La case de l’oncle tom

La case de l’oncle tom

La Case de l’oncle Tom Un article de Wikipedia, l’encyclopedie libre. Aller a : Navigation, rechercher [derouler] Traduction a relire — Article de Qualite (en) Uncle Tom’s Cabin > (fr) La Case de l’oncle Tom — (+) * Information Statut de la traduction : A relire * Commentaire : oeuvre importante ; AdQ en Anglais, ebauche en francais * Demandeur : Koniggratz (d) 9 avril 2009 a 11:13 (CEST) * Interet de la traduction : adq * Projets : Litterature , Etats-Unis * Traducteur(s) : Demilune (d) 1 mai 2009 a 23:20 (CEST) o Avancement de la traduction : ———-100 % Version traduite : 1 mai 2009 * Liens utiles : Comment participer a la traduction ? ; Traduire les liens internes Page de suivi de traduction — Mettre a jour ces informations [derouler][enrouler] Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2009). Si vous connaissez le theme traite, merci d’indiquer les passages a sourcer avec {{Reference souhaitee}} ou, mieux, incluez les references utiles en les liant aux notes de bas de page. (Modifier l’article) Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir La Case de l’oncle Tom (homonymie). La Case de l’oncle Tom

Auteur Harriet Beecher Stowe Genre roman

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
feuilleton Titre original Uncle Tom’s cabin Pays d’origine Drapeau : Etats-Unis Etats-Unis Date de parution originale 1852 La Case de l’oncle Tom (Uncle Tom’s Cabin) est un roman de l’ecrivain americaine Harriet Beecher Stowe. Publie d’abord sous forme de feuilleton en 1852, il valut le succes immediat a son auteur. Le roman eut un profond impact sur l’etat d’esprit general vis-a-vis des Afro-Americains et de l’esclavage aux Etats-Unis ; il fut l’une des raisons de l’intensification des conflits qui menerent a la Guerre de Secession[ref. necessaire].

Stowe, nee dans le Connecticut et pasteur a la Hartford Female Academy, etait une abolitionniste convaincue. Elle centra son roman sur le personnage de l’oncle Tom, un esclave noir patient et tolerant autour duquel se deroulent les histoires d’autres personnages, aussi bien esclaves que blancs. Ce roman sentimental depeint la realite de l’esclavage tout en affirmant que l’amour chretien peut surmonter une epreuve aussi destructrice que l’esclavage d’etres humains. La Case de l’oncle Tom fut le roman le plus vendu du XIXe siecle et le second livre le plus vendu de ce meme siecle, derriere la Bible.

On considere qu’il aida a l’emergence de la cause abolitionniste dans les annees 1850. Dans l’annee suivant sa parution, 300 000 exemplaires furent vendus aux Etats-Unis[ref. necessaire]. L’impact du roman fut tel qu’on attribue a Abraham Lincoln ces mots, prononces lorsqu’il rencontra Harriet Stowe au debut de la Guerre de Secession : « C’est donc cette petite dame qui est responsable de cette grande guerre.  » Fabienne Robert, specialiste du sujet, confirme l’anecdote. [ref. necessaire]

Le roman, et encore plus les pieces de theatre qu’il inspira, contribuerent egalement a la creation de nombreux stereotypes concernant les Noirs, dont beaucoup persistent encore aujourd’hui. On peut citer l’exemple de la mammy, servante noire placide et affectueuse, des enfants noirs a moitie habilles aux cheveux en bataille, et de l’oncle Tom, serviteur devoue et endurant fidele a son maitre ou sa maitresse blancs. Plus recemment, les associations negatives avec le roman ont, dans une certaine mesure, eclipse l’impact historique de La Case de l’oncle Tom en tant que livre antiesclavagiste. Sommaire [masquer] 1 Inspiration et references * 2 Publication * 3 Resume o 3. 1 Eliza s’enfuit avec son fils, Tom est vendu sur le Mississippi o 3. 2 La famille d’Eliza est pourchassee, tandis que Tom vit chez les St. Clare o 3. 3 Tom est vendu a Simon Legree o 3. 4 Derniere partie * 4 Personnages principaux o 4. 1 L’oncle Tom o 4. 2 Eva o 4. 3 Simon Legree * 5 Personnages secondaires * 6 Themes abordes * 7 Style * 8 Reactions et critiques o 8. 1 Reactions contemporaines o 8. 2 Impact litteraire et critique * 9 Creation et popularisation de stereotypes * 10 Litterature Anti-Tom * 11 Adaptations o 11. 1 Les Tom shows 11. 2 Cinema o 11. 3 Television o 11. 4 Dessins animes o 11. 5 Heritage et influence au cinema * 12 Liens externes Inspiration et references[modifier] Harriet Stowe, nee dans le Connecticut et enseignante a la Hartford Female Academy, etait une abolitionniste convaincue. Elle ecrivit ce roman en reponse a l’adoption en 1850 du second Fugitive Slave Act, qui punissait ceux qui aidaient les esclaves fugitifs et diminuait leurs droits ainsi que ceux des esclaves liberes. La majeure partie du livre fut ecrite a Brunswick dans le Maine ou le mari de Harriet, Calvin Ellis Stowe, enseignait a Bowdoin College.

Pour ecrire La Case de l’oncle Tom, Stowe s’inspira en partie de l’autobiographie de Josiah Henson, un Noir qui vecut et travailla dans une plantation de tabac de 15 km? appartenant a Isaac Riley et situee a North Bethesda dans le Maryland. Henson echappa a l’esclavage en 1830 en s’enfuyant dans la province du Haut-Canada (a present l’Ontario), ou il aida d’autres esclaves a s’echapper et a devenir autonomes, et ou il ecrivit ses memoires. Stowe reconnut manifestement s’etre inspiree des ecrits de Henson pour La Case de l’oncle Tom. Lorsque l’? uvre de Stowe devint celebre, Henson ublia a nouveau ses memoires sous le titre Les Memoires de l’oncle Tom, et voyagea aux Etats-Unis et en Europe. Le roman de Stowe donna son nom a la demeure de Henson, devenue Uncle Tom’s Cabin Historic Site pres de Dresden dans l’Ontario et transformee en musee depuis les annees 1940. La veritable cabane dans laquelle Henson vecut lorsqu’il etait esclave existe toujours dans le comte de Montgomery, dans le Maryland. American Slavery As It Is: Testimony of a Thousand Witnesses, un livre coecrit par Theodore Dwight Weld et les s? urs Angelina et Sarah Grimke, est egalement a l’origine d’une partie du contenu du roman.

Stowe affirma egalement avoir fonde son livre sur des entretiens avec des esclaves fugitifs, rencontres lorsqu’elle vivait a Cincinnati dans l’Ohio, ville proche du Kentucky qui etait un etat esclavagiste. Le chemin de fer clandestin avait des sympathisants abolitionnistes a Cincinnati et aidait activement les esclaves a s’echapper des Etats du sud. Harriet Stowe mentionna une partie des sources d’inspiration utilisees pour son roman dans A Key to Uncle Tom’s Cabin, publie en 1853. Ce livre, qui au contraire de La Case de l’oncle Tom n’etait pas une fiction, fut ecrit pour soutenir les affirmations de Stowe concernant l’esclavage.

Cependant, des etudes ulterieures montrerent que Stowe ne lut la plupart des ? uvres mentionnees qu’apres la publication de son roman. Publication[modifier] La Case de l’oncle Tom fut d’abord publie en tant que feuilleton de 40 episodes dans le National Era, un journal abolitionniste, a partir du 5 juin 1851. Au vu de la popularite de l’histoire, l’editeur John Jewett proposa a Harriet Stowe de transformer le feuilleton en livre. Bien que Stowe n’etait pas sure que La Case de l’oncle Tom serait lue une fois sous forme de livre, elle consentit finalement a cette requete.

Convaincu que le livre serait aime par le public, Jewett prit la decision (inhabituelle pour l’epoque) de faire graver pour la premiere edition six illustrations pleine page par Hammatt Billings. Publie sous forme de livre le 20 mars 1852, le roman fut bientot epuise et d’autres editions furent imprimees peu apres (en particulier une edition de luxe imprimee en 1853, comportant 117 illustrations de Hammatt Billings). Pour sa premiere annee de publication, 300 000 exemplaires de La Case de l’oncle Tom furent vendus[ref. necessaire].

Le livre fut traduit dans de nombreuses langues et devint finalement le deuxieme livre le plus vendu apres la Bible. Certaines des premieres editions contenaient une introduction par le Reverend James Sherman, ministre du culte protestant londonien connu pour ses convictions abolitionnistes. La Case de l’oncle Tom se vendit egalement bien en Grande-Bretagne, ou la premiere edition fut publiee en mai 1852 et s’ecoula a 200 000 exemplaires[ref. necessaire]. En quelques annees, plus de 1,5 million d’exemplaires furent en circulation en Grande-Bretagne[ref. ecessaire], la plupart etant des copies illegales (le meme phenomene eut lieu aux Etats-Unis)[ref. necessaire]. Resume[modifier] Eliza s’enfuit avec son fils, Tom est vendu sur le Mississippi[modifier] Au XIXe siecle, dans le Kentucky, Etat sudiste, Mr Shelby, riche planteur, et son epouse, Emily, traitent leurs esclaves avec bonte. Mais le couple craint de perdre la plantation pour cause de dettes et decide alors de vendre deux de leurs esclaves : Oncle Tom, un homme d’age moyen ayant une epouse et des enfants, et Henry, le fils d’Eliza, servante d’Emily.

Cette idee repugne a Emily qui avait promis a sa servante que son fils ne serait jamais vendu ; et le fils d’Emily, George Shelby, ne souhaite pas voir partir Tom qu’il considere comme un ami et un mentor. Lorsque Eliza surprend Mr. and Mrs. Shelby en train de discuter de la vente prochaine de Tom et Henry, elle decide de s’enfuir avec son fils. Le roman precise que la decision d’Eliza vient du fait qu’elle craint de perdre son unique enfant survivant (elle a deja perdu deux enfants en couches). Eliza part le soir meme, laissant un mot d’excuse a sa maitresse.

Pendant ce temps, Oncle Tom est vendu et embarque sur un bateau qui s’apprete a descendre le Mississippi. A bord, Tom rencontre une jeune fille blanche nommee Eva et se lie d’amitie avec elle. Lorsque Eva tombe a l’eau, Tom la sauve. pour le remercier, le pere de Eva lui donne des biscuits La famille d’Eliza est pourchassee, tandis que Tom vit chez les St. Clare[modifier] Au cours de sa fuite, Elisa retrouve son mari George Harris, qui s’etait echappe auparavant. Ils decident d’essayer de gagner le Canada.

Ils sont cependant poursuivis par un chasseur d’esclaves nomme Jack Loker. Loker finit par pieger Elisa et sa famille, ce qui conduit George a tirer sur Loker. Ne souhaitant pas que Loker meure, Elisa convainc George d’amener le chasseur d’esclaves jusqu’a un village quaker proche pour qu’il y soit soigne. De retour a La Nouvelle Orleans, St. Clare discute de l’esclavage avec sa cousine nordiste Ophelia qui, bien qu’opposee a l’esclavage, a cependant des prejuges contre les Noirs. St. Clare considere que lui n’a pas de prejuges, bien que possedant des esclaves.

Dans une tentative pour montrer a Ophelia que ses idees concernant les Noirs sont erronees, il achete Topsy, une jeune esclave noire, et demande a Ophelia de l’eduquer. Deux ans apres que Tom soit arrive chez les St. Clare, Eva tombe gravement malade. Avant de mourir, elle a une vision du paradis, qu’elle partage avec les personnes qui l’entourent. En consequence de cette vision et de la mort d’Eva, les autres personnages decident de modifier leur maniere de vivre : Ophelia promet de se debarrasser de ses prejuges contre les Noirs, Topsy de s’ameliorer et St.

Clare de liberer l’oncle Tom. Tom est vendu a Simon Legree[modifier] St. Clare est poignarde en entrant dans une taverne de La Nouvelle Orleans et meurt avant de pouvoir tenir sa promesse. Sa femme revient sur la promesse de son mari decede et vend Tom aux encheres a un proprietaire malveillant nomme Simon Legree. Legree, originaire du nord, emmene Tom dans une region rurale de la Louisiane, ou Tom fait la connaissance des autres esclaves de Legree, et en particulier d’Emmeline, que Legree a achetee en meme temps que Tom.

La haine de Legree pour Tom nait lorsque celui-ci refuse son ordre de fouetter un autre esclave. Legree bat sauvagement Tom, et decide de broyer la foi en Dieu de son nouvel esclave. Cependant, malgre la cruaute de Legree, Tom refuse de cesser de lire sa Bible et de reconforter les autres esclaves. A la plantation, Tom rencontre Cassy, une autre esclave de Legree, qui a ete separee de son fils et de sa fille lorsque ceux-ci ont ete vendus ; incapable de supporter la vente d’un autre de ses enfants, elle a tue son troisieme enfant.

Tom Loker fait a ce moment sa reapparition dans l’histoire ; suite a sa guerison par les quakers, il a profondement change. George, Eliza et Harry ont obtenu leur liberte apres etre parvenus au Canada. En Louisiane, l’oncle Tom succombe presque au desespoir alors que sa foi en Dieu est mise a l’epreuve par les rigueurs de la plantation. Il a cependant deux visions, une de Jesus et une d’Eva, qui renouvellent sa determination a rester un chretien fidele, meme si sa vie est en jeu. Il encourage Cassy a s’enfuir, ce qu’elle fait en emmenant Emmeline avec elle.

Lorsque Tom refuse de reveler a Legree leur destination, ce dernier ordonne a ses employes de tuer Tom. Alors qu’il est mourant, Tom pardonne aux employes de l’avoir battu. Impressionnes par la personnalite de l’homme qu’ils ont tue, les deux hommes deviennent chretiens. Juste avant la mort de Tom, George Shelby, le fils d’Arthur Shelby, apparait pour acheter la liberte de Tom, mais se rend compte qu’il arrive trop tard. Derniere partie[modifier] Sur le bateau qui les emmene vers la liberte, Cassy et Emmeline rencontrent la s? ur de George Harris et l’accompagnent au Canada.

Une fois arrivee, Cassy decouvre que Eliza est sa fille, qui avait ete vendue enfant et dont elle n’avait pas eu de nouvelles depuis. Leur famille enfin reconstituee, ils partent pour la France puis finalement pour le Liberia, nation africaine creee pour les anciens esclaves d’Amerique, ou ils retrouvent le fils de Cassy, egalement perdu de vue depuis longtemps. George Shelby retourne dans sa plantation du Kentucky et libere tous ses esclaves, en leur disant de se souvenir du sacrifice de Tom et de sa foi dans la veritable signification du christianisme.

Personnages principaux[modifier] L’oncle Tom[modifier] L’oncle Tom, le personnage eponyme, est un esclave chretien possedant patience et noblesse d’ame. Plus recemment, son nom est cependant devenu un epithete designant les Afro-Americains accuses de s’etre vendus aux Blancs (pour plus de details, se referer au paragraphe Creation et popularisation de stereotypes). Pour Stowe, Tom est un heros noble et digne d’eloges. Tout au long du roman, bien loin de se laisser exploiter, Tom defend ses croyances et est meme admire a contrec? ur par ses ennemis. Eva[modifier]

Eva, dont le veritable nom est Evangeline St. Clare est la fille d’Augustin St. Clare qui, durant une periode, est le maitre de Tom. Eva est gentille, souriante, genereuse, belle, compatissante et elle se lie d’amitie avec tous les esclaves de son pere. Elle devient tres vite amie de Tom Simon Legree[modifier] Simon Legree est un maitre cruel, ne dans le nord, dont le nom est devenu synonyme d’avidite. Son but est de demoraliser Tom au point de le faire abandonner sa foi religieuse ; il finit par battre Tom a mort par frustration devant la foi inebranlable de son esclave en Dieu.

Le roman revele qu’il a, dans sa jeunesse, abandonne sa mere malade pour partir en mer, et qu’il a ignore sa lettre le priant de venir la voir une derniere fois sur son lit de mort. Il exploite sexuellement Cassie, qui le meprise, puis porte son desir sur Emmaline. Personnages secondaires[modifier] La Case de l’oncle Tom met en scene un grand nombre de personnages secondaires. Parmi les plus importants, on peut citer : * Arthur Shelby, le maitre de Tom dans le Kentucky. Shelby est presente comme un « bon » maitre, stereotype du gentleman du Sud. Emily Shelby, epouse d’Arthur Shelby. C’est une femme profondement croyante qui s’efforce d’exercer une influence benefique et morale sur ses esclaves. Elle est scandalisee lorsque son mari vend ses esclaves a un marchand, mais en tant que femme ne possede pas de moyen legal de s’y opposer puisque la propriete appartient a son mari. * George Shelby, fils d’Arthur et d’Emily, qui considere Tom comme un ami et comme le chretien parfait. * Augustin St. Clare, second maitre de Tom et pere d’Eva. Le plus comprehensif des possesseurs d’esclaves rencontres dans le roman.

St. Clare est un personnage complexe, souvent sarcastique et a l’esprit vif. Apres une cour difficile, il a epouse une femme qu’il a fini par mepriser, bien qu’il soit trop poli pour le montrer. St. Clare est conscient du mal que constitue l’esclavage, mais il ne veut pas renoncer a la richesse qu’il lui apporte. Apres la mort de sa fille, il devient plus sincere dans ses convictions religieuses et commence a lire la Bible a Tom. Il compte finalement prendre parti contre l’esclavagisme en liberant ses esclaves, mais ses bonnes intentions ne sont pas concretisees. Topsy, une jeune esclave un peu vaurien. Lorsqu’on lui demande si elle sait qui l’a creee, elle professe son ignorance de Dieu et de sa mere, en disant : « J’pense que j’ai grandi. J’pense pas que quelqu’un m’ait creee. » Elle est transformee par l’amour de la petite Eva. Pendant la premiere moitie des annees 1900, plusieurs fabricants de poupees creerent des poupees a l’effigie de Topsy. L’expression « grandir comme Topsy », a present un peu archaique, est passee dans la langue anglaise, d’abord avec la notion de croissance imprevue puis juste celle de croissance impressionnante. Mademoiselle Ophelia, cousine d’Augustin St. Clare venant du Vermont, personnage pieux, travailleur et abolitionniste. Elle met en evidence les sentiments ambigus des Nordistes envers les Afro-americains a l’epoque. Elle est opposee a l’esclavage, mais l’idee d’esclave en tant qu’individu lui repugne, du moins au debut. Themes abordes[modifier] Un theme unique domine La Case de l’oncle Tom : celui du caractere malefique et immoral de l’esclavage. Bien que Stowe aborde d’autres themes mineurs tout au long du roman, comme par exemple l’autorite morale de la mere de famille ou encore la possibilite e redemption offerte par le Christianisme, elle donne beaucoup d’importance a leurs liens avec les horreurs de l’esclavage. Elle aborde le theme de l’immoralite de l’esclavage quasiment a chaque page du livre, lui arrivant meme parfois de changer de point de vue narratif afin de donner une veritable homelie sur la nature destructrice de l’esclavage (telle cette femme blanche sur le bateau conduisant Tom vers le sud : « La pire des choses dans l’esclavage, a mon avis, est son atrocite envers les sentiments et l’affection – la separation des familles, par exemple. ) L’une des manieres pour Stowe de denoncer l’esclavage etait de montrer comment cette « bizarre institution » forcait les familles a se separer. Harriet Stowe considerait le statut de mere comme « le modele ethique et structurel pour toute l’Amerique » et pensait que seules les femmes avaient l’autorite morale pour sauver les Etats-Unis du demon de l’esclavage ; c’est pourquoi un autre theme majeur de La Case de l’oncle Tom est le pouvoir moral et le caractere saint de la femme.

A travers des personnages comme Eliza, qui fuit l’esclavage pour sauver son jeune fils (et finit par reunir sa famille entiere), ou Petite Eva, qui est consideree comme « la chretienne ideale », Stowe montre de quelle maniere elle pense que les femmes peuvent sauver leurs prochains des pires injustices. Bien que des critiques noterent plus tardivement que les personnages feminins de Stowe constituent souvent des cliches domestiques plutot que des femmes realistes, le roman « reaffirma l’importance de l’influence des femmes » et ouvrit la voie aux mouvements pour les droits des femmes qui se manifesterent dans les decennies suivantes.

Les croyances religieuses puritaines de Stowe se revelent dans le theme general qui sous-tend le roman, qui n’est autre que l’exploration de la nature du christianisme et de la maniere dont Stowe pense qu’il est fondamentalement incompatible avec l’esclavage. Ce theme est fortement present lorsque Tom exhorte St. Clare a « regarder vers Jesus » apres la mort de sa fille bien-aimee Eva. Apres la mort de Tom, George Shelby fait l’eloge de Tom en disant : « C’est quelque chose que d’etre chretien ».

De par le role important joue par les themes chretiens dans La Case de l’oncle Tom – et a cause de l’utilisation repetee dans le roman d’interventions de l’auteur elle-meme sur la religion et la foi – le livre prend souvent « la forme d’un sermon ». Style[modifier] La Case de l’oncle Tom est ecrit dans le style melodramatique et sentimental commun aux romans sentimentaux et a la « fiction domestique » (ou fiction feminine) du XIXe siecle.

Ces genres de recits etaient parmi les plus populaires au temps de Stowe et mettaient en general en scene des personnages principaux feminins, dans un style visant a provoquer compassion et emotion chez le lecteur. Bien que le livre de Stowe differe des romans sentimentaux en s’interessant a un theme plus large, l’esclavage, et en ayant un homme comme personnage principal, il cherche cependant a susciter une forte emotion chez ses lecteurs (en provoquant par exemple les larmes lors de la mort de Petite Eva).

La force de ce style d’ecriture est manifeste lorsqu’on se refere aux reactions des lecteurs contemporains de Stowe. Georgiana May, une amie de Stowe, ecrit dans une lettre a l’auteur : « Je suis restee eveillee la nuit derniere bien apres une heure du matin, pour finir La Case de l’oncle Tom. Je ne pouvais pas plus l’abandonner que je n’aurais pu abandonner un enfant mourant ». Un autre lecteur est decrit comme etant obsede a tout moment par le livre et comme ayant pense a renommer sa fille Eva.

La mort de Petite Eva affecta de maniere evidente un grand nombre de personnes a l’epoque puisqu’a Boston, au cours de la seule annee 1852, ce prenom fut donne a 300 petites filles. Malgre ces reactions positives de la part des lecteurs, les critiques litteraires mepriserent durant des annees le style dans lequel La Case de l’oncle Tom et d’autres romans sentimentaux etaient ecrits, du fait que ces livres etaient rediges par des femmes et presentaient de maniere si evidente un « sentimentalisme feminin ». Un critique itteraire affirma que si le roman n’avait pas aborde le theme de l’esclavage, « il n’aurait ete qu’un autre roman sentimental », tandis qu’un autre decrivit le livre comme « l’? uvre d’un ecrivaillon ». Cependant, en 1985, Jane Tompkins changea d’opinion sur La Case de l’oncle Tom dans son livre In Sensational Designs: The Cultural Work of American Fiction. Tompkins fit l’eloge de ce style que tant d’autres critiques avaient meprise, ecrivant que les romans sentimentaux montraient comment les emotions feminines avaient le pouvoir d’ameliorer le monde.

Elle affirma egalement que les fictions domestiques populaires du XIXe siecle, dont La Case de l’oncle Tom fait partie, etaient remarquables de par leur « complexite intellectuelle, leur ambition et leur ingeniosite » ; et que La Case de l’oncle Tom offrait « une critique de la societe americaine bien plus devastatrice que d’autres effectuees par des auteurs plus connus tels que Hawthorne ou Melville ». Reactions et critiques[modifier]

Des sa publication, le livre a donne lieu a une importante controverse, suscitant des protestations de la part des defenseurs[Qui ? ] de l’esclavage (qui firent paraitre un certain nombre d’autres livres en reponse a celui-ci[Lesquels ? ]) et des eloges de la part des abolitionnistes[ref. necessaire]. Le roman influenca profondement des ? uvres protestataires posterieures, telle La Jungle d’Upton Sinclair.