues le régissent. L ‘hésitation ne se fait plus, puisqu’une explication a été privilégiée à une autre. Cette théorie n’appartient qu’à Todorov, et la nouvelle, à tout de même été qualifié de nouvelle au genre fantastique. Le fantastique, comme le merveilleux, est un véritable plaisir our l’esprit habituellement soumis à la contrainte de la pensée rationnelle. Gautier, dans ses nouvelles fantastiques, à des thèmes récurrents : l’amour impossible, éphémère, érotique, pur et douloureux, et la mort, comme une fatalité, les deux sont généralement liés.

Il navigue toujours entre l’illusion et le réel, entre le réalisme et le surnaturel. Il créer dans ces textes, des univers s’attachant à des époques de l’Histoire comme le Moyen-Âge par exemple, et des lieux qui imprègne directement l’imagination du lecteur dans des décors précis, la froide Scandinavie pour le Chevalier double et l’Egypte ancienne dans Le pied de Momie » par exemple Dans la Morte Amoureuse, l’époque et le lieu de l’histoi ancienne dans « Le pied de Momie » par exemple.

Dans la Morte Amoureuse, l’époque et le lieu de l’histoire restent assez flous et non-déterminés, mais des passages du récit laisse ? penser que la nouvelle se passe en Italie. « portrait de la Madone », « il signor Romualdo », « Un Foscari ‘ et « Nous habitions un grand palais de marbre sur le Canaleio » qui est le canal de Venise.

La nouvelle « La Morte Amoureuse » (1836) Dans cette oeuvre, Théophile Gautier, utilise un narrateur interne, en le personnage de Romuald, durant tout le récit il y a une tilisation du « Je » Romuald, abbé de 66 ans, revient sur son existence, et raconte à une personne non précisé, mais hypothétiquement, eccléslastlque comme lui  » vous me demandez, frère si j’ai aimé, oui », son histoire « singulière et terrible » selon-lui, au sujet de sa vie de prêtre, jusqu’à la rencontre d’une femme courtisane, éléments perturbateur à la situation initiale, qui va changer sa vie aux moeurs religieuse, en une vie contre toutes valeurs de la bienséance. Il va se perdre entre réalité et illusion, dans une vie de prêtre le jour, contre une vie de riche mondain et homme damné » la nuit, au côté de « Clarimonde », revenante et vampire, ayant un amour réciproque et passionnel pour le prêtre Romuald.

On peux émettre l’hypothèse qu’il raconte ceci à un de ces « frères » des années plus tard, dans l’optique où il aurait eu un moment d’adaptation et de remise en question afin de comprendre lui même ce qui c’est passé, il révèle peut-être, enfin son pas 2 en question afin de comprendre lui même ce qui c’est passé, il révèle peut-être, enfin son passé et il n’est toujours pas sûr de la valeur imaginaire ou non de son histoire. Dans cette nouvelle, le fantastique tient en la barrière entre le êve et la réalité, et au personnage atypique de « Clarimonde » et de l’univers se rapportant à elle. l. Romuald, ou l’ambition écclésiastique, situation initiale de la Le personnage de Romuald, se voue dès sa plus tendre enfance à une vocation religieuse. Il consacre toutes ses études et sa vie à cela. Il ne connait aucun attrait du monde extérieur, « Je n’étais jamais allé dans le monde, le monde, c’était pour moi, l’enclos du collège et du séminaire.

Je savais vaguement qu’il y avalt quelque chose que l’on appelait femme, mais je n’y arrêtais pas ma pensée, j’étais dune innocence parfaite. Je ne voyais ma mère ieille et infirme que deux fois l’an, c’était là mes seules relations avec le dehors » (p. 78) Il montre un « engagement irrévocable » et se voue entièrement à Dieu, il n’envisage aucune autre vie ou carrière que celle de prêtre. Dans l’histoire il insiste sur ce fait, « ce que je dis là est pour vous montrer combien ce qui m’est arrivé ne devait pas m’arriver et de quelle fascination inexplicable j’ai été la victlme.  » (p. 79) Ce passage, de situation initiale, ne dure que deux pages et informe le lecteur de la grande sagesse de Romuald.

La situation est des plus calme dans cet univers religieux, la vie suit son cours, t le champ lexical d PAGF s OF situation est des plus calme dans cet univers religieux, la vie suit son cours, et le champ lexical du bonheur et de l’impatience est présent, durant tout l’extrait : « joie »; « beau »; « comptez les heures avec une ardeur plus fiévreuse »; ‘rêves »; « je me croyais un ange »; « dans un état qui touchait presque à l’extase », impatience, « pas si léger » « enfin » Lors de sa cérémonie d’ordination Romuald croise le regard de Clarimonde (l’élément déclencheur qui vient perturber le cours de l’histoire), qui lui fait perdre instantanément la raison. Ses mbitions, passent soudainement au second plan. « Ce fut comme si des écailles me tombaient des prunelles. J’éprouvals la sensation d’un aveugle qui recouvrerait subitement la vue. évêque, si rayonnant tout à l’heure, s’éteignit tout à coup, les cierges palirent sur leurs chandeliers d’or comme les étoiles au matin, et il se fit par tout l’église une complète obscurité. La charmante créature se détachait sur ce fond d’ombre comme une révélation angélique, elle semblait éclairée d’elle-même et donner le jour plutôt que de le recevoir ». (p-79-80) La nouvelle prend alors, un tout autre chemin, le narrateur est orté par une autre passion que la religion, il découvre l’amour en la personne de Clarimonde et est en état de semi-conscience. a) a place de la description dans la nouvelle. Dans « la Morte Amoureuse » la description à une place primordiale, et est présente durant toute l’oeuvre. Une description longue, passionnante, et forte en adjectif 6 2 présente durant toute l’oeuvre.

Une description longue, passionnante, et forte en adjectif est transcrite lors de l’extrait où Romuald voit pour la première fois Clarimonde durant la cérémonie d’ordination. Dans ce passage, Théophile Gautier insiste particulièrement sur es couleurs, il les décrit dans des expressions extrêmement précises, ce qui constitue un champ lexical en référence aux couleurs et à l’Art. « peintres »; « portrait de la madone », « vers du poète », « fleuves d’or », « blancheur bleuâtre », « transparente », « cils presque bruns », « prunelles verts de mer » « éclatant », « son rouge sourire », « satin rose de ses adorables joues ». Cet engouement de Gautier à transposer les descriptions et couleurs, vient sans doute de sa grande passion et ses connaissances en Art et Peinture.

A plusieurs reprises, il use des comparaisons avec des animaux pour désigner son amante courtisane « un mouvement onduleux e couleuvre ou de paon qui se rengorge »; « ces belles lignes onduleuses comme le cou d’un cygne ». Tout au long du récit, les descriptions sont d une telle précision que le lecteur peut aisément s’imaginer les personnages, décors environnants et même les odeurs, se dessiner devant lui. On s’imprègne facilement de cet univers que Gautier construit autour de sa nouvelle, et reflète de façon remarquable. Il/ Entre l’amour, la mort et la perte de soi. – Développement de la Nouvelle. A partir du moment, où Romuald devient prêtre et est obsédé par Clarimonde, le récit plonge dans le champ lexical, d 7 2