La déviance sociale

La déviance sociale

Mais quels ont les origines de la devance, d’où vient-elle et quels impatient a-t-elle sur la société La première partie Chaque société a ses valeurs. Par exemple swaps annexe g once de la devance. Ses normes, et ses sibérien qui croie au dieu soleil n’est pas semblable aux serres, peuple d’européen qui est chrétien. Généralement la religion est souvent l’origine de ces m?ours et de ses normes. Donc quand quelqu’un n’est pas conforme à ces normes il devient déviant.

Selon radar bêcher (célèbre sociologue du axé) le caractère déviant dépend de la manière dont les autres vont réagir, plutôt eu de l’acte en lui-même. C’est-à-dire que l’acte lui-même n’est pas déviant mais qu’il sévi. ‘épie toi le devient vis-à-vis du regard d’autrui. Prenons l’exemple d’une saoudienne portant le nicha en plein paris, la majorité de la société française va la considérer comme étant déviante. Or pour cette femme cela est naturel, ça fait partit des m?ours de sa société mais au regard d’autrui elle va être considérée comme non conforme aux normes.

Considérer quelqu’un comme déviant ou pas dépend aussi de la tolérance et du niveau de liberté qu’ une société. Si elle accepte la différence alors jusqu’ quel point

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
et là est le problème. Autre exemple une gai priée au centre de bombyx ne va pas du tout être bien vu et cela va être perçu comme une devance sans équivoque. Cela vient de l’démocratisent qui consiste considérer le monde ou dattes groupes sociaux en prenant comme référence sa propre culture en privilégiant les normes sociales de son pays, en les valorisant systématiquement ou en les considérant comme supérieures.

La devance doit donc être définie sur deux critères . L’accomplissement ou non d’un acte n’obéissant pas à la norme, et a considération par le groupe de cet acte comme étant déviant. En voici un tableau . Obéissant à la norme Transgressant la norme Perçu comme déviant Accusé à tort Pleinement déviant Non perçu comme déviant Conforme Secrètement déviant Prenons des exemples pour illustrer ce tableau. Les deux premiers points sont des cas perçu involontairement ou volontairement comme déviant.

père 2 FO s Les deux premiers points sont des cas perçu involontairement ou volontairement comme déviant. Premièrement pour une personne perçu comme déviante mais qui obéit à la norme : le Ulm « un coupable idéal » en est un excellent exemple. C’est un for-américain accusé à tort d’avoir commis un crime pour le seul motif de sa couleur. Deuxièmement pour une personne perçu comme déviante et transgressant les normes : un fumeur de marijuana en pleine rue en France. Les deux derniers exemples sont des cas non perçu volontairement ou involontairement comme déviant.

Donc troisièmement lorsque personne n’est pas perçut comme déviante et obéissant à la norme : un conducteur passe en respectant la limitation de vitesse. Et enfin quatrièmes, une personne non perçu comme déviante mais ui transgresse les normes : un peuple bourré de propagande ne va pas voir la monstrueuse dictature que mène ses dirigeants. La deuxième partie se porte sur les impacts de la devance. La devance peut résulter à plus de tolérance et de liberté mais dans la majorité des cas elle résulte à des phénomènes sociaux négatifs.

Un de ces phénomène : l’étiquetage, qui consiste mettre une catégorie de personnes selon leurs origines, leurs croyances, leurs pratiques, etc…. Dans le bac des déviants. Et très souvent cela amène à une stigmatisation qui veut dire marquer liqueur d’infamie, le dénoncer, le blâmer ou le critiquer publiquement avec sévérité pour un fait que I 3 FO s publiquement avec sévérité pour un fait que lion juge moralement condamnable ou répréhensible.

L’exemple que prennent les deux chercheurs du CENS est frappant, sur 1000 personnes il y a 3 fois plus « d’arabes » et de « noirs » contrôlés par la police que de « blancs » ; les fameux stéréotypes. Cela peut créer des divisions, tensions voir des violences aux seins de la société. Rappelons-nous des violentes émeutes qui ont eu lieu ans 300 communes françaises et qui ont causés d’effroyables dégâts, des incendies, des blessés, des arrestations…

Les jeunes de banlieues s’étaient révoltés suite à l’électrocution mortelle qu’on subit deux jeunes d’origine immigré qui essayaient d’échapper à un contrôle de police. Beaucoup pensent que le contrôle était dû au simple fait de leurs identités et si cela s’avérait être vrai alors c’est de la discrimination. D’ailleurs selon l’inde et l’inséré, 40% des personnes ayant déclaré une discrimination sont immigrées ou enfants d’immigrés alors que ces deux catégories e représentent ensemble que de la population adulte résidant sur le territoire métropolitain.

Ces chiffres témoignent que l’étiquetage et la stigmatisation sont une réalité. Dans certains cas cette stigmatisation pousse certaines personnes appartenant à la communauté discriminée à faire des exactions, car les préjugés et les stéréotypes sont collés à leurs peaux ; ils sont fa 4 FO S exactions, car les préjugés et les stéréotypes sont collés à leurs peaux ; ils sont faits pour ça. Mais aussi dans d’autres cas cette stigmatisation pousse au contraire les personnes à être plus secrètes et justement à faire le moins de dégâts possible.

Cette stigmatisation se fait à tous les niveaux de la société que ce soit le peuple, les dirigeants ou les médias. Les médias en sont un bon exemple : la stigmatisation d’une communauté par le vocabulaire utilisé par les journalistes « Cette personne appartient à la communauté des gens du voyage » : L’exemple a été pris par un auditeur de France infini qui pense que le vocabulaire utilisé par un journaliste a pour effet de stigmatiser cette communauté. En effet le fait d’ajouté le fait que cette personne appartient à la manteau des gens du voyage ne fait d’autre que de renforcer les stéréotypes et les préjugés.