Histoire des arts, paysages ouvriers

Histoire des arts, paysages ouvriers

Fanny Chamarande Histoire Des Arts p g Sommaire Introduction I)Les mineurs une huile sur toile peinte en 1921 par Conrad Felixmuller et conservé dans une collection particulière. Cette toile appartient au mouvement expressionniste, elle représente un paysage aux couleurs violents et aux personnages déformés. Conrad Felixmuller est né en 1897 à Dresde en Allemagne. En 191 3, il étudie à l’académie de Dresde et expose à Berlin en 1916. Son art à l’opposé de l’art académique, critique la bourgoiserie de la république de Weimar.

Membre du parti communiste, Conrad evient partisan du KDP en 1919. En 1920 il remporte le prix de la peinture de Saxe, puis part vivre un an dans la région de Ruhr. Fasciné par l’univers minier, il entreprend plusieurs gravures et dessin à l’encre de chine. En 1936, en grand nombre de ses œuvres furent brulées par le régime nazi, qui considérait son œuvre comme de l’art dégénéré. Il enseigne à l’université de Halle au sud de l’Allemagne de 1949 à 1962. II meurt à Berlin en 1977 ? l’âge de 80 ans.

Au second plan, on peut voir le soleil couchant dans des couleurs vives, c’est le symbole du grand soir qu’attendent tous es révolutionnaires. Cest un soir

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
où la révolution doit renverser le pouvoir actuel pour instaurer de nouvelles Idéologies et façon de gouverner. Le soleil rouge et jaune et l’espoir d’un changement à venir et seul le bâtiment qui relie le pont aux ouvriers est coloré comme le ciel, ce qui suppose entendre qu’a l’intérieur de cette usine ce trouve encore plus de personnes prêtent à croire au soleil rouge.

Les autres bâtiments peints en bleu on l’air vide. Même la fumée des usines n’atténue pas le soleil et sa lumière. Le train qui passe en dessous du pont, donne du mouvement et ‘impres 2 pas le soleil et sa lumière. Le train qui passe en dessous du pont, donne du mouvement et l’impression qu’un nombre de personnes indéterminés vont se retrouver au même endroit. Celui là même où vont les deux personnages. La couleur des vitres et de la fumée du train est la même qui celle des chapeaux des deux hommes, ce qui accentue cette idée.

Au premier plan, ce sont deux ouvriers qui sont représentés. L’un est Jeune et l’autre plus âgé, cela montre que le milieu ouvrier et le parti communiste consterne toutes les générations. Habillés de a même façon, le jeune homme est moins imposant que l’autre et est juste derrière lui, mais la même détermination se lit sur leurs visages. L’auteur ne montre d’aucune manière la fatigue que devraient ressentir ces deux personnages qui doivent sortir d’une journée de travail épuisante.

Au contraire ils les montrent fort et déterminés pour que leur regards aillent de paire avec le soleil. Lhomme qui porte une pipe à sa bouche à l’air calme. Les deux hommes portent un léger sourire qui montre qu’ils sont prêt pour se qui les attends. Leur visages sont illuminés de rouge se qui rahit complètement leurs pensées et leurs intentions. Le regard n’est pas du tout emporté par le chemin qui monte usqu’à l’usine, il est attiré par les couleurs vives du soleil.

Les contrastes entre les couleurs chaudes et les couleurs froides permettent une mise en valeur de tous les éléments peints en rouge et en jaune, tandis que les éléments peints en bleu sont noyé dans l’uniformité qui tue le paysage comme le système en place. Les visages des personnages caricaturés, permettent une meilleure visualisation du caractère et de Pétat 3 es personnages caricaturés, permettent une meilleure visualisation du caractère et de l’état d’esprit des personnages. Les formes et les couleurs déforment la réalité pour provoquer un ressentit particulier chez le spectateur.

Il permet aussi de comprendre le point de vue communiste de l’auteur, on voit alors se former une certaine fascination pour ce dernier, de la force de conviction des ouvriers qu’il peint et avec qui il à passé un an. Il leurs donne la force d’écraser complètement cette usine qui ne les à pas fatigué, ils deviennent le symbole du socialisme en arche, un idéal qui ne s’arrête jamais. I)Construction de la république 1) Présentation Max Lingner est né le 17 novembre 1888 à Leipzig en Allemagne.

Il est enrôlé dans la première mondiale en France ce qui ? grandement influencer son idéologie Pacifiste. En 1918,il participe à la révolte des marins de Kiel. Il quitte l’Allemagne en 1933 lord de l’arrivée au pouvoir d’Hitler, retourne en France pour travailler pour le Journal L’humanité où il dessine, et en 1934, intègre le PCF. Il fait alors parti du parti communiste français. Etant un éfugié antinazi, il est arrêté par le gouvernement français en 1939 et interné en Aquitaine dans le camp de Gurs. En 1943 il s’enfuit et prend part à la résistance.

Après la guerre en 1949 , il revient en Allemagne, à Berlin, pour intégrer l’Académie des Arts de la RDA pour participer à la construction d’une nouvelle Allemagne. Il meurt à Berlin en 1959. Cette [email protected] est réalisée en carreaux de faïences par Max Lingner et 14 ouvrier de la Manufacture de Meisen en 1953. Cette œuvre à été commandée officiellement par le ministère et à été nti 4 Manufacture de Melsen en 1953. Cette œuvre à été commandée officiellement par le ministère et à été entièrement finit en six mois. ? gauche, au début du tableau, on peut voir une manifestation mené par un représentant du gouvernement. De nombreuses personnes le suivent équipés de drapeau au couleur de l’Allemagne. Au dernier plan, des personnes tiennent un drapeau du socialisme, de la RDA et des drapeaux rouge. Un groupe de jeunes femmes en chemises bleues représentes le FDJ qui prône la paix, l’amitié internationale et la participation des eunes à la reconstruction de l’Allemagne. Les musiciens placés à côté des chemises bleues représentes la joie de la population.

Les enfants représentent la prospérité du régime, la relève assuré qui se porte à merveille. A cotés un ouvrier sert la main à un intellectuel pour montrer la bonne entente de toute les classes sociales et la coopération en toute harmonie. La jeune femme en bleu parle avec le conducteur de la voiture. Cela accentue l’idée de la population sociable. De l’autre coté on voit des hommes qui forgent des rails, symbole de la richesse ‘un pays s’étendant dans toutes ses régions. La reconstruction du pays se fera aussi par la communication entre les villes.

Ici on observe un ingénieur travaillant cote à cote avec les ouvriers. Une famille passe prés d’eux, elle représente la famille parfaite du pays, un modèle de bonheur qui devrait reconstruire le pays grâce à une nouvelle énération enthousiaste. En arrière plan, le reste de la ville est peau, comme si tout le drapeau, comme si tout le pays collait uniformément au modèle de la fresque entière. Max Lingner réalise ici une œuvre de propagande, conforme ? ‘idée qu’elle devait représenter la réalité et être une fresque didactique sous le modèle du socialisme pour touts les habitants de l’Allemagne.

Toutes les personnes sont au même niveau et ont toutes le sourire. Ce travail s’oppose avec celui de Conrad Felixmuller, qui majoritairement à cause de l’époque, peint une toile dans laquelle la révolution est encore à faire. Max fait quelque chose de plutôt réaliste, contrairement à Conrad qui choisit une réalité déformé pour accentuer la différence entre deux mondes. Max ne représente qu’un point de vue et ne met pas l’ancien régime ui aurait pu être représenté d’une façon péjorative.

Ces deux œuvres se rejoignent sur le fait quelle idéalise le socialisme Allemand et la classe ouvrière. Conclusion Le paysage urbain peut être représenté de manière complètement différente selon le point de vue des artistes et leurs niveaux d’engagement. Les ouvriers ou le monde prolétaire sont toujours montré comme la partie de la société victime du patronat et combattant contre le Capitalisme. Chez la plupart des artistes même très différents on observe une idéalisation du monde ouvrier. Le choqu amène à un rêve d’une S