Heroisme

Heroisme

LE ROMAN A BESOIN DE HEROS : de destins exceptionnels (Julien Sorel dans Le Rouge et le Noir de Stendhal) de personnalites hors du commun (Mme de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de Laclos) de passions absolues (Des Grieux dans Manon Lescaut de Prevost) le rythme romanesque et la necessite de susciter l’interet obligent a rendre exemplaire le destin de personnages pourtant mediocres (Gervaise dans L’Assommoir de Zola). II – POURTANT CERTAINS PERSONNAGES SONT DES MEDIOCRES : ‘est le cas des personnages des romans realistes qui ont choisi une peinture « objective » des milieux et des etres : Georges Duroy dans Bel-Ami, Jeanne dans Une vie de Maupassant, les heros de Zola, pour qui « le premier homme qui passe est un heros suffisant » (Deux definitions du roman). le personnage peut etre destine a illustrer la contingence, l’absurde (Meursault dans L’Etranger de Camus, Roquentin dans La Nausee de Sartre, Bardamu dans Voyage au bout de la nuit de Celine). e Nouveau Roman a choisi d’abolir le heros et de confier la representation d’un monde enigmatique a des individualites transparentes (« L’epoque actuelle est plutot celle du numero matricule » ecrit Robbe-Grillet). III – LE ROMAN N’ADMET LA MEDIOCRITE QU’A CERTAINES CONDITIONS : si

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
le personnage peut etre un mediocre, il convient de faire la part de l’epoque : cette esthetique n’est que celle du XX° siecle et certains theoriciens du nouveau roman l’ont abandonnee (romans de Le Clezio). il ne faut pas ignorer le gout legitime du public pour des ? vres ou la creation artistique lui evite de rencontrer des voisins de palier (Meursault lui-meme accede peu a peu a un destin exceptionnel). « Eh ! bon Dieu, nous ne voyons que trop autour de nous la triste et desenchanteresse realite : la tiedeur insupportable des demi-caracteres, des ebauches de vertus et de vices, des amours irresolus, des haines mitigees, des amities tremblotantes, des doctrines variables, des fidelites qui ont leur hausse et leur baisse, des opinions qui s’evaporent ; laissez-nous rever que parfois ont paru des hommes plus forts et plus grands, qui furent des bons ou des mechants plus resolus ; cela fait du bien. (Vigny, Reflexions sur la verite dans l’art). de toutes facons, le roman a pour privilege de rendre la mediocrite unique et certains mediocres de la litterature sont devenus de veritables mythes (Emma dans Madame Bovary de Flaubert).