Histoire demographique et social

Histoire demographique et social

Le 19eme Siecle : L’explosion « ? » * Triomphe de l’homme blanc, l’homme europeen Au 19eme Siecle, l’homme blanc domine le monde grace a leur arme, la colonisation, leur confiance absolue de leur superiorite de leur civilisation. Mais, l’homme blanc a aussi pour lui le nombre. La multiplication de la population europeenne represente l’effet majeur du 19eme Siecle. L’accroissement de la population entraine le progres scientifique et economique. Les Europeens immigrent sauf les Francais. En Afrique, Argentine… I/ Augmentation de la population Europeenne 1) Accroissement numerique

Modestie de la population Estimation population mondiale en 1800 est de 906 millions en 1900 est de 1,6 milliard Cette hausse correspond a une augmentation de 72,4 % Estimation par continents : 1800 1900 Europe 187 Millions 401 Millions 114,4 % Asie 602 Millions 937 Millions 57,6 % Afrique 90 Millions 120 Millions 33,3 % Oceanie 2 Millions 6 Millions 200 % Amerique du Nor 6 Millions 80 Millions Amerique du Sud 19 Millions 63 Millions 231,5 % Differences tres marques : (3 cas) 1901 1911

France 27,3 Millions 39,6 Millions 45 % Territoires Allemands 22 Millions 65 Millions 195 % Grande Bretagne 15 Millions 42,5 Millions 183,3 % En 1901, la France est l’Etat le plus peuple, en 1911, elle passe derriere l’Allemagne et la Grande Bretagne. Cette hausse de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la population anglaise est remarquable. 17 Millions d’habitants ont immigres en Amerique, au Canada… 1901 1911 Russie 30 Millions 92 Millions 206,6 % Italie 18 Millions 27 Millions 50 % Espagne 10 Millions 18 Millions 80 % Sauf Russie, il y a une augmentation modere.

Mais derriere cette hausse se cache des realites tres differentes. Comme le montre l’analyse, l’esperance de vie a la naissance (vers 1900) est tres variable. On note deux cas extremes : * Russie, qui a une population tres jeune, les habitants ne depassent pas l’age de 31 ans. * Scandinavie, les habitants ne depassent pas l’age de 56 ans. Entre eux : * Italie -> les habitants ne depassent pas l’age de 44 ans * Grande Bretagne, Allemagne, France -> ils ne depassent pas l’age de 50 ans. Deux cas de figure : * Ses populations s’accroissent fortement et leur sort s’ameliore. Ses populations s’accroissent, mais leur condition materielle est mediocre. 2) Evolution de la mortalite Taux de mortalite : Grand Bretagne -> 29,9 pour 1 M (1800) Allemagne -> 18,7 pour 1 M -> 15,4 pour 1 M (1910) France -> 27,7 pour 1 M (1800) Russie -> 28,6 pour 1 M -> 19,7 pour 1 M (1910) Le taux anglais en 1800 est exceptionnellement bas Le taux anglais en 1910 a fortement baisse Le taux en France et en Grande Bretagne diminue fortement, puis se stabilise (20 pour 1 M) puis un declin rapide. La baisse du taux de mortalite est du au progres de l’hygiene et de la edecine. * Amelioration de l’hygiene * Progres de la medecine La medecine moderne emporte un 1er grand succes contre la variole. Jenner -> vaccin contre la variole 1er decennie du 19eme Siecle -> Vaccination 2eme moitie du 19eme Siecle -> les progres se multiplient vers 1946 * Anesthesie * Antisepsie -> Travaux de Pasteur La medecine devient « lutte contre le microbe » et non plus un combat obscur… (Revolution Pasteurienne), elle sait ce qu’elle combat. -> Effort fait par la medecine Vaccine ? Maladie du betail decouvert par Edward Jenner Vacciner -> Injecter la vaccine

Baisse de la mortalite du a tous les efforts et l’amelioration de la medecine Mimique -> tout le 19eme Siecle la mortalite enfantine (0 a 1 an) est tres presente France : 1805 – 1820 -> 185 pour mille de mortalite infantile 1880 – 1900 -> 165 pour mille en baisse mais quand meme eleve Fin du siecle -> 1/3 des generations n’atteignent pas 20 ans -> 2/3 atteignent 20 ans Debut du 19eme siecle -> 50% qui atteignent 20 ans Mortalite 0 a 5 ans -> large mesure pour la mediocrite de l’hygiene alimentaire des enfants (trouve gastro-intestinaux)

Biberon de l’elevage -> catastrophe. Remede -> nourriture au sein (eviter les biberons) Le probleme des biberons touchent les differentes classe sociale, les pauvre sont tres touches, alors que la bourgeoisie n’est pas completement protege (donne les enfants aux nourrices) Victime par excellence -> enfants illegitime (abandonne a l’assistance publique/mortalite fait des ravages) 1) La diminution de la population rurale Ne pas confondre exode rurale avec exode paysanne. Les modalites des migrations exterieures sont tres variables. Deux cas de figure : – Le jeune artisan qui part de la campagne a la ville, pouvait esperer trouver a la ville un accueil. Il etait en effet accueillit par une organisation traditionnelle d’artisans qu’on appelle les « Compagnonnages ». Le compagnonnage accueille le jeune qui vient travailler a la ville et assure sa formation. C’est une structure d’encadrement. 2- Le jeune ouvrier agricole, qui immigre vers la ville et qui lui n’a pas de qualification, contrairement au cas de l’artisan, il va faire les travaux les plus rude et les moins sure (travaux du batiment, en generale des travaux exigeant une grande force physique).

Le jeune ouvrier agricole venu a la ville, appartient a ce … de main d’? uvre qui est necessaire a la construction des villes et au developpement des industries. Pour ce jeune ouvrier agricole, il y a reellement deracinement lorsqu’il part a la ville, contrairement au cas du jeune artisan qui trouvait des structures d’accueil. On parle de compagnon, par opposition aux maitres et aux apprentis. Les compagnons travaillent dans des petits ateliers artisanaux Compagnonnage : Association de compagnons, d’ouvrier salarie adulte. Ils regroupent exclusivement les compagnons, c’est-a-dire les salaries adultes.

L’immigration des campagnes vers les villes on d’abord etait temporaire, saisonniere, l’immigrant faisait des aller retour entre la campagne et la ville. Puis a partir d’un certain moment, l’immigration definitive remplace progressivement l’immigration temporaire. Vers 1840, les cantaliens ne regagne plus leur village a la belle saison, l’immigration devient peu a peu definitive. Pour 2 raisons : 1- La nature des travaux aux immigrants change, autant l’immigration saisonniere, les travaux effectues etaient des petits metiers d’appoint ou du travail sur les chantiers saisonniers.

Dans une deuxieme periode, les cantalien trouvent en ville notamment les usines, un travail qui les retient toute l’annee. L’entree a l’usine, signifie le passage au travail toute l’annee. A ce moment la beaucoup de petits metiers disparaissent. C’est le cas du chaudronnier venu d’Auvergne, qui ne trouve a ecouler ses produits et il lui faut chercher un autre travail. 2- Le migrant a moins de raisons de revenir au village. (Exemple, la modernisation agricole a pu rendre son concours inutile au moment des grands travaux). Les liens de familles ont tendance aussi a se distendre.

Et par exemple, le migrant cesse de se marier systematiquement avec une fille de son village. Une certaine rupture des liens avec le village. Cette integration plus pousse des migrants dans les villes a pour consequences la decadence des communautes villageoises et familiales. Les chemins de fer ont permis des departs plus massifs et ont donnes aux migrants un choix plus large pour leurs destinations. Immigration feminine : Dans une region donnee, l’immigration feminine est en generale posterieure a l’immigration masculine. C’est le cas au Pays-Basque ou ce sont les hommes qui partent les premiers.

En revanche, les femmes quittent leurs villages a un age plus jeune que les hommes, dans le court de leur existence elles partent plus tot. La majorite de ses femmes se place dans le domestique. 2) L’urbanisation a) Les Cites Au 19eme Siecle, la ville et surtout la grande ville, devient etrangere a la campagne (elle s’en detache). 1801 1851 1911 Paris 546, 000 1 M 2M358 X 5,3 Marseille 111,000 195,000 517,000 X 4,6 Lille 54,000 75,000 210,000 X 3,9 Saint-Etienne 16,000 56,000 148,000 X 9,2 Bordeaux 91,000 130,000 261,000 X 2,9 Toulouse 50,000 93,000 149,000 X 2,9 L’urbanisation francaise et faiblement liee a l’industrialisation.

La plus part du temps la croissance d’une ville en France ne s’explique pas essentiellement par le developpement de l’industrie. L’exception a cette regle : Saint-Etienne dont la population est multiplie par 9 (l’industrie explique la croissance). A vrai dire, dans un certain nombre de cas il est difficile d’expliquer la croissance des villes francaise. Marseille a son port, mais il est difficile d’expliquer que Toulouse se soit developpe plus vite que Lille dans les annees 1801 – 1851. Il est difficile aussi d’expliquer que Bordeaux est vu sa population multipliee par 2 entre 1851 – 1911. Alors que le port et les ndustries de Bordeaux etaient peu dynamiques. On ne peut pas expliquer la croissance d’une ville par le seul succes de ses activites. La croissance urbaine est souvent la seule consequence de la pression demographique, qui s’exerce sur l’environnement geographique de la vile. C’est l’accroissement de la population rurale (dans la zone entourant la ville) qui explique la croissance de la ville. Les fonctions des villes sont tres variees et donc les causes qui expliquent la croissance sont aussi tres variees. Ce qu’on appelle la ville-usine Ville-Usine : Ville dont la croissance est liee exclusivement a l’industrie.

La ville-usine est le pur produit du 19eme Siecle. C’est le cas de Saint-Etienne dont la population est multipliee par 9. C’est un cas de ville-usine, mais il y en a peu en France. Manchester, en Angleterre est aussi une ville-usine. Ces ville-usine sont habites essentiellement par des patrons et des ouvriers, ce sont des villes aux structures sociales simples ou il n’y a pas de categories intermediaires. Dans le cas anglais, le lien entre l’industrialisation et l’urbanisation est plus bas qu’en France. Bon nombres de villes francaises se developpe au 19eme Siecle en vivant sur leur fonction traditionnelle.

C’est le cas de Toulouse qui n’est pas une ville d’industrie importante et qui se developpe grace a ses fonctions administrative, judiciaire, universitaire et religieuse. Certaine petites villes se developpent essentiellement du fait de leur fonction administrative. C’est le cas de la ville de Foie, dans l’Ariege. Le 19eme Siecle est un siecle de croissance urbaine et surtout c’est le siecle des metropoles (des tres grandes villes) qui pour la premiere fois dans l’histoire du monde occidental atteignent et depasse le million d’habitants (si on excepte le cas de Rome).

Au 19eme siecle, Londres est la grande ville par excellence. * 960,000 habitants en 1800. * 2 millions 3 en 1850. * 4 millions 7 en 1881. Pour les contemporains, Londres est l’exemple de la grande ville. Exemple que certains considere comme monstrueux d’autre comme admirable. Quand Napoleon III (1851 – 1870) a entreprit la modernisation de Paris, il a prit Londres pour modele. L’installation de grand magasin a Paris se fait sur le modele de Londres. L’expansion des villes et surtout celle des metropoles a entraine la refonte des structures administratives des villes.

Le succes des metropoles s’explique par la necessite de concentrer les moyens en un seul point. Grande-Bretagne : Londres represente une prodigieuse accumulation de moyens financiers, commerciaux et humains. Accumulation qui correspond au role dominant de l’Angleterre dans l’economie mondiale. La City de Londres (le centre financier de Londres) est le centre organisateur du marche financier mondial, grace a sa bourse des valeurs qui est la principale bourse mondiale. Les docs de Londres, sont le plus vaste entrepot du monde, c’est la Grande-Bretagne qui a la plus grande bourse de marchandise. La main d’? vre pour le port de Londres est fournit par les quartiers de l’East Ham (quartier pauvre). L’East Ham est un tres grand reservoir d’hommes, pour le port, pour la marine anglaise, et pour les industries de transformation installe a Londres. France : La concentration des moyens a d’abord etait a l’origine, administrative. Paris est d’abord une ville administrative, une ville de gouvernement. Le systeme francais est beaucoup plus centralise que celui des Anglais. Au 19eme siecle, Paris est devenue le centre des grandes affaires, de sorte que Paris est a la fois une ville administrative, une ville de gouvernement et un centre economique.

Paris exerce sur le territoire francais une hegemonie que Londres n’a jamais eue. Londres n’a jamais eue une hegemonie aussi forte que Paris car en Grande-Bretagne l’influence de Londres a toujours ete limitee par celle de Liverpool et de Glasgow (en ecosse). L’expansion des villes et surtout celle des metropoles a entraine la refonte des structures administratives. En France, c’est Napoleon 1er, en faisant table rase du passe, qui l’a place sous la tutelle du pouvoir centrale et qui a fixe les modalites de fonction de Paris qui sont restes valable tout le 19eme siecle.

Paris etait sous la tutelle de deux prefets, apres Napoleon, l’histoire de Paris se deroule au 19eme siecle sans bouleversement administrative. Les institutions Napoleonienne ont survecut aux revolutions de 1830, 1848, et a la commune de Paris de 1871. Seul changement au 19eme siecle -; 1860, le perimetre de la ville de Paris s’elargit par l’annexion de commune voisine, Passy et Auteuil. Le nombre d’arrondissement de Paris passe de 12 a 20. Pour les grandes villes de province, les changements les plus notable ont ete au nombre de deux : L’elargissement des pouvoirs des conseils municipaux par la Monarchie de Juillet (1830 – 1848) * Loi de 1884, la substitution par la 3eme Republique d’un maire elu par le conseil municipal a un maire fonctionnaire (Juste qu’a la nomme par l’autorite central) Angleterre : Vers 1850, l’administration de Londres etait chaotique. Des commissions avaient la charge de probleme particulier de secteur particulier (commission egouts, commission pavale, commission des pauvres…) ses commissions n’etaient responsable devant aucune autorite. 855 -; On a definit la notion de district au terme d’un texte de loi qui s’appelait le « Metropolis Management Act », l’autorite essentiel etait le « General Board of Health » (conseil general de la sante) qui a entreprit la construction d’egout et de quai et la destruction des taudis. 1888 -; Nouveau texte de loi le « Local Government Act» (loi sur le gouvernement local) qui a cree le (conseil du conte de Londres) « London County Council ». L’action de ce conseil est surtout sanitaire. A Londres, les institutions nouvelles naissent lorsque l’accumulation des hommes met en cause leur propre survit. ; Apparition des banlieues, alors qu’on avait connu jusque la que les Faubourg. Le Faubourg, est un quartier de la ville. Mais son administration depend la municipalite de la ville. En revanche, la banlieue a une autonomie administrative. 1911 – Grande-Bretagne : * Londres avait 2 millions 729 milles habitants. * Le conte englobant la banlieue avait 4 millions 521 milles habitants 1911 – France : * Paris avait 2 millions 888 milles habitants * Le departement de la Seine (Paris plus un certains nombre de commune) avait 4 millions 154 milles habitants.

La banlieue n’est pas une entite administrative mais une juxtaposition de commune. Les banlieues se sont developpees lorsque les echanges de population entre le centre des metropoles et la peripherique sont devenue possible. Lorsque que se sont multiplies dans les annees 1880, les transports en communs. Quelques annees plus tard se developpe les transports individuels en bicyclette. Resultat -; naissance d’un nouveau type humain : le banlieusard, qui a des activites professionnelles urbaines mais les conditions de vie sont souvent semi-rurale.

Le banlieusard a des attitudes propres dans le domaine politique. 2 types de banlieusard : * Rejete de la ville, car la vie etait trop couteuse (il habitera dans les banlieues populaire. Souvent il votera a gauche). * Pousse vers les banlieues riches par la volonte de devenir proprietaire de sa maison (il vote souvent a droite). b) Les Citadins Les motivations qui ont emmene les gens a la ville sont tres complexes. Ville : * Un pole d’attraction pour les travailleurs qualifie mais aussi pour les mains d’? uvre sans emploi * Refuge de toutes les miseres

La ville s’est aussi la que se trouve la maternite ou viennent accouchee les « filles-mere » (mere celibataire). La population urbaine n’a qu’exceptionnellement les meme caracteristique demographique que les populations rurales environnement. La pyramide des ages des populations urbaines est specifique. * La base de la pyramide des populations urbaines est en generale etroite, ce qui veut dire qu’il y a assez peu d’enfant. Le faible % d’enfant peu s’expliquer par une fecondite reduite mais peut aussi resulter d’une nuptialite peu importante.

Le nombre de bebe peut surtout etre artificiellement diminue par la mise en nourrice de nombreux enfants a l’exterieur des villes. * Les tranches d’age correspondant aux classes actives sont gonflees, ce gonflement traduit l’importance des immigrants. * Les classes d’age age. Lorsqu’il y a des immigrations temporaires, les classes agees peuvent se trouver reduite. Mais les classe d’age age peuvent se trouver accrue par l’influx de vieillard vers les hopitaux ou vers leurs enfants installer en ville. Lorsque les pyramides distinguent entre homme et femme, il est rare qu’il y ai une symetrie pour les classe actives. Les tranches d’age 15 – 25 ans sont gonflees par les femmes. * Les classes d’age de 20 – 35 ans sont gonflees par les hommes. La pyramide des ages reflete les caracteristiques des migrations. Dans certains cas, la dissymetrie homme – femme est generale pour toutes les classes d’age. Ses desequilibres hommes – femmes sont a l’origine de problemes humains specifiques. En general, les taux urbains de natalite, de mortalite et de nuptialite ne sont pas les meme en ville que dans le milieu rurale environnement. Mais il est impossible de dire dans quel sens vont les differences. Bordeaux (1er moitie 19eme siecle) -; taux natalite tres eleve * France (fin du 19eme siecle) -; taux de natalite urbains inferieur au taux de natalite rurale Jusqu’au milieu du 19eme siecle, les villes ont ete fort malsaine, des epidemies revenant regulierement et d’autre part des endemies ce qui entraine une surmortalite urbaine. Toutefois, avec les progres de l’hygiene et de la medecine, la situation s’est inversee et l’equipement medical des villes est devenu bien superieur a celui des campagnes. La misere est plus apparente encore a la ville qu’a la campagne ou elle est plus dispersee.

Au 19eme siecle, les villes accueillent les miserables qui n’ont plus les moyens de vivre au village. Ils trouvent en ville des conditions tres difficile, ils souffrent du sous-emploi soit parce qu’ils n’ont pas de travail soit parce leur travail est irregulier. La securite de l’emploi est une notion inconnue. Au 19eme siecle le salaire est a la tache ou a la journee. Ce qui signifie que si un jour il n’y a pas de travail, ils ne sont pas payes. Les ouvriers ne sont pas payes au mois. S’il n’y a pas assez de commande, il y a mise a pieds des ouvriers. En periode de forte demande au contraire, les journees de travail sont tres longues.

Elles peuvent atteindre 14 a 16 heures dans les cas extreme evidemment. Les ruraux se plient mal au rythme du travail urbains et surtout a celui de la grande industrie. Le rural n’est pas pres a respecter les horaires et a supporter une discipline constante. Alors meme que l’emploi etait precaire, les patrons se plaignent de l’absenteisme et de la mobilite excessive de la main d’? uvre qui va d’une entreprise a l’autre. Les classes populaires vivent en marge de la cite, et leur installation a quelque chose meme de provisoire, ils vivent en peripheries des villes et ses classes ouvrieres vivent dans des taudis.

Avant 1850, les pauvres vivent au dernier etage des immeubles, la ou il n’y a pas de moquette. C’est le cas des immeubles de White Chapet (Angleterre), un quartier ou sont regroupees les pauvres. Les migrants ont pour premiere demeure en ville des garnit (chambre meubles) loue a un « compatriote » membre de la meme region et aussi du meme metier. Un garnit peut etre loue a plusieurs locataire qui l’occupe tour a tour en fonction de leur horaire de leur travail. Les conditions de vie sont marques par l’entassement extreme, l’hygiene nexistante, la promiscuite totale. La nourriture populaire est elle aussi deplorable, l’eau est rarement potable et il faut attendre le milieu du siecle pour que les porteurs d’eau soient remplaces par la distribution d’eau correcte. Les porteurs d’eau s’alimentaient souvent a l’eau des rivieres, et donc de l’eau polluee. Les pouvoirs publiques ont prit conscience du danger et de ce manque d’hygiene, car ce manque d’hygiene totale dans les quartiers pauvres pouvait provoquer des epidemies qui risque de ce rependre dans les quartiers riches.

Les autorites s’efforcent de surveiller les abattoirs qui sont des lieus pestilents et de chasser les marchants des rues. Grande-Bretagne en 1875, est vote le « Food wait Drugs » qui instaure un controle de qualite des aliments vendu a des fin d’hygiene. ;- Marque la rupture avec le liberalisme L’homme du peuple est a la merci de l’accident ou de la malade. Certains metiers exposent a des risques. Le migrant est coupe de sa famille est ne peut pretendre a aucun secours, tout ennuie de sante grave le conduit a l’hopital qui est le symbole de la decheance.

A cette epoque, la misere a ses asiles, par exemple les « Work-houses » britannique (maison de travail) qui ont ete creent par la loi des pauvres en 1834. Cette loi consiste a enfermer les pauvres dans les maisons ou ils travaillent. Les conditions salariales sont tres mauvaises. Les proprietaires des « Word-houses » disent que les pauvres sont responsables de leur pauvrete, donc ils doivent etre punis. En France, il y a les depots de mendicite qui recueille les mendiants. Les classes populaires vivent dans la hantise de l’hopital. En quand d’epidemie, l’entassement a l’hopital provoque une mortalite effrayante.

L’entassement est un facteur important d’epidemie. En temps normal, l’hopital est caracterise par des soins et une nourriture des plus mediocres. Ses conditions materielles ont pour consequences inevitable une profonde misere morale. Cela a pour resultats que la bourgeoisie confond volontiers classe laborieuse travailleuse et classe dangereuse. L’insecurite du travail, la difficulte de fonder un foyer, la mediocrite des logements sont autant d’encouragement a l’ivrognerie, a la prostitution et meme au crime. Cette atmosphere se retrouve dans tous les quartiers pauvres de toutes les grandes villes.

C’est une atmosphere d’insecurite. A la porte de l’hospice on pose des tours qui est un dispositif tournant facilite l’abandonne d’enfant illegitime qui sont voues a une morte a peu pres certain, 10% survive. Quand aux meres, chassaient de leur emploi parce qu’elles ont eu un enfant hors mariage, elles se retrouvent a la rue (risque de prostitution). La bourgeoisie urbaine cotoie toute cette misere et elle entend se proteger des dangers qui viennent des pauvres. Cette bourgeoisie urbaine se retranche dans ses immeubles. La bourgeoisie fait preuve de charite pour avoir bonne conscience.

Des organisations comme la Societe de Saint Vincent de Paul creent des ? uvres pour les apprentis et les jeunes femmes. Au milieu du siecle les efforts portent essentiellement sur l’enfance, des societes qui s’appellent societe maternelle se cree sous la protection de la reine Victoria (1836 – 1920) ou de l’imperatrice Eugenie. L’exercice de la charite est l’exercice le plus remarquable de la bourgeoisie, c’etait une activite essentiellement feminine. Les classes moyennes ont voulu voir le mal la ou s’etaler la misere. La pauvrete a des causes sociales. III/ Les migrations internationales 1) Volumes des migrations

Les europeens se sont largement repandus dans le monde tout au long du 19eme siecle. Le nombre d’emigrants definitifs qui ont quitte l’Europe entre 1800 – 1830 est estime a environ 40 millions. 3 raisons : * Les sources du pays de depart et les sources du pays d’arrive ne corresponde pas. * Les statistiques des passeports ne sont pas sur. Les statistiques des passeports confondent les emigrants et les voyageurs qui rentrent chez eux. La legislation sur les passeports et son application ont beaucoup varies. * Il n’est pas facile de dissocier les migrants definitifs des migrants temporaires.

Sous la restauration, dans les annees 1815 – 1830, les voyages a l’interieur de la France etaient soumis a la delivrance d’un passeport (passeport interieur). Sous le Seconde Empire, on pouvait quitter le pays sans papiers officiels. Donc, absence de sources pour les historiens. Repartitions par pays : * Royaume-Uni : 17 millions d’immigrants a l’etranger * Allemagne : 6 millions * Italie : plus de 9 millions * Espagne / Portugal : plusieurs millions * Autriche / Hongrie : plus de 4 millions * Russie : plus de 2,5 millions * France : quelques centaine de milliers (ils migrent peu donc les paysans restent chez eux) Etats-Unis : accueille 38 millions (entre 1800 – 1922) absorbe plus de 6 millions de Canadiens * Canada : 7 millions * Nouvelle – Zelande / Australie : quelques millions de migrants * Afrique : peu de blancs a l’exception de l’Afrique du Sud et de l’Afrique du Nord Francaise. Le volume global des migrations n’a cesse de s’accroitre au cours du 19eme siecle. * Avant 1840, quelques dizaines de milliers par an. * Apres 1840, quelques centaines de milliers par an. * Apres 1880, 1 millions par an. L’ampleur des migrations s’explique avant tout par l’evolution des transports. Vers 1840, se cree la premiere compagnie anglaise de navigation a vapeur. * 1850, s’organise le reseau de chemin de fer europeens, capable de drainer les emigrants vers les ports ou ils prennent les bateaux. * 1869, ouverture du 1er chemin de fer transcontinental qui traverse les Etats-Unis et le Canada d’Est en Ouest. L’evolution des transports a permis les migrations, la poussee des migrations peut aussi s’expliquer par une pression demographique accrue. C’est le cas pour l’Irlande, apres la famine de 1845 qui declencha l’exode vers les Etats-Unis.

C’est le cas aussi de l’Italie qui avait a l’epoque une natalite elevee d’ou une forte pression demographique. Les anglo-saxon et les Allemands predomine jusqu’en 1870. Ensuite les italiens et les tout a fait a la fin du siecle, les Slaves (polonais). Quand au espagnol et portugais, ils ont toujours emigre vers l’Amerique du Sud. Cette succession s’explique par l’evolution interne des premier pays emigrants. 2) Phenomene de l’emigration Au 19eme siecle les migrations est un phenomene de masse, alors que jusqu’a present ce n’etait qu’une emigration reduite (emigration internationale).

Cette emigration a des causes economique et elle s’explique dans une large mesure par les transformations du monde rural. Tous les emigrants ne sont pas des paysans chasses des terres qu’ils travaillent, beaucoup d’emigrants sont des artisans qui partent munis d’un metier et qui ont ainsi de bonne chance de reussir. Il y a aussi des mouvements de migration qui ne sont pas economique. Certains etats ne debarrassent des indesirables. Les 1er britanniques indesirables envoyes en Australie sont des bagnards. Au debut du Seconde Empire, Napoleon III a expedie ses adversaires politiques au Sud de l’Algerie.

Les guerres on pu provoquer aussi certains exode. Les citoyens francais d’Alsace et d’une partie de la Loraine sont devenus allemands en 1871 a la suite de la defaite francaise, certains d’entre eux ont refuse de devenir allemands, ils ont optes pour la nationalite francaise. Une bonne part d’entre eux a prit le chemin de l’Algerie. Au 19eme siecle, du fait de la liberalisation des regimes politique il n’y a plus de persecution religieuse. On immigre de facon differente, souvent l’immigration etait une affaire personnelle individuelle. Elle est alors masculine, dans la grande majorite des cas.

Le travailleur age de – de 35 ans s’en va seul vers un pays ou il a des connaissances ou de la famille. C’est une emigration qui se veut d’abord temporaire mais qui peut se transformer en emigration definitive. Mais les progres de la navigation a vapeur on permit au contraire les departs en famille, en groupe. L’emigration par famille entiere prend l’allure d’un exode sans esprit de retour. Cette emigration entraine beaucoup de main d’? uvre sans qualification et repond au besoin de l’industrie des pays neuf. 1815 : Abolition de la traite des esclaves noirs au Congres de Viennes.

La traite a ete severement interdite par les Anglais et les Francais mais elle a continue clandestinement surtout entre Afrique vers les possessions Espagnol et Portugaise, d’Amerique du Sud et des Caraibes. Apres l’abolition de la traite, on a abolit l’esclavage en 1832 dans les colonies Anglaises et en 1848 dans les colonies Francaises. 1794 : 1ere abolition de l’esclavage dans les colonies francaises par Robespierre 1802 : Retablissement de l’esclavage dans les colonies francaises par Napoleon 1er 1848 : Abolition definitive Consequences de l’immigration pour les pays de departs :

L’emigration n’a pas toujours ete spontanee, et qu’elle a recu des encouragements publique ou prive. Le transport des immigrants a ete un trafique tres fructueux et les compagnies de navigation et de colonisation ont fait une large publicite pour le depart. Des groupes sociaux ont aussi prit position (les syndicats anglais favorable a l’emigration). Les syndicats anglais ont fait des avances aux candidats a l’emigration et parfois ils leur ont paye le voyage. Mais apres 1880, les syndicats anglais ont changes de position sur l’emigration, ils ont cesse d’y etre favorables, et ils ont cherche des solutions dans le socialisme.

Quand aux etats, ils ont parfois encourages l’emigration. Le gouvernement Allemand, par exemple, s’est efforce de palier (lutter) les inconvenients de l’emigration en accordant la double nationalite a ses ressortissants installes a l’etranger et qui se faisaient naturalises dans le pays d’accueil. Autrement dit, un immigrant allemand qui allait aux Etats-Unis pouvait avoir la double nationalite americaine d’une part et allemande de l’autre. Quand a la France, elle a cherchait a canaliser la faible immigration des francais vers l’Afrique du Nord. Consequences demographie de l’emigration sur la population :

Il faut souligner, que l’emigration n’a eu de consequences demographiques evidentes que lorsque qu’elle a affecte une large fraction de la population du pays d’origine. France -; l’emigration pas eu de consequences demographique importantes En revanche l’Irlande : * 1835 : 8M d’habitants * 1845 – 1850 : en a perdu 1M750 a la suite de la grande famine, 1M172 ont immigres sur 1M750 Lorsque l’emigration est massive, l’equilibre de la population peut se trouver compromis. Les hommes immigrent plus que les femmes, l’emigration provoque une surpopulation feminine et un vieillissement de la opulation il en resulte une sous nuptialite c’est-a-dire une diminution du nombre de mariage. Ses deux facteurs, le vieillissement de la population et la surpopulation feminine peuvent provoquer une chute de la natalite Population basque emigre beaucoup et s’en suit un vieillissement de la population et une diminution du mariage et donc une baisse de la natalite Consequences economique de l’emigration : Certaine regions y ont trouves un debouche utile, c’est le cas pour ceux qu’on appelle les « americains de barcelonnette » dont les habitants sont partit massivement vers le Mexique.

Certains economistes ont penses que l’emigration prive un pays de ses elements les plus dynamique, c’est le cas d’Alfred Sauvy economiste et demographe tres anti-malthusien (tres populationniste) qui oppose de se point de vue l’Irlande et le Danemark. Il remarque que le Danemark est prospere alors que l’Irlande est un pays pauvre. Hors l’Irlande est un pays d’emigration. Il en conclu que la stabilite de la population du Danemark a eu des consequences les plus heureuses. Dans la majorite des cas l’emigration a affecte une frange trop etroite de la population pour avoir sur son avenir des consequences decisives.

Il faut remarquer que l’emigration n’a pas donne a l’Italie la solution au probleme de sous-developpement du Sud Italien. Consequences politique de l’emigration : A l’epoque, les responsables craignaient la perte d’hommes car c’etait une diminution du potentielle militaire. L’Angleterre qui a donne 17M d’immigrants a gagne les plus fideles allies grace a cette emigration. La solidarite anglo-saxonne est un fait majeur de l’histoire internationale contemporaine. C’est une reussite exceptionnelle, pas un cas general.

L’importance de l’emigration Allemagne aux Etats-Unis, n’a pas empeche l’entree en guerre des Etats-Unis contre l’Allemagne en 1917. Le Bresil, malgre sa forte minorite allemande est reste a l’ecart de la guerre de 14 – 18. Inversement, un pays a pu constituer une zone d’influence sans emigration importante, c’est le cas de la France au Maroc. On peut dire que l’emigration n’a pas eu les effets positifs esperes par les dirigeants du 19 eme siecle mais n’a pas eu les effets negatifs que craignaient les dirigeants du 19eme siecle. Il est impossible de generalise. 2eme partie : L’economie

Chapitre 1 : Les voies nationale de la croissance economique (Grande-Bretagne, France, Allemande) Chaque nation a connu une croissance economique originale Il y a une vois anglaise de la croissance economique Il y a une vois francaise de la croissance economique Il y a une vois allemande de la croissance economique Aucune vois nationale n’est superieur a une autre. I/ Grande-Bretagne 1) L’avance anglaise (1815 – 1870) A la fin de la guerre Napoleonienne (1815), la Grande-Bretagne est sans aucun doute la 1ere nation industrielle du monde. L’avance chronologique est indeniable.

Selon certaines estimations la Grande-Bretagne fournit le quart des produits industriels, en outre elle a la superiorite maritime et joue un role tres ponderant dans le commerce international. Selon les estimations, la Grande-Bretagne monopolise un tiers des echanges mondiaux. La Grande-Bretagne conserve cette avance pendant une partie du 19eme siecle. Elle represente encore un quart du commerce international en 1870. A partir de 1870, la Grande-Bretagne est progressivement devance par des pays qui s’industrialisent tres vite. La production et les echanges anglais n’ont pas cesse d’augmentes.

Malgre cette croissance, progressivement, elle est devancee par les Etats-Unis en 1880 puis par l’Allemagne dans la 1ere decennie du 20eme siecle. A la vieille de la 1ere guerre mondiale, elle reste encore la 1ere nation commerciale du monde. Mais sa part dans les echanges est tombee a environ 1 sixieme (15%) elle est talonnee par l’Allemagne et les Etats-Unis. 1913, les anglais sont tres sensibles a la concurrence allemande. La base de la prosperite anglaise repose sur quelques industries qui sont les industries de la 1ere revolution industrielle : Industrie du coton * Production du charbon * Production de fer et d’acier * Industrie mecanique Industries du coton : * Jusqu’en 1880, la production anglaise de file de coton et de tissu de coton est plus importante que celle du reste de l’Europe reuni. * 1913, la Grande-Bretagne detient encore un tiers du marche dans ce domaine Siderurgie : * La Grande-Bretagne bat tous les records vers 1870 en produisant plus de 50% de la fonte brute au niveau mondiale * 1890, ce sont les Etats-Unis qui dominent la production siderurgie Debut du 20eme siecle, l’Allemagne suit de pres les Etats-Unis et la Grande-Bretagne Productions de charbon : * La Grande-Bretagne produit beaucoup de charbon * Elle garde son avance mais est depasse au debut du 20eme siecle par les Etats-Unis * La Grande-Bretagne produit tellement de charbon qu’elle arrive meme a exporter * Elle produit presque deux fois plus de charbon au cours du 19eme siecle que la Belgique et l’Allemagne qui sont ses deux principaux rivaux. * Les exportations de charbon vers le contient Europeen represente en 1870, 3% des exportations britannique 1913, le charbon anglais represente 10% des exportations britanniques Industries mecaniques : * L’evolution de cette industrie remonte a la fin du 18eme siecle, c’est le chemin de fer qui constitue l’activite industrielle la plus novatrice du 19eme siecle. * La construction du chemin de fer signifie une enorme demande en produit metallurgique (railles, locomotives, wagon…) * Les chemins de fer constituent un marche tres important a la fois pour l’industrie du charbon, et pour les industries mecanique. * Les britannique sont les pionniers dans le domaine du chemin de fer.

Le resultat, c’est que leur economie est stimulee par la demande d’autres pays et pays d’outre-mer. La Grande-Bretagne exporte son savoir faire en matiere ferroviaire. La marine : * Passage de la marine a voile a la marine a vapeur qui va cree une demande * Passage des coques de bois en coque de fer. * Il faut attendre 1870 pour que tonnage (quantites transportes) a vapeur depasse le tonnage a voile * 1900, la construction de voilier n’atteint plus que 5% du total de la construction navale * 1850, le fer commence a remplacer le bois pour la construction des coques 1880, l’acier commence a remplacer le fer * Debut du 20eme siecle -> chantier navale britannique produisent en moyenne plus de 1M (60%) des navires * 1 sixieme a 1 tiers des batiments destines a l’exportation Le rythme et l’ampleur de l’industrialisation britannique. Le taux de croissance industrielle entre 1750 et 1850 a ete beaucoup plus lent qu’on ne l’a parfois affirme. 1870 -> l’industrie textile accapare la moitie environ de la force motrice 1851 – 1871 -> grande majorite des ouvriers travaillent dans des petits ateliers Le recensement de 1851 confirme cette idee.

Dans ce recensement, la population active de l’agriculture est certes en baisse mais elle reste le 1er secteur pour l’emploi de la main d’? uvre. 1ere secteur -> agriculture 2eme secteur -> les services La Grande-Bretagne est tres bien place dans certains service (banque, assurance) 3eme secteur -> industrie 8% de la population active travaille dans l’industrie textile. 2) Declin relatif (1870 – 1914) Declin relatif signifie que la croissance economique se poursuit mais que la Grande-Bretagne va etre rattrapee par certains de ses concurrents, essentiellement les Etats-Unis et l’Allemagne.

La Grande-Bretagne atteint une espece d’apogee entre 1856 et 1873 avec un PNB qui augmente de 2,5% par an. Entre 1873 – 1913 -> PNB augment que de 1,9% Le taux de croissance de 1,9% est bien en dessous de celui de l’Allemagne et des Etats-Unis. On peut dire que ses chiffres manifestent une reussite mediocre. Il faut toutefois nuancer, en indiquant que les taux de croissance sont relativement trompeurs. Le declin relatif de la Grande-Bretagne etait inevitable. Les Etats-Unis dispose d’importantes richesses naturelles et d’une forte croissance de la population, il est logique que ce grand pays depasse la Grande-Bretagne.

Une fois ses nuances apportees, il faut souligner la faiblesse du taux de croissance de la production anglaise par tete d’habitants. Origine du phenomene dans des problemes d’acces aux matieres premieres. Les gisements de metaux non ferreux, de cuivres, de plombs, d’etains, situes en Angleterre se tarissent ou ne peuvent rivalises avec les prix pratiques dans les pays d’outre-mer qui ont des couts de reviens bien plus bas. Cependant, cet argument n’est pas totalement convaincant, parce que les gisements de metaux non ferreux d’outre-mer sont exploites dans la plupart des cas par des firmes anglaises.

On constate que des le debut du 20eme siecle, l’industrie siderurgique anglaise importe pres d’un tiers de son minerai de fer principalement en provenance d’Espagne. Mais elle aurait pu eviter d’importer ce minerai de fer d’Espagne si la siderurgie anglaise avait adopte le « procede Thomas Gilchrist » du nom de deux inventaire mit au point en 1878 et qui aurait permis a la siderurgie anglaise d’utiliser pour produire de l’acier, le minerai de fer phosphoreux (contenant du phosphore) qui etait disponible en Grande-Bretagne.

Cet exemple, montre que l’acces aux matieres premieres est un probleme mineur, le probleme n’est pas dans l’acces aux matieres premieres. Cet exemple sur le « procede Thomas Gilchrist » suggere une autre origine au declin relatif de la Grande-Bretagne et cette origine c’est le manque d’esprit d’entreprise. Explication reste encore aujourd’hui tres controversee. L’Angleterre de la periode Victorienne (1837 – 1901) a connu de grands innovateurs au point de vue industriel. Invention : La mise au point d’un nouveau procede Innovation : passage de l’invention dans l’industrie

Les entrepreneurs de l’epoque Victorienne sont loin d’avoir le dynamisme de leur predecesseur. Ce sont souvent les fils de famille (des heritiers), qui se desinteressent des affaires et s’en remettent a des administrateurs pour gerer leurs affaires. Manque d’enthousiasme pour les technologies nouvelles alors qu’un grand nombre des inventeurs sont anglais. De meme dans les industries anciennes comme dans la siderurgie on voit de nouveau procede se developper lentement. Four Siemens-Martin mit au point en 1866 et qui n’est que lentement adopte en Grande-Bretagne.

De meme, l’industrie textile s’oppose pendant longtemps aux techniques modernes originaires des Etats-Unis et le l’Europe occidentale. De meme dans le secteur de la chimie, les producteurs de soude (selon le procede Leblanc) menent pendant 30 ans un combat d’arriere garde contre le procede Solvay mis au point par un belge et dont le brevet est depose en 1861. Autre explication du ralentissement de l’industrie et de l’affaiblissement de l’esprit d’entreprise, c’est le caractere archaique de l’enseignement en Angleterre. La Grande-Bretagne est tres en retard dans le domaine de l’education publique elementaire.

Les grandes universites ne s’interessent pas aux sciences et aux techniques. Elles avaient vecu dans la lethargie au 19eme siecle et continu d’instruire un enseignement classique. Oxbridge : Oxford et Cambridge -> mepris du commerce et de l’industrie Les universites sont dominees par un snobisme aristocratique Contraste frappant avec le 18eme siecle -> la societe anglaise etait legerement considere comme plus ouverte que les societes d’ancien regime de l’Europe continentale. Un siecle plus tard, la situation s’est inversee. La Grande-Bretagne est plus dependante du commerce exterieur que tous les autres pays.

Au 19eme siecle, la Grande-Bretagne a une balance commerciale deficitaire. 2eme moitie du 19eme siecle -> role centrale de Londres (banque, assurance) vient renforcer ses gains qui compense le deficit. Conclusion : Malgre les vicissitudes, le revenu par tete augmente en Grande-Bretagne d’environ deux fois et demi entre 1850 et 1914, d’autre part, la repartition des revenu devient moins inegale, le nombre de misereux diminue. Si la notion de britannique moyen a un sens, on peut dire que le britannique moyen de 1914 joui d’un des plus hauts niveaux de vie d’Europe.

Il faut donc relativiser l’idee de declin. II/ La France 1) Apercu general du 19eme siecle Beaucoup d’economiste et d’historien du 19eme et 20eme siecle ont juges l’economie francaise en retard ou meme archaique. Les travaux recents montrent que ses affirmations reposent sur des points de depart faux. Processus d’industrialisation francais est different de celui des anglais. Pour comprendre les caracteristiques du developpement economique de la France, il fut partir d’une caracteristique essentielle, qui est la faible croissance demographique de la France.

La faible croissance demographique a pour resultat une croissance en valeur absolu plus faible par rapport a la Grande-Bretagne. Croissance par tete -> la France se porte plutot bien. La France n’est pas totalement depourvue de charbon, mais produit moins de charbon. Il y a un manque relatif de charbon. Plan technologie -> la France n’est pas en retard (hydroelectricite, acier, aluminium, automobile, aviation) Croissance economique moderne commence au 18eme siecle, le taux de croissance du PNB et PNB par tete est a peu pres identique en Grande-Bretagne et en France)

A partir de 1789, la France vit sa revolution politique La France et la Grande-Bretagne suivent deux chemins differents 1792 – 1815, la France est continuellement en guerre (a l’exception d’une courte periode) pendant plus de 20 ans ce qui equivaut a la duree d’une generation. L’economie progresse mais les productions restent roturieres et traditionnelle. La Grande-Bretagne s’engage a partir de 1793 dans la guerre (uniquement sur mer), elle metrise les oceans et l’exportation anglaise monte. Le retour de la paix en 1815 est marque par une crise economique qui affecte toute l’Europe.

Pour l’ensemble du 19eme siecle, le PBN augment a un rythme de 1,5 par an. 1871 – 1914, les statistiques sont plus nombreux, plus fiable, le PNB francais s’accroit de 1,6% en moyenne annuel. Grande-Bretagne : 1,9% Allemagne : 2,8% Les chiffres indiquent que l’economique allemande progresse deux fois plus vite que l’economie francaise. Un pays qui part de plus bas -> croissance important plus facilement 1871, les 2 provinces francaises (Alsace et Moselle) sont annexes par l’empire allemand. Les deux regions sont tres dynamiques sur le plan industriel.

La perte de deux provinces a un effet negatif sur la croissance economique francaise. La production industrielle augmente plus vite que le PNB. Elle augmente de 2% a 2,8% par an en moyenne, l’estimation varie. Jusqu’au second empire (1815 – 1870) l’artisanat est le travail domicile representent les trois quart de la production industriel total. Le rendement de ses industries ne peut pas se comparer aux industries nouvelles. Idee a retenir -> ne pas sous estime l’artisanat et le travail a domicile 2) 1815 – 1848 1815 -> chute de Napoleon, arrive de Louis (restauration) 848 -> chute de Louis Philippe Performance global de l’economie sont tres convenable mais l’economie subit des variations. 1820 – 1848 -> l’economie progresse tantot moderement tantot rapidement. Production de charbon : * 1816 – 1820 -> 1M de tonne * 1847 : superieur a 5M de tonne La consommation du charbon s’accroit plus vite. Cette periode -> siderurgie adopte le procede anglais « Puddlage » Vers 1850 -> la valeur de l’importation machine est le triple Industrie de textile creent une forte demande, a la fois plus de grands createur d’emplois, plus de grande createur de valeur ajoutee

La consommation de coton brute est 5 fois plus entre 1814 et 1845 (importation). L’importation de laine brute augmente Nombres d’industries voient le jour -> industrie des allumettes… La communication se developpe -> progres de transport (canaux, navires a vapeur, chemin de fer, telegraphe…) 1823 -> 1er compagnie a exploite le chemin de fer Les echanges commerciaux augmentent de 4% par an en 1815 – 1845. Les echanges augmentent plus vite que la production. Cette periode -> chute des prix -> augmentation commerciale plus forte

La France beneficie d’un important excedent -> investit considerablement a l’etranger 3) 1848 – 1881 1848 – 1851 : * crise economique politique * coup d’arret dans le rythme economique * crise financiere paralyse la construction du chemin de fer et autres travaux * production de charbon diminue de 20%, production de fer decline 1870 -> production de fer a 70% de son niveau anterieur 2 decembre 1851 -> coup d’etat de Louis Napoleon Bonaparte 1852 -> avenement de Napoleon III Traite libre echange en 1860 instaure un libre echange entre la Grande-Bretagne et la France.

Le regime du second empire fait des lois sur la constitution des societes par action. Le second empire est marque par le climat favorable aux echanges, qui se termine par une guerre en 1870. La France a moins souffert de la depression de 1873 et a recupere plus vite. 1873 – 1881 : * boum economique * reseaux ferroviaires (1851 – 1881) 3km a plus de 27 miles * lignes telegraphique (1851 – 1881) a 88 miles 1860 – 1870 : * siderurgie adopte le procede Martin en 1866 et le procede Bessemer en 1856, acier bas prix * production de fer et charbon quadruple

Entre 1851 – 1881 -> richesse, revenu en France, taux de croissance plus eleve du siecle 4) 1882 – 1914 La depression qui commence en 1882 affecte la France. Au debut, on pouvait croire a une recession. Plusieurs facteurs : * Maladies catastrophiques detruisent les vignobles * Maladies detruisent les elevages de ver a soie * Banqueroute du chemin de fer * Retour des pays au protectionnisme modere (dont en France) * Guerre commercial acharne avec l’Italie Commerce exterieur diminue puis reste stagne pendant L’accumulation du capital tombe au plus bas L’annee precedente la 1ere guerre mondiale–> belle epoque (1918)