I.XI.XIV

I.XI.XIV

Le plus beau jour de ma vie. Micheline, écoutes j’ai un truc à te dire. Tu m’entends là ? Ces sûrement le réseau. Faut que je te dises quelque chose ; je suis un canard. Je sais même pas pourquoi, je peux peut-être changer… Non, je peux changer. T’es la seule qui compte… La vérité… La vérité c’est que je t’aime. J’étais très bien comme j’étais, occupé à me détruire, et puis tu t’es pointée et tu m’as dis de me bouger, et pour la première fois de ma vie j’ai eu l’impression que quelqu’un en avait quelque chose à feutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts.

Aujourd’hui, je pulvériserai le record du plus gros sandwich si tu me le demandais, je tapisserais les manies, je remplirais de soda les fleuves du pays… J’ai merder sur toute la ligne je l’admets, arrimages pas comme je regrette. Je t’aime Jil, t’es tout ce que j’ai au monde… Tas de la morve qui est entrain de couler. Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
que si tu la laisses s’en aller… Tu la perds à jamais.

Je t’ai aimée la première 2 FO s sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller… Tu la perds jamais. Je t’ai aimée la première fois que je t’ai vue. Je crois que j’avais 12 ans. Ça ma pris trois ans pour trouver le courage de te parler… Et j’avais tellement peur de ce que je ressentais, tu sais, aimer une fille, j’ai appris à devenir une potasse sarcastique, juste pour que ça me semble normal. J’ai baisse avec des mèche pour que ça s’en aille, mais ça n’ pas marché. Quand on s’est mises ensemble, tout ça a disparu, parce que…

Tu étais la seule personne qui pouvait ruiner ma vie. Je irai repoussée, et je t’ai fait croire que les choses étaient de ta faute, mais en fait j’avais juste peur de offrir. J’ai couché avec cette saphir pour te faire souffrir… Pour reprendre pied… Et je suis une vraie lâche parce que… J’ai… Ça… Ces tickets pour qu’on aille à yoga depuis trois mois… Mais je… Je pouvais pas… Je ne voulais pas être esclave de ce que je ressens pour toi. Tu comprends ? Tu essayais de me punir en retour, et c’était horrible…

Vraiment horrible, parce que, vraiment… Je mourrais pour toi. Je t’aime ! Je t’aime tellement, ça me tue. – Tu fais quoi quand la personne que tu aimes te déçois ? – Il faut arriver à ne plus l’aimer. – Et c’est possible tu crois ? FO s déçois ? – Non. En réussie ton et moi on s’est tripoter… C’est parti de mon engueuler avec anar qua dit qu’il détestait les gais ! J’étais super mal et ton ma proposé une déroute pour me remonter le moral. Alors que c’était pas ce que je voulais ! Mais… J’avais les boules et lui il me les a léchées.

Après ça on s’est fait expulser de réussie… Et voilà… J’suis vraiment désolé d’être une saloper.. L’on ont escarre ! Ahan bée escarre ! I Ahan bée heurt! I Ahan remembré ! M’ ont escarre ! M’ ont escarre, M’ ont escarre, M’ ont escarre, COMME ON ! COMME ON ! COMME ON ! J’ai réfléchi à ce que christ aurait voulu que je dise aujourd’hui, aux conseils qu’il m’aurait donné, sûrement un truc du genre : « Je vais te dire, tu t’en ébranles, ces gens là ils savent déjà tout de moi parle leur de quelqu’un d’autre ! Alors j’ai décidé de vous parler d’un des héros de christ, cet homme, c’est le capitaine je citerne. En 1960, à bord d’un ballon, le Capitaine citerne fit une ascension de 32 kilomètre dans la stratosphère, armé d’un Simple parachute, il s’élancé dans les airs. Sa chute dura quatre minutes et trente six secondes, il atteignit une vitesse de 988 kilomètre Eure avant d’ouvrir son parachute 4 FO S trente six secondes, il atteignit une vitesse de 988 kilomètre heure avant d’ouvrir son parachute à 5000 mètres du sol.

Personne n’avait réalisé un tel exploit avant lui et ça n’ jamais été réitéré, il la fait parce qu’il le pouvait, c’est tout. C’est pour ça que christ l’aimait, parce que christ était quelqu’un qui disait « Oui Il disait oui à tout. Il aimait tout le monde. Je n’ai jamais connu de garçon… D’homme, aussi courageux. Et ça était… Il s’élançant d’un ballon dans les airs, chaque jours, parce qu’il pouvait, parce qu’il était en vie, et c’est pour ça… Et c’est pour ça qu’on arrimait tous. – Ça pourrait être bien tout les deux, ensemble.