Jec Session 2011

Jec Session 2011

Introduction Tout au long de ma formation d’éducateur spécialisé, la notion d’équipe a été prégnante. Les différents travaux de groupe, l’importance de la communication, la prise en compte de l’humain, etc. , autant d’éléments qui ont tissé en filigrane le « devenir professionnel de l’éducateur spécialisé » Effectuer un travail sur cette notion d’équipe semble alors incontournable ; il m’est apparue que ce serait une des pierres fondatrices de ce métier : l’autre professionnel, travailler ensemble et avec.

Même s’il peut parfois sembler que le « travailler ensemble » Swipe to page raisonne comme un I l apparaît en se penc n or 14 le travail en équipes lève. C’est notamment au maternel que j’ai pu t existant d’emblée, t. sur la question que stionnements. ein d’un foyer re et que je souhaite affirmer au travers de cette d marche que le travail en équipe pluriprofessionnelle est selon moi un préalable nécessaire à toute conduite d’une action éducative, quel qu’elle soit.

C’est ce travail qui je pense contribue à la construction de mon identité professionnelle ; l’autre que ce soient les collègues, les partenaires sont alors devenus les collaborateurs à la construction de la professionnelle et c’est en observant, écryptant, analysant et évaluant

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
les pratiques que j’ai pu dégager ce qui constitue le travail en équipe. Les bénéfices de ce dernier qui contribue à mener des actions coordonnées en faveur des publics accueillis, ses failles également, l’équipe étant un ensemble dêtres humains avec leurs sensibilités parfois différentes ; et enfin son pouvoir.

En tout cas celui que j’ai souhaité mettre en avant dans cet écrit. : le pouvoir de rassembler des compétences et des savoirs complémentalres qul semble pouvoir décupler les possibles de chacun. I / Présentation de la structure La période se stage que j’évoque s’est déroulée au sein d’un foyer maternel. Il s’agit d’une association de la loi 1901 sous tutelle financière du Conseil Général. Cet établissement accueille des femmes enceintes ou ayant au moins un enfant âgé de moins de trois ans.

Les problématiques rencontrées sont nombreuses, qu’il s’agisse de violences conjugales, d’expulsions locatives, de difficultés éducatives, etc. Les personnes accueillies dépendent d’un référent de l’Aide Sociale à l’Enfance d’une des circonscriptions du département et les accords de prise en charge sont délivrés uniquement par le Conseil Général. Les missions premières du foyer maternel sont la protection de l’enfance, l’accès à l’autonomie et à rlnsertlon tant sociale que professionnelle.

La structure dispose d’une capacité de 20 lits et de 4 lits réservés à l’accueil d’urgence. L’éducateur au sein de cette structure répond aux missions qui lui sont confiées dans ce cadre institutionnel mais répond également aux « commandes » de l’association qui somme toutes sont assez complémentaires. Il me faut préciser que lorsque j’ai intégré l’équipe pluridisciplinaire (organigramme en annexe 1) de ce foyer maternel, l’équipe vivait alors un moment charnière de son istoire.

Je me suis nourrie de cette matière tout au long de mon stage cherchant à comprendre dans uelle Je me suis nourrie de cette matière tout au long de mon stage cherchant à comprendre dans quelle dynamique les professionnels s’inscrivait , à quelles problématiques elle pouvait être confrontée tout en tentant, s’il en est, de mesurer l’impact sur les missions et sur le public accueilli. Il me faut préalablement poser le contexte institutionnel de façon sommaire.

Le personnel (éducateurs spécialisés, éducateurs de jeunes enfants, conseillères en économie sociale et familiale, etc. ) onfronté à des difficultés relationnels avec la hiérarchie avait saisi le conseil d’administration de l’association. Afin de remédier aux problèmes évoqués la décision fut prise de mener un audit un état des lieux très complet des conditions de travall ayant pour but d’élaborer des stratégies d’amélioration globale. Ce travail a été mené pendant neuf mois.

Riche de cette démarche, j’ai pu alors je pense réellement prendre la mesure de ce que représente le travail en équipe Que ce soit les obstacles qui semblent parfois insurmontables, les enjeux personnels, les identités professionnelles qui peuvent ‘opposer, le doute ou les moments de crises. Ce que je souhaite extraire de tout cela, en dehors des propos qui pourraient davantage être assimilés à de l’anecdotique, c’est comment l’absence de communication, de respect, de cohérences peut entrainer ce que je nommerai un « burn out » collectif.

Mais aussi comment des professionnels qui prennent le risque d’être des êtres humains, de s’ouvrir à l’autre, de se remettre en question, qui affirment leur volonté quotidienne de remettre le métier sur l’ouvrage » peuvent mutualiser leurs incertitude 12 quotidienne de « remettre le métier sur Pouvrage » peuvent utualiser leurs incertitudes pour en faire des zones de force et accepter de se rencontrer pour parvenir à exister en tant que groupe, toujours au service du public accueilli.

Il m’a semblé incontournable lors de cette démarche de redéfinir le concept d’équipe, puis les notions de travail en équipe et de recherche d’identité professionnelle de groupe. Mais aussi de développer la notion d’être humain : qui suis-je en tant qu’éducatrice dans une dimension individuelle, qui suis-je au sein du collectif, de l’équipe. Enfin, j’évoquerai parfois le décalage entre l’équipe et Pinstitution au sens large. Il / Quelques éléments théoriques sur la notion d’équipe A.

Une équipe dans le champ du social Il existe de multiple définition de l’équipe ; peut-être autant qu’il existe de groupes d’appartenances. En ce qui concerne le champ du travail social, beaucoup d’auteurs ont tenté de définir le concept d’équipe. C’est Roger Mucchielli qui a retenu mon attention avec celle-ci : c’est « un groupe où les relations sont directes (chacun connaissant tous les autres et pouvant s’adresser à tout autre sans intermédiaire, en face à face de groupe) et où règne une unité d’esprit et d’action. »1 . Bien qu’évocatrice cette citation ne saurait résumer à elle seule ce qu’est Véquipe.

Lors de l’audit réalisé au sein du foyer, le premier objectif a été de définir avec l’ensemble du personnel, des membres de l’équipe, ce qu’est une équipe. Voici ce qui en est ressorti Un ensemble d’êtres humains « l’équipe, ce sont les éducateurs » Ce sont des personnes qui travaillent au sein de la structure avec 2 sont les éducateurs » le même objectif Ce sont des personnes qul partagent les mêmes valeurs Ce sont des personnes qui répondent à une commande institutionnelle et qui obéissent à la conduite d’un projet édagogique obligeant à une certaine cohérence.

Ce sont des gens qui ont des convictions communes C’est une organisation composée de différents corps de métiers dans le champ du social Ce sont des personnes qui ont fait le choix de travailler ensemble au service du public accueilli Il m’est impossible de relater l’ensemble des remarques de chacun des professionnels mais on voit bien au travers de celles- ci combien la notion d’équipe peut différer entre chaque membre d’une même équipe J’ai pu relever des sentiments forts d’inclusion et d’appartenance.

L’équipe semblant représenter plusieurs personnes comme ssimilées, agglomérées les unes aux autres, ne laissant plus guère d’espace au soi propre et au libre arbitre. D’autres énonçaient un sentiment inverse : l’exclusion, la solitude. L’exclusion pouvant évoquer le statut de « bouc émissaire La majorité finalement évoquant le fait d’être des êtres humains différents, doués de facultés, de possibles et mutualisant leurs compétences au service de la mission qui leur est confiée (la définition retenu lors de l’audit est à l’annexe ).

Au travers de mes recherches, j’ai pu dégager l’idée qu’au-del? des difficultés de travail, l’équipe pluriprofessionnelle est en soi n outil au service du public accueilli. Elle n’existe que parce que l’usager la fait vivre autour de son projet propre et finalement il semble que ce soit lu PAGF s OF parce que Pusager la fait vivre autour de son projet propre et finalement il semble que ce soit lui qui la mette en action.

C’est au cœur de cet accompagnement que l’équipe prend vie et comme le soulignent Maurice Capul et Michel Lemay2, « il est bien rare que l’éducateur ait à travailler isolément, la plupart du temps il est inséré dans un milieu institutionnel et doit à la fois s’articuler avec d’autres éducateurs et des professionnels ‘autres disciplines, ajustement qui n’est pas facile car l’équipe est un système interactionnel à composantes multiples et changeantes Il me semble qu’une des difficultés du travail en équipe réside ici : ménager la susceptibilité (ou pas), tenir compte du cadre institutionnel, parfols lutter contre soi et ses représentations, faire preuve d’humilité, professionnaliser la relation humaine en occultant les enjeux d’ordre affectifs ou interpersonnels.

Il apparaît que l’éducateur au sein d’une équipe pluridisciplinaire doive s’efforcer de s’éloigner du dictat de « la bonne idée » pour tteindre l’idée que différents regards posés sur une situation est synonyme de richesse et peut me semble-t-il garantir une forme de garde-fou luttant contre la pensée unique. C’est ce que j’ai pu observer durant mon stage : des professionnels qul cherchaient sans cesse à améllorer leur mode de communication pour favoriser l’émergence d’hypothèses, d’analyses la plus riche possible. Mais le dysfonctionnement pointé par les mêmes professionnels était l’absence de leader en tant que membre de l’équipe lui permettant d’exister.

C’est ce que souligne Roger Mucchielli3, le chef « permet au roupe d’exister. Son rôle n’est 6 2 ce que souligne Roger Mucchielli3, le chef « permet au groupe d’exister. Son rôle n’est pas discuté. Il représente le groupe ? l’intérieur et à l’extérieur ; il est le gardien des objectifs, assure la convergence des efforts, assume les risques, lève les obstacles, organise, fait régner l’ordre et les règles qui assurent la vie du groupe, tranche les différends qui peuvent surgir… Il est évident qu’il ne détient l’autorité que par la confiance que lui font les autres. De même ils n’adhèrent, ne participent, n’agissent, que par cette confiance

Le ou les « chefs » représentent donc l’interface entre l’équipe et l’extérieur mais ils sont autant en dedans qu’en dehors d’elle. Si cette fonction n’est pas exécutive comme relaté dans cette citation, ‘équipe risque ‘émiettement. C’est la division et les conflits larvés qui se profilent et c’est le travail notamment qui en souffre. Le risque majeur, ce que j’ai pu voir, c’est l’usager qui devient « outil » de cette manipulation. L’équipe ne travaille plus « au service de » mais sun’ie au détriment des personnes accueillies et si aucune régulation intervient, l’implosion et les dissertions semblent inévitables. C’est pourquoi la fonction de chef est complètement incluse à l’équipe.

C’est l’appendice essentiel qui va permettre de diriger, réguler, animer et permettre d’articuler les différents « composants » du rouage que constitue son équipe. B. Ce que favorise le travail en équipe Au cours de mon stage j’ai pu mesurer combien réquipe pouvait être comparée à un groupe d’appartenance. Le travail mené a d’ailleurs aboutit à l’énonciation de valeurs communes qui ont permis l’élaboratlon d’une « 7 2 mené a d’ailleurs aboutit à l’énonciation de valeurs communes qui ont permis Vélaboration d’une « Charte des salariés C’est ire combien Padhésion à une forme de travail, à une éthique professionnelle est fondatrice dans ce cas.

Comme le soulignent Aïcha Alaoui, Thérèse Laferrière et Danièle Meloche4, « le travail en équipe est un outil de formation personnelle et sociale lorsqu’il fournit à l’individu des occasions d’apprendre à se connaître, à reconnaître ses limites, à utiliser son leadership, à se responsabiliser face à d’autres personnes, ? faire valoir ses idées et ses points de vue, à s’ouvrir aux autres, ? écouter et à questionner les idées des autres. » Comme je l’ai démontré auparavant l’équipe peut s’avérer être n outil fabuleux qui permet de renforcer les motivations sans toutefois dans une émulation malsaine, favorise l’émergence de créativité, d’imagination. Elle favorise la mise en place d’un socle commun de règles et de valeurs.

L’équipe permet une auto-régulation avec les différents membres qui la compose et incite à la prise de recul et à l’échange positif des points de vue. Elle est un garde fou contre une forme de dictature spirituelle ou de fat. Il m’est apparu qu’à elle seule l’équipe serait comme un catalyseur capable de filtrer les « mauvaises » idées, intentions, démarches pour n’extraire que la dynamique de projet. De plus le travail en équipe favorise la créativité, déculpe les possibilités d’actions notamment eu égard à la pluridisciplinarité. Les compétences de chacun mutualisées, travaillées, canalisees sont alors mise au sen’ice de l’usager. C.

L’équpe : un fragile équllibre Paul Fustier évoque I sont alors mise au service de l’usager. C. L’équipe : un fragile équilibre Paul Fustier évoque le fait : « la fondation se concrétise lorsque les personnes sont liées par une même utopie, un même objectif qui irait dans le sens de leurs valeurs personnelles identiques La fondation n’est pas seulement fondée pour les sagers, elle devient un outil de valorisation individuelle et ne supporte pas quelque modification de valeur que ce soit. Cette force magnifique et puissante devient source de crise institutionnelle dans laquelle chacun des membres fondateur s’y voit perdre la reconnaissance tant recherchée au moment de la fondation.

Ce type de crise arrive généralement avec la venue d’un nouveau membre de l’équipe (stagiaire, nouveau professionnel diplômé… ). Il est le profane. »5. J’ai pu en effet constater que si l’équipe reste et demeure un outil incontestable, l’équipe peut être aussi le lieu d’expression e sentiments bien négativement louables que le service aux usagers. Nous connaissons tous les effets de la dynamique de groupe et ce quasiment depuis ‘école maternelle. Chacun dans un groupe a un rôle bien défini qui permet que l’équipe fonctionne. Il y a alors des places plus confortables que d’autres. Les choses se compliquent lorsqu’un fonctionnement devient malsain car détourné de la mission initiale.

Sans possibilité de recadrage, les professionnels s’essoufflent et s’épuisent dans des luttes improductives visant à sauver son propre égo ou au contraire à se faire oublier. Paul Fustier soulgne que le « nouveau » qui s’aventure à pointer les dysfonctionnements ou en tout cas à minima à s’en étonner endosser PAGF « nouveau qui s’aventure à pointer les dysfonctionnements ou en tout cas à minima à s’en étonner endossera donc le rôle du « profane » qui rique d’ébranler un édifice déjà fragilisé. Au sein du foyer maternel ce fut le cas. Deux jeunes salariés osèrent transgresser la loi du silence ce qui à terme aboutit à une restructuration de l’institution.

Cette expérience nous démontre à quel point le fait d’être en veille permanente est nécessaire. ne équipe se construit au fil du temps. Travailler en équipe est peut être un véritable défi tant il peut être parasité par des ressentis externes au travail social. Etre conscient de ces problématiques et les travailler peut à mon sens pallier à ces difficultés et notamment par le biais d’une superwsion d’équipe. C’est ce qui par ailleurs a été mis en place au foyer maternel, libérant un espace de travail sur les fonctionnements. III / Illustration par une situation éducative Début septembre nous accueillons une nouvelle famille orientée par l’assistante sociale de secteur.

Murie16 a 32 ans. Elle est mère e deux petites filles âgées de 4 et 2 ans et vient de découvrir tardivement sa grossesse à 5 mois et demi. Muriel est accueillie suite à une séparation d’avec le papa de ses enfants et également suite à des problèmes d’hygiènes très importants. Une mesure d’AEMOJ est déjà exercée par la Sauvegarde. A son arrivée la jeune femme s’intègre très facilement et semble se sentir à raise tant avec les autres résidentes que vis-à-vis de l’équipe éducative. Equipe qu’elle sollicite énormément. Ma référente professionnelle étant référente de la situation, je m’associe à elle dans ce rôle. Après qu