LA EpitreDedicatoire

LA EpitreDedicatoire

Épître dédicatoire aux Réflexions sur l’ esclavage des nègres condorcet, 1781 Condorcet est un philosophe des Lumières qui consacra sa vie au combat pour les droits de I • homme. Dans cette lettre qui sert d • ouverture à son essai Réflexions sur I • esclavage des nègresr il s’adresse aux esclaves et donne le cadre de sa réflexion. Condorcet y défend et illustre une certaine valeur de I • Homme. Après avoir étudié la valeur de l’ Homme qu ‘il y défend, nous étudierons comment Condorcet utilise à la fois un plaidoyer et un réquisitoire pour créer un texte polémique. Une certaine valeur/idée de l’Homme Cette lettre dédicacé Réflexions sur les Nè engagement en fave en faveur d’une certa om Sni* to View nextÇEge de préface à ses he clairement son les hommes, donc l’Homme. a- Cette lettre commence par l’expression de sa thèse : en vertu du droit naturel, les Noirs sont égaux aux Blancs : « la nature vous a formés pour avoir le même esprit, la même raison, les mêmes vertus que les Blancs La répétition de « même » et le rythme ternaire permettent d’insister sur la ressemblance entre les 2 races en en récapitulant

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
tous les aspects (aspect mental, intellectuel, moral). Condorcet oppose les vertus des esclaves à l’absence de vertus chez les esclavagistes. En effet, il choisit dès le dépa Swipe to nex: page départ de faire une énumération des qualités morales des premiers avec les termes « fidélité, probité, courage » qui sont tous les trois connotés très positivement.

Par contre, « la bonté » des droits des maîtres, et leur « conscience de leur humanité » sont des antiphrases ironiques : ces derniers sont des « tyrans » et se caractérisent par « l’injustice », la corruption (ils soudoient des avocats), les abus (ils « ont le droit de vous insulter ») et la alhonnêteté à tous les niveaux : dans l’exploitation des esclaves, car ils « se sont enrichis aux dépens de vos travaux mais aussi dans l’utilisation des outils intellectuels : Condorcet se réfere ? « l’insolence absurde de leurs sophismes c- Il s’engage personnellement et donne ainsi un exemple de ce que c’est qu’être un homme.

On note que Condorcet crltique explicitement l’esclavage ; ensuite, il humanise les noirs qu’il appelle «mes amis» et de plus il met en place une certaine égalité entre les Blancs et les esclaves : «Je vous ai toujours regardé comme mes frères» en s’appuyant sur le pronom personnel ?mes» pour montrer l’égalité avec ses frères. On note également les nombreuses utilisations du pronom personnel « je P, qu montre clairement cette implication personnelle de Pauteur. Enfin, il exprime ses sentiments (« cœur déchiré h, « soulevé ») face aux injustices qu’il a à cœur de dénoncer. – L’idée de l’Homme défendue ici par Condorcet est celle des philosophes du XVIIIe sièc PAG » rif 7 dénoncer. philosophes du XVIIIe siècle. Il s’appuie sur les valeurs des Lumières dans sa définition de l’Homme. par exemple : tous les hommes sont égaux : « la nature vous a formés pour avoir e même esprit, la même raison, les mêmes vertus Toutefois, Condorcet accuse, de façon polémique par un parallélisme, les blancs de ne pas être des Homme, car ils pensent que l’argent est plus important que les droit des personnes et « se déshonorent en défendant leur cause au lieu de « s’honorer en défendant » les noirs.

En utilisant l’ironie, Condorcet montre que les blancs manquent d’«humanité » ou de « bonté La définition de l’homme selon Condorcet est celle d’un homme honorable, qui respecte les droits des autres, un homme fidèle et courageux. Il le décrit en donnant les qualités des noirs : « votre fidélité, otre probité, votre courage ».

D’autre part le non homme est le contraire des noirs, c’est un homme qui jamais pourrait être comparé aux noirs : « car pour le Blancs de colonies, je ne vous fais pas l’injure de les comparer à vous 2- Un réquisitoire et un plaidoyer polémiques Condorcet exprime son indignation, et veut susciter celle de ses lecteurs sur les agissements des esclavagistes et l’injustice faite aux esclaves, et les qualités qu’il attribue aux esclaves et dénie aux esclavagistes montrent que son épître constitue un plaidoyer en faveur des premiers, et un blâme PAGF3C,F7