Il etait tard

Il etait tard

Il etait tard, le soleil s’etait estompe a l’est il y a longtemps pour laisser place a la perle scintillante. Le croissant de lune approchait lui aussi de sa fin, bientot les etoiles cesseraient de s’allumer pour laisser place au ciel nuageux. L’ambiance etait morbide sur Lhassa, le sanctuaire pourpre siegeant aux creux du Mont Gaphel n’egayait en aucun cas cette atmosphere morbide et stressante. A l’interieur de son palace de pierre violette le jeune dieu a la responsabilite si pesante et si eprouvante pour un etre si jeune ne tenait plus en place.

Enroule dans sa couverture dans sa chambre qui se trouvait derriere la salle d’audience, il grelotte de froid, de peur, de solitude. Cela faisait bientot 5 jours que le maitre des lieux se retrouvait seul, desesperement seul. June n’avait toujours pas donne le moindre signe de vie. Le dieu de la mort s’inquietait, bien qu’il ait confiance aux nombreuses qualites de cette femme, il ne pouvait s’empecher de vouloir la proteger plus que tout au monde. Son c? ur etait encore remplie de ce sentiment plus puissant que la tristesse, tout aussi sombre mais qui pousse certaine personne a devenir courageux et a ce battre pour ces ideaux?

Serais-ce

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de l’amour, meme le dieu present ici n’avait pas la reponse a cette question. Seulement il n’imagine tout simplement pas l’avenir de sa propre personne sans cette June qui lui est si chere. Voila une faiblesse que certains dieux pourraient se servir dans le futur contre le jeune dieu, le plus puissant de sa faction… enfin avant son reveil premature. Son flot de penser envers June etait une priere, ses interrogations se poursuivirent, il priait, mais vers qui? Il est un etre divin maintenant, a quoi cela lui sert-il de prier apres tout ne doit pas il etre une personne dont tous se qu’il desir doit etre exauce.

Il fut interrompue dans son flot de penser par un grand bruit. Les portes du Hall d’entree s’ouvrir dans un grincement sinistre, aigu. La reincarnation divine se jeta sous sa couverture et se remis alors a trembler comme une feuille morte. Il ne se doutait pas que la frayeur qu’il avait ressentit n’etait autres que le fruit du destin qui ramenait l’etre cher aupres du prieur. Amon-Ra entendit des pas, deux personnes marchait surement dans le hall menant devant le trone, le bruit des pas sur les dalles rapprochait inevitablement le danger de la presence du seigneur des dieux d’Egypte.

Il entendit alors les rideaux blancs separant sa chambre de l’endroit ou il siegeait la journee. Un soupire, les pas s’arretant, ses battements de c? ur accelerant, il craignait que le bruit de son c? ur trahisse sa presence dans la piece, bien qu’une boule dans un si beau lit se repere tout de suite. Les pas se remirent alors en marche, un seul individu bougea, il se rapprocha du lit s’agenouilla devant et dit d’une voix douce et pleine d’amour: Mon seigneur je suis revenue avec… Elle n’eu pas le temps de terminer sa phrase que le jeune dieu lui sauta au coup se blottissant dans sa poitrine, il sanglotait comme le faisait les bebes.

Il leva les yeux, ceux-ci eteint mouilles, il ne savait pas quoi dire, balbutiant il tenta tant bien que mal d’exprimer ses sentiments et sa joie de revoir enfin sa douce June: Juuuune…. tu m’as… tu m’as… beaucoup manquee… snif, j’ai cru… j’ai cru que jamais tu reviendrais… Il n’eu ni la force, ni l’envie necessaire de continuer sa phrase, Il repartie dans ses pleurs incessants. June etait mal a l’aise que penserait le seigneur Iouf l’ancien servant d’un dieu du soleil dans toute sa splendeur et avec toute sa puissance.

Elle glissa quelques mots doux a l’oreille de son protege. Puis elle tenta un regard vers l’homme qui se tenait debout sans reagir devant cette scene que certain qualifierait de touchante et d’autre de mascarade. June se debarrassa de l’emprise du dieu et dit: Mon seigneur je suis partie au Maroc ou j’ai trouve Iouf du crepuscule qui se trouve la-bas, je pense que vous avez beaucoup de chose a vous dire je vais donc tacher de me faire discrete. Puis le chevalier du cameleon, partit dans un coin ses cheveux blond balayant l’air, quel sale tour avait elle jouer au seigneur Ra.

Celui-ci se tenait devant un etre si majestueux. Ils s’observerent tous les deux dans les yeux, la tete du seigneur des morts commencait a s’ebouillantee. La vue de cet homme faisait revenir plein d’image de lui. Une fibre du cosmos de ce dieu se rendit outre la volonte de son proprietaire, Amon-Ra allait se mettre a parler mais ce fut l’invite qui commenca par s’agenouille puis partit sur un monologue avant de quitter la piece: Je suis desole de mon impolitesse seigneur, mais je vais engager et cloturer cette discussion.

Comme vous le savez deja je me nomme Iouf du Crepuscule ancien serviteur du dieu soleil Ra, maintenant on pourrait dire que je sers le Dieu des morts Ra. Je ne vous demanderais pas de parler juste de vous reposez pour le moment nous aurons une discussion des que votre fievre sera tombe. Je vous souhaite une bonne nuit mon seigneur ainsi qu’a votre ange qui s’efforcera de subvenir a tous vos besoins. Ainsi avait parle Iouf le sage, June observa alors son maitre elle n’avait meme pas sentit la fievre de celui-ci, elle prit soin de le coucher dans son lit puis elle vient l’entouree de tous son amour.

Iouf ayant ferme les rideaux et se trouvant assis en tailleur dans la maison de son seigneur ce dit: _ L’histoire ce repete on dirait, encore une fois le dieu Ra reapparait sous une forme enfantine, un reveil premature, nan je pense que cela est un jeu pour lui. Mais un etre si pur et si fragile et menace par la fourberie et tous ces actes depravant, il faut que je fasse attention a ce que ceci n’aboutisse jamais, et puis cette marque sur son ? il quand son cosmos c’est relache m’intrigue, qu’est-ce que cela signifie… _