Introduction. Cedeao

Introduction. Cedeao

ntroduction: Les pays africains, pour l’écrasante majorité, ont longtemps évolué sous la tutelle coloniale, vivant dans une dépendance totale. C’est ainsi qu’après la vague des indépendances, nait la volonté de s’allier et de prendre leur avenir en main, en passant par la mise sur pied d’associations telles que la communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), une organisation intergouvernementale née le 28 Mai 1975 à Lagos (Nigéria). Cest la principale structure destinée à constituer un vaste marché commun ouest africain ainsi qu’une union monétaire.

Son principal but est de promouvoir la coopération t le développement dans tous les domaines de l’activité économique, particul transports, des téléc des ressources natur monétaires et financi et culturelles. La CED Swape nextp g ‘industrie, des rgle, de l’agriculture, questions des affaires sociales fricains que sont : le Bénin , le Burkina Faso ,le Cap vert, la Cote d’ivoire , la Gambie , le Ghana , la Guinée , la Guinée Bissau , le Liberia Mali , le Niger , le Nigeria , le Sénégal , la Sierra Léone et le Togo.

Autant de pays différents de par leurs modes de vie, leurs niveaux de vie et leur situation économique. C’est dans ce cadre

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
que la CEDEAO s’emploie à instaurer une politique d’harmonisation des économies, dont les principaux axes sont la suppression des droits et taxes à l’importation et à l’exportation, l’élimination des restrictions sur le commerce intracommunautaire, et l’établissement d’une politique commerciale commune.

Toujours dans une logique d’amorcer une croissance économique sout to next page soutenue et durable, la CEDEAO dispose de ses propres institutions destinées à veiller à l’accomplissement des objectifs fixés, telles que la Commission et la Banque d’investissement et de développement, toutes deux chargées de la mise en ?uvre des politiques, de la poursuite d’un certain nombre de programmes et de l’exploitation des projets de développement des Etats membres.

Mais c’est sans compter les institutions spécifiques de chaque pays, c’est-à-dire l’ensemble des mécanismes et structures sociales encadrant les conduites au sein d’une collectivité. Celles-ci influencent en grande partie la croissance économique d’un pays, caractérisée par l’augmentation durable de la production totale d’un pays, accompagnée d’une consommation de masse. En termes plus simplistes, c’est l’augmentation soutenue, pendant une ou lusieurs périodes longues, d’un indicateur de dimension.

La croissance économique demeure donc à Iheure actuelle l’un des principaux défis que doivent relever à terme les différents pays membres de la CEDEAO. Cependant, il faut noter que la corrélation entre croissance économique et institutions est rarement mise en exergue, malgré le fait qu’elle soit d’une importance non négligeable vu que les institutions influencent en grande partie la croissance économique d’un pays.

C’est sous ce rapport que s’inscrit notre sujet de réflexion : « Institutions et croissance économique dans les pays de l’Afrique de l’Ouest : as de la CEDEAO Autrement dit l’étude des institutions et de la croissance économique des pays membres de la CEDEAO en particulier et de celle-ci en général.

Ainsi pour mener à bien notre analyse nous allons, dans une première partie, nous intéresser d’abord au cadre général et méthodologique, puis dans une deuxième partie étudier le cadre 2 OF s deuxième partie étudier le cadre analytique, souligner les failles de la CEDEAO, et enfin finir par les recommandations afin d’améliorer le fonctionnement de la CEDEAO. CHAPITRE I : cadre général. Le principal défi des pays africains à l’heure actuelle reste ‘amorcer une croissance economique soutenue et durable.

Dans cette dynamique, plusieurs éléments sont à prendre en considération tels que les institutions qui jouent un rôle déterminant dans les économies. Cependant, il n’est pas connu de tous et c’est ce sur quoi portera particulièrement notre attention. Section 1 : Contexte Après la deuxième guerre mondiale, on assiste à la création des organisations internationales et à une intensification des relations bilatérales et multilatérales. L’Afrique de l’Ouest n’est pas restée en marge de ce phénomène. En effet, en accédant ? l’indépendance, FAfrique nourrissait de grands espoirs.

Selon l’opinion la plus répandue, on allait rapidement assister à une augmentation des revenus et à une amélioration du bien-être de la population. Cependa du revenu par habitant 3 DE s économique et monétaire Ouest africain. Les anciennes colonies britanniques ont chacune sa banque centrale et sa monnaie propre. Les chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Afrique de l’Ouest, voyant la nécessité d’une intégration des trois communautés linguistiques : francophone, anglophone, et lusophone, ont pensé créer la Communauté Economique des

Etats de PAfrique de l’Ouest en 1975. L’intégration, qui est un de leurs principaux objectifs, est l’action d’assembler des parties pour former un tout, c’est également le rassemblement d’éléments épars divers en un ensemble en vue de leur homogénéisation. Le concept d’intégration renferme deux dimensions : une individuelle et l’autre communautaire. Cintégration communautaire se définit comme un regroupement de plusieurs collectivités dans un espace donné.

L’intégration peut être d’ordre culturel, politique ou économique et monétaire. Cobjectif que vise une intégration communautaire est de créer un ôle économique et politique spatial stable et concourant à une croissance économique et à un développement dudit espace. L’intégration communautaire nécessite une adhésion des peuples d’un espace donné à une prise de conscience communautaire de consolider leurs liens sociologiques, économiques voire politico- monétaire. e intégration économique requiert des structures et des U institutions communes aux Etats favorisant la croissance économique des pays membres. Les structures d’une intégration sont les instruments que les Etats dotent à leur communauté pour atteindre les résultats ou bjectifs assignés à l’union. Chaque Etat membre doit concéder une part de sa souveraineté aux institutions communautaires pour une réelle intégration. Ainsi à travers la création de la CEDEAO l’Afrique de l’Ouest vise une égalité, une interdépe 4 OF S intégration.

Ainsi à travers la création de la CEDEAO l’Afrique de l’Ouest vise une égalité, une interdépendance, une solidarité, une autosuffisance collective, un maintien de la paix, la protection des droits de l’Homme et le développement économique pour tous les pays membres. Cette dernière constitue le noyau, la quintessence de notre analyse. C’est sous ce rapport que s’inscrit la question de savoir «En quoi la CEDEAO influence-t-elle la croissance économique de ses pays membres ? ».

L’étude de ce chapitre est d’une importance capitale car nous permettant de mettre à nu les défis que les Etats africains doivent relever en vue de réaliser leur décollage économique. Section 2 : Objectifs de Fétude Cobjectif principal : L’objectif principal est de mettre en exergue la corrélation entre les institutions et la croissance économique, plus précisément dans le cas des pays membres de la CEDEAO. Les objectifs spécifiques : Présenter la CEDEAO, les raisons de sa création et ses objectifs.

Déterminer les différentes institutions de la CEDEAO ainsi que celles de chacun des pays membres. Classer les Etats membres en fonction de leur croissance économlque. CHAPITRE Il : Cadre méthodologique Dans cette partie, nous allons aborder deux sections à savoir : l’échantillonnage et les différents instruments de recherche. SECTION 2 : INSTRUMENTS DE RECHERCHE Dans le cadre de nos recherches, nous avons eu à élaborer un guide d’entretien. Aussi, dans le souci d’une bonne démarche nécessaire ? l’obtention de renseienem précis, nous avons fait S OF s