La guerre mondiale, guerre froide

La guerre mondiale, guerre froide

LA SECONDE GUERRE MONDIALE : UNE GUERRE MONDIALE, UNE GUERRE TOTALE Introduction La seconde guerre mondiale est un conflit sans precedent : presque tous les pays y ont pris part et beaucoup ont, comme jamais auparavant, jete toutes leurs forces dans le conflit. Deux phases sont a distinguer : de 1939 a 1942, l’Axe (Allemagne, Japon, Italie) est victorieux; de 1943 a 1945 les Allies (Eu, URSS, GB et France libre surtout) reprennent le dessus. L’annee 1942 constitue donc une sorte de bissectrice pour le conflit.

I/ LES VICTOIRES DE L’AXE (1939-1942) Apres s’etre assure de la neutralite de l’URSS le 23 aout 1939 (afin d’eviter d’avoir a mener une guerre sur deux fronts comme en 1914), Hitler precipite le monde dans le chaos en lancant ses blindes contre la Pologne en septembre 1939. Pendant 3 ans, l’Allemagne connait des victoires presque sans discontinuer. En Asie, le Japon poursuit sa politique expansionniste entamee dans les annees 30 et se constitue un tres vaste empire en Asie du sud et de l’est, alla nt jusqu’a menacer l’Australie. A la mi-42, Allemagne et Japon sont a l’apogee de leur domination.

A/ L’Allemagne mene une guerre eclaire en Europe (1939-1940) 1/ Le blitzkrieg, une nouvelle tactique

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
allemande Hitler est au pouvoir depuis 1933 et depuis 1935 l’Allemagne rearme. L’effort de rearmement se fait sur les blindes et l’aviation (marine delaissee). Des panzers modernes et rapides sont creees ainsi que des aviations performants chasseurs Messerschmitt et chasseurs bombardiers Stukas). L’etat-major allemand, acquis a l’idee d’une guerre de mouvement (on ne veut pas revivre les tranchees de Verdun de 1916), adopte une nouvelle tactique : la « blitzkrieg » ou guerre eclair.

Il s’agit de regrouper les chars en grandes divisions blindees (10 en 1940) afin d’augmenter leur efficacite (alors que la France « saupoudre » ses chars le long du front) et de les faire intervenir en masse avec un soutien non moins massif de l’aviation (la Luftwaffe sous les ordres de Hermann Goering, un proche de Hitler) en un point bien precis du front pour obtenir une decision rapide. 2/ 1939-1940 : succes foudroyant du « Blitzkrieg » en Pologne, en Norvege et en France Tout debute le 1er septembre 1939 : la “Wehrmacht” (armee allemande) attaque la Pologne.

La tactique du “Blitzk rieg” fait merveille et la Pologne, attaquee a revers par l’URSS, est balayee en 3 semaines (depuis le 23 aout 1939, Allemagne et URSS ont signe un pacte de non-agression et ce sont entendues par se partager la Pologne). Allemagne et URSS se partagent la Pologne qui est rayee de la carte. L’Allemagne envahit ensuite le Danemark et la Norvege afin de controler la « route du fer » suedois qui transite par Narvik (avril 1940). Un contingent francais intervient en Norvege, mais ses moyens sont insuffisants pour empecher l’Allemagne de controler la Norvege et le Danemark.

Pendant ce temps, a l’ouest, c’est la “Drole de guerre ». L’armee francaise n’intervient pas : on attend et on regarde la Pologne se faire depecer… 1 L’attaque allemande decisive contre la France a lieu le 10 mai 1940. La defaite est rapide. La Wehrmacht entre dans Paris le 14 Juin. Cette defaite militaire eclaire debouche sur une grave crise politique en France : le 16 juin, le Marechal Petain devient president du Conseil (c’est-a-dire premier ministre). Il s’empresse de demander l’armistice le 17 juin 1940. L’armistice avec l’Allemagne est signe a Rethondes le 22 juin 1940.

La France est coupee en deux, la moitie nord du pays est occupee par l’armee allemande. La France a ete ecrasee en 5 semaines, c’est une defaite sans precedent. 3/ L’echec de l’invasion de l’Angleterre (ete automne 1940), un 1 er revers La Grande Bretagne se retrouve seule face a l’Allemagne. Hitler veut debarquer sur les cotes anglaises. L’Allemagne lance sa “Luftwaffe” pour bombarder l’Angleterre et preparer le debarquement : c’est la bataille d’Angleterre”. C’est pourtant un echec : la resistance acharnee de la Grande Bretagne, galvanisee par un Churchill determine (« je n’ai rien a offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur.

Notre but : la victoire »), coute tellement cher a l’aviation allemande que Hitler doit renoncer. La bataille d’Angleterre est perdue, c’est un premiers revers pour l’Allemagne. B/ 1941 : la guerre devient mondiale 1/ La guerre portee dans les Balkans et en Afrique du nord L’Italie attaque a son tour l’Egypte et la Grece pour se tailler un empire mediterraneen en en septembre octobre 1940. C’est un echec et Hitler doit intervenir (envoi de l’”Afrikakorps” de Rommel debut 1941et invasion de la Yougoslavie et la Grece en avril juin 1941) ce qui retarde l’attaque allemande contre l’URSS de plusieurs precieuses semaines. / 22 juin 1941 : invasion de l’URSS L’invasion de l’URSS communiste par l’Allemagne nazie n’est pas une campagne comme une autre. Pour Hitler, c’est un de ses principaux buts de guerre : haine des slaves consideres comme des sous-hommes (des “Untermensch”), « espace vital » reclame par Hitler depuis toujours pour sa “race de seigneurs germaniques”, haine du communisme internationaliste qui s’oppose a l’ultranationalisme nazi. C’est la campagne decisive pour l’Allemagne, une veritable croisade. C’est bien la preuve que, contrairement a la guerre de 14-18, la seconde guerre mondiale est avant tout une guerre ideologique.

Le choc est titanesque entre les deux totalitarismes : l’Allemagne jette toutes ses forces dans la bataille (des milliers de chars et d’avions). La lutte est d’une epouvantable barbarie, les slaves etant consideres comme des sous-hommes, les troupes allemandes ont pour consigne de ne pas faire de quartier. Les Sovietiques sont tout d’abord pris par surprise et l’annee 1941 est catastrophique pour l’armee rouge : des octobre 1941 la Wehrmacht est aux portes de Moscou, des millions de prisonniers russes sont traites comme du betail. L’arrivee de l’hiver stoppe les operations.

Hitler peut exulter : sa “Wehrmacht” semble invincible. 3/ 7 decembre 1941 : Pearl Harbor et l ‘entree en guerre des Etats-Unis Malgre la montee des dangers et l’extension de la guerre, l’opinion americaine reste isolationniste et refuse une entree en guerre des Etats-Unis. Les Etats-Unis soutiennent pourtant clairement les opposants de l’Axe : – loi pret-bail de mars 1941 permet aux Etats-Unis de preter du materiel a la Grande 2 Bretagne puis a l’URSS, – Puis, en aout 1941, Churchill et Roosevelt signe la charte de l’Atlantique qui affirme le droit a l’autodetermination des peuples et condamne le nazisme.

C’est donc clair : les Etats-Unis ont choisi leur camp. Mais il faudra une agression ouverte pour q ue la nation la plus puissante du monde se decide a entrer dans la lutte. C’est l’attaque japonaise surprise contre la base americaine de Pearl Harbor le 7 decembre 1941 qui provoque l’entree en guerre des Etats-Unis. C’est un tournant decisif. II/ LES VICTOIRES ALLIEES ET LA CHUTE DE L’AXE (1942-1945) A/ Le tournant de 1942 : l’Axe stoppe L’annee 1942 voit la tendance s’inverser : l’Axe commence a reculer. / En Asie, Midway L’expansion japonaise est arretee des juin 1942 a Midway (bataille aeronavale). Les Etats-Unis se sont remis de Pearl Harbor beaucoup plus vite que prevu. Des l’ete 1942, les premieres iles sont reprises au Japon par les Americains (Guadalcanal) : le lent reflux japonais a commence, mais la reconquete s’annonce longue et difficile face a la resistance acharnee des Japonais qui ont fait un bunker du moindre ilot. 2/ En Afrique du nord, El-Alamein En novembre 1942, les Britanniques de Montgomery arretent l’Afrikakorps a ElAlamein en Egypte.

Allemands et Italiens doivent se retirer en Libye. 3/ En URSS, Stalingrad La bataille decisive se joue pourtant en Europe, sur le front russe. Des le printemps 1942, la Wehrmacht a repris son offensive, mais avec bien moins de succes qu’en 1941. Surtout, Hitler a impose a son etat-major reticent de nouveaux objectifs : croyant la victoire acquise, il divise ses troupes et se lance en direction du Caucase sans occuper Moscou et Leningrad. Les Sovietiques se sont reorganises et arretent l’armee allemande a Stalingrad. Epouvantable bataille de rues pendant tout l’hiver 1942-1943.

Pour finir, en fevrier 1943, la 6eme armee allemande doit se rendre car Hitler a interdit a son chef Von Paulus de se replier : 300 000 soldats sont perdus pour rien. L’armee allemande n’est plus invincible, c’est un formidable espoir et un signal fort pour tous les peuples du monde. B/ L’ecroulement du IIIeme Reich et de l’Italie fasciste en Europe, 1943-1945 Apres Stalingrad et El-Alamein, Allemands et Italiens reculent constamment. 1/ 8 novembre 1942 : debarquement americain au Maroc puis en Italie Toute l’Afrique est rapidement liberee. Juillet 1943, debarquement en Sicile puis en Italie.

Des combats acharnes ont lieu (a Monte Cassino notamment). Effondrement rapide du regime fasciste de Mussolini (l’Italie capitule en septembre 1943), mais l’Allemagne nazie resiste partout. 3 2/ Debacle sur le front russe L’armee rouge a desormais l’initiative : elle a plus de materiel, plus d’hommes et ses blindes sont superieurs (comme l’a prouve la bataille de Koursk en juillet 1943, la plus formidable bataille de chars de toute l’histoire ou les Panzers allemands ont ete ecrases par les nouveaux blindes sovietiques). Debut 1944, toute l’URSS est delivree, puis tous les Balkans.

Debut 1945 l’armee rouge est en Allemagne. 3/ 6 juin 1944 : le jour « J » Le debarquement americain sur la plage de Normandie en juin 1944 condamne l’Allemagne a se battre sur deux fronts. Les allies obligent rapidement l’armee allemande a reculer. Le 15 aout 1944, un second debarquement a lieu en Provence. Le 25 aout 1944, Paris est libere. Dans l’hiver, les Americains sont sur le Rhin. 4/ 8 mai 1945 : capitulation allemande sans conditions Une ultime et desesperee contre-attaque dans les Ardennes pendant l’hiver 44-45 n’aboutit qu’a retarder un peu l’avance des Americains.

Cela contribue au retard de l’avance americaine sur les Sovietiques qui entrent en Allemagne les premiers et prennent seuls Berlin. Cela aura des consequences par la suite. Le 30 avril 1945, Hitler se suicide dans un Berlin en ruines. 8 mai 1945 l’Allemagne signe une reddition sans conditions. C/ Acharnement japonais en Asie jusqu’a Hiroshima, 1943-1945 1/ Une reconquete en saut de puces longue et couteuse Les Japonais ont fortifie tout leur empire : le moindre ilot est devenu un veritable bunker.

La population, fanatisee par les militaires au pouvoir (dirige par le general Tojo), entend se battre jusqu’au bout, quitte a ce que tout le Japon se fasse un immense hara-kiri… Dans ces conditions, la reconquete americaine menee par le general Mac Arthur est longue, difficile et couteuse (notamment la reprise des iles Saipan, Iwo Jima et Okinawa). Arme du desespoir : l’emploi des Kamikazes par les Japonais qui se sacrifient en pure perte. / La decision de l’emploi de la bombe A et la capitulation du 2 septembre 1945 Devant le montant des pertes evaluees en cas d’un debarquement au Japon, Truman, qui a remplace Roosevelt decede le 12 avril 1945, choisit d’utiliser la bombe atomique que les chercheurs americain viennent de mettre au point. Le 6 aout 1945, Hiroshima : 80 000 morts. Le 9 aout 1945, Nagasaki : 40 000 morts. Le monde est entre dans l’ere atomique. Le 2 septembre, l’empereur Hiro Hito accepte une capitulation sans conditions. Sur tous les fronts, la deuxieme guerre mondiale prenait fin. Elle fut la plus epouvantable de toute l’histoire de l’humanite.

Ce fut une guerre totale. III/ UNE GUERRE TOTALE La seconde guerre mondiale, beaucoup plus encore que la Premiere, se caracterise 4 par une mobilisation totale des hommes, des ressources et de tous les moyens dont les nations vont pouvoir disposer pour detruire l’adversaire. Le but affiche par chacun des camps est en effet un aneantissement de l’adversaire, une capitulation sans conditions. Dans ces conditions, tout le monde se bat jusqu’au bout, avec tous ses moyens A/ Une guerre ideologique Dans l’histoire des conflits la Seconde guerre mondiale tient une place a part.

Pendant des siecles, les guerres se faisaient entre princes et, le plus souvent, pour un morceau de territoire. La seconde guerre mondiale est toute autre : elle fut une guerre ideologique ou des conceptions differentes du monde s’affrontaient et ou les buts de guerre etaient beaucoup plus radicaux, allant jusqu’a la volonte d’exterminer completement l’adversaire : – sur le front russe, l’Allemagne preche la croisade antibolchevique et antisemite pour le « bien de l’humanite », et essaie d’entrainer les peuples ’Europe dans ce combat anticommuniste, – l’URSS defend la guerre antifasciste et la defense de la “grande patrie democratique” Staline declare : « ce n’est pas une guerre ordinaire, c’est la grande guerre du peuple sovietique contre les troupes fascistes », soit le choc des deux totalitarismes (nazisme et communisme), – les Etats-Unis et la Grande Bretagne disent combattre pour le bien et la liberte (Roosevelt : « nous combattons pour debarrasser le monde du mal »). Une vision du conflit toute impregnee de morale chretienne.

B/ La mobilisation de tous les moyens disponibles 1/ La mobilisation des hommes Les populations des pays e n guerre sont massivement mobilisees : – les soldats : on aligne tout ce qu’on peut ! L’Allemagne a mobilise 13 Millions d’hommes, les Etats-Unis 12 millions. Fin 1944, l’Allemagne mobilise dans la « Volksturm » tous ceux qui peuvent encore tenir une arme, enfants et vieillards pour l’ultime defense de Berlin. En Asie, l’emploi des Kamikazes est une autre preuve du jusqu’au-boutisme des belligerants. – les besoins en main d’? uvre sont enormes.

En URSS ou en Grande Bretagne, les civils (femmes, enfants) sont mobilises pour la production du materiel de guerre. Aux Etats-Unis, le chomage disparait. En Allemagne, on deporte des travailleurs de toute l’Europe pour travailler dans les usines allemandes (7 millions de travailleurs etrangers travaillent en Allemagne e n 1944). En Asie, le Japon fait de meme avec les Coreens avec qui il se comporte souvent de la pire facon. 2/ la mobilisation des economies Les besoins en materiel sont gigantesques : pour 1 G. I. Americain il faut en moyenne une tonne de materiel par mois !

La Seconde guerre mondiale est une guerre industrielle ou, pour l’emporter il faut produire plus et mieux que l’adversaire. Ainsi, a la bataille de Koursk en juillet 1943, 3000 chars sont engages ! Toutes les economies se reconvertissent en economies de guerre et les etats organisent la production (important dirigisme). Debut 1942, avec le « Victory Program » annonce par Roosevelt, toute l’economie americaine est mobilisee pour l’effort de guerre. Les Etats-Unis deviennent l’arsenal des allies et produisent pour tous les fronts (loi pret-bail).

L’URSS quant a elle, a deplace ses industries de l’ouest vers l’Oural et la Siberie. 5 Partout la semaine de travail s’allonge. Afin de consacrer tous les efforts aux usines d’armement, partout des rationnements severes sont imposes. Une des explications fondamentales de la victoire des Allies reside dans le fait que l’Allemagne et le Japon ont d’abord ete battu dans cette guerre industrielle : en 1943, les EU produisent 8000 avions tous les mois, l’Allemagne moins de 3000. C’est la meme chose pour la production d’acier (Etats-Unis = 2 a 3 fois la production allemande).

Le manque de ressources, de petrole notamment, fut egalement determinant dans la defaite des forces de l’Axe. 3/ La mobilisation de la technologie et des medias La Seconde guerre mondiale fut egalement une course a la technologie afin de produire des armes plus performantes que l’adversaire. Les materiels classiques sont constamment ameliores et on innove beaucoup, des milliers de savants sont mobilises. Quelques exemples parmi d’autres : – debut des moteurs a reaction (fusee V2, avions Messerschmitt), – debut de l’electronique pour decoder les communications.

La guerre du renseignement fut tres importante (les Britanniques, grace a l’emploi des premiers ordinateurs « Colossus », sont parvenus a casser le code Triton de la marine de guerre allemande). L’invention du radar et du sonar par les Britanniques fut egalement determinante, – enfin, course a la bombe atomique, fort heureusement gagnee par les Etats-Unis, mais dans laquelle l’Allemagne etait aussi engagee. C/ Un but : briser l’adversaire Pour la premiere fois, les civils ont ete volontairement massacres : on ne veut pas seulement s’imposer a une armee, on veut detruire l’adversaire, physiquement et/ou moralement.

Les civils sont alors une cible facile. Nous sommes bien face a une guerre d’extermination ou les degats psychologiques ont joue leur role : – Les villes deviennent des champs de bataille (Stalingrad), – Tous les adversaires multiplient les bombardements de terreur : Londres, Tokyo, Dresde (en fevrier 1945)…ont subi d’epouvantables bombardements. – On utilise la famine : ainsi Leningrad a ete assiege 900 jours par l’armee allemande, causant la mort de 900 000 personnes, – On intensifie la propagande, soit pour galvaniser ses troupes, soit pour demoraliser les autres.

Les radios se livrent a une veritable « guerre des ondes » (Les Sovietiques diffusaient constamment le message suivant a Stalingrad a l’intention des soldats Allemands : « Stalingrad, massengrab » = Stalingrad, fosse commune). Le cinema aussi devient parfois un cinema engage. C’est net dans “Casablanca” avec Bogart et Bergman. – Des peuples entiers sont meme deplaces : plan de Himmler d’expulsion des « races inferieures » par exemple.

Beaucoup moins important, mais tout aussi revelateur du conflit, en 1942 Roosevelt donne l’ordre d’internes 120 000 citoyens americains d’origine japonaise. C’est tout l’aspect terrifiant de cette guerre : il semble qu’il n’etait pas possible d’y echapper. C’est tout particulierement vrai si l’on examine la domination de l’Europe par l’Allemagne. Conclusion Une guerre a part, sans precedent de part l’ampleur des carnages et de l’engagement des belligerants. 6 Sa grande particularite et qui explique les horreurs : avoir ete une guerre ideologique d’aneantissement. 7