L Largissement Du Monde

L Largissement Du Monde

Henri Simonneau L’élargissement du monde (XVe-XVle siècles) LES NOUVEAUX HORIZONS DES EUROPEENS (XVE-XVIIIE SIECLES) PREMIÈRE PARTIE L’ELARGISSEMENT DU MONDE (XVE-XVIE SIECLE) Instructions officielles (B. O. pécial n04 du 29 avril 2010) Question obligatoire L’élargissement du monde (XVe-XVle siècle) La question traite des contacts des Européens avec d’autres mondes et de l’élargissement de leurs horizons géographiques en prenant appui sur une étude obligatoire : o De Constantinople différentes cultures e religions (chrétienne, Sur une étude choisi or 16 Sni* to View ntacts entre Un navigateur europ en et ses voyages de découverte ; o Un grand port européen ; Et sur une autre étude choisie parmi les deux suivantes : o Une cité précolombienne confrontée à la conquête et à la colonisation européenne ; o pékin : une cité interdite ? Plan du cours Introduction Les Européens et le monde au XVe siècle A) Une géographie héritée de l’Antiquité T. D. sur Al-idrisi, un géographe arabe au XIIe siècle B) Les Européens et l’Islam en Méditerranée (XVe-XVle siècles) 1400 1 500 MOYEN 1 600 EPOQUE ÂGE MODERNE Bartolomeo 1488 Dias au Cap 1492 de Bonne Magellan remière ex édition 1521 mort Espérance de la Méditerranée.

Mais les Grandes Découvertes, à raube de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
l’époque moderne, marquent un bouleversement majeur, tant dans les conceptions géographiques du monde que dans les rapports de forces économiques et politiques. A) Une géographie héritée de YAntiquité T. D. introductif : Al-Îdrisi, un géographe arabe au XIIe siècle Ce travail peut être effectué comme une transition entre le chapitre consacré au Moyen Âge et celui sur l’époque moderne. Les explorations européennes ne datent pas de la fin du XVe siècle. Plusieurs expéditions ont éjà eu lieu dans les siècles précédents : – Vers l’An Mille, Erik le Rouge est parti à la conquête du Groenland. Son fils, Leif Erikson, débarque en Amérique du Nord et nomme la région Vinland. Mais cette expédition n’a pas de suite.

Ces voyages sont connus par des sagas. – Les croisades, entre le XIe et le XIIIe siècles, ont stimulé les échanges entre les Européens et l’Asie. Mals la présence franque en Terre Sainte prend fin en 1291 avec la prise de Saint-Jean d’Acre et la disparition du royaume latin de Jérusalem. – Si le commerce avec l’Asie est un uasi-monopole des marchands arabes, quelq PAGF golfe de Guinée. La géographie médiévale est influencée par plusieurs traditions : – La tradition biblique divise le monde en trois continents : l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Jérusalem est le centre du monde. Cette cartographie est plus une illustration symbolique qu’une géographie pratique. La géographie arabe, dont les travaux d’Al-îdrisi, réactualise les données cartographiques mais sa Géographie est peu connue en Occident. Les récits de voyages servent cependant de sources aux cartographes. – À la fin du Moyen Âge, les écrits de Claude Ptolémée (Ile siècle ap. J. -C. , géographe alexandrin, donnent un nouvel élan à la cartographie médiévale. Les cartes réalisées donnent une idée de la représentation du monde connu : les rives de la Méditerranée sont précises, tandis que l’Afrique australe et l’extrême orient sont méconnus. – À partir du XIIIe siècle, la cartographie bénéficie de rapport des cartes marines et des portulans, cartes qui détaillent avec précisions les ports, es iles ainsi que les abris et les dangers.

Ces cartes, très réalistes, permettent une meilleure appréhension de l’espace, même si l’intérieur des terres n’est pas toujours eprésenté. La mappemonde-portulan dite de Christophe Colomb Les connaissances géographiques à la veille des Grandes Découvertes La carte est disponible sur le site de la BnF, où elle est conservée : http://expositions. bnf. fr/utopie/grand/2_27_htm La visite virtuelle de la bibliothèque Richelieu propose une rapide présentation de la carte ainsi que du globe de Ma datable de 1492 (c’est la raison pour laquelle elle est attribuée à Christophe Colomb) donne une image des connaissances géographique à la veille des Grandes Découvertes. ? droite se trouve un portulan, qui détaille avec précision es côtes de l’Europe, de la Méditerranée et de l’Afrique jusqu’aux sources du Congo. Certaines villes sont représentées. La description de l’intérieur de l’Afrique est néanmoins tributaire des connaissances médiévales. A gauche est dessinée une mappemonde. On y trouve les trois continents (l’Afrique est complète) au milieu des neuf sphères célestes (chacune évoquant une planète), dans la pure tradition médiévale jusqu’aux thèses héliocentristes du XVIe siècle. Depuis la naissance de l’Islam, les Européens ont des contacts ininterrompus avec le monde arabo-musulman. D’une part, les Croisades ont amené de ombreux Européens dans la région.

Du XIe au XIIIe siècle, des royaumes francs ont vu le jour en Terre Sainte. Dans la péninsule ibérique, la Reconquista ne s’achève qu’en 1492 avec la prise de Grenade. Des contacts commerciaux ont toujours eu lieu entre les différentes régions de Méditerranée, par le biais notamment des marchands italiens. Mais il y a des contacts culturels aussi dans les zones de contacts, notamment dans le sud de la péninsule ibérique et en Sicile. PAGF s 6 1347 puis la Serbie en 1389. Mais c’est la prise de Constantinople et la disparition de l’Empire byzantin qui arque un véritable tournant. Malgré les projets de croisade en Occident, Constantinople est désormais définitivement la capitale d’un empire musulman.

Les Balkans continuent ? l’époque moderne à être une terre de conflits. Étude de cas sur Constantinople-lstanbul, un carrefour culturel en Méditerranée C) Les contacts commerciaux avec le reste du monde Indirectement, les Européens conservent aussi des relations commerciales avec l’Afrique et l’Asie : – Les produits venus dAsie arrivent en Europe ont des relations commerciales indiens, perses ou arabes qui apportent notamment des épices de Chine u d’Asie du Sud-Est ? travers rOcéan Indien jusqu’aux ports de Méditerranée orientale. Ce sont les marchands italiens, principalement Génois et Vénitiens, qui en assurent la diffusion vers l’Europe occidentale. L’Afrique sub-saharienne fournit de l’or échangé contre des produits manufacturés européens. Les caravanes assurent le transfert des marchandises depuis les empires du Mali ou Songhaï à partir de villes africaines comme Tombouctou. Les Grandes Découvertes A) Des conditions favorables Au XVe siècle, la consommation des produits en provenance de l’Orient augmente en Europe grâce à la croissan : épices, parfums, soie, PAGF 6 6 d’éviter de passer par les intermédiaires arabes pour se fournir en or. Ils continuent les expéditions afin de trouver une route vers l’Inde en essayant de contourner l’Afrique, que l’on ne connaît pas au sud de l’Équateur.

Les rois d’Espagne, qui viennent d’achever la Reconquista, souhaitent continuer la reconquête religieuse pour diffuser la foi chrétienne, et sont désormais plus enclin à envisager la tentative de traverser l’Océan atlantique par l’Ouest, d’autant que le mythe du Prêtre Jean affirme la présence de Chrétiens dans l’Extrême Orient. De plus, à la fin du Moyen Âge, les explorateurs bénéficient des progrès techniques qui permettent une navigation plus sûre et plus lointaine : les portulans, mais aussi la boussole, ou la caravelle, bateau aux bords élevés qui permet de naviguer en haute mer. B) Le temps des explorations Après les Açores en 1427, les Portugais atteignent l’embouchure du Congo en 1483. Puis Bartolomeo Dias est le premier Européens à rejoindre le Cap de Bonne Espérance en 1488.

Vasco de Gama continue les explorations portugaises dans l’Océan Indien et atteint l’Inde dix ans plus tard, en 1498. Christophe Colomb quitte le 3 août 1492 1’Andalousie. Le 12 octobre, il atteint les deuxième voyage (1493-1496) est plus long. L’expédition regroupe 17 navires et il s’agit de fonder une colonie sur Hispaniola. Sur le chemin, il découvre une à une les petites Antilles depuis la Désirade. Entretemps, les relations se sont dégradées entre les Espagnols restés ? Hispaniola et les Indiens. Ceux-ci sont réduits en esclavage. 500 Arawaks sont ramenés en Europe. 200 meurent durant le voyage tandis que les autres sont vendus comme esclaves. Le troisième voyage (1498-1500) a pour but l’exploration des erres au sud des Antilles. Il atteint donc rembouchure de l’Amazone et remonte vers Hispaniola. Toujours persuadé que Cuba est la province chinoise de Mangi, Colomb cherche un passage vers l’Ouest. Il navigue le long des côtes mexicains et panaméennes jusqu’en juin 1503. Il rentre le 7 novembre 1 504 en Espagne. Le traité de Tordesillas, signé le 7 juin 1494 entre les souverains espagnols et portugais vise ? établir une frontière dans les souveraineté des terres à découvrir. celle-ci est située à 1770 1770 km (370 lieues) des îles du Cap-Vert, le long d’un axe ongitudinal.

Le traité est complété en 1529 (après le voyage de Magellan) par le traité de Saragosse, qui fixe la frontière orientale au niveau de la Papouasie et du Japon, pour que le Portugal puisse conserver les iles Moluques. Les autres pays sont en principe exclus de la conquête du nouveau monde. 16 Tordesillas une terre portugaise. Amerigo Vespucci, navigateur florentin qui travaille pour le compte des souverains espagnols puls portugais. Il fait notamment des voyages sur le continent et décrit ses voyages dans une lettre de 1 503 intitulée « Mundus Novus C’est Martin Waldseemüller qui en 1 503, sur un planisphère, écrit à propos du Nouveau Continent : cette partie du monde « qu’on pourrait appeler désormais terres d’Americus ou America, puisque c’est Americus qui l’a découverte » e nom d’Amérique est né.

En 1519, Magellan entreprend le projet d’atteindre les Indes par la route de l’Ouest pour le compte de Charles Quint. Son équipage accomplit la premere circumnavigation, tour de la terre par la mer. Magellan meurt en route, et l’expédition, dirigée par Elcano, arrive à Séville après trois ans de voyage. Étude de cas : Ferdlnand Magellan à la découverte du monde Suite à ces voyages d’exploration espagnols et portugais, les autres puissances européennes, malgré le traité de Tordesillas, prennent la route du Nouveau Monde – En 1497, John Cabot aborde l’Amérique du Nord au nom de l’Angleterre. – En 1524, Giovanni de Verrazzano (Florentin) part sous les ordres de François Ier vers le Nouveau Monde.

Il aborde notamment en Carollne du Nord et la baie de New York, baptisée « Nouvelle Angoulême En 1 534, Jacques Cartier, parti de Saint-Malo, explore le Canada pour le com te de la couronne de France. -À partir de 1598, les HOII ent dans l’exploration de En quelques décennies, le monde connu des Européens s’est élargi à toute la planète. Si l’intérieur des terres, notamment en Afrique et en Asie, demeure très mal connu, la connaissance des littoraux augmente d’année en année, parallèlement à la multiplication des explorations. Seule l’Océanie demeure en marge des Grandes Découvertes. On observe à partir du XVIe siècle une réorganisation des puissances economques. L’Espagne et le Portugal s’enrichir énormément grâce à l’or et l’argent américains.

La Méditerranée reste essentielle pour le commerce avec l’Orient mais le développement du ommerce atlantique annonce le déclin de Venise et de Gênes au profit de Lisbonne, Séville ou Anvers. Étude de cas : Séville, un port ouvert sur l’Amérique La naissance des empires coloniaux A) Les conquêtes ibériques en Amérique Parallèlement aux missions d’exploration, les puissances ibériques prennent possession des nouvelles terres, au nom de leur roi. Les conquérants succèdent donc aux explorateurs. – Hernan Cortés (1485-1547) participe à la conquête de Cuba en 1511. En 1519, il débarque à Veracruz (actuel Mexi ue où il entre en contact avec des Mayas. À la