Henri bergson

Henri bergson

Ne a Paris, le 18 octobre 1859. Fils d’un immigre juif polonais, Henri Bergson accomplit de brillantes etudes au Lycee Condorcet, puis a l’Ecole Normale Superieure ou il entra en 1878, et fut recu quatrieme a l’agregation de philosophie en 1881, derriere Jaures. Sa carriere d’enseignant, commencee en province (Angers, Clermont-Ferrand), le conduisit vers des postes de plus en plus prestigieux, aux lycees Louis-le-Grand et Henri IV a Paris, puis dans l’enseignement superieur a partir de 1897 ou il devint maitre de conferences a l’Ecole Normale Superieure.

Enfin, aboutissement d’une carriere exemplaire, la chaire de philosophie grecque et latine au College de France lui fut attribuee en 1900. Il avait a cette date deja publie deux de ses uvres majeures : en 1889, son Essai sur les donnees immediates de la conscience, titre de sa these de doctorat, et en 1896, Matiere et Memoire. L’ensemble de son uvre — qui comporte notamment L’Evolution creatrice (1907), et Les Deux Sources de la morale et de la religion (1932) — s’inscrivait contre le formalisme kantien et les differentes formes de positivisme et de scientisme.

S’appuyant sur les connaissances modernes en psychologie, Bergson definissait pour la philosophie des voies nouvelles. Faisant de la pensee une experience

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de l’esprit qui va immediatement a celui-ci comme a son objet, il liait conscience et duree. Charles Peguy a pu dire de Bergson : « Il est celui qui a reintroduit la vie spirituelle dans le monde. » Et l’on se rappelle aussi le jugement de Paul Valery : « Tres haute, tres pure, tres superieure figure de l’homme pensant. » Ses contemporains, qui ne s’etaient pas trompes sur son importance et son influence, multiplierent les distinctions a son egard.

Elu des 1901 a l’Academie des Sciences morales et politiques, entre a l’Academie francaise en 1914, il recut en 1928 le prix Nobel de Litterature, et fut eleve en 1930 a la dignite de Grand-croix de la Legion d’honneur. L’election de Bergson a l’Academie francaise, le 12 fevrier 1914, jour ou, chose rare, trois fauteuils furent pourvus a la fois, fut la derniere avant la Grande Guerre. Bergson obtenait 19 voix, au fauteuil d’Emile Ollivier. Il dut cependant attendre la fin de la guerre pour se voir recu officiellement, le 24 janvier 1918, par Rene Doumic.

Les « Immortels », en le recevant parmi eux, saluaient non seulement un immense philosophe mais egalement un homme de son temps qui fit preuve, pendant le premier conflit mondial d’un patriotisme actif dans les missions a l’exterieur. Il ne fut pas etranger notamment, par ses entretiens avec le president Wilson, a l’entree en guerre des Etats-Unis aux cotes des allies. Il assuma par la suite la presidence de l’Office international de cooperation intellectuelle au sein de la Societe des Nations. Mort le 3 janvier 1941.