La litterature convaincre et persuader

La litterature convaincre et persuader

Le pas bon Depuis toujours, les ecrivains ont profite de la litterature pour developper leurs idees. Ainsi certains preferent defendre le peuple, tandis que d’autre preferent une idee philosophique. Il est tout a fais legitime de se demander alors si ce type de litterature, La litterature engagee, est efficace et que leurs formes d’argumentation soient un bon moyen pour convaincre et persuader. De nombreux ecrivains arrivent a nous faire adherer a leurs opinions, cependant il est tout aussi important d’etudier leurs formes d’argumentation directe mais tout aussi indirecte, et meme parfais celle(s) qu’on ne peut classe(s).

Les textes litteraires sont un bon procede pour convaincre et persuader le lecteur. Tout d’abord, il est important de rappeler les definitions des termes « convaincre » et « persuader ». Le verbe « convaincre » est employe pour exprime le fait que l’auteur amene le lecteur a reconnaitre qu’une proposition est veridique. Cette conviction repose essentiellement sur l’exercice de la raison qui avance des preuves.

Tandis que le verbe « persuader » est davantage employe pour exprime le fait que l’auteur cherche a partager son point de vue avec le lecteur en jouant sur les emotions; la sensibilite, la subjectivite sans forcement utiliser des preuves contraintes. Dans un premier temps, il est important d’etudier

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
l’argumentation directe. Elle est surtout utilise dans un Discours, un essai ou traite et la correspondance d’idee. Tout d’abord, quand l’auteur veut interpeller le lecteur il fait appel alors au registre polemique et a la satire et pour cela il utilise le discours.

Le discours est un texte qui par le ton familier se rapproche a une conversation. Par exemple, le Discours sur le colonialisme est un pamphlet anticolonialiste d’Aime Cesaire. Il y denonce avec force la barbarie interne a la civilisation occidentale. Ensuite, tandis que lorsque l’auteur veut toucher le lecteur plus dans son ame, il utilise alors l’essai. En effet, un essai est un ouvrage qui repose sur une reflexion, qui confronte des opinions et surtout qui oppose un point de vue personnel sur un theme dans quelque domaine qu’il soit.

Nous retenons trois periodes ou la litterature a permis l’expression d’opinions fortes dont l’essai a ete l’illustration. La premiere periode est le XVII, siecle de l’invention de l’essai par Michel Montaigne. Cet auteur croit plus en l’homme et a la nature qu’a la religion. Il donne libre court a « ses croyances » en publiant Essai qui sera le tout premier essai de ce genre qui evoque alors la modernite. Une autre periode riche en litterature d’essai est le siecle des Lumieres. Veritable siecle de contestation, les auteurs et philosophes francais veulent changer les mentalites, les royances, les m? urs, et la valeurs de la societe de l’epoque. L’essai qui a eu l’un des plus fort impact sur la societe feminine de l’epoque est Emile ou l’education. Dans ce traite, Rousseau veut contribuer a une nouvelle attitude envers l’enfant et pose la question d’eduquer sans denaturer. Le XXeme siecle met aussi de nombreux auteurs d’essais. Par contre ceux-ci revendiquent des causes differentes, plus actuelles. Ainsi, dans  Reflexion sur la guillotine  d’Albert Camus, l’auteur veut nous faire acceder a son idee en utilisant des arguments.

Par exemple, la loi reproduirait en fait le meme schema de l’homme celle de la vengeance alors qu’elle devrait au contraire la corriger. Par consequent, la forme de l’essai est tres libre ce qui explique le fait que les auteurs y recourent souvent, meme les hommes politiques et journalistes y coulent leurs projets, leurs experiences ou leurs jugements. L’essai prend la forme alors d’un article etoffe, d’un traite, d’un livre d’histoire, de memoires, lettre ouverte,. Ceux-ci sont rediges a l’aide d’un plan rigoureux, thematiques et analytique.

Grace a ce type de litterature, l’auteur dispose d’un autre moyen d’exposer ses idees et ses opinions de facon explicite. L’auteur utilise aussi la correspondance pour exposer ses idees et convaincre le lecteur. En effet, utilise depuis longtemps par les auteurs la correspondance peut-etre une forme d’argumentation. Ainsi la lettre peut s’adresser a un destinataire, mais aussi au public. C’est d’ailleurs le cas dans le J’accuse d’Emile Zola, cette lettre publie en 1898 dans le journal l’aurore sous le format d’une lettre ouverte.

Paru deux jours apres l’acquittement d’Esterhazy, pour soutenir Dreyfus, Zola y attaque notamment les generaux et les officiers mais aussi les responsables d’ecritures pour rapports frauduleux et mensongers. Zola y a d’ailleurs consacre sa vie afin d’obtenir la rehabilitation d’Alfred Dreyfus. Il utilise pour cela la correspondance et le registre polemique afin d’attaquer, d’accuser mais aussi d’amener le lecteur a penser comme lui et donc commencer a se battre pour des causes justes.

C’est d’ailleurs pour cela que l’argumentation directe suscite autant d’interet, en effet car le message est clair et net, car des textes trop complexes peuvent etre incompris par de nombreux lecteurs. Il est important alors d’aborder l’implicite, l’ironie et l’argumentation indirecte. L‘apologue, les contes, et certaines pieces de theatres presentent tous un mode de fonctionnement allegorique qui autorise l’argumentation indirecte. Ils visent en effet a convaincre et persuader le lecteur indirectement par un recit fictionnel arrange et ordonne, destine a presenter des idees et des valeurs philosophiques.

Ainsi, l’apologue est un court recit allegorique qui renseigne un enseignement, une lecon de morale. L’apologue est souvent utilise pour defendre une cause ou denoncer un vice humain. L’apologue se divise en plusieurs categories. La fable en est une. Elle est un court recit illustrant une morale. Le plus souvent elle met en scene des animaux personnifies, les Fables de Jean de la Fontaine en sont d’ailleurs l’exemple. Cet auteur utilisent d’ailleurs ces fables pour denoncer les denoncer les defauts de la societe.

La morale est generalement place a la fin du recit mais de facon implicite comme dans  Le corbeau et le renard  : « Tout flatteur vit au depend de celui qui l’ecoute. » Mais elle peut etre aussi place au debut du recit comme dans Le loup et l’agneau ou elle est enonce clairement cette fois ci «  La raison du plus fort est toujours la meilleure . » Dans le style de la fable, on trouve aussi la parabole developper par la religion. Ainsi, dans les Evangiles, Le Christ delivre son enseignement personnel en passant par des paraboles, recits qui utilisent des scenes quotidiennes bien connues de l’auditoires mais dont le sens est allegorique.

En effet dans Le bon samaritain, Jesus raconte l’histoire « d ’un homme battu a mort au bord d’une route. Puis un, deux et trois hommes passent devant lui . C’est finalement le troisieme qui le ramasse et l’emmene chez lui afin de le soigner, alors que c’etait le jour du sabbat. Alors qui est le bon samaritain dans cette histoire? » La fable, les paraboles veulent tout simplement amener a reflechir le lecteur et qu’ils adherent a la morale degagee du recit. Le Mythe est lui aussi considere comme une forme d’apologue car il raconte et enseigne.

Le mythe peut lui aussi avoir une connotation religieuse comme dans Les Acharniens d’Aristophane incitant a la paix pendant la guerre du Peloponnese. Mais il peut-etre aussi laic ( laic definition francais ) et philosophique comme le montre Montesquieu dans Les lettres Persanes avec Rica, un perse de visite en France. L’auteur y expose de maniere implicite sa vision des decisions du gouvernements. Il est possible alors de considerer l’apologue comme un bon media afin d’exprimer ses opinions en evitant la censure. Mais, un auteur et philosophes francais a quand a lui trouve un moyen d’eviter la censure en inventant le conte philosophique.

Le conte philosophique doit bien sa notoriete a Voltaire. A la fois un conte, avec des personnages, une quete, des obstacles, et des elements merveilleux tels que l’Eldorado. Mais il est au final philosophique car il cherche a eveiller la reflexion critique du lecteur sur des sujets un peu tabous a l’epoque comme la critique de la religion, du pouvoir absolu, de la politique, de la morale traditionnelle , promotion de la science et de la raison. Le sous titre meme du livre eclaire le lecteur sur le theme traite tel que Candide ou l’optimisme .

Le conte philosophique est donc un recit un recit proche de l’apologue. Mais, en fait, le conte philosophique est beaucoup plus considere comme un roman d’apprentissage, car au fil du roman, Candide avec l’aide de ses perpetuels obstacles et problemes avancent progressivement pour arriver dans la maturite a la fin du roman. Cette caracteristique montre bien que la visee du conte philosophique est celle d’instruire. Dans ce cas, le conte philosophique montre bien les efforts des philosophes des siecles des lumieres, celles de permettre l’instruction du peuple et meme en lisant simplement un conte.

Mais aussi, le conte philosophique lui permettait d’aborder de nombreuses idees contestataires tel que le pouvoir, le pouvoir, la justice, tout ces sujets sont denonces dans ce livre mais en echappant a la censure. Voltaire a donc transforme le genre de la fable ou du conte classique en un forme litteraire pour mener le combat philosophiques et que d’autres personnes adherent a ses opinions, c’est-a-dire celles qui n’auraient pas les moyens (ou l’envie) de lire des livres, essais ou ouvrages serieux. L’utopie est quand a lui aussi un genre litteraire argumentatif.

En effet, ce recit fictionnel qui obeit a des regles precises. Son action se situe dans un lieu huit-clos et isole tel que L’Atlantide de Platon, en bref un monde inaccessible. La fonction avant tout de l’utopie est de permettre de critiquer. Ainsi, du XVIeme au XVIIIeme siecle, de nombreux auteurs tels que Rabelais dans L’Abbaye de Theleme dans Gargantua , Montesquieu dans Les Lettres Persanes et Voltaire dans l’Eldorado de Candide (chapitre 18) veulent demontrer qu’une organisation plus sociable qu’une autre, plus humaniste, plus juste, est possible.

L’auteur dispose donc de beaucoup de moyens afin d’argumenter implicitement en utilisant ou pas l’ironie. Mais il y a aussi un moyen qui ne peut ni etre classe dans les deux genres developpes. Le dialogue, il appartiendrait aux deux types puisqu’il est une argumentation directe, un debat entre deux theses mais il revele aussi de la forme indirecte utilise sous forme de piece de theatre ou romanesque. Ce genre s’appelle le dialogue philosophique qui ne peut etre represente que comme un genre litteraire a part entiere. Tout d’abord, une argumentation peut-etre presente sous forme d’un dialogue entre deux personnes.

Le dialogue est alors un moyen essentiel pour confronter des idees. Il en existe sous plusieurs formes de discours. L’une d’elles est le discours didactique , dont le but des interlocuteurs est d’exposer son savoir a l’autre. Alors, l’autre lui pose des questions et un debat se cree. Un auteur a beaucoup utilise ce dialogue Corydon d’Andre Gide , afin de defendre la cause des homosexuels car il fut l’un des premiers homosexuels francais a affirmer son homosexualite en public. Le theatre est lui aussi, un genre litteraire permettant a l’auteur de la piece d’exprimer son opinion a travers un dialogue.

En effet, Moliere denonce les defauts des etres humains sur un ton satirique et ironique. Par exemple, les pieces de theatres tel que Le Malade Imaginaire, L’Avare, ou Le Misanthrope. Mais cependant que ce soit au theatre ou sous forme didactique, de nombreux auteurs utilisent le dialogue pour defendre leur point de vue. Comme nous l’avons etudies, les auteurs ont souvent utilises les differents litteraires pour defendre leur point de vue, ou pour s’engage dans une mission tel que le droit d’expression, la liberte, ou l ’abolition de l’esclavage.

Les textes que nous continuons de lire aujourd’hui argumentent aussi et tentent de remporter l’adhesion du lecteur mais de maniere plus fantaisiste. Ils semblent donc que les textes litteraires soient devenus d’autant celebres pour d’autres raisons que leur argumentation. Ainsi, les textes des plus grands tels que Voltaire, Moliere ou encore Victor Hugo suscitent encore un interet. Mais la grande question serait plutot pour leur forme d’argumentation ou pour leur tres grande qualite litteraire et le plaisir qu’ils procurent ?