Histoire Des Arts

Histoire Des Arts

Histoire Des Arts : Asimbonanga —Johnny Clegg 1 -Contexte : Apartheid A partir de 1948, en Afrique du Sud, la politique de [‘Apartheid est mise en place par le parti National. C’était une politique de ségrégation raciale conduite par la minorité blanche à [‘encontre de la minorité noire consistant au développement séparé des populations. La population noire en subit particulièrement les conséquences, soit la discrimination et l’exclusion fondées sur des critères précis : la religion, la race, l’ethnie.

La population était divisée en quatre groupes distincts : les Blancs, les Indiens, les Swipe to page Coloureds (métisses) 23 ans après l’empris ne la chanson Asimbona a Sv. ige to sud, qui chante pour l’Apartheid de maniè de Nelson Mandela, leverse l’Afrique du pour lutter contre Cette chanson a été censur e et interdite en Afrique du Sud durant plusieurs années. 2-Auteur de la chanson : Johnny Clegg Johnny Clegg (aussi appelé le « Zoulou Blanc est né le 7 Juin 1953 au Royaume-Uni. Il est un auteur-compositeur-interprète blanc.

Il a habité en Afrique du Sud, il connait ainsi la situation au quotidien. Il est élevé dans un cadre où les personnes de couleur ont écartées, ce qui le dégoûte définiti définitivement de la

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
politique d’Apartheid. Le groupe Savuka : Durant sa vie, Johnny a rencontré Sipho Mchunu, musicien sud- africain, avec qui il créa le groupe Juluka qui provoque un scandale pour les noirs comme pour les blancs. Ce groupe se sépara en 1985. Après cette date, Johnny Clegg fait la tournée des musiciens sud-africains pour fonder un second groupe.

Associé à Sonny Letwaba, un bassiste, et à Jabu Mabuso (qui quittera rapidement le groupe pour entamer une carriere solo) il monte Savuka (« Nous sommes debout ») dès 1986. En 1987, ce groupe connait un succès mondial grâce à album Third World Child où les titres« Asimbonanga » qui submergea l’Afrique du sud, les Etats-Unis et même l’Europe et « Scatterlings of Africa » font découvrir au public d’Europe et des Etats-Unis qui est cet étrange « Zoulou Blanc D. Le succès de Savuka permet d’intéresser les médias à la situation en Afrique du Sud.

Parfaits militants actifs pour la fin de l’Apartheid, Johnny Clegg et Savuka se produisent sur les scènes internationales et entament plusieurs tournées aux Etats-Unis, au Canada et en Europe. Mais après avoir placé la barre très haute avec Third World Child, le groupe ne parvient que difficilement ? se hisser au même niveau avec Shadow Man en 1988. Il faut attendre Cruel, Crazy, Beautiful World en 1990 pour que Savuka connaisse a nouveau un succès internationa Beautiful World en 1990 pour que Savuka connaisse à nouveau un succès international.

Enfin après 5 ans de repos, Johnny Clegg met fin au groupe afin de s’associer de nouveau à Spho Mchunu est le duo Juluka volt de nouveau le jour. 4-AnaIyse de la chanson Les paroles sont chantées en anglais et en zoulou. Voix : Timbre Le chanteur articule et met en valeur certains mots. La voix de Johnny Clegg fait partie du registre médium. Le ton de sa voix baisse en fin de phrase. Polyphonie (caractéristique de l’Afrique du sud).

Caractère de la chanson : Politique Couplets Instruments : 9 -> balafon, percussions, piano électrique, synthétiseur, guitare électrique, basse, basse électrique, batterie électrique et guitare. Appartiennent à différentes cultures : les 2 premiers appartiennent à la culture africaine et les suivants à la culture anglo-saxonne. Forme : Rondo -> alternance couplets refrain ABACADA Message de la chanson : Cette chanson dénonce la politique injuste d’Apartheid et fait appel à la libération de Nelson Mandela dont personne ne connait que le nom. Le texte est une poésie sur le thème de la réconciliation.

Le tempo : généralement moyen même si il y a quelques passages où le tempo est plus rapide Les nuances : mezzo-forte et forte le forte lorsqu’il dit ‘Asimbonanea’ mais aussi PAGF3CF6 lorsqu’il dit ‘Asimbonanga’ mais aussi dans le refrain. Asimbonanga de Johnny Clegg, chanté par le groupe Savuka fondé ar Johnny Clegg veut dire en français « Nous ne l’avons pas vu C’est une chanson populaire à texte politique engagé pour la libération de Nelson Mandela alors emprisonné sur l’ile de Robben Island, au large du Cap, en son honneur et pour la lutte contre l’Apartheid.

Asimbonanga est de genre pop-Rock avec un léger mélange de Zoulou traditionnel. On y trouve une alternation entre le Zoulou et FAnglais ; Ce mélange entre les langues est un acte provocateur du temps de l’Apartheid de plus que le groupe Savuka est un groupe multiracial : symbole de fraternité. Il n’est pas qu’un mélange de langues appartenant à des populations distinctes : le fait que les instruments de musique appartiennent a deux cultures différentes aussi en est un. PAGF Europe is the less. As well as if a promontory was.

As well as if a manor of thy friend’s Or of thine own were: Any man’s death diminishes me, Because am involved in mankind, And therefore never Send to know for whom the bell tolls; If tolls for thee. Traduction Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble ; i la mer emporte une motte de terre, l’Europe en est amoindrie, comme si les flots avaient emporté un promontoire, le manoir de tes amis ou le tien ; la mort de tout homme me diminue, parce que j’appartiens au genre humain ; aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : c’est pour toi qu’il sonne. raversons la mer de flammes [Chorus] (x2) [Refrain] (x2) A seagull Wings across the sea Un goéland s’envole de l’autre coté de la mer Broken silence is What I dream Je rêve que se taise le silence Who has the words to close the distance Qui a les mots pour faire tomber la distance Between you and me Entre toi et moi ?

Steve Biko, Victoria Mxenge, Neil Aggett Steve Biko , Victoria Mxenge), Neil Aggett Asimbonanga Nous ne l’avons pas vu(e) Asimbonang ‘umfowethu thina (Asimbonang ‘umtathiwethu thina) Nous n’avons pas vu notre frère (Nous n’avons pas vu notre soeur) Laphiekhona A l’endroit où il (elle) est Laphiwafela khona A l’endroit où il (elle) est mort(e) Hey wena, hey wena Hé, toi ! Hé toi ! Hey Hé toi, et toi aussi ! Siyofika nini la’ siyakhona Quand arriverons nous à destination ? [Refran (x4)