Iiieme internationale

Iiieme internationale

Histoire contemporaine « Appel de Lenine et Trotski pour la formation de l’Internationale communiste », 24 janvier 1919 (source : Soviet Documents on Foreign Policy, Londres, 1951, pp. 136-137. ) « Appel de Lenine et Trotski pour la formation de l’Internationale communiste », 24 janvier 1919 (source : Soviet Documents on Foreign Policy, Londres, 1951, pp. 136-137. ) Nous reflechirons, a travers l’etude de cet appel, sur le projet de creation de la Troisieme Internationale qui est expose par Lenine et Trotski.

Le constat qui est ici fait par le parti bolchevique reflete-t-il reellement la situation des partis de Gauche en Europe au lendemain de la guerre ? La theorie de l’effondrement du systeme capitaliste et de l’instauration de l’Etat proletarien et d’une societe sans classe, dirigee par des proletaires, est-elle vraiment realisable dans l’Europe d’apres-guerre ? De ce fait, cet appel doit-il simplement etre considere comme un document propagandiste, devant permettre l’adhesion la plus large a la Troisieme Internationale ou les theories exposees par Lenine et Trotski sont-elles vraiment applicables dans les societes occidentales ?

I. LE CONSTAT DE LENINE ET TROTSKY : FONDER LA TROISIEME INTERNATIONALE A) La faillite des parties socialistes et sociaux democrates et la rupture avec la Deuxieme Internationale B) La victoire des bolcheviks et l’echec du Gouvernement

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
provisoire en Russie C) Une necessite pour la preparation et l’organisation des luttes revolutionnaires II. LA JUSTIFICATION DE LA CREATION D’UNE NOUVELLE INTERNATIONALE : LE CONTEXTE D’APRES-GUERRE ET L’ELAN REVOLUTIONNAIRE A) La crainte d’une reaction des Etats capitalistes

B) La menace d’un rassemblement socialiste face au communisme C) Tirer parti des experiences des differents partis communistes et du potentiel revolutionnaire de la crise europeenne d’apres guerre III. LES FONDEMENTS DE LA TROISIEME INTERNATIONALE : ENTRE HYPOTHESES ET CONFUSIONS A) L’idee de mettre fin au systeme capitaliste B) Instaurer un Etat proletarien C) Le projet de Revolution mondiale au c? ur de la Troisieme Internationale BIBLIOGRAPHIE Scot Jean-Paul, La Russie de Pierre le Grand a nos jours, Paris, Armand colin, 2000, 253 p.

Werth Nicolas, 1917. La Russie en revolution, Paris, Gallimard, 1997, 158 p. Carrere D’Encausse, Russie, la transition manquee, Paris, Fayard, 2005, 1032 p. Ilitch Vladimir, Lenine. Vie et ? uvre, u. r. s. s. , Editions du Progres, 1983, 551 p. Broue Pierre, Histoire de l’Internationale communiste, 1919-1943, Paris, Fayard, 1997, 1 000 p. (non consulte) Audreu Maurice, L’Internationale communiste contre le capital, 1919-1924 ou comment empoigner l’adversaire capitaliste ? Paris, PUF, 2003, 315p. (non consulte) INTRODUCTION Lors de la revolution d’Octobre 1917, Lenine et le parti bolchevique s’empare du pouvoir. Presidant le conseil des commissaires du peuple, Lenine decrete la paix, la terre aux paysans et le controle ouvrier dans les usines. En janvier 1918, le parti bolchevique obtient une large majorite aux elections a la Constituante. Lenine et son parti detiennent alors l’ensemble des pouvoirs legislatif et executif.

De plus, tout en s’employant a la consolidation de l’Etat qu’il vient de fonder en Russie, Lenine accorde une place considerable a la lutte des proletaires et est convaincu que la revolution russe s’inscrit dans un contexte de revolution socialiste dans le monde entier. En mars 1919, Lenine, ayant organise une conference, cree la Troisieme Internationale. L’appel de Lenine et Trotski pour la formation de l’Internationale communiste du 24 janvier constitue la lettre d’invitation envoyee a trente-neuf groupes censes trouver place dans cette nouvelle Internationale.

La lettre est signee de Lenine et Trotski, mais est ecrite au nom du comite central du parti russe et d’autres responsables communistes etrangers residant alors en Russie. Cet appel, devant inciter les differents groupes communistes a adherer a la nouvelle Internationale, decrit le but et les fondements de cette Internationale, expose le constat des differents partis socialistes et communistes en janvier 1919 et decrit les differentes taches du proletariat pour permettre la chute des Etats bourgeois et du systeme capitaliste.

Lenine definit alors cette nouvelle Internationale comme une organisation regroupant les revolutionnaires europeens, devant permettre la revolution proletarienne et l’evolution des societes vers le socialisme. Cet appel est ici extrait des Soviet Documents on Foreign Policy, edite a Londres en 1951. Nous reflechirons, a travers l’etude de cet appel, sur le projet de creation de la Troisieme Internationale qui est expose par Lenine et Trotski. Le constat qui est ici fait par le parti bolchevique reflete-t-il reellement la situation des partis de Gauche en Europe au lendemain de la guerre ?

La theorie de l’effondrement du systeme capitaliste et de l’instauration d’une societe sans classe, dirigee par des proletaires, est-elle vraiment realisable dans l’Europe d’apres-guerre ? De ce fait, cet appel doit-il simplement etre considere comme un document propagandiste, devant permettre l’adhesion la plus large a la Troisieme Internationale ou les theories exposees par Lenine et Trotski sont-elles vraiment applicables dans les societes occidentales ?

Il s’agira, dans un premier temps, d’etudier le constat qui est fait sur les differents partis socialistes, la rupture avec la deuxieme Internationale et la necessite de preparer et d’organiser les luttes revolutionnaires, ce qui ensuite, nous amenera a analyser les arguments exposes par Lenine et Trotski pour veritablement justifier, aux yeux des membres potentiels, la creation de cette nouvelle Internationale, avant de voir, les fondements de la Troisieme Internationale a travers les theories qui sont emises concernant le systeme capitaliste, la tache du proletariat et le projet de revolution mondiale.

I. LE CONSTAT DE LENINE ET TROTSKY : FONDER LA TROISIEME INTERNATIONALE Dans le premier paragraphe du texte, de la ligne 2 a 7, Lenine et Trotski font le bilan de la situation des partis socialistes apres la guerre ; de plus, ils cherchent a marquer veritablement une rupture avec ces partis qui constituent la Deuxieme Internationale, que Lenine veut detruire. Decrivant l’echec de ces differents partis et de la Deuxieme Internationale durant la guerre et la revolution, Lenine et Trotski expose de maniere evidente le besoin de creer une Internationale nouvelle

A) La faillite des partis socialistes et sociaux democrates et la rupture avec la Deuxieme Internationale Lenine et Trotski parlent, de la ligne 2 a 4, de la faillite complete des differents partis socialistes et sociaux-democrates ayant soutenus la guerre, et en meme temps de l’echec de la Deuxieme Internationale, « Pendant la guerre et la revolution, on a constate, avec une evidence totale, non seulement que les vieux partis socialistes et sociaux-democrates sont en faillite complete, et avec eux la Deuxieme Internationale ».

Lenine et Trotski font ici reference a la grave crise que connait la social-democratie en Europe au lendemain de la guerre. En effet, de nombreux partis socialistes et sociaux-democrates, qui font partis de la Deuxieme Internationale, sont, pendant la guerre, favorables a la participation de leurs pays. En Allemagne, le SPD vote les credits de guerre au Reichstag. Cependant, des minorites socialistes s’opposent au conflit, c’est le cas par exemple de la ligue spartakiste en Allemagne et du Comite pour la reprise des relations internationales en France.

Certains groupes pacifiques sont meme exclus ; de cette scission nait alors, a partir de 1915, les differents partis communistes d’Europe. En Allemagne, les opposants a la guerre, exclus du SPD, fondent en 1919 le parti communiste allemand (KDP) issu de la ligue Spartakiste dirigee par Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. Lenine et Trotski, en mettant en avant l’idee de la faillite des partis socialistes et sociaux-democrates, mettent en evidence egalement la rupture avec la Deuxieme Internationale.

En effet, le SPD, plus ancien parti social-democrate d’Europe et leader de cette Deuxieme Internationale, soutient l’Allemagne dans le conflit. Lenine et Trotski soulignent alors l’abandon de la part du SPD des valeurs communes aux socialistes, notamment les valeurs de pacifisme. Selon Lenine et Trotski, la Premiere Guerre mondiale doit constituer l’evenement amenant a la destruction de la Deuxieme Internationale car ses membres sont partisans de la guerre, et de plus, divises dans ce conflit.

Mais egalement, ce sont les proletaires, paysans et ouvriers, qui sont maintenant engages en tant que soldats. B) La victoire des bolcheviks et l’echec du Gouvernement provisoire en Russie Lenine et Trotski exposent ensuite, de la ligne 4 a 5, l’idee selon laquelle l’exemple de la prise du pouvoir du parti bolchevique sur le Gouvernement provisoire doit constituer un modele pour les differents partis communistes d’Europe. En effet, ils constatent que « les elements moderes de la vieille social-democratie (ceux dits du « centre ») sont incapables d’une action revolutionnaire reelle ».

En Russie, la particularite de la Revolution de Fevrier est d’aboutir a une dualite des pouvoirs : on a en effet le Gouvernement provisoire bourgeois et les Soviets des deputes ouvriers et soldats, ou les mencheviks et les SR ont la majorite. Lors de la revolution d’Octobre, le parti bolchevique prend alors le pouvoir sur le Gouvernement provisoire. Cette revolution, appelee aussi Revolution bolchevique, commence les 24 et 25 octobre par une insurrection armee et organisee par les bolcheviks contre le Gouvernement provisoire et aboutit donc a la prise du pouvoir par Lenine.

Lenine et Trotski critiquent alors fortement ce gouvernement provisoire qui n’a pas su creer une veritable action revolutionnaire. En effet, de fevrier a octobre 1917, le gouvernement provisoire tarde a resoudre les graves problemes que connait la Russie a cette epoque : desorganisation economique, crise alimentaire, redistribution des terres aux paysans. Le gouvernement se consacre alors a poursuivre la guerre. De plus, les ouvriers et les paysans, qui subissent les consequences de ce conflit, pensent que seuls les soviets sont capables de resoudre les problemes russes.

Cette conviction est d’ailleurs alimentee par la propagande bolchevique a partir de l’arrivee de Lenine a Petrograd au debut d’avril 1917. On voit donc que les echecs de ces gouvernements provisoires permettent aux bolcheviques, de fevrier a octobre 1917, le ralliement du proletariat a leurs idees. C) Une necessite pour la preparation et l’organisation des luttes revolutionnaires Lenine et Trotski expliquent ensuite, de la ligne 5 a 7, qu’en plus de constater la faillite des partis socialistes et sociaux-democrates, « les grandes lignes d’une veritable Internationale revolutionnaire sont deja clairement definies ».

En effet, on voit que meme si la creation officielle de la Troisieme Internationale n’a lieu qu’en mars 1919, de nombreux elements approuvent du projet de creation de cette Internationale. En 1915, a la conference de Zimmerwald, et en 1916, a la conference de Kienthal, toutes deux situees en Suisse, Lenine proclame que la Deuxieme Internationale est morte, due aux trahisons du parti SPD et des sociaux-democrates et leurs decisions de faire la guerre. A ce moment, il avance deja l’idee de batir une nouvelle Internationale. Lenine prone alors la transformation de la guerre civile inter-imperialiste en guerre revolutionnaire mondiale.

Ces conferences representent alors pour Lenine un premier pas dans le developpement du mouvement international contre la guerre. Cependant, au moment de ces conferences, les idees de Lenine ne sont pas toutes partagees et elles sont, de plus, minoritaire au sein du parti bolchevique. Lors de son retour en Russie lors de la Revolution de Fevrier, Lenine conduit les bolcheviques au pouvoir. Pronant les valeurs de pacifisme, Lenine s’adresse aux differents pays engages dans le but de conclure la paix ; la Russie signe alors avec l’Allemagne le traite de Brest-Litovsk, en mars 1918.

De plus, pour appuyer l’idee de creation d’une nouvelle Internationale et ainsi se demarquer du socialisme trahi par la social-democratie, Lenine renomme son parti « parti communiste ». De ce fait, Lenine accentue la rupture avec la social-democratie. Voulant sauver l’honneur de l’internationalisme revolutionnaire et du socialisme, Lenine et Trotski condamnent les partis socialistes et sociaux-democrates favorables a la guerre et l’inefficacite des gouvernements provisoires en Russie.

De plus, il place cette nouvelle Internationale en rupture par rapport a la Deuxieme Internationale en montrant l’importance de l’influence qu’occupe deja cette nouvelle Internationale. En plus de montrer le besoin de fonder cette nouvelle Internationale, Lenine et Trotski cherchent egalement a montrer les differentes raisons et motivations qui doivent conduire les differents proletariats d’Europe a se rassembler autour de la Troisieme Internationale. II.

LA JUSTIFICATION DE LA CREATION D’UNE NOUVELLE INTERNATIONALE : LE CONTEXTE D’APRES-GUERRE ET L’ELAN REVOLUTIONNAIRE Apres avoir expose le bilan de la situation en Russie et en Europe en 1919, et le fait que la guerre et la Revolution d’Octobre aient justifie le projet de creer la Troisieme Internationale, Lenine et Trotski, de la ligne 8 a 19, soulignent le fait qu’il est indispensable pour la Troisieme Internationale de profiter du contexte d’apres-guerre et de l’elan revolutionnaire qui semble touche les differents proletariats d’Europe, a l’exemple de la Russie.

Lenine et Trotski exposent donc l’idee de guider, avec la Troisieme Internationale, le proletariat a faire la revolution. Ces derniers insistent alors sur le fait que la Troisieme Internationale doit etre cree dans les plus brefs delais, pour eviter la riposte des Etats capitalistes, le rassemblement des differents partis socialistes et sociaux democrates a travers la Deuxieme Internationale et ainsi tirer parti des differentes experiences et du potentiel revolutionnaire d’apres-guerre.

A) La crainte d’une reaction des Etats capitalistes Lenine et Trotski mettent donc en evidence la necessite de creer une nouvelle Internationale ; ils appuient alors leur demonstration sur le contexte d’apres-guerre et notamment sur le besoin de fonder cette Internationale avant que toute sorte d’alliance des pays capitalistes ne vienne gener la progression de l’elan revolutionnaire et donc les theories de Lenine et Trotski concernant le regroupement et la lutte des proletaires du monde entier.

En effet, de la ligne 8 a 10, Lenine et Trotski explique que la Troisieme Internationale doit profiter de l’elan revolutionnaire en Europe et, de plus, s’organiser contre toute riposte des Etats capitalistes, « L’elan gigantesque de la revolution mondiale, qui pose sans cesse de nouveaux problemes, le danger de voir l’alliance des Etats capitalistes, qui s’organisent contre la revolution sous la banniere hypocrite de la Societe des Nations, etrangler cette revolution. Lenine et Trotski font ici reference aux differents problemes que connait la Russie pendant la guerre et depuis la revolution d’octobre : lors de la mise en place du regime bolchevique en Russie, Lenine voit croitre l’hostilite franco-britannique a son egard ; on voit alors, de juin a aout 1918, le debarquement des Anglais a Mourmansk et ensuite, avec l’aide des Francais, a Arkhangelsk. Au meme moment, les Americains debarquent au nord et les Japonais s’installent a Vladivostok.

De meme, dans le sud de la Russie, les forces blanches du general Denikine recoivent egalement l’appui des Allies. Lenine s’appuie alors, pour lutter contre ces differents ennemis et sauver son regime, sur l’idee d’une cooperation avec l’Allemagne. De plus, Lenine pense que la diffusion d’idees revolutionnaires en Allemagne pourrait aider a declencher une revolution dans ce pays et inciter de nombreux autres pays a faire de meme. B) La menace d’un rassemblement socialiste face au communisme

Lenine et Trotski montrent ensuite que cette Troisieme Internationale doit voir le jour le plus rapidement possible de facon a dissoudre la menace d’un rassemblement socialiste face au communisme ; de la ligne 10 a 13, les deux hommes expliquent qu’une vraie organisation, c’est-a-dire la Troisieme Internationale, doit au plus vite encadrer les differents proletariats d’Europe avant la formation d’une nouvelle social-democratie bourgeoise qui decevraient « une fois de plus », c’est-a-dire comme lors de la Premiere Guerre mondiale, les paysans et ouvriers europeens, « les tentatives des partis sociaux-traitres de se rassembler et, apres s’etre mutuellement amnisties, d’aider leurs gouvernements et leurs bourgeoisies a decevoir les classes laborieuses une fois de plus ».

A travers les tentatives de rassemblement des partis sociaux-democrates, Lenine et Trotski font reference a la situation europeenne d’apres-guerre. En effet, apres la revolution d’Octobre en Russie et la crainte des pays capitalistes de voir une revolution socialiste en Europe, les capitalistes essayent de conclure au plus vite la paix. Les socialistes ayant soutenu la guerre deviennent alors pacifistes, et promettent aux peuples d’obtenir des gouvernements imperialistes une paix democratique. Dans les principaux pays d’Europe, en France, en Allemagne, en Italie, peu apres la conference de Kienthal, toute la droite de la conference de Zimmerwald devient pacifique.

Lenine et Trotski montrent ici les contradictions des socialistes et des sociaux-democrates car ces derniers, favorables a la guerre avaient egalement, lors de cette conference, concluent une alliance avec les reformistes contre les internationalistes revolutionnaires. Lenine condamne alors durement ce passage du camp des social-chauvins, c’est-a-dire favorable a la guerre, vers le camp des social-patriotes, opposes a la guerre. Lenine appelle alors les vrais internationalistes de gauche a organiser cette nouvelle Internationale ouvriere et a creer dans chaque pays de nouveaux partis proletariens, capables de prendre la tete de la lutte revolutionnaire pour le socialisme.

De plus, Lenine et Trotski voient egalement surgir la menace d’un sursaut de la Deuxieme Internationale ; les travailleurs anglais organisent en effet une conference a Berne pour rendre vie a cette Internationale. La conference a lieu en l’absence de plusieurs partis socialistes et est largement consacree a denoncer les methodes dictatoriales existantes en Russie, et donc a condamner Lenine. Selon Lenine et Trotski, on peut considerer que cette conference a Berne constitue le signal de la creation immediate de la Troisieme Internationale. C) Tirer parti des experiences des differents partis communistes et du potentiel revolutionnaire de la crise europeenne d’apres guerre

En plus de justifier la creation de la Troisieme Internationale par le besoin de contrer toute reaction des Etats capitalistes, des socialistes et des sociaux-democrates, Lenine et Trotski comptent egalement tirer parti des differentes experiences et du potentiel revolutionnaire de la crise europeenne d’apres-guerre. En effet, de la ligne 15 a 16, les deux hommes expliquent que la creation de la Troisieme Internationale, pour rassembler les masses, doit s’appuyer sur les experiences revolutionnaires europeennes, notamment en Allemagne, et ainsi profiter de cette elan revolutionnaire pour s’imposer comme la veritable organisation des differents partis ouvriers d’Europe, « Enfin, l’enorme experience revolutionnaire qui s’est constituee et l’internationalisation de tout le processus revolutionnaire – tout cela nous conduit a prendre l’initiative de poser la date de convocation d’un congres international des partis proletariens revolutionnaires ».  L’enorme experience revolutionnaire », cette phrase fait ici reference aux differentes tentatives de revolution que connait l’Europe a partir d’octobre 1917. En effet, en septembre 1918, l’Allemagne demande l’armistice. Pour Lenine, cette defaite allemande doit alors deboucher sur une revolution du proletariat allemand. En Allemagne, le parti communiste allemand, ou KPD, est dirige par Rosa Luxemburg. Dans plusieurs articles, rassembles en 1922 sous le titre La Revolution russe, Luxemburg montre son enthousiasme pour le bolchevisme mais emet cependant certaines critiques. En effet, elle reproche au regime de Lenine son autoritarisme et le manque de liberte.

Defavorable a une revolution proletarienne en Allemagne, estimant le rapport de force defavorable aux revolutionnaires, Luxemburg prend cependant part, en janvier 1919, a l’insurrection communiste a Berlin. Arretee, elle est ensuite assassinee le 15 janvier par des soldats allemands. La deception et l’echec de la revolution allemande conduit alors Lenine au besoin d’appuyer son idee de revolution mondiale sur une organisation. Lenine pose alors les fondements de la Troisieme Internationale. De la ligne 5 a7, Lenine explique alors « que les grandes lignes d’une veritable Internationale revolutionnaire sont deja clairement definies » ; Lenine fait alors reference, ici notamment, a la transformation du mouvement spartakiste en parti communiste. III. LES FONDEMENTS DE LA TROISIEME INTERNATIONALE : ENTRE HYPOTHESES ET CONFUSIONS Lenine et Trotski xposent donc les raisons qui doivent conduire a la creation immediate d’une nouvelle Internationale. Critiquant les partis socialistes et sociaux-democrates, marquant la rupture avec la Deuxieme Internationale, les deux hommes posent les fondements de la Troisieme Internationale, organisation qui doit alors devenir le nouveau guide du proletariat mondial. Lenine et Trotski mettent alors en avant leur theorie du marxisme revolutionnaire, s’appuyant sur l’idee de mettre fin au systeme capitaliste en instaurant un Etat proletarien par le biais de la revolution ; cette dictature du proletariat doit alors constituer la phase de transition vers la societe communiste A) L’idee de mettre fin au systeme capitaliste

De la ligne 20 a 22, Lenine et Trotski sont clairement rassembles autour de l’idee que leurs actions mettraient bientot fin au capitalisme, « L’epoque actuelle est celle de la desintegration et de l’effondrement de tout le systeme capitaliste mondiale, ce qui impliquera l’ecroulement de la civilisation europeenne tout entiere, si le capitalisme et ses contradictions insolubles ne sont pas detruits ». Les deux hommes exposent ici l’idee selon laquelle s’ouvre une nouvelle ere, celle de la societe socialiste et donc de la chute du capitalisme. Pour appuyer cette hypothese, les deux hommes se fondent d’abord sur la revolution communiste en Russie et egalement sur la concurrence des imperialismes. En effet, cette concurrence etant allee jusqu’a engager le monde dans une guerre totale, elle doit poussee la classe uvriere a faire la revolution en vue de la destruction de ce systeme capitaliste ; la Troisieme Internationale doit donc permettre la coordination des differents partis et organisations communistes en vue de cette revolution. B) Instaurer un Etat proletarien De la ligne 23 a 40, Lenine et Trotski exposent leur theorie marxiste de l’Etat, c’est-a-dire base sur la destruction de l’Etat bourgeois et de ses instruments d’oppression et l’instauration de la dictature du proletariat. Cette theorie consiste alors au remplacement de la societe capitaliste par la societe socialiste. De la ligne 23 a 25, ils developpent alors cette idee de destruction de l’Etat bourgeois et la constitution de l’Etat proletarien, « La tache du proletariat, a present, est de s’emparer du pouvoir politique sans attendre.

La prise du pouvoir politique consiste dans la destruction de l’appareil etatique de la bourgeoisie et dans l’organisation d’un nouvel appareil proletarien du gouvernement ». Selon Lenine et Trotski, pour s’emparer de ce pouvoir, le proletariat doit alors desarmer l’Etat bourgeois s’armer lui-meme, comme il est mentionne des lignes 37 a 39 et des lignes 43 a 44, « En vue de sauvegarder la revolution socialiste, de la defendre contre ses ennemis interieurs et exterieurs, d’assister d’autres sections nationales du proletariat en lutte, il est essentiel que la bourgeoisie et ses agents soient desarmes, et le proletariat arme », « La methode fondamentale de lutte est l’action de masse par le proletariat, action allant jusqu’au conflit arme ouvert avec la puissance politique du capital (… ) ».

Pour desarmer et detruire l’Etat bourgeois, Lenine et Trotski se fondent sur la necessite de supprimer les differents instruments d’oppression de la bourgeoisie en les remplacant par des organes representatifs du proletariat et ainsi instituer une societe sans classes. Comme le decrit les deux hommes de la ligne 26 a 36, la destruction de l’Etat bourgeois passe par la liquidation des differents organes de cet Etat et l’instauration du pouvoir des proletaires, sous la forme d’un Etat ouvrier, « Ce nouvel appareil de gouvernement devrait realiser la dictature de la classe ouvriere (…), c’est-a-dire qu’il devrait etre un instrument de la suppression systematique des classes exploitantes et leur expropriation.

Non pas une fausse democratie bourgeoise (…), mais la democratie proletarienne, qui permet de donner la liberte aux masses travailleuses ». Concernant les organes de cet Etat proletarien, Lenine et Trotski expliquent que cet Etat constituera « le self-gouvernement de ces masses par leurs organes elus ; pas la bureaucratie capitaliste, mais des organes administratifs, crees par les masses elles-memes, avec leur reelle participation a l’administration du pays et a la construction du socialisme – voila ce que devrait etre l’Etat proletarien. Le pouvoir exerce par des soviets ou des organisation similaires, sa forme concrete (…) ». En exposant leur theorie concernant la structure de l’Etat proletarien, on voit ici la confusion entre Parti et Etat. En ffet, l’appel concerne la creation d’une organisation devant regrouper les partis ouvriers du monde, alors qu’il y est expose des theories sur la democratie bourgeoise et la dictature du proletariat. On voit alors, au sein des idees de Lenine, Trotski et du parti communiste russe, la confusion entre le projet revolutionnaire mondial et les fonctions etatiques. C) Le projet de Revolution mondiale au c? ur de la Troisieme Internationale Pour Lenine et Trotski, le projet de Revolution mondiale est au c? ur de la troisieme Internationale. En effet, les deux hommes considerent que la Revolution russe d’Octobre doit constituer le premier acte d’une revolution socialiste dans le monde entier.

Lenine et Trotski, a travers cet appel, cherchent alors a recueillir le plus grand nombre d’appui possible de la part des differents groupes et partis communistes car, selon les deux hommes, ce projet de revolution mondiale ne peut aboutir qu’a condition de recevoir l’appui de l’ensemble des partis et proletaires du monde, comme il est mentionne de la ligne 40 a 42, « La situation mondiale demande a present le maximum de contacts entre les differentes parties du proletariat revolutionnaire et une alliance etroite entre les pays ou la revolution socialiste a deja triomphe ». Pour appuyer ce projet de revolution mondiale, lors de la defaite allemande dans le conflit, Lenine promet que la Russie constituera une armee de trois millions d’hommes pour aider la revolution mondiale A ce moment, il est alors defini la theorie du marxisme-leninisme.

En effet, Lenine insiste sur la necessite d’une action politique favorisant la revolution ; la constitution du parti communiste comme un parti revolutionnaire discipline et structure doit representer l’aspect central de l’organisation revolutionnaire. CONCLUSION La Revolution d’Octobre 1917 en Russie permet le renversement du pouvoir politique de la bourgeoisie et l’etablissement de la dictature du proletariat. La creation de la Troisieme Internationale devient alors une necessite au moment ou le proletariat possede le potentiel pour mener une lutte revolutionnaire. De plus, cette necessite est amplifiee par la rupture avec la Deuxieme Internationale, et la faillite des differents partis socialistes et sociaux-democrates lors de la Premiere Guerre mondiale.

Selon Lenine et Trotski, la Troisieme Internationale doit donc preparer et encadrer le proletariat a la lutte revolutionnaire contre les Etats bourgeois et les gouvernements capitalistes, pour ainsi creer l’Etat proletarien et conduire les societes vers le socialisme. La periode d’apres-guerre caracterisee par l’elan revolutionnaire et l’organisation de la lutte du proletariat contre les gouvernements bourgeois, phenomene amplifie par le succes des bolcheviques en Octobre 1917, est cependant de courte duree. La revolution socialiste est en fait enfermee en Russie ; a partir de 1921, Lenine se consacrera alors au renforcement de l’Etat communiste en Russie, avec notamment, en mars 1921, l’adoption de la Nouvelle politique economique.