Intro Etude

Intro Etude

Intro Étude L’institut Lb Qualitative Research, spécialisé dans les problématiques liées à la consommation responsable, a présenté en partenariat avec la société Kynos les résultats d’une étude destinée à comprendre la perception du bio par le consommateur. Grâce à une approche quali-quanti mêlant outils traditionnels et online, et plutôt centrée sur une population urbaine, I ‘étude a permis de mieux cerner la vision et les motivations des consommateurs réguliers ou occasionnels de produits bio.

Une majorité d’entre eux associent le Bio à des roduits alimentaires naturels et sains, de bonne qualité et sans risque pour la santé, planète. Lorsqu’on le un tiers des réponda à la pression médiati individuelle, par exe Sni* to View yen de protéger la amenés vers le bio, e conscience due nent une cause 95% pensent que le bio va continuer se d velopper, mais seulement 19% estiment qu’à terme tous les produits seront bio. Parmi les reproches faits au bio, c’est leur prix trop élevé qui arrive en tête, suivi par leur manque d’accessibilité, et par l’effet de mode trop important dont profitent les industriels.

Le manque ‘efficacité est également en ce qui concerne les cosmétiques bio, tandis que pour l’alimentaire les c Swipe to View next page

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
consommateurs regrettent la moins bonne conservation des produits et leur goût et texture parfois étranges (notamment pour les produits transformés). Il est intéressant de noter que le Bio est essentiellement associé à des produits, et non pas à des marques ou des labels. Seul le Label AB est assez bien reconnu, mais tous les autres semblent très flous pour les consommateurs.

Certains remettent même en cause rexistence de ces labels, car ils estiment qu’ils sont peu ccessibles aux petits producteurs. Les consommateurs sont globalement en attente d’une meilleure accessibilité et de prix plus raisonnables pour acheter davantage de produits bio, mais ils confient être encore très attachés ? certaines grandes marques non bio, notamment en raison de qualité sensorielles (goût, texture, parfum) supérieure de leurs produits. Une autre étude présentée par IRI France sur les comportements d’achat des consommateurs en hyper et supermarchés a livré quelques éléments intéressants.

D’une part, elle montre qu’aujourd’hui on constate un décalage mportant entre les déclarations d’achat des consommateurs sur leurs préoccupations environnementales et les achats qu’ils effectuent réellement en magasin, en particulier sur l’alimentaire. D’autre part, elle indique que pour les produits bio, une part importante des achats se décide en magasin, d’où l’importance d’investir en rayon, (PLV, animations) pour mieux convaincre les acheteur magasin, d’où l’importance d’investir en rayon, (PLV, animations) pour mieux convaincre les acheteurs potentiels.

Selon l’institut français de l’environnement et l’INSEE, seul 996 ont des consommateurs réguliers, 31 % des consommateurs occasionnels et n’ont jamais consommé de produits bio au cours de l’année écoulée. Nous allons, pour la suite de notre étude, évaluer la perception des magasins Bio en France du point de vue de leurs clients, les principaux objectifs étant d’évaluer l’image des magasins bio, de déterminer les critères motivant la satisfaction des clients. 80 clients de 250 magasins spécialisés bio ont donné leur avis, l’enquête a été administrée à distance par questionnaire en milieu neutre puisque la totalité des réponses à été recueillie u domicile des participants sans influence d’enquêteur. Les critères de régions, de surface de magasins fréquentés, de zones d’habitat, du poids des produits bio dans les achats alimentaires ont été respectés… Toutes les interprétations relatives aux critères de perception obéissent au test de représentativité ? 9596.

La perception de l’attractivité Position des répondants relativement à l’assertion suivante « Les magasins bio sont de plus en plus attractifs » Comment interpréter la lecture du tableau « principaux critères ssociés à la satisfaction » reporte le taux de corrélations (d’associations) les plus forts entre la note de satisfaction et les n taux de corrélations (d’associations) les plus forts entre la note de satisfaction et les notes de performance sur chaque critère. Plus le taux est élevé, plus le critère est explicatif du sentiment de satisfaction globale. Le tableau reporte les associations les plus fortes.

Une fois que fon a déterminé l’influence du critère sur le sentiment de satisfaction, on consulte les notes de performances (ligne bleue), i la note de performance sur le critère est supérieure à 7,5/10 on constate que le magasin fait une bonne performance sur un critère important, il est signalé d’une couleur verte, il tire significativement la note de satisfaction vers le haut. En revanche, si sa performance est inférieure à 7,5/10, on constate que le magasin fait une mauvalse performance sur un critère important, il est signalé d’une couleur rouge, il tire significativement la note de satisfaction vers le bas.

Ainsi dans la catégorie + de 500m2 qui est une catégorie représentant 16% du chiffre d’affaire des agasins en 2010 en France, la note de performance des clients sur les critères ; prlncpaux critères associés à la satisfaction Critères associés Association Qualité des produits Large choix de produits 5996 Offre produits « commerce équ’table » 5696 Disponibilité du personnel Fraîcheur des fruits et légumes Informations et conseils d conseils du personnel 5396 La note moyenne de satisfaction est de 7,5/10 ce qui est suffisant sur un marché en développement mais insuffisant en milieu concurrentiel.

Les critères de performance qui expliquent le plus la satisfaction ans les magasins spécialisés bio de plus de 500m2 en France sont donc ; la qualité des produits, le choix, l’offre de produits «équitables perception des prix Quelle que soit la taille du magasin considéré, la notion de prix bénéficie des plus mauvaises notes de performances. Elle est toujours inférieure à 7/10.

Même si ce critère n’est signalé comme prioritaire que dans les magasins de 201 à 300 m2, il est important pour les magasins spécialisés d’être toujours en situation de justifier le prix par la perception d’une qualité d’offre t de service en rapport. Nous avons mesuré cette perception par la réponse à la question « Les produits, servlces et informations conseils auxquels vous avez accés en magasins spécialisés, justifient ils à votre avis des prix plus chers ? ? Constat : des clients trouvent effectivement que les prix plus chers sont justifiés. 16% ne sont pas d’accord, ce résultat est assez alarmant . Dans un contexte économique difficile, les clients qui estiment n’avoir pas suffisamment de qualité d’offre pour le prix qu’ils paient risquent d’aller voir ailleurs.