La compta analityque

La compta analityque

Chapitre I : Le traitement analytique des charges, des produits et des stocks I Definition des couts Les differents couts d’un produit sont constitues d’un ensemble de charges supportees par l’E en raison de l’exploitation de ce bien. – Un cout est une accumulation de charge sur un produit a un certain stade de son elaboration. – Un cout de revient est une accumulation de charges sur un produit au stade final de son elaboration (vente incluse). – Une marge est la difference entre le prix de vente et un cout. – Un resultat est la difference entre le prix de vente et un cout de revient. Chaque cout se caracterise par 3 elements : Le champs d’application : le calcul des couts doit s’adapter a l’organisation de l’E et a son activite – Le contenu : les couts sont calcules pour une periode donnee, en incorporant soit : – l’ensemble des charges de la CG (couts complets). – une partie des charges de la CG (couts partiels). – Le moment de calcul : moment ou les couts sont determines, ceci peut-etre : – anterieurement : couts standards ou previsionnels. – posterieurement : couts reels ou constates a la periode consideree. II Definition des charges Une charge est une imputation

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
a un exercice d’une diminution du patrimoine, en contrepartie de la consommation d’un emploi.

Cependant toute charge ne correspond pas a une prestation recue en contrepartie d’un decaissement puisque certaines charges sont calculees mais pas decaissees (amortissement). Ce sont des composantes negatives du compte de resultat. Les charges ne sont pas forcement traitees comme dans la CG ( Difference d’incorporation. A/ Les charges non incorporables Elles sont enregistrees dans la CG, mais la CAG ne les prend pas en compte car elles ne correspondent pas : – aux conditions normales de fonctionnement. – a l’activite ou a l’objet social de l’E. – parce qu’elles concernent un autre exercice.

C’est le cas pour les amortissements des frais d’etablissement, les charges exceptionnelles ou encore la dotation aux provisions pour depreciation. C’est le controleur de gestion qui decide de leur integration. B/ Les charges incorporables Elles correspondent a l’ensemble des charges de la CG diminuees des charges non incorporables. Pour le PCG une charge est incluse dans un cout lorsqu’elle est raisonnable (economiquement justifiee). Il y a 2 categories : – Les charges incorporables directes : ne concernent qu’un seul cout, peuvent etre directement affectees a ce dernier (Ex : les matieres premieres). Les charges incorporables indirectes : elles concernent plusieurs couts qui ne peuvent etre incorpores a un cout particulier (Ex : chauffage, salaire d’un chef d’atelier, …). Leur ventilation entre les differents couts necessitent des calculs intermediaires ( analyse avant imputation. Les charges sont fixes si leur montant est independant du niveau d’activite. Exemple de l’E Mignot. |Quantite |2000 |3000 |4000 | |Cout variable de production |480 000 720 000 |960 000 | |Cout variable de distribution |50 000 |75 000 |100 000 | |Cout variable total |530 000 |795 000 |1 060 000 | |Cout variable unitaire |265 |265 |265 | |Quantite |2000 |3000 |4000 | Couts fixes de production |120 000 |120 000 |120 000 | |Couts fixes de distribution |20 000 |20 000 |20 000 | |Cout fixe total |140 000 |140 000 |140 000 | |Cout fixe unitaire |70 |46,67 |35 |

Le cout variable unitaire est constant car il est proportionnel a l’activite. Le cout variable total est croissant des quantites produites. Le cout fixe total est constant car son montant est independant de l’activite. Le cout fixe unitaire est decroissant car plus on produit plus il est bas. La plupart des charges directes sont variables et la plupart des charges indirectes sont fixes, mais l’inverse peut aussi exister (remuneration ouvrier, …). C/ Les charges suppletives Ces charges correspondent a la remuneration de facteurs concourant au bon fonctionnement de l’E.

L’avantage de l’adjonction de ces charges est qu’elles permettent d’avoir des couts pertinents (confrontation avec d’autres E). Elles ne sont pas prises en compte dans la CG pour des raisons juridiques et fiscales. Ex : remuneration des K propres investis, remuneration du travail de l’exploitant, … Les Ch de la CAG = Ch de la CG + Ch Suppletives – Ch non incorporables III Definition des produits Produits : correspondent a une augmentation du patrimoine, composante positive du resultat de l’exercice. Les produits du cycle d’exploitation designent les biens et services crees par l’entreprise.

On distingue les produits aux principaux stades d’elaboration : – Les produits non incorporables : ils sont exclus du champ d’application de la CAG, car ils ne correspondent pas a l’activite normale (produits exceptionnels). – Les produits incorporables : ce sont les produits de la comptabilite generale repris dans la comptabilite analytique (Chiffre d’affaire). – Les produits intermediaires : ces produits ont atteint un stade d’achevement et ils sont destines a entrer dans une nouvelle phase du circuit de production. Les produits finis : ces produits ont atteint le stade d’achevement definitif dans le cycle de production de l’entreprise. – Les produits encours : ce sont des biens et services en cours de formation au cours du processus de production. – Les produits residuels : ce sont les produits constitues par les dechets et les rebus de fabrication. – Les produits suppletifs : ce sont les produits realises par l’entreprise pour elle-meme (creation d’immobilisations corporelles ou incorporelles, …) IV Les stocks A/ Definition

Les stocks sont un ensemble de biens et services intervenant dans le cycle d’exploitation. Selon le PCG, le stock est un actif qui doit respecter les criteres suivants : – un element identifiable – porteur d’avantages economiques futurs – controle – dont le cout est etudie avec une fiabilite suffisante Ils sont destines : – soit a etre vendus dans le cours normal de l’activite – soit a etre consommes dans le processus de production ou de prestation de services sous forme de MP ou de fournitures Dans le PCG, les stocks proprement dits comprennent : les marchandises : tout ce que l’E achete pour le revendre en l’etat – les approvisionnements : MP (et fournitures), objets et substances plus ou moins elabores destines a rentrer dans la composition des produits fabriques. – les produits : – les encours de production de biens ou de service. B/ Inventaire des stocks D’apres l’Art. L123-2 du Code de Commerce : « Toute personne commerciale doit controler par inventaire au moins une fois tous les 12 mois l’existence et la valeur des elements du patrimoine de l’entreprise (Actif et Passif) ». Il y a : – L’inventaire ermanent : inventaire comptable, soit une organisation des compte de stock, qui par l’enregistrement continu des mouvements permet de connaitre a chaque instant les existants en valeur et en quantite. Il va permettre de faire des fiches de stock. Date |Libelle |Quantite |Cout unitaire |Prix |Date |Libelle |Quantite |Cout unitaire |Montant | | |Stock initial (SI) | | | | |Sorties | | | | | |entrees | | | | |Stock final (SF) | | | | |SI + entrees = sorties + SF – L’Inventaire intermittent : releve de tous les elements d’actif et de passif au regard desquels sont mentionnees la valeur et la quantite de chacun d’entre eux une fois par an. ) Principe de valorisation des stocks Article L123-18 : a leur date d’entree dans le patrimoine de l’entreprise, les stocks et encours sont valorises. – A leur cout d’acquisition : pour les biens acquis a titre onereux – A leur cout de production : pour les biens produits – A leur valeur venale : pour les biens acquis a titre gratuit Il existe differentes methodes de valorisation des stocks : – Le Cout Unitaire Moyen Pondere (CUMP) : permet d’evaluer chaque article stocke a un cout unitaire determine en faisant le rapport entre la valeur et la quantite de l’ensemble des entrees.

CUMP = (valeur du SI + valeur des entrees) / (quantite du SI + quantite des entrees) CUMP est appliquee en cas d’inventaire permanent c’est-a-dire qu’on calcule sans arret les stocks. Pour le CUMP sur une periode de reference : Avantages : – Lissage des variations des couts. Inconvenients : – Retard dans le calcul des couts car valorisation des sorties en fin de periode. – Valorisation arbitraire des stocks lors de variation definitive des prix. Pour le CUMP apres chaque entree : Avantages : – Lissage des variations de prix. – Il valorise systematiquement toutes les sorties.

Inconvenients : – Valorisation arbitraire des sorties si variation definitive des prix. – Difficulte de mise en ? uvre car necessite de determiner le cout de chaque entree. – First In First Out (FIFO = PEPS) : le premier article rentre est le premier a sortir. FIFO est privilegiee en periode de baisse des prix. Avantage : – Elle indique clairement apres chaque entree/sortie le montant theorique du stock. – Chaque mouvement de stock est valorise au cout le plus recent Inconvenients : – Minoration des sorties et majoration du stock final en periode de hausse des prix. Elle sous evalue les consommations de matieres et elle gonfle le resultat. – Le cout de chaque entree doit etre connu separement. – Last In First Out (LIFO = DEPS) : dernier article rentre est le premier a sortir. Cette methode est interdite d’utilisation en France. LIFO est privilegiee en periode d’inflation car les couts sont calcules aux prix les plus recents, ce qui minore le resultat. Avantage : – Elle valorise les sorties aux prix des entrees les plus recentes (minore resultat). Inconvenient : – Elle sous evalue le SF. Cf p2 et p3 du Poly Presentation