Investissement direct etranger

Investissement direct etranger

4 L’irrationalite des investisseurs, determinant des IDE? Accepter que l’hypothese de l’efficience des marches ne soit plus verifiee revient a accepter l’existence des ecarts de valorisation des actifs par rapport a leur valeur intrinseque2. Dans ce processus de deconnexion des prix des actifs de leurs valeurs fondamentales, les actifs peuvent se retrouver sous ou surevalues. En meme temps, les uns par rapport aux autres, les actifs peuvent etre relativement plus ou moins sous/surevalues.

Peuvent ces ecarts de valorisation expliquer les mouvements d’IDE ? Les etudes ayant mobilise une approche de finance comportementale fournissent une reponse positive a cette interrogation. La plupart de ces etudes sont appliquees surtout aux operations de fusions et acquisitions (F&A) internationales qui ont definit les flux d’IDE les vingt dernieres annees. Dans ces etudes, aux investisseurs irrationnels s’opposent les managers rationnels. Ces derniers peuvent donc mesurer l’ampleur des ecarts de valorisation des actifs et agir onformement a leurs interets. Deux approches peuvent ainsi etre distinguees dans la litterature [Baker & alii (b), 2004] : celle des actifs bon marche (cheap assets) [Aguiar & Gobinath, 2004] et celle du capital bon marche (cheap financial capital) [Shleifer & Vishny, 2003]. Conformement a la premiere approche, les IDE seraient la resultante

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de l’acquisition des actifs sous-evalues des entreprises situees a l’etranger. Les ecarts negatifs entre les valorisations du marche et les valeurs fondamentales peuvent etre dus a un crash du marche comme c’est le cas dans les pays asiatiques a la fin des annees 1990) ou bien traduire une crise de liquidite que traversent certaines firmes ne disposant pas de projets d’investissement [Baker & alii, 2005]. Tel est le cas des entreprises situees generalement dans les pays emergents. Des etudes effectuees sur des entreprises asiatiques attestent que les contraintes de liquidites se trouvent a l’origine de certaines operations de F&A a la fin des annees 1990 [Aguiar & Gobinath, 2004]. Certains auteurs partagent l’avis que cette approche serait oins applicable a l’etude des F&A se deroulant entre pays developpes, etant de ce fait une voie moins privilegiee dans l’etude de la qualite d’arbitragiste des entreprises multinationales. Cependant, pour une entreprise surevaluee (quelle que soit sa localisation), des actifs correctement evalues (ou relativement moins surevalues) situes dans un autre pays peuvent representer une affaire bon marche. Dans une egale mesure, pour une firme correctement evaluee, les actifs d’une autre firme sous-evaluee pourraient egalement onstituer une affaire bon marche. Des managers rationnels profiteraient ainsi de ces ecarts de valorisation afin de realiser des fusions-acquisitions internationales, concretises par des flux d’IDE. Conformement a la deuxieme approche, les managers des entreprises surevaluees utiliseraient les ecarts de valorisation afin de se procurer des capitaux moins chers qui, ensuite, leur permettraient d’acquerir les actifs vises. Les entreprises surevaluees pourraient ainsi recourir soit a l’endettement, soit a l’emission de nouvelles actions a une valeur uperieure a la valeur fondamentale. Lors de l’endettement, la valeur superieure de l’entreprise apporte des garanties supplementaires, reduisant ainsi le cout de la dette. Le systeme de rating instaure par les agences de notation tient compte de l’evolution de la valeur de marche de l’entreprise. Une entreprise surevaluee verra du fait de l’amelioration de son rating le cout de l’endettement diminuer. Dans les deux cas (emission de nouvelles actions ou endettement), l’entreprise surevaluee leve des fonds a un prix inferieur que si tel n’etait pas le cas.