Ionesco

Ionesco

Ionesco, Rhinocéros p 1 unité 1 a) Le nouveau théâtre. b)Ses origines. c)Qui est Ionesco ? d) Rhinocéros dans l’œuvre de Ionesco. a) Le nouveau théâtre naît vers 1950. Quatre auteurs surtout sont représentatifs : Eugène Ionesco, Samuel Becket (En attendant Godot Arthur Adamov et Jean Genet (Les Bonnes). Les différences entre leurs œuvres sont cependant grandes.

Cette forme de théâtre a reçu plusieurs dénominations, qui présentent toutes de inconvénients : « nou « théâtre de l’abs urd « théâtre de dérision appellations pêchent OF46 p g tre d’avant-garde », eux premières caractère vague, les trois autres parce qu’elles sont chargées de connotations qui ne conviennent pas à toutes les pièces. Le terme « absurde depuis Sartre et Camus est chargé d’une signification bien précise, qui a peu de choses en commun avec le théâtre dun Becket et surtout d’un Ionesco.

Si le terme « dérision » s’applique parfaitement à une œuvre comme la « Cantatrice chauve », il convient moins à une pièce comme « Rhinocéros », dont le sujet semble bien trop grave pour justifier le terme: la déshumanisation, « la transformation inéluctable de l’individu ibre en individu obéissant »1 la massification, les totalitarismes de toute sorte, sujets qui antipièce, il

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
appelle Rhinocéros « pièce en trois actes et quatre tableaux En effet, toutes les pièces du cycle Bérenger sont d’une facture nettement plus classique, elles présentent une histoire bien plus linéaire que ses premières oeuvres. voir à ce sujet e. a. Profil d’une oeuvre pages 33/34) b) Vers le nouveau théâtre Si la première pièce de Ionesco (La Cantatrice chauve, montée aux Noctambules en 1 950 par Bataille) se joue devant une salle pratiquement vide, si au début les pièces du nouveau théâtre e rencontrent qu’incompréhension et dérision, cette forme de théâtre a pourtant été préparée de longue date. Dès 1896, Jarry, dans son Ubu roi 2 , rêvait de tuer le théâtre par le théâtre . ? Il s’agissait d’étrangler une fois pour toutes la vraisemblance au théâtre en niant la réalité du temps par l’usage systématique des anachronismes, la réalité de l’espace par une confusion non moins systématique des lieux, et, à la limite, la réalité de l’homme, réduit sur scène à des silhouettes masquées aux allures d’automate »3 On peut encore citer le théâtre de la cruauté d’Artaud, qui ormule des exigences que le « nouveau théâtre » va reprendre . Rhinocéros, L’Oeuvre au clair, Bordas, 1991, p. 1 voir en annexe une scène tirée d’Ubu roi 3 Geneviève Serreau, Histoire du « nouveau théâtre », Gallimard, 1969, p. 16 2 2 4E théâtre ont aussi été inspirés par des écrivains étrangers comme Kafka, Strindberg, Pirandello. En outre, le démantèlement des formes classiques s’est opéré depuis la fin du XIXe siècle : En art par exemple par le cubisme En art et en littérature par le dadaïsme et le surréalisme 4 L’influence du cinéma muet (Chaplin) n’est pas négligeable

Parallèlement au « nouveau théâtre » est né le « nouveau roman », qui lui aussi renouvelle les structures du récit (Butor, La Modification) Après les horreurs de la Seconde guerre mondiale, des camps de concentration, d’Hiroshima et de Nagasaki, les valeurs traditionnelles sont fortement ébranlées. Sur les ruines de ces valeurs, deux tendances vont s’opposer au théâtre: le théâtre populaire, humaniste et optimiste de Jean Villar et le théâtre destructeur, pessimiste et d’avant- garde d’un Ionesco ou d’un Becket. voir à ce sujet Profil d’une Œuvre, page 32) c) Fats biographiques Intéressants Ionesco est né en 1912 en Roumanie, dès 1913, sa famille habite en France. En 1925 il retourne à Bucarest et y apprend le roumain. Il y assiste à la naissance du mouvement fasciste de la Garde de Fer. Il constate quelle attraction cette idéologie exerce sur les intellectuels. Il apporte des témoignages comment certains de ses amis, tout en exprimant leur hostilité face à la Garde de Fer, se sentent attirés par certaines attitudes intellectuelles et morales du fascisme.

Cette expérience l’a certainement inspiré dans la création du caractère de Dudard 5 et dans le monologue final de Bérenger. En 1938 il reçoit une bourse our écrire en France une dissertation sur Baudelai 3 4E 1938 il reçoit une bourse pour écrire en France une dissertation sur Baudelaire. Il vit d’abord à Marseille. Il travaille entre autres comme correcteur pour un éditeur de textes juridiques. Le bureau de cet éditeur lui a servi d’exemple pour le bureau du 2ème acte. En 1950 il écrit la Cantatrice chauve. Un seul régisseur, Nicolas Bataille, croit que la pièce est Jouable et il la monte au Théâtre des Noctambules.

C’est l’insuccès le plus total, tout comme pour la pièce suivante La leçon. Ses pièces, comme celles de Becket, d’Adamov, sont montées dans de petits théâtres, les grandes salles les refusent. Mais lentement la valeur de cette nouvelle forme de théâtre déroutante est reconnue, et, depuis 1954, la Cantatrice chauve a été jouée chaque soir, sans interruption, dans le petit théâtre de la Huchette, dans le Quartier Latin (plus de 15 000 représentations) Ionesco sera élu à rAcadémie Française, il meurt en 1994. d) Les pièces avant Rhinocéros. La Cantatrice Chauve.

Quatre personnages se rencontrent dans un living-room anglais et se parlent en phrases stéréotypées, dénuées de sens dans le ontexte dans lequel elles se disent. 4 5 voir en annexe documents sur le dadaiSme et le surréalisme voir en annexe des extraits de Aujourd’hui et hier. 2005/2006 putz Fernand LGE Ionesco, Rhinocéros p 3 Interviennent un pompier 4 E comme « la tragédie du langage ». Cest la mort du langage et ainsi la mort de toute communication. La Leçon : un professeur donne des leçons particulières, en particulier en mathématiques et en langues, à une élève qui prépare son doctorat total.

Il finit par l’assassiner. Par l’intermédiaire de la bonne nous apprenons que c’est son quarantième meurtre de la journée. Comme dans Rhinocéros, l’histoire passe du burlesque au tragique . Ionesco demande à ce sujet que le jeu des acteurs rétablisse la balance : »Sur un texte burlesque, un jeu dramatique. Sur un texte dramatique, un jeu burlesque »6 Jacques ou la Soumission (rédigé en 1 950, mis en scène en 1955) Une famille petitebourgeoise exige du fils Jacques soumission et progéniture.

Après une longue résistance Jacques prononce la phrase « J’adore les pommes de terre au lard phrase par laquelle il accepte « de rentrer dans la communauté familiale et de s’accommoder du monde tel qu’il est »7 . Il est évident que cette thématique de l’acceptation, de la résistance et de la soumission à l’ordre apparaît également dans Rhinocéros. Les Chaises (1951) est souvent ressenti comme le chef-d’œuvre de Ionesco. Un couple de vieillards, après une vie remplie d’échecs et de désillusions ; a organisé une réception au cours de laquelle un orateur doit venir révéler la vérité ultime.

Progressivement, tout en bavardant, ils remplissent la scène de chaises, saluent des invités invisibles. Lorsque l’Orateur apparaît, leur mission acc s E uicident en sautant par la Mais l’orateur est uet et lorsqu’il veut écrire son message sur un tableau, i Ile fait avec des signes incompréhensibles. Victimes du devoir : Choubert, plein de bonne volonté de bien faire et d’aider les autorités, mais incapable de faire ce qu’on demande de lui, se trouve face ? face avec un policier. Il ressemble à Bérenger « Denn Choubert ist wie spàtere « Ichs » Ionescos nicht Rebell, sondern nur Opfer, er ist eingekreist, hilflos, passiv …

Er kann nicht, was von ihm gefordert wird, so wenig wie Berenger Sich in ein Nashorn verwandeln kann… Choubert wie jede weitere « erste Person » ist der Nicht-Mitmacher-malgré lui, wider Willen ». Amédée ou comment s’en débarrasser: Dans une chambre deux personnes et un cadavre (le cadavre de l’amour ? ), qui n’en finit pas de grandir et qui finit par s’envoler. Commence ensuite le cycle « Bérenger Un personnage appelé Bérenger (le « moi » de Ionesco ? ) apparait dans quatre pièces, mais chaque fois sous des traits différents, il ne s’agit pas du même personnage.

Tueur sans gages. Dans une ville, un tueur a fait d’innombrables victimes. Face à la passivité des habitants, Bérenger est le seul à exiger l’arrestation du tueur. Dans une dernière scène, il 6 E Ionesco écrit : « En fait, Bérenger trouve en lui-même, malgré lui- même, contre lui-même, des arguments en faveur du Tueur. » Cette même attitude ambiguë se retrouve dans Rhinocéros, la pièce suivante. Le Roi se meurt. Pièce en un acte. Le roi Bérenger, qui a régné depuis des centaines d’années, apprend qu’il va mourir dans les 90 minutes ( ! urée de la pièce) qui suivent. Sujet : l’angoisse, le refus de mourir. Avec le roi d’ailleurs disparaît tout le royaume, tout l’univers qui l’entoure. La dernière pièce du cycle Bérenger s’intitule Le piéton de Pair. Unité 2. Le sens général de Rhinocéros. Le titre. L’importance des didascalies. Des marionnettes. Ionesco écrit : « Le propos de la pièce a bien été de décrire le processus de la nazification d’un pays » 9 L’idée de la pièce remonte en effet à l’époque où il a vu ses amis roumains séduits par l’idéologie de la Garde de Fer (voir ci-dessus).

Mais au moment où la pièce est rédigée, on assiste à l’oppression stalinienne. Il est donc certain que Ionesco ne vise pas seulement la montée du nazisme, mais aussi le stalinisme et, de plus, toutes les idéologies de massification. La première représentation de la pièce a eu lieu en Allemagne Schauspielhaus de Düsseldorf, novembre 1959) , elle a rencontré un succès foudroyant. Plus tard, elle devait aussi être montée à Moscou. Les res litiques soviétiques ont ? E dirigeants étaient conscients qu’elle allait aussi être comprise comme un réquisitoire contre le stalinisme.

Ionesco refusa et la pièce ne fut pas jouée ? Moscou. Devant le succès International (Allemagne, E. U. , Italie, Pologne, Japon, Scandinavie, Yougoslavie, etc. ) Ionesco s’inquiéta : « Les gens la comprennent-ils comme il faut ? Y voient-ils le phénomène monstrueux de la « massification » ? En même temps qu’ils sont « massifiables ont-ils aussi, et essentiellement, au fond d’eux-mêmes, tous, des individualistes, des âmes uniques » ? 10 Voici quelques brèves interprétations de la pièce : .. out totalitarisme, de droite comme de gauche, s’y trouve impliqué, et, plus généralement, tout conformisme « 1 1 « Ionesco hat die Ausbreitung des politischen Fanatismus wie die einer Epidemie in seinen Tagebüchern der Bukarester Zeit verzeichnet und dort schon das Bild von den Nashbrnern gebraucht, das ihm zu den zoologischen Begriffen der Eisernen Garde, der Befreiung des Instinkts, des Vitalen passte. »12 9 Notes et Contre-notes, op. it. , p. 183. bidem, op. cit. , p. 188. 11 Serreau Geneviève, op. cit. , p. 56 12 Bondy François, op. cit. , p. 0 10 2005/2006 Pütz Fernand LGE 4E Ionesco ne dénonce pas seulement le fanatisme politique, mais toutes les formes de conformisme, intellectuel, philosophique, moral, qui se trahissent par le langage. » 14 Les didascalies, encore appelées « indications scéniques dans le théâtre classique, les didascalies occupent relativement peu de place. Elles servent ? planter le décor, à fournir des indications sur le jeu de l’acteur. Dans Rhinocéros, ces didascalies deviennent souvent nvahissantes, au point d’occuper davantage de place que les répliques.

Les raisons en sont multiples : Ionesco pense que le jeu de l’acteur est aussi important que les phrases qu’il dit. Dans le nouveau théâtre, les conditions matérielles de la représentation, la mise en scène sont fixées par l’auteur. Ionesco se méfie des metteurs en scène, qui risquent de défigurer le sens de ses pièces. Aussi veut- il, en quelque sorte, imposer ses idées par des indications scéniques très précises. Les premières représentations de Rhinocéros ont cependant montré que les mises en scène euvent être fort différentes et changer totalement ratmosphère de la pièce.

Ainsi en Allemagne le metteur en scène passait du burlesque du premier acte vers le tragique, en France la vision tragique est souvent privilégiée, alors que la mise en scène du Broadway insistait sur le comique et le « slapstik » L’influence du cinéma est indéniable, certaines scènes font penser aux films de Charlot ou de Laurel et Ha sordonnés, personnages pièce comme En attendant Godot de Becket. Analyse de quelques indications scéniques • Les indications scéniques du début plantent le décor du premier acte : une petit e ville rdinaire, avec son épicerie, son café, l’église.

La lumière crue, la couleur du ciel font penser à une ville méridionale. Le carillon souligne que le temps est compté (penser à la pendule de la Cantatrice). Il s’agit d’un lieu de rencontre, un lieu de la parole échangée, ouvert vers l’extérieur. (progressivement, les lieux seront de plus en plus fermés). Lors de la première apparition de Jean et de Bérenger, leurs costumes sont minutieusement décrits. Jean est très soigné, le faux col amidonné souligne la raideur de son caractère, la cravate rouge met une fausse note dans son costume, tout omme il y a des contradictions dans son caractère.

Bérenger se laisse aller, il ne soigne pas son apparence, il est fatigué, les choses ne semblent pas le concerner. Lorsque Jean fait disparaître la poussière du costume de Bérenger, les didascalies situent cette scène dans le registre de la farce telle que l’utilise le cinéma muet. A ce registre appartiennent aussi beaucoup de personnages du premier acte ; ce sont des marionnettes. Ils ne portent pas de nom, ils sont désignés par leurs fonctions (l’épicier, la 13 14 Rougeon Jacques, op. cit. , p. 12 Profil d’une oeuvre, op. cit. , p. 5. 0 6