la libélule

la libélule

Les camps d’extermination : eux, ont été construits pour liquider physiquement les Juifs et les Tsiganes, groupes ciblés par les nazis, comme étant deux peuples de trop, voués, conformément à l’idéologie mortifère nazie, ? disparaître totalement, selon des modalités mobilisant tous les moyens dont disposait l’État nazi, au terme dun processus dans lequel l’extermination constituait une fin en soi, quels que soient les moyens utilisés pour y parvenir .

L’objectif des nazis était l’extermination totale, systématique, « biologique » des Juifs et des Tsiganes qualifiés e« sous-hommes dans des centres de mise à mort immédiate. La plupart des dép de leur arrivée ou au d’une sélection qui e gaz les enfants, les vi les plus valides étaie Swip next page le jour même à l’issue dans les chambres ? malades, tandis que s comme esclaves au travail forcé, avant dêtre liquidés à leur tour.

La « solution finale de la question juive » procède d’une volonté systématique d’extermination, inscrite dans l’idéologie nazie. Au printemps Swipe to page printemps 1942, fut lancée 1’« opération Reinhard » qui concernait a liquidation des Juifs de Pologne. Dans le même temps, le processus d’extermination s’intensifia,’ de toute l’Europe occupée partaient des convois à destination des camps d’extermination

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
principalement celui d’Auschwitz- Birkenau.

Pour l’ensemble de l’Europe soumise à l’annexion ou ? l’occupation de l’Allemagne nazie, nous ne disposons pas dun bilan global précis du nombre des déportés qui ne relevaient pas de la « solution finale » Conclusion • Pour la première, le génocide est le résultat des conceptions ntisémites de Hitler et de l’impulsion qu’il a donnée, par sa volonté, son autorité, sa détermination, à la réalisation du crime.

L’intention de Hitler est le moteur de cette politique. Le génocide sort de Mein Kampf. Pour la seconde, le génocide est le résultat d’un système impliquant de nombreux agents. Les institutions de mise à mort ne sont pas des machines inertes répondant à la volonté des dirigeants nazis. Elles sont animées par des hommes et des femmes, des Allemands, qui ont participé en toute connaissance de cause au massacre des juifs. 2