La Morsure

La Morsure

Il ne voulait histoires bizarres mai n’est pas une simple Intérêt du lecteur orge saine inexperte aires bizarres pour quelques compte que ce Les lecteurs qui aiment avoir dans les récits des apocalypse, de l’action et tout ce qui suis, je les incite à lire mon récit « La Morsure » Genre Mon récit appartient au genre de la science-fiction car il y a un iris planète terre qui transforme toutes les personnes atteintes en cannibales assoiffés de sang, une fois mordu vous devez l’un des leurs.

Thèmes Mon récit parle d’ imprévu, d’accident, parents/enfant , mère s’appelle chrétien, elle est styliste. Le jour avant de partir, on entend une histoire un peu spéciale la radio, un homme s’est fait dévorer, apparemment Mais ce n’est pas cette histoire qui va nous empêcher de partir car j’ai toujours souhaité aller à talent pour « Aquarium égorgea Le jour « J » arrive enfin. Avec mes parents nous embarquons dans l’avion, direction talent.

Dans l’avion, je suis assis à côté du hublot et de mon père, ma mère est juste à côté de lui, près de centrale. Tout le monde dort à côté de moi, soudain ! Une femme se mit à

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
crier de toute ses forces, comme si on venait de lui arracher quelque chose. Ces cris réveillent, en sursaut, toutes les personnes qui se demandent ce qui se passent. La femme a fait un malaise, elle est toute transpirant. Heureusement, un voyageur de l’avion est médecin, il touche son front pour voir si elle a de la fièvre.

Le médecin est étonné car le front de la femme est brûlant comme de la braise, ainsi le reste de son corps. Le médecin demande à l’hôtesse si l’avion va bientôt atterrir parce que la femme, malade, a besoin de soins urgents. L’hôtesse lui répond : « Nous arrivons dans 30 minutes environ. Voulez-vous quelques choses pour cette femme ? » Le médecin lui répond : « Un grand verre d’eau et des médicaments pour la fièvre si vous en avez. » L’avion se pose enfin sur le sol ; je n’aurai jamais pensé que ce voyage aurai été si tourmenté.

Cette femme est transportée dans rapporta le plu jamais pensé que ce voyage aurai été si tourmenté. Cette femme est transportée dans l’hôpital le plus proche pour y être soignée. Nous prenons un taxi pour nous rendre à notre hôtel, j’ai hâte d’ être. Mes parents ont réservé une suite au dernière étage pou notre séjour. Une fois arrivée à l’hôtel, après s’être installés, nous décidons de rester dans la suite pour se reposer sur le canapé et regarder la télévision car nous sommes fatigués du décalage horaire.

Aux infini, je vois bien qu’il s’est passé encore une histoire bizarre, je ne comprends pas trop ce qu’ils racontent parce que je ne comprends pas l’anglais, mes parents m’expliquent que c’est encore une histoire de cannibalisme ». Je demande à mes parents si ce qui se passe est grave Ils e disent de ne pas m’inquiéter, ce sont juste des personnes malades. En allant me coucher, je me suis demandé : Comment deux histoires aussi bizarre se passaient en même temps ? Alors que jamais , je n’avais entendu des histoires comme celle-là ». À ce moment, j’ai eu un peu peur de l’avenir.

Le lendemain, après s’être levés, préparés et déjeunes, nous décidons d’aller faire un tour dans talent. Man père et moi voulons allés visiter « Aquarium égorgea » mais ma mère elle a la phobie des poissons alors elle décide d’aller faire du shopping. Nous nous séparons et nous nous donnons rendez-vous devant ‘entrée de L’Aquarium à ah. Il est déjà midi, nous devons nous dépêcher pour pouvoir visiter tout l’aquarium. 15 1 sa. Il est déjà midi, nous devons nous dépêcher pour pouvoir visiter tout l’aquarium. 1 sa, nous sortons de l’Aquarium.

Maman n’est pas là ! nous sommes inquiets. Nous entendons des sirènes de police, des klaxonner de voitures, des conducteurs qui s’énervent car ils veulent quitter la ville,.. C’est le chaos total. Mon père décide de téléphoner à ma mère mais elle ne répond pas. On décide alors d’aller la chercher mais impossible d’avancer ,les rues sont inaccessibles, tellement il y a es voitures et des gens qui se bousculent sur les trottoirs. Un policier sort de sa voiture avec un mégaphone et hurle : « RENTREZ TOUS CHEZ VOUS ! FERMEZ TOUTES VOS PORTES A CLÉ !

ON se FAIT ATTAQUER Je suis en panique total, je veux vite rentrer à la suite mais mon père lui ne veut pas rentrer sans maman. Je lui dis : « Papa on doit rentrer ! Maman est sûrement déjà à la suite ! » Il me répond : « étés elle n’ est pas ego ! » Je lui dis : « On ne sait de toute façon pas aller la chercher, on ne sait plus bouger, c’est le chaos partout ! » Mon père est enfin d’accord pour rentrer. Moi je suis sûr que maman y est. Pour rentrer à la suite pas d’autre choix que de se faufiler et courir, les rues sont complètement bouchées.

Sur le chemin, nous voyons une personne à terre avec une morsure au bras. Nous décidons d’aller l’aider. Mon père regarde sa morsure mais en le touchant il remarque que sa peau est brûlante, comme la femme dans l’avion. La personne est encore consciente et nous lui demi sa peau est brûlante, comme la femme dans l’avion. La personne est encore consciente et nous lui demandons où est-ce qu’elle habite. La personne répond : « Laissez-moi là. Je suis contaminée, sou ne pouvez plus rien faire pour moi. Dépêchez-vous de rentrer chez vous avant de vous faire mordre Nous sommes enfin rentrés à la suite ! Aise maman n’est pas là. Mon père est paniqué, il veut repartir la chercher, je le retiens et lui redis : « Papa ! On ne sait pas aller chercher maman maintenant avec tout le bordée qu’il y a dehors ! » AI me répondit : « Je ne peux pas la laisser seule ! » ; Je lui dit : « Nous irons demain quand ce sera plus calme ! ». Le Lendemain matin, papa et moi sortons de la suite pour aller la recherche de maman. Ligne fois dehors, nous voyons une bonne dizaine de personnes entraînées nous suivre, « elles vont nous dévorer si nous restons là P.

Nous décapons et courrons le plus vite possible pour nous rendre dans les commerces où maman a fait du shopping, peut-être qu’elle s’est réfugiées à l’intérieur On rentre dans un des magasins, nous la cherchons dans tous les étages mais rien, pas de traces de maman Nous la cherchons dans deux autres bâtiments mais là non plus aucunes traces de maman Nous cherchons dans un quatrième bâtiment, et en ouvrant la porte du Emme étage Une personne crie en anglais : « VOUS ÊTES QUI EST-CE QUE VOUS VOUS ÊTES FAIT MORDRE ?! Mon père répond : « On ne sait pas fait mordre, je cherche ma VOUS VOUS ÊTES FAIT MORDRE ?! Mon père répond : « on ne sait pas fait mordre, je cherche ma femme ! Mon nom est subissaient et voici mon fils ego » Il nous répond : « Bienvenue dans « l’étage réfugié » subissaient et ego, mon nom est car Mon père lui demande : « Ma femme n’est pas ici par hasard, elle s’appelle chrétien, une grande blonde Il crie : «CHRÉTIEN, J’AI UN CADEAU POUR TOI » Une femme ouvre la porte et je m’aperçois que c’est ma maman, je cours vers elle et lui saute au cou tellement je suis content de ‘avoir retrouvée, mon père fait pareil. Après nos retrouvailles , car nous présente tout le groupe.

Il y a gamme il est garagiste, carriole ma femme, local mon fils, récrie militaire et moi, je suis policier. Il nous explique : « Nous partons dans 1 semaine en direction du Centre des maladies nous avons km à parcourir, nous allons là-bas pour comprendre ce qui se passe, nous avons 1 semaine pour trouver de la nourriture, de l’essence et des armes. » car nous dit que nous avons deux voitures avec le réservoir plein, une arme à feu avec le chargeur plein et de la nourriture en boites. Une semaine plus tard, nous sommes près pour partir, nous avons trouve deux armes supplémentaires et trois bidons d’essence. Les voitures sont prêtes, nous pouvons partir » dit car. Nous démarrons, je suis dans la voiture avec mon père, ma mère et gamme et dans l’autre voiture il y a car et sa famille. Deux heures plus tard, nous arrivons au Centre des maladies l’autre voiture il y a car et sa famille. Deux heures plus tard, nous arrivons au Centre des maladies : ça à l’air plutôt calme. Nous descendons vite des voitures pour aller voir le Centre. Il y a sur les portes des plaques blindées. Je suis persuadé qu’il a quelqu’un à l’intérieur sinon pourquoi y aurait-il des plaques blindées.

Une heure s’est passée, les portes sont toujours fermées, il y a des caméras au dessus des portes, je suis sûr que quelqu’un nous regarde mais ne nous laisse pas rentrer. Des contaminés commencent à s’approcher de nous. Mon père s énerve, il tape contre les portes et crie en anglais : « LAISSER NOUS ENTRER ! ON VA CREVER SI VOUS NOUS NE NOUS LAISSER PAS ENTRER ! Il y a encore des personnes contaminées qui s’ajoutent, je commence à avoir peur comme tout le monde. car récrie : « LAISSEZ NOUS ENTRER JE VOUS EN PRIE , IL Y A DES ENFANTS ! » Tout d’un coup, les portes s’ouvrent.

Nous entrons tous très vite à l’intérieur. Il y a dix scientifique armés devant nous, l’un d’eux nous demande : « Qu’est ce que vous voulez ? » Mon père répond : « Un endroit pour survivre « C’est beaucoup demander par les temps qui courent, l’un de vous est-il contaminé dit le scientifique. Mon père répond : « Non, personne Les scientifiques nous installent et ils nous expliquent qu’ils travaillent sur une bombe antidote, c’est-à-dire que chancelle-ci explosera elle tuera tous les contaminés. Sept mois plus tard, nous sommes toujours au centre elle tuera tous les contaminés.

Sept mois plus tard, nous sommes toujours au Centre des maladies, nous pouvons encore tenir au moins un an ou deux tellement il y a de la nourriture. Les scientifiques ont fini leur bombe antidote mais le problème maintenant c’est de la déplacer. Les scientifiques disent à car, gamme et à mon père que ce sont eux qui doivent déplacer cette bombe. Il a un camion la transporter. Les scientifiques leur expliquent qu’ils doivent prendre le camion avec la bombe, la déplacer km plus loin, l’activer et revenir au Centre. Mon père est d’accord, gamme et car aussi, ils savent que c’est anguleux mais ils le feront t pour sauver le monde.

La famille de car et ma mère et moi avons très peur qu’ils ne reviennent pas mais nous n’avons pas le choix de toute façon Le jour du départ est arrivé, mon père, car et gamme sont prêts pour partir, ils ont des armes pour se protéger. Deux jours plus tard, ils reviennent enfin, ils ne sont plus que deux, gamme est absent, il s’est fait morde en allant activer la bombe. Mais grâce à gamme le monde va être sauvé, il s’est sacrifié pour sauver le monde… Conclusion J’ai tout d’abord choisis ce selfs car ‘e n’avais pas d’autres idées. J’ai eu quelques difficultés ‘imagination de ma approfondir.