L Historique De La Grande Distribution

L Historique De La Grande Distribution

Alain Chatriot Marie-Emmanuelle Chessel L’histoire de la distribution : un chantier inachevé ln: Histoire, économie et société. 2006, 25e année, no 1. pp. 67-82. Résumé L histoire de la distribution est un objet passionnant mais encore peu étudié par les historiens français. En proposant un tableau des travaux existants, cet article veut ouvrir une série de pistes de recherches possibles.

Si l’épopée des grands magasins français au XIXe siècle est connue, on a trop peu analysé l’influence des États- dans la première moitié d « hypermarché » a plu rega rd to View grand commerce de achée avec un d’historien. Le projet d’une histoire de la distribution en France se doit d’être à la fois une histoire des entreprises, des évolutions sociales, du rôle de l’État et des mutations culturelles dans un contexte de plus en plus mondialisé. Abstract This is a review article on the history of retailing, which has not been studled in France as much as in ather countries.

Indeed, one knows quite well the history of French department stores in the 19th century, but the influence of the United States on French retailing or the « invention » of the supermarket in France are for nstance less known. A program of research

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
on the history of retailing in France should take into account not only business practices but also social, political and cultural evolutions. Citer ce document / Cite this document : société. 2006, 25e année, ‘YI. pp. 67-82. doi : 10. 3406/hes. 2006. 2581 http://www. persee. r/web/revues/home/prescrpt/article/hes 0752-5702 2006 num 25 1 2581 L’histoire de la distribution: un chantier inachevé * par Alain CHATRIOT et Marie-Emmanuelle CHESSEL L’histoire de la distribution est un objet passionnant mais encore peu étudié par les historiens rançais. En proposant un tableau des travaux existants, cet article veut ouvrir une série de pistes de recherches possibles. Si l’épopée des grands magasins français au XIXe siècle est connue, on a trop peu analysé l’influence des États-Unis sur les mutations du grand commerce dans la première moitié du XXe siècle.

La «révolution de l’hypermarché» a plus été proclamée qu’approchée avec un regard doit d’être à la fois une histoire des entreprises, des évolutions sociales, du rôle de l’État et des mutations culturelles dans un con texte de plus en plus mondialisé. een studied in France as much as ln ather countries. Indeed, one knows quite well the history of French department stores in the 19th century, but the influence of the United States on French retailing or the « invention » of the supermarket in France are for instance less known.

A program of research on the history of PAGF OF commerce et de la bouti quedepuis plusieurs siècles 1, celle des grands magasins depuis le XIXe siècle et celle ‘k Nous tenons à remercier Patrick Fridenson et Matthew Hilton pour nous avoir aidés à réunir la documentation ici présentée et pour avoir relu une version récédente de ce texte, ainsi qu’Armand-Denis Schor et le CIREID (Centre International de Recherche, d’échange et d’Information sur la Distribution, Lille-Métropale) qui sont à l’origine de cet article. . N. McKendrick, J. Brewer,J. Plumb (éd. ), The Birth of a Consumer Society. The Commercialization of Eighteenth-Century England, Bloomington, Indiana university Press, 1982; C Walsh, «The Newness of the Department Store: A View from the Eighteenth Century», dans G. Crossick, S. Jaumain (éd. ), Cathedrals of consumption. The European Department Store 1850-1939, Aldershot, Ashgate, 1998, p. ; N. Coquery (dir. ), na 1, 2006 Alain Chatriot, Marie-Emmanuelle Chessel 68 de la grande distribution sous ses formes diversifiées après la Seconde Guerre mondial Or, alors que l’industrie et les grandes entreprises ont trouvé leurs historiens, les méthodes et les expériences de la distribution restent trop souvent encore, malgré des travaux pionniers, dans l’ombre2.

S’il existe un certain nombre de recherches, notam menten langue anglaise, sur les transformations des méthodes de distribution au XIXe siècle, en particulier les gr s, le «erand commerce» 3 OF ‘économistes3, que de quelques sagas familiales et success stories, retracées par des plumes journalistiques 4 par les témoignages des acteurs 5 ou par des agences de communication 6. Les questions de distribution sont pourtant centrales pour comprendre la genèse et le fonctionnement des marchés de produits et de services 7.

Comme l’écrivait l’histo rien Emmanuel Chadeau, aujourd’hui disparu, «l ‘histoire des entreprises de commerce de détail, qui reste un chantier ouvert, n’est pas un modeste recoin de l’histoire des entreprises: elle appartient par ses objets, par ses problématiques et ses rythmes, ? ‘histoire générale de la production, des échanges, des métiers»8. Cet article a modestement pour but de présenter les principales recherches existantes sur l’histoire de la distribution, cette recension pouvant être utile aux futurs chercheurs travaillant dans ce domaine.

Après les grands magasins, qui font l’objet d’un premier point consacré principalement au XIXe siècle, puis les magasins ? prix unique et les supermarchés, créés aux États-Unis puis en Europe des années 1930 aux années 1960, qui sont traités dans un deuxième point, nous évoquerons les évolutions plus récentes La boutique et la ville. Commerces, commerçants, espaces et clientèles xvF-xxc siècles, Tours, Publications de l’université François Rabelais, 2000; N. Coxa The Complete Tradesman. A Study of Retailing, 15501880, Aldershot, Ashgate, 2000.

Voir aussi l’approche d’un témoin: J. Lacour-Gayet, Histoire du commerce, Pa is, SPID, 6 vol. , 1950-1955_ 2. La revue Entreprises et PAGF nd compte des des recherches en la matière, a publié un seul numéro consacré au «commerce: révolutions, rénovations», numéro dirigé par E. Chadeau, 4, novembre 1993. 3. De la brève mais informée synthèse: M. -L. Allain et C. Chambolle, Economie de la distribution, Paris, La Découverte, 2003, à la somme très détaillée sur le sujet: P. Moati, L’avenir de la grande distribution, paris, Odile Jacob, 2001. 4.

Les deux références classiques, bien informées, sont E. Thil, Combat pour la distribution. D ‘Edouard Leclerc aux supermarchés, Paris, Arthaud, 1964, préface d’A. Sauvy, et Les inventeurs du commerce moderne. Des grands magasins aux bébés-requins, Paris, Arthaud, 1966, postface de B. Trujillo. Ce second volume comporte les portraits thématiques de Joseph Hall, Aristide Boucicaut, F. W. Woolworth, Clarence Saunders, Michael Cullen, Bernardo Trujillo, Don Casto, Eugène Ferkauf, Fred Lazarus et Bernard Shulman. . E. Leclerc, Ma vie pour un combat, Paris, Belfond, 1974. . Promodès. Du cabas au caddie. Histoire d’un pionnier de la distribution, paris, Communica Interna tional, 1987. Sur le même groupe commercial: F. Regniault, Promodès: du pré carré normand au commerce sans frontières, 2e éd„ Paris, Hatier, 1997 et surtout C Sordet et J. – F. Wantz, Paul-Louis Halley, de Promodès à Carrefour, Paris, Éditions de l’organisation, 2004. 7. P. -A. Dessaux, Des vermicelliers au groupe Danone: onsommer, produire et vendre des pâtes al imentaires en France, XVIY-XX* siècles, thèse d’histoire, EHESS, 2003.

Outre son originalité et son caractère pionnier, cette recherche est une des premières à souligner l’importance du commerce de gros dans les processus de distribution. 8. E. Chadeau, «Le PAGF s OF souligner l’importance du commerce de gros dans les 8. E. Chadeau, «Le commerce de détail: entreprises et « révolutions commerciales »», Entreprises et Histoire, 1993, n’4, p. 5-11, p. 11. Il faut signaler qu’Emmanuel Chadeau, professeur à l’Université Lille-lll, vait encouragé certains de ses étudiants dans de telles recherches: C.

Desaegher, De la boutique ? l’hypermarché: le commerce de détail en France (1945-1990), mémoire de maîtrise, 2 vol. , 1992 et Evolut ionde la vente par catalogue au XXe siècle, mémoire de DEA. 1993; P. Herbeau, Faut-il des magasins ? grandes surfaces La 101 Royer: «Jeu du chat et de la souris», mémoire de maîtrise, 1993 et Le monde du petit commerce de détail en France (1920-1960), mémoire de DEA, 1994. L’histoire de la distribution: un chantier inachevé 69 de la grande distribution. Enfin, dans un dernier temps, nous nous nterrogerons sur tout ce qui n’est pas encore connu en France et qui mériterait de l’être.

L’épopée des grands magasins au XIXe siècle On a coutume de présenter l’histoire de la distribution en termes de «révolutions commerciales» successives, qui commenceraient au XIXe siècle. En France, les deux premières périodes de créations de magasins sont ainsi les années 1820-1860 -années de fondation des premiers «magasins de nouveautés» à Paris: Aux Trois quartiers (1 829), ca Belle jardinière ( Marché (racheté par PAGF 6 OF à succursales (GouletTurpin en 1874, Système U en 1884, Casino en 1899)9.

Mais en France, dans d’autres pays d’Europe ou outre-Atlantique, l’histoire de la distribution n’est pas seulement celle des créations successives de nouveaux magasins, qui prendraient la place des magasins précédents, plus petits, devenus «primitifs» et «démodés» 1 û. Car le maintien des marchés locaux et les relations informelles entre clients et petits commerçants participent aussi à la genèse de la société de consommation n.

Par ailleurs, s’il est vrai que, face à la création des grands magasins, des résistances d’ordre politique s’affirment d’emblée chez les petits commerçants 12, on note aussi des nnovations dans les pratiques commerciales de certains d’entre eux. Par exemple, au Canada entre 1890 et 1939, certains petits détaillants, alliés aux industriels, utilisent massivement la publicité, refont leurs étalages et leurs vitrines, pour mieux vendre des produits à prix imposés 13. En Grande-Bretagne les petits détaillants forment des associations et développent des tactiques pour faire face aux grandes marques 14. ? chaque période cohabitent donc plus ou moins bien diverses générations de magasins, qui s’adressent à des popula9. J. Marseille (dir. ), La révolution commerciale en France. Du « Bon Marché» à l’hypermarché, Paris, Le Monde éditions, 1997, ouvrage novateur malgré des contributions très brèves. pour une approche moins historienne mais qui comporte de nombreuses informations: J. du Closel, Les grands magasins français cent ans après, Institut du Commerce et de la consommation, Paris, Chatard et associés, 1989. 10. J. Benson et Ugolini, Historians and the PAGF 7 OF consommation, Paris, Chotard et associés, 1989.

IO. J. Benson et Ugolini, «lntroduction: Historians and the Nation of Shopkeepers», dans A Nation of Shopkeepers. Five Centuries of British Retailing, Londres, IB Tauris, 2003, p. 1-24. 11. D. Hodson, «The Municipal Store: Adaptation and Development in the Retail Markets of Nine teenth Century LJrban Lancashire», Business History, numéro spécial sur «The Emergence of Modern Retailing, 1750-1950», n040-4, 1998, p. 99; M. Finn, «Scotch Drapers and the Politics of Modernity: Gender, Class and Nationality in the Victorian Tally Trade», dans M. Daunton et M. Hilton (éd. , The Politics of Consumption: Material Culture and Citizenship in Europe and America, New York, Berg, 2001 p. 89-107. 12. G. Crossick et H. -G. Haupt (éd. ), Shopkeepers and Master Artisans in Nineteenth-Century Europe, Londres, Methuen, 1984; P. Nord, Paris Shopkeepers and the Politics of Resentment, Princeton, Princeton University Press, 1986 et «Le mouvement des petits commerçants et la politique en France de 1888 ? 1914», Le Mouvement Social, no 114, 1981, p. 33-55; S. Jaumain, Les petits commerçants belges face à la modernité (1880-1914), Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 1995. 3. D. Monod, Store Wars. Shopkeepers and the Culture of Mass Marketing, 1890-1939, Toronto, Uni versity of Toronto Press, 1996. 14. M. Winstanley, The Shopkeepers’ World, Manchester, Manchester University press, 1983;J. Ben son, The Penny Capitalists, Dublin, Gill & McMillan, 1983; C Hosgood, «The Pigmies of Commerce and the Working-Class Community: Small Shopkeepers in England, 1870-1914», Journal of Social Histo vol. 22, 1989, p. 439-460; England, 1870-1914», Journal of Social History, vol. 22, 1989, p. 439-460: J. K. alton, Fish and Chips and the British Working Class, 1870-1940, Leicester, Leicester university press, 1992; M. Hllton, «Retailing History as Economic and Cultural History: Strate giesof Survival by Specialist Tobacconists in the Mass Market», Business History, vol. 0, noa, 1998, p. 1 15-137 et M. Eveno et P. Smith (dir. ), Histoire des monopoles du tabac et des allumettes en France XIXeXXe siècles. Guide du chercheur, Paris, Jacques Marseille- Altadis, 2003. ne 1, 2006 70 tions diverses et selon des modalités différentes, et qui tentent d’adapter leurs prat igues commerciales.

Parfois certaines institutions créent elles- mêmes la nouvelle génération de magasins: pour résister à la crise des années 1930, les chain stores et les coopératives de consommation américains créent des supermarchés pendant que les grands magasins français fondent les magasins à prix unique. L’histoire des relations entre les différentes générations de magasins, les villes qui les entourent, les dirigeants qui les gèrent, les personnels qui les animent et les clients qui les fréquentent, mérite d’être écrite dans toute sa complexité tout au long des XIXe et XXe siècles.

La longue bibliographie tout récemment proposée par le professeur de marketing Robert Tamilia témoigne’ ce endant du nombre et de la diversité des travaux dispo commerciales et leurs métho des de gestion des stocks 16, des historiens d’art ont étudié leur architecture ou leur insertion dans la ville 17… t des historiens ont écrit des synthèses ou des monograp hies 18. Les Galeries Lafayette ont bénéficié d’un traitement par l’histoire économi que 19. Les grands magasins ont enfin servi de support à l’histoire de la culture de consommation.

Depuis les années 1980, date d’une certaine effervescence chez les historiens de la consommation, les «palaces» ou «cathédrales» de la consommation fascinent en effet les historiens longtemps après avoir attiré les romanciers comme Emile Zola 20. Temp les de la consommation, lieux féeriques et objets de tentation, ils sont aussi des lieux rlvilégiés d’observation des femmes consommatrices et de la culture de consommat en particulier à la fin du XIXe siècle 21.

Les consommatrices sont le plus souvent des femmes «bourgeoises» (car les grands magasins ne démocratisent pas vérit ablement la consommation au cours de ce XIXe siècle), dont les sorties dans la rue, dans 15. R. D. Tamilia, The Wonderful World of the Department Store in Historical Perspective. A Compreh ensive International Bibliography Partially Annotated, article non publié, version révisée, été 2004 185 Nous remercions l’auteur transmis la version