l asie du sud est

l asie du sud est

Introduction: L’idée d’une Europe unie est ancienne: au xixe siècle, elle a été formulée notamment par Victor Hugo et l’Italien Giuseppe Mazzini. Cependant, il a fallu le désastre des deux guerres mondiales et la menace communiste pour que les Européens s’attachent réellement à la tâche de construire une Europe unie. Fondée en 1957 par les traités de Rome, la Communauté économique européenne (CEE), malgré bien des difficultés, met progressivement en œuvre des mécanismes d’intégration et se dote d’institutions politiques aux compétences de plus en plus importantes.

Quelles sont les diffé ents fondements e les années 1945 et de la construction de • „ p g la fin des années 199 I] L’émergence du projet européen Dans l’histoire, ce projet européen provient dune vision politique unique et nouvelle. A) Aux origines du projet européen Au sortir de la Première Guerre mondiale, l’Europe est détruite, ruinée. Aussi, les Etats ont décidé de mettre en commun certaines valeurs. C’est ainsi qu’est créée en 1923 1’Union paneuropéenne. Aristide Briand, en 1929, propose quant à lui la création des Etats-Unis d’Europe.

Le second conflit mondial engendre une impulsion plus marquée. Il convient alors de préserver la liberté et l’indépendance, et de reconstruire des Etats dévastés. La guerre froide

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
favorise ce projet européen et Churchill, dans son célèbre discours de Zurich en 19 1946, parle du « rideau de fer » et invoque lui aussi la création des Etats-Unis d’Europe. Le Président des Etats-Unis, Truman, propose à cette Europe le plan Marshall, mais à la condition qu’ils s’unifient et laissent de côté leurs hostilités passées.

Partant, l’Allemagne parvient à se restructurer, elle redresse son économie et retrouve les voies de la démocratie, ce qui débouche en 1990 sur la réunification de la RDA et de la RFA. La France, de son côté, contrôle cette Allemagne qui l’inquiète toujours et doit faire face à la menace soviétique. Enfin, la Grande-Bretagne, par cette aide américaine, stabilise le continent dans la continuité de sa politique d’équilibre européen dont l’origine remonte au XIXème siècle.

La période de reconstruction, marquée par une croissance historique, facilite la construction européenne, entraine la démilitarisation, permet l’adhésion de nombreux pays européens, et démontre en fin de compte que d’un point de vue économique cette Europe est efficace. B) Les premières étapes du projet européen ‘Organisation européenne de coopération économique (OECE) voit le jour en avril 1948. Elle répond aux exigences du Président Truman. Elle a pour dessein de mettre en application le plan Marshall.

En avril 1951, les Six – l’Allemagne, la France, l’Italie, le Benelux – intègrent la CECA, Communauté européenne du charbon et de l’acier. Elle crée un marché commun abolissant les droits de douane sur le charbon et l’acier. En vérité, elle vise à éviter tout conflit puisque le charbon et I 2 douane sur le charbon et l’acier. En vérité, elle Vise à éviter tout onflit puisque le charbon et l’acier sont indispensables à la guerre. La CECA était une idée de Jean Monnet, commissaire au Plan, et elle a été présentée par Robert Schuman. Elle impose ses décisions aux Etats ainsi qu’aux entreprises.

En effet, c’est une organisation supranationale. Autre idée, qui cette fois-ci est un échec, la CED, Communauté européenne de défense. Songée par Jean Monnet, proposée par René Pleven, elle répondait à la demande américaine de défendre l’Europe de l’Ouest face aux hostilités communistes. pour mémoire, en juin 1950, la Corée du Nord communiste attaquait la Corée du sud. Mais finalement, la CED est un cuisant échec et elle est rejetée par la France en 1954. C) Un projet européen contesté Ce projet est d’abord contesté par l’URSS et les communistes.

En effet, une telle construction renforce l’Europe de l’Ouest au sein de ce conflit Est-Ouest. Qui plus est, elle est soutenue par les Etats-Unis. Il est ensuite contesté par les forces de gauche qui craignent que cette Europe toujours plus dépendante des Etats-Unis n’aggrave le risque de conflit. Il est également vivement critiqué par le général de Gaulle qui désire plus que tout une Europe indépendante des Etats-Unis. II souhaite une « Europe des Patries une Europe des nations, et refuse l’idée d’un fédéralisme européen.

Selon lui, l’Europe doit servir la France et non la desservir. Enfin, les milieux économiques français craignent l’abolition des droit 3 la desservir. Enfin, les milieux économiques français craignent l’abolition des droits de douane, des contrôles aux frontières, ainsi que l’émergence d’un pouvoir supranational, tant d’un point de vue économique que politique. Ainsi, ce projet européen naissant connaît une vive opposition ainsi que l’échec de la CED. Mais le départ du général de Gaulle ut au combien bénéfique pour cette Europe qui devient communautaire.

Ill La construction dune Europe communautaire Les Pères fondateurs désiraient cette Europe communautaire qui, malgré les menaces de paralysie, se met en place progressivement. A) La relance du projet européen Suite à l’échec de la CED, il convenait de relancer ce processus européen. Il faut attendre la signature des traités de Rome en mars 1957 et la naissance de la Communauté économique européenne, plus connu sous le nom de CEE, que l’on doit notamment au ministre des Affaires étrangères Spaak. Elle omprend à l’origine les six membres de la CECA et tend à la libre circulation des hommes, des biens et des services.

Sa réussite est incontestable au début des années 1970. Le Marché commun a permis de doper la croissance, de favoriser les échanges. La Politique agricole commune est une grande politique servant en particulier la France. Et l’Europe s’est pourvue d’institutions : le Conseil, la Commission, puis, en 1979, le Parlement dont les membres sont élus au suffrage universel. Toutefois, la Grande-Bretagne, jusqu’en 1973, reste à l’écart de ce processus. Elle se montre hostile à la C processus. Elle se montre hostile à la CEE en 1957.

Néanmoins, elle se porte candidate dans les années 1960 à la vue de ses succès. Elle se heurte cependant au veto du général de Gaulle en 1961 puis en 1967 du fait de la « relation particulière » qu’elle entretient avec les Etats-Unis d’Amérique. Le Président Pompidou retire ce veto, ce qui permet l’intégration à la CEE de la Grande- Bretagne en 1973. Se joignent à elle l’Irlande et le Danemark. En 1974 est créé le Conseil européen suite à la proposition de Valéry Giscard d’Estaing. Ce Conseil réunit les chefs d’Etat et de ouvernement.

Il favorise la construction européenne et donne une certaine visibilité à l’Europe à travers le monde. B) un projet européen menacé de paralysie e général de Gaulle a montré son attachement au vote ? l’unanimité car celui-ci lui permet de poser son veto chaque fois que les intérêts de la France pourraient être paralysés. Cest ainsi qu’il s’oppose en 1965 à l’entrée en vigueur du vote à la majorité qualifiée. De même, il ne reprend son siège au Conseil qu’après le « compromis de Luxembourg » en janvier 1966 qui maintient l’unanimité dans les votes.

Cette Europe est donc paralysée par les intérêts instables de ses Etats membres et en particulier par la France. Cette menace de paralysie est aussi l’émanation des difficultés économiques : le choc pétrolier de 1973 conduit chaque Etat à se protéger face à la concurrence étrangère ; quant au Marché com S chaque Etat à se protéger face à la concurrence étrangère ; quant au Marché commun, il ne concerne pas les services qul constituent du PNB de la CEE. Enfin, nonobstant l’adhésion de la Grèce en 1981, du Portugal et de l’Espagne en 1 986 à la CEE, la construction européenne semble ompromise, bloquée.

C) Le Marché unique et l’Union européenne Cette construction européenne est relancée en 1985 lorsque Jacques Delors, alors président de la Commission européenne, propose le projet de Marché unique. Les Etats européens l’acceptent et signent en 1 986 1’Acte unique européen. Il prévoit l’entrée en vigueur en 1993 du Marché unique. Les traités de Rome en 1957 prévoyaient déjà la libre circulation des hommes, des marchandises et des services. Cette fois-ci, elle est réalisée. Le Marché unique permet l’ouverture des frontières, a libre-concurrence, est censée engendrer la croissance et l’amélioration du niveau de vie.

Surtout, elle a pour dessein de resserrer les liens entre les peuples et de préserver la paix et la concorde si souvent menacées. Conclusion ‘ L’Europe de l’Ouest a connu de profondes mutations depuis la Première Guerre mondiale. La multiplication des conflits a rendu indispensable une coopération qui, année après année, s’est opérée. Toutefois, cette Europe est actuellement fragilisée en raison de difficultés économiques. Cette fragilité est marquée par une forte poussée des mouvements patriotiques.