L Ombre D Albert

L Ombre D Albert

Tout les matins, au petit déjeuner, c’était la même rengaine: il rac ontait ses rêves, en y ajoutant des détails qui s’éternisaient jusqu’à n’en plus finir. N’alle z pas vous trompez. J’aimai bien Albert. Je le connaissai même depuis le début de mon existe nce et il s’agissait également de la seule personne qui m’adressa la parole. Presque tout ce que je fis ? longueur de journée, c’était écouter Albert parler.

Mais c’est juste ue Je commençais a en avoir marre de toujours me retrouver dans son ombre. Tout ce qu e j’y ressentai était le sentiment de ne pas Non. Pourtant, je n’a rien demander. Mais Parce que c’est ce qu les vrai amis. or2 Sni* to ce dont j’avais rêver? ‘Albert malgré tout. Mon souvenir le plus loin remonte à quand j’avais rencontré Alber t. Avant cette rencontre, que du vide. Je me souviens que je regardais un garçon en pleur.

Je sui s allé le consoler et le egard que j’ai vu dans ses yeux me boulversa profondément. De I a reconnalssance. C’était tout nouveau pour moi. Les émotions je veux dire. Une amitié gra ndit entre le garçon portant des lunettes (rafistolées rapidement à l’aide du papier collant) et

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
mai. Elle était même à envier par tous. II n’existait pas plus fidèle que moi. Là où Appert allait, je l’y suivait. Je vit Albert grandir et devenir un jeune garçon tourmenté.