La collaboration lors d’un placement en famille d’accueil : une etude sur les interactions entre les adultes qui prennent soin d’un enfant place

La collaboration lors d’un placement en famille d’accueil : une etude sur les interactions entre les adultes qui prennent soin d’un enfant place

La collaboration lors d’un placement en famille d’accueil : une etude sur les interactions entre les adultes qui prennent soin d’un enfant place. Poirier, M-A. , Chamberland C. , & Ward, H. (2006). La collaboration lors d’un placement en famille d’accueil : une etude sur les interactions entre les adultes qui prennent soin d’un enfant place.

La revue internationale de l’education familiale, 20 , 51-85. Marie-Andree Poirier, Claire Chamberland et Harriet Ward se sont interessees a la collaboration entre les differents acteurs qui entourent un enfant place, c’est-a-dire aux interactions entre les adultes qui interviennent dans le cadre du placement familial.

Dans ce texte, d’apres de nombreux travaux theoriques, cliniques et empiriques, notamment ceux de Minuchin en 1995, de Triseliotis en 1980, l’importance d’une bonne collaboration entre les parents et les intervenants mais aussi entre les parents d’accueil et les parents biologiques est mise en avant aussi bien pour le bien etre de l’enfant place mais aussi pour le succes du travail autour du placement de l’enfant. Mais pour d’autres theoriciens comme Calder, « la collaboration est deficiente dans les services de la protection jeunesse », les relations entre les acteurs entourant l’enfant peuvent etre difficiles pour plusieurs raisons : Le parent biologique se trouve peu implique dans

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
le placement de son enfant car il a moins de pouvoir parmi les acteurs impliques, il a peu de contact avec le parent d’accueil qui lui le craint : a partir de ce point la, le systeme de placement est createur d’une atmosphere conflictuelle qui separe les deux familles. * Le parent d’accueil se trouve mal informe par les intervenants de la protection jeunesse, sont mis a l’ecart de toute discussion/ decisions importantes vie a vis de l’enfant place, en d’autres termes, n’a pas le sentiment d’etre partenaire de l’intervenant social.

A partir de cela, M-A Poirier, C. Chamberland et H. Ward ont voulu presenter les resultats d’une recherche qualitative qu’elles ont effectuee, qui vise a mieux comprendre la collaboration entre les differents adultes qui entourent un enfant place en famille d’accueil. Une analyse a ete faite au niveau des pouvoirs des differents acteurs du systeme de placement. Cet aspect renvoie a l’acceptation des roles et du statut de chacun des acteurs. Pour analyser ces interactions, elles ont utilise certains concepts du modele ecologique de Bronfenbrennes et des theories systemiques familiales de Julun et Amiguet :

Les concepts : * le systeme de placement est compose de deux milieux familiaux representes par la famille biologique et la famille d’accueil ou evolue l’enfant ainsi que les acteurs de la protection jeunesse qui sont les intervenants-protections (responsables du suivi aupres des parents et des enfants places) et les intervenants-ressources (responsables du bon fonctionnement de la famille d’accueil) * La famille biologique et d’accueil sont les microsystemes de l’enfant place (c’est-a-dire qui referent au milieu de vie immediat de l’enfant) Les differents intervenants sont a l’exosysteme de l’enfant place (c’est-a-dire qu’ils ne sont pas impliques directement a l’environnement de l’enfant place mais les evenements qui se produisent dans cet environnement les affectent). * On considere comme systeme les adultes entourant l’enfant place, ce qui donne une vision interactionniste de la conduite de chacun des acteurs. Les interactions observees a l’interieur du systeme de placement sont associes au mesosysteme (c’est-a-dire les interactions entre les microsystemes dans lesquels evolue un enfant place) Les interactions observees a l’interieur du systeme de placement sont associees au mesosysteme, qui contribue a definir la nature et l’etendue des liens entre les differents niveaux du systeme. A partir de ce point, differents elements doivent etre analyses comme : * La communication qui revele le climat affectif des echanges ainsi que la nature des messages transmis d’un microsysteme a un autre, * la reciprocite represente la reconnaissance de chacun dans un systeme d’interaction quand il est present et un rejet ou une disqualification de l’autre quand elle est absente l’equilibre du pouvoir qui renvoie au degre d’influence exerce par chacun des membres. Methodologie : L’etude a ete realisee au Quebec et en Angleterre sur un echantillon compose de quinze situations de placements (huit au Quebec ; 7 en Angleterre), Les enfants ont moins de treize ans et sont dans leur famille d’accueil depuis moins de six et sont encore en contact avec leurs parents. Ils ont ete retires de leur famille pour negligence ou abus selon les lois de protection en vigueur au Quebec (loi de la protection jeunesse de 1978) et en Angleterre (Children act de 1989).

Six parents, onze parents d’accueil, quinze intervenants-protections et quatre intervenants-ressources ont ete interroges. La demarche est qualitative, la methode de collecte d’information est l’entrevue de recherche semi-dirigee, les themes abordes sont en lien avec la perception des interactions entre les adultes prenants soins de l’enfant. Chacune des entrevues ont ete enregistrees et retranscrites integralement, l’ensemble des entrevues ont ete faites par la chercheure principale. Differentes dyades (ensemble en deux elements) sont analysees : parents/ parents d’accueil * parents/intervenants-protections * parent d’accueil/ intervenant-protection * parent d’accueil/intervenant ressource * intervenants entre eux. Resultats : Les concepts cles qui ressortent de la recherche sont la representativite (presence ou non des acteurs dans les echanges ainsi que leur niveau d’implication reelle dans les interactions), la reciprocite et l’inter-influence (permet d’identifier la presence ou non d’influences partagees a l’interieur des interactions). Quatre scenarios apparaissent dans les differentes dyades analysees : le chacun pour soi (faible implication des acteurs, peu de contacts donc difficile de juger la reciprocite et inter-influence entre les eux donc ignorance de la realite de l’autre, on fait comme si l’autre n’existait pas) * le conflit (presence de contact entre les acteurs mais climat de competition et d’opposition. Il y a une observation d’escalade symetrique de Belpaire : plus un acteur emet des plaintes, plus l’autre fait de meme donc il y a de la reciprocite mais l’inter-influence n’existe pas car le conflit rend impossible le vrai partage d’informations. * le sens unique (il y a une certaine implication des acteurs mais les interactions sont non reciproques, donc l’enjeu de pouvoir est tres fort, l’inter-influence entre eux est difficile) * l’inclusivite (nombreux echangent bidirectionnels, ouverture a se laisser guider par l’autre : des controverses ou desaccords existent mais chacun est capable de les reconnaitre. Les trois premiers ne permettent pas la collaboration a l’interieur de la dyade alors que le dernier semble favoriser une meilleure collaboration entre les adultes.

Dans les dyades : * parent/parent d’accueil : trois scenarios de chacun pour soi, trois de conflits deux de sens unique et quatre d’inclusivite. * Parents/intervenants-protection : quatre scenarios de conflit, cinq de sens unique, deux d’inclusivite * Parent d’accueil/intervenant-protection : un scenario de conflit, cinq de sens unique, neuf d’inclusivite * Parent d’accueil/ intervenant-ressource : onze scenarios d’inclusivite * Intervenant-ressource/intervenant-protection : sept scenarios de chacun pour soi, deux de conflit, cinq d’inclusivite

Discussion : Dans le scenario du chacun pour soi : les personnes sont isolees et ne participent pas aux echanges a l’interieur du systeme, caracterise par une barriere rigide entre les membres de la dyade. On peut faire le rapprochement de l’organisation systemique d’Olson (89) nomme un systeme desengage (systeme ou on ne repere aucun partage d’activites et aucune prise de decision commune). Selon Minuchin et Al, c’est le resultat d’un systeme de placement fragmente qui oriente les familles dans des directions opposees avec des professionnels.

Les intervenants sont responsables de la non communication entre les parents et les parents d’accueil. Selon Holman, le placement en famille d’accueil est vu comme une substitution a la famille naturelle et une non reconnaissance de son role aupres de l’enfant. Pour Marton, le placement retire aux parents certains droits et responsabilites familiales jusqu’a ce que le parent se retire completement, convaincu d’etre incapable de jouer un role educatif. Le role de l’intervenant est d’aider les parents et les parents d’accueil a cooperer et comprendre les roles des deux milieux familiaux pour ’enfant mais dans certaines situations, ils vont exclure les parents pour proteger la qualite des relations avec les parents d’accueil. Toute attitude negative des intervenants envers les parents encourage le conflit et la competition entre les parents et les parents d’accueil. Il est egalement difficile d’avoir de bonnes relations entre les intervenants, ce qui peut mettre en peril le succes du placement. Dans le scenario du conflit : ce scenario reflete un climat difficile et un enjeu de pouvoir.

Dans le conflit, l’enfant est pris en otage car il y a le rejet de l’autre dans l’echange entre les partenaires donc celui-ci se retrouve psychologiquement fragilise. Dans l’etude, le climat difficile a rendu impossible toute interaction entre les acteurs, les canaux de communication se trouvent bloques. Les conflits montrent une incapacite de part et d’autre a aborder differents point de vue et a mettre en place des mecanismes qui permettent de discuter des desaccords, chacun se sent juge, blesse et non ecoute, cela va avoir un impact sur l’enfant.

Dans le scenario du sens unique : absence de reciprocite, les echanges sont unidirectionnels, un des membres de la dyade n’exprime pas son point de vue ou n’est pas entendu, ce qui s’observe entre les parents et les parents d’accueil mais egalement entre les parents et les intervenants protections mais aussi entre les parents d’accueil et les intervenants protection. Les parents ne se sentent pas consideres, chose observe par Corby et AL dans leur etude sur la participation des parents aux prises de decisions lors des discussions des cas.

Entre les parents d’accueil et les intervenants protections, une situation sur trois confirme les travaux qui indiquent clairement que les parents d’accueil rapportent ne pas etre implique dans un reel travail d’equipe avec les intervenants. Dans le scenario inclusivite : les liens sont positifs entre les acteurs, les adultes sont capables de mettre leurs ressources en commun afin d’offrir a l’enfant les meilleurs soins possibles.

Il y a un partage des responsabilites entre la famille, le parent d’accueil et les intervenants. On observe une reciprocite ainsi qu’une reconnaissance de la realite de chacun des acteurs. Entre les parents et les parents d’accueil, la collaboration est variable, qui va du partage de l’information a celui de taches concretes aupres de l’enfant (echanges telephoniques.. ). a collaboration entre les parents et les intervenants va de l’implication des premiers dans la planification du placement ainsi que dans toutes les decisions qui concernent l’enfant et les contacts familiaux. Pour Jones, prendre conscience de la difference de pouvoir entre les intervenants et la famille est la premiere etape vers le partage des pouvoirs. L’etude souligne l’importance de clarifier les roles et les responsabilites de chacun lors du placement de l’enfant. Chaque adulte doit pouvoir donner son point de vue.