La Fonction De Consommation

La Fonction De Consommation

La fonction de consommation (macroéconomie) On distingue 4 grandes fonctions économiques : l’investissement, la répartition, la consommation et la production. Les deux premières garantissent des équilibres et les deux autres sont à la source de l’échange. La consommation dépend de la demande : acquisition de biens et de services marchands ou non marchands pour satisfaire les besoins. On s’intéressera donc ici à la consommation finale (pour la satisfaction directe des besoins individuels ou collectifs) par pposition à la consommation intermédiaire (liée au processus de production et aux activités de l’entreprise).

L’importance de Swipe to nex: page l’acte de consommer macroéconomiques. ors symbolisée par la thé le to View neKtÇEge (ensemble d’analyses demande d’un bien ? s analyses micro et ique est surtout nsommateur e déterminer la t d’optimisation et de sa satisfaction sous contrainte de revenu ou équilibre du consommateur). Depuis les travaux de Keynes, la consommation fait l’objet d’une analyse macroéconomique. Il montre que la consommation est le moteur de la croissance, ce que conteste Friedman dans les années 70.

En quoi la consommation permet-elle d’agir sur la conjoncture ? 1. La théorie key keynésienne et son influence 1857 : Engel montre que la structure de la consommation dépend du revenu national.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
1936 : Keynes (Théorie générale de l’emploi, de Pintérêt et de la monnaie) montre que le revenu global détermine le volume global de la consommation, d’où C = f(R) La fonction de consommation est stable à court terme, le omportement des consommateurs d’un pays dépend de conditions objectives liées au revenu et de conditions subjectives liées aux besoins et aux habitudes.

Par exemple, le niveau de revenu des agents impose un choix entre consommation courante et achat de biens durables. Il établit ainsi la fonction de consommation : Y – C+ S d’où C = Y —S Où Y est le revenu et S ‘épargne. Les modifications de Y permettent de mesurer la propension moyenne (C/Y) et la propension marginale (ÛC/OY) à consommer. Keynes pose également C = CO + CR.

La propension à consommer est d’autant plus forte que le revenu des ménages est bas (un revenu supplémentaire sera tout de suite consommé, alors que pour les plus aisés, une partie sera épargnée). Keynes préconise donc une hausse des salaires des ménages les moins riches pour relancer la consommatlon et la croissance. Le rôle de l’État est de mener une politique de relance. Mais les hypothèses keynésiennes sont de court terme (« À long terme, nous sommes tous morts ») et ne tiennent pas compte des variations du coût