Jacques monory

Jacques monory

Theme 4 : la pollution de l’air et notre sante : La pollution de l’air est egalement appelee pollution atmospherique : Il s’agit d’un type de pollution caracterise par une alteration des niveaux de qualite et de purete de l’air. Cette degradation est generalement causee par un ou plusieurs elements (particules, substances, matieres…) dont les degres de concentration et les durees de presence sont suffisants pour produire un effet toxique.

On compte aujourd’hui des dizaines de milliers de molecules differentes, polluants averes ou suspectes qui, pour beaucoup, agissent en synergie entre eux et avec d’autres parametres (Ultraviolets solaire, hygrometrie, acides, etc. ). Les effets de ces synergies sont encore mal connus. Cette pollution atmospherique ou interieure est un enjeu de sante public, au niveau mondial comme] individuel. Cette pollution peut revetir de multiples formes et etre : * breve ou chronique ; * visible (fumee) ou invisible (pesticides dans l’air) ; emise massivement ou en faible dose ; * emise en quantite dispersee (exemple : pollution emise par les centaines de millions de pots d’echappement) ; * locale et emise par une source fixe (exemple : cheminee, usine…), ou emise par des sources mobiles (voitures, epandeurs de pesticides, transport maritime ou aerien, etc. ), l’ensemble de ces sources contribuant a une pollution globale

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
interieure ou exterieure (exemple : augmentation de l’effet de serre due au CO2 ou composes organiques volatils dans l’espace domestique). *

La pollution de proximite concerne les zones soumises a des phenomenes perceptibles par la vue ou l’odorat (panaches industriels dont les principaux indicateurs sont le dioxyde de soufre, les acides chlorhydrique ou fluorhydrique, certains metaux lourds et les particules, panaches residentiels contenant des oxydes de carbone, des hydrocarbures aromatiques polycycliques, des metaux ou panaches d’echappements automobiles avec les oxydes d’azote, le monoxyde de carbone, les particules, les composes organiques volatils non methaniques).

La generalisation de l’automobile et la densification des installations de chauffage a elargi les zones soumises a des niveaux de pollution eleves jusqu’a couvrir les agglomerations entieres (echelle urbaine). Ces pollutions urbaines et industrielles, mais egalement agricoles (rejets d’ammoniac, de methane et de protoxyde d’azote) affectent les zones rurales ttenantes et peuvent parcourir des distances importantes, entrainant des phenomenes de pollution photochimique (en banlieue des agglomerations et en milieu rural et dont le principal indicateur suivi est l’ozone) et acidifiante (retombees des composes emis et transformes a plusieurs dizaines voire centaines de kilometres de leur lieu d’emission). On parle alors de pollution regionale qui ne peut plus etre combattue localement mais a l’echelle internationale.

Deux autres phenomenes de pollution mobilisent la communaute scientifique depuis les annees 70 et 80 : la destruction de la couche d’ozone (par les CFC, HCFC et les oxydes d’azote) et le rechauffement climatique (impliquant de nombreux gaz tels que le dioxyde de carbone, le methane, le protoxyde d’azote, les hydro et per-fluorocarbures, l’hexafluorure de soufre, le trifluorure d’azote… . Phenomenes aux effets planetaires (echelle globale), ils presentent des dangers sanitaires et environnementaux considerables pour l’Homme et les ecosystemes. Chaque gaz a fait l’objet d’une quantification qui permet de cerner les secteurs emetteurs et l’evolution des rejets annee par annee. Les resultats de ces quantifications sont disponibles dans la rubrique emissions.