La fraude fiscale

La fraude fiscale

Les poursuites pénales et fiscales peuvent être engagées parallèlement et tranchées par chaque ordre de juridiction indépendamment du résultat obtenu par l’autre. Le juge pénal n’ donc pas à tenir compte dune décision antérieure ou postérieure du juge de l’impôt, laquelle n’ pas l’autorité L’arrêt du 4 novembre 2010 ne constitue pas un revirement par rapport à la jurisprudence citée ci-dessus. La Cour de cassation n’affirme nullement que le juge pénal est lié par les décisions prises par le juge fiscal.

Elle n’affirme pas davantage que le juge pénal devrait e livrer à un exercice de qualification fiscale des opérations soumises à son appréciation pour en déduire une qualification pénale. On ne saurait donc tirer de l’arrêt mauvaise foi ou manouvres frauduleux subjective. Chaque c circonstances prof t toujours subtile et gué en fonction des men page propres à chaque affaire. On peut toutefois dégager de grandes tendances qui permettent de définir quelques frontières, malheureusement floues. Il a mauvaise foi quand l’erreur ou l’insuffisance du contribuable est volontaire, sans qu’il se soit livré à des manouvres frauduleuses.

La pénalité est de de l’impôt supplémentaire dû, en sus de l’intérêt légal. L’importance du redressement est un premier critère. C’est logique :

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
lorsque l’erreur ou l’omission est minime par rapport aux sommes en jeu, la bonne foi est très souvent admise. Elle l’est plus difficilement quand le contribuable, personne physique ou société, oublie de déclarer une bonne partie de ses revenus ou de ses bénéfices. La nature des erreurs entre aussi en ligne de compte. Certaines règles comptables ou fiscales simples sont supposées connues des contribuables. La bonne foi est difficilement admise quand, par exemple.