Hiroshima mon amour

Hiroshima mon amour

Film programme au Baccalaureat Cinema depuis l’annee derniere, Hiroshima mon amour est le premier long-metrage d’Alain Resnais. Son premier chef-d’oeuvre aussi. En 1958, a Hiroshima, deux amants, japonais et francais, evoquent leurs souvenirs personnels, etroitement lies a l’Histoire du Monde. Ensemble, ils bravent un interdit: celui de l’adultere. Lui vit ici. Elle est la pour un film international sur la paix. Le lendemain, ils se revoient, peut-etre par hasard, sur le lieu du tournage.

Noyes par les nombreux defiles anti-nucleaires orchestres pour le film, les deux amants se retrouvent pour une apres-midi et une nuit ou les souvenirs de la guerre ressurgiront, semblables aux enseignes clignotantes eclairant la ville de nuit. L’amour impossible entre Elle et Lui fait echo a celui de Nevers, survenu il y a quatorze ans, en pleine Occupation. Elle est alors une jeune francaise de dix-huit ans qui noue une relation avec un soldat allemand de cinq ans son aine. Ils se frequentent dans des granges, puis dans des ruines, puis dans des chambres.

Leur idylle prend fin avec la mort du soldat, la veille de la liberation de la ville. Le pere enferme sa fille deshonoree dans une cave en la faisant passer pour morte. Tondue, rendue folle

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
par tant de cruaute, elle s’enferme dans un mutisme rompu par la seule prononciation du nom de l’amant. Les cheveux repoussent et l’ete, elle est envoyee a Paris en bicyclette par sa mere. Au meme moment a Hiroshima, une bombe atomique est larguee, provoquant quatre-vingts mille morts et un traumatisme pour le Japon et l’humanite toute entiere.

Des musees sont crees, la vie revient dans cette ville qui renait de ses cendres; avec un tourisme croissant, Hiroshima s’assure une prosperite economique. C’est dans cette ville reconstruite que le japonais demande a la francaise de rester a Hiroshima avec lui mais, comme elle l’affirme, elle n’est qu’une petite fille de rien, morte a Nevers. Rester est donc impossible. Chacun demeure associe a son lieu d’origine, celui qui les a figes dans l’Histoire; Lui est Hiroshima, Elle est Nevers… en… France… Pour Resnais, il est plus important d’evoquer le traumatisme d’un crime (l’atomisation d’Hiroshima) ou d’un interdit aimer un soldat allemand alors qu’il occupe un territoire en temps de guerre) que le crime ou l’interdit en lui-meme. Presenter le souvenir et le ressenti plutot que l’evenement. S’attacher davantage au rapport entre le personnage et l’evenement (la bombe atomique pour le japonais, l’Occupation pour la francaise) plutot qu’au rapport entre une date ou un lieu (1944 a Nevers, 6 Aout 1945 a Hiroshima) et l’evenement. L’enjeu du film est donc de presenter les repercussions de l’Histoire sur ses victimes, celles qui sont toujours vivantes.

Ainsi, Hiroshima mon amour, tout comme Nuit et Brouillard, evite l’ecueil du « monument aux morts ». Comme le confiera plus tard le cineaste, toutes les images de son film sont au present. Le premier long-metrage de Resnais confronte et confond les temps pour ne plus en former qu’un seul. Les deux esthetiques du film sont etrangement similaires. Le realisateur a pourtant choisi deux chefs operateurs differents, de nationalites differentes, aux parcours differents. Pire encore, il empeche Sacha Vierny, le chef operateur des sequences tournees a Nevers, de voir es prises de vues effectuees quelques jours auparavant par Takahashi Michio a Hiroshima, pour ne pas en etre impregne. Resnais souhaite manifestement comparer voire opposer les epoques, qui s’entrechoquent a tel point qu’elles ne forment plus qu’un temps, celui du present. Ainsi, les mains soignees d’Elle dans le bar a Hiroshima se confrontent aux mains tachees de sang dans la cave de Nevers. Ses cheveux longs d’aujourd’hui se confrontent aux cheveux rases d’hier. Resnais developpe dans Hiroshima mon amour l’esthetique de la confrontation.

L’importance des corps rend fidelement hommage au scenario de Duras et a sa litterature: comme les epoques, les corps nus s’entrechoquent a tel point qu’il n’en existe plus qu’un seul. Telle la mante religieuse, Elle devore ses amants jusqu’a les confondre. Cinematographiquement, cela se traduit par les fondus enchaines qui introduisent l’histoire, la leur, celle des amants. Avec beaucoup de poesie, la sueur les fait fondre, ils fusionnent en un seul corps; celui, meurtri, de la victime de la Seconde Guerre Mondiale. Deux nationalites pour une meme douleur…