L Affaire Dreyffus

L Affaire Dreyffus

L’affaire Dreyfus L’affaire Dreyfus a pour origine une erreur judiciaire, sur fond d’espionnage et d’antisémitisme, dont la victime est le capitaine Alfred Dreyfus (1859-1935), Juif et alsacien d’origine, et qui pendant douze ans, de 1 894 ? 1906, a bouleversé la société française , allant jusqu’à remettre en cause République En quoi la presse a une influence sur l’opinion publique dans l’affaire Dreyfus Plan : un drame qui remet Dreyfusards et Antid L’affaire après l’affai or7 to View Un drame qui remet en cause la République 1-La conspiration des militaires: En 1884 une affaire d’espionnage éclate au sein du ministère le eneral Mercier craint alors pour sa carrière et sa réputation Il lui faut un coupable.

Dès lors, la terrible machine militaire se met en marche qui fera de Dreyfus un traître idéal. Du 6 au 15 Octobre: Le Service des renseignements de l’armée dirigé par le colonel Sandherr, intercepte – le « bordereau » – adressé à Schwartzkoppen, l’attaché militaire Alfred Dreyfus est arrêté, après un rapide interrogatoire. Il est incarcere sur ordre du général Mercier à la prison du Cherche-Midi. 2 2) Pourquoi Zola a écrit « J’accusei’? : En 1897, le nouveau chef des renseignements français découvre e véritable auteur de la

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
lettre. Aussitôt le frère du capitaine Dreyfus réclame la révision du procès. Jugé en conseil de guerre, le véritable coupable est acquitté. ?cœuré par cette injustice, Émile Zola écrit en première page du journal L’aurore le très fameux« J’accuse » qui dénonce l’antisémitisme de l’armée, accuse l’état-major d’avoir condamné Dreyfus sans preuve, et apporte pour la première fois la réunion de toutes les données existantes sur l’affaire. Le but de Zola est de s’exposer volontairement afin de forcer les autorités à le traduire en justice. Son procès servirait d’occasion pour un nouvel examen public des cas Dreyfus et Esterhézy. Devant le succès national et international de ce coup d’éclat, le procès est inévitable. À partir de ce moment critique, l’affaire devient l’Affaire et suit deux voies parallèles.

D’une part, l’État utilise son appareil pour imposer la limitation du procès à une simple affaire de diffamation, afin de le dissocier des cas Dreyfus et Esterhézy, déjà jugés. D’autre part, les conflits d’opinion tentent de peser sur les juges ou le gouvernement, pour obtenir les uns la révision et les autres la condamnation de Zola. Mais l’objectif du romancier est atteint : l’ouverture d’un débat public aux assises. *AGF 9 rif 7 d’espionnage devient alors, un scandale public d’envergure mondiale. Dreyfusards et Antidreyfusards 1) Les deux France À côté des partisans sincères de la culpabilité ou de l’innocence de Dreyfus apparaissent les dreyfusards et les anti-dreyfusards.

Pour les uns, c’est un moyen de remettre en cause la politique des modérés d’ « apaisement », entre l’Église et la République. Mais aussi de s’attaquer ? l’institution militalre Pour les autres c’est le moyen de prendre leur revanche sur les odérés, jugés trop proches des milieux juifs, protestants ou maçons et sur leurs nouveaux alliés catholiques « ralliés » . Les dreyfusards soutiennent Dreyfus, les droits de l’homme, la vérité, la justice. Ils sont pour la plupart des intellectuels se regroupant derrière la Ligue des droits de l’Homme. Les anti- dreyfusard, pour la plupart antisémites prônent la patrie, l’honneur de l’armée.

Ils forment la ligue de la patrie française avec Maurice Barrès et un groupe de presse. Propos anti -dreyfusards : Dans le Figaro « Je crois qu’on ouvrirait le cerveau de Dreyfus, qu’on n’y rouverait rien d’humain 4 La guerre des caricatures: PAGF3C,F7 publique national. Ce sont les circonstance qui ont influencé le plus la guerre des caricatures. Les deux journaux prlncpaux pour leur camp respectif c’étaient psst pour les anti dreyfusard et Le Sifflet pour les dreyfusard. psst était un journal sans texte. Les antagonistes pour les dreyfusard étaient plutôt Esterhazy, puis ses partisans Rochefort de L’Intransigeant et Drumont de La Libre Parole. Cétait aussi des militaires, des clergés, et des juges.

A leur tour, les anti dreyfusard ont représenté comme acteurs principaux remièrement, Zola et Reinach. Reinach était qualifié tout simplement parce qu’il est juif. Mais Zola était lui-même une bonne cible à cause de son histoire judiciaire et sa position d’intellectuel. On s’attendrait logiquement à ce que Dreyfus soit le sujet principal des dessins à cette époque, et pourtant il y avait rarement des caricatures qui ont dépeint le capitaine. Les caricaturistes ont préféré dessiner les caractéristiques juives et exagérées: le nez crochu, les grosses lèvres, l’obsession avec l’argent, et toujours l’accent allemand. On ne décrirait Dreyfus que comme ça. 6

L’affaire après l’affaire: 1 jours ou Théodore Herzl devint sioniste: L’affaire Dreyfus et les ma ntisémites qui fondamentales et conjointes du judaïsme : – une donnée d’ordre religieux : le mythe biblique de la  » Terre promise  » à un  » Peuple élu l’, ( le droit au sol). – une donnée d’ordre légal : la loi établissant la ‘ race  » juive ( le droit du sang). Les idées d’Herzl furent accueillies avec enthousiasme par les masses juives d’Europe orientale, mais les dirigeants juifs furent mains séduits. Herzl n’en réunit pas moins, à Bâle, du 29 au 31 août 1897, le premier congrès sioniste, u’il présida ; ce fut le premier rassemblement trans-national juif sur une base nationale et lalque.

Les délégués adoptèrent le programme de Bâle, le programme du mouvement sloniste, et déclarèrent que « le slonisme aspire ? établir en Palestine, pour le peuple juif, un foyer garanti par le droit public Après le premier congrès de Bale en 1887 Théodore Herzl déclare:« Aujourd’hui, j’ai fondé l’État juif. Si je le disais publiquement, on me rirait au nez, mais dans cinq ans peut-être et dans cinquante ans, sûrement, on comprendra. Soixante et un ans plus tard Israel devient officiellement le remier et seul état Juif. 7 2)Les historiens, la République, et la question juive La 3ème République fut, jusqu’à nos jours, le plus durable des régimes républicains connus par la France.

Elle fut la période d’apogée de l’empire colonial français, objet d’admiration autant que de doutes pour les citoyens. La nation française s’unifia par la langue et la culture au travers de l’école [email protected], gratuite et obligatoire. Elle s’unifia aussi ar le service militaire devenu universel et oblieatoire. s’unifia aussi par le service militaire devenu universel et obligatoire. L’affaire de Panama (1892-1893) révéla les progrès de l’antisémitisme en France. Celui-ci plonge ses racines dans la tradition catholique, mais aussi dans certaines parties de l’idéologie socialiste qui fait des juifs les acteurs principaux du grand capital, coupables de la corruption dans les affaires de L’union générale et surtout de Panama. 3) Naissance du 20ème siècles: Grâce à l’affaire Dreyfus le début du 20ème siècles est marqué par le renouveaux de l’universalisme des droits de l’Hamme, comme un horizon pour la politique Républicaine: La Ligue des Droits de l’Homme (LDH) est officiellement nregistrée le 4 juin 1898, soit même avant le vote de la loi de 1901 sur les associations, par les républicains en défense du capitaine Dreyfus. La séparation des Églises et de l’État est un événement fondateur de la société française du XXe siècle. Le terme d’intellectuel apparaît avec l’affaire Dreyfus,l’intellectuel n’est pas nécessairement un philosophe ou un écrivain, et sa définition n’a rien de sociologique.

II s’agit de toute personne qui, du fait de sa position sociale, dispose d’une forme d’autorité et la met à profit pour persuader, proposer, débattre, permettre ? ‘esprit critique de s’émancper des représentations sociales. Il est utilisé plus précisément pour désigner quelqu’un qui s’engage dans la sphère publique pour défendre des valeurs. A partir du 20ème siècle les intellectuels sont amenés à ex rimer régulièrement leurs opinions ou prise de positi politiques, régulièrement leurs opinions ou prise de positions sociales, ou encore spirituelles. 9 Conclusion Pendant toute l’affaire Dreyfus, la presse s’est vue doter d’une influence remarquable et sans précédent.

En fait, le pouvoir dont elle a fait preuve était plus fort que le pouvoir de ceux dans une osition traditionnelle du pouvoir politique, comme les membres de La Chambre des Deputés. Après tout, les hommes comme Clémenceau, Drumont, et Jaurès exerçaient beaucoup plus d’influence comme journalistes qu’un simple élu. Pourquoi la presse est-elle devenue si importante? La nature de l’affaire Dreyfus est ancrée dans l’opinion publique. Ce n’était pas un accident que les régions pauvres et rurales, manquant l’influence de la presse à cause des limitations en circulation, étaient immunisées contre l’hystérie que la presse souvent incitait.

En plus, la presse a eu un énorme effet ur les actions que les députés allaient prendre à l’égard de l’affaire Dreyfus. La presse a joué un rôle dès le début de l’affaire Dreyfus, ? commencer avec l’arrestation de Dreyfus jusqu’à son premier procès. Le 1 novembre 1894, la campagne de la presse a commencé avec La Libre Parole, L’Autorité, Le Journal, et Le Temps. À l’intérieur des articles, il y avait des thèmes répétés sans cesse et qui reflétaient le sentiment populaire, comme la haine pour les Juifs et les Allemands, l’amour de la patrie et de l’armée, et une crainte persistante qu’une trahiso persistante qu’une trahison si horrifique