HdA Musique

HdA Musique

Histoire des Arts La musique Domaines Arts du son, arts du quotidien. Thèmes Arts, création, culture/ Arts, techniques, expressions. Contexte historique Au XVIIIème siècle, les premiers orchestres régimentaires font leur apparition. On c Par leur facture et le org garnissent les régime s Sni* to View deux parties : ceux u de vie militaire (tamb Sique militaire. les instruments qui mbat et le mode s) et ceux dévoués à l’harmonie (clarinettes, hautbois, cors et bassons).

La musique militaire connaît un essor considérable au début du XXème siècle avec d’une part un progrès dans le sentiment ‘appartenance à une nation au sein des sociétés occidentales et d’autre part, par des évolutions en matière de facture des instruments. Les inventions des pistons, des clés et du clairon constituent une avancée remarquable pour les instruments de la famille des cuivres. Ceux de la lignée des « Sax » sont introduits massivement dans les orchestres.

Tout ceci offre davantage de possibilités dans le jeu et influe donc sur les répertoires. Peu avant le début du conflit, les 163 régiments d’infanterie de l’armée française sont dotés chacun d’une section musicale. Ces sections musicales participent aux fêtes civiles et militaires, aux défilés officiels et à des concerts en plein

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
air. La musique régimentaire se présente également comme une l’association de la musique au fonctionnement de l’armée s’intensifie.

Traditionnellement, elle sert à signaler les attaques de l’ennemi, à transmettre des ordres par l’utilisation du clairon, à disposer les troupes sur les champs de batailles et à insuffler de l’énergie pour aller au combat avec la présence du tambour et du fifre. Avec cette guerre moderne, les usiciens sont amenés à assumer d’autres fonctions : Laurent Pensa exerce ainsi à titre officiel les fonctions de musicien et d’infirmier alors que d’autres, comme Georges Duhamel (médecin durant le conflit), sont musiciens à leurs heures perdues. C’est plus en retrait, dans les zones de cantonnement, que la musique retrouve son rôle initial.

Elle rythme le quotidien du soldat : clairons et tambours sonnent le réveil, le rassemblement, le couvre-feu ou encore la sonnerie aux morts. Elle soutient également les soldats pendant l’effort le rendant moins pénible. Quant à la musique d’harmonie, elle est mise en valeur par la stabilisation du front. On la sollicite pour toutes les occasions visite de personnalités, remises de décoration, marches funèbres. Outre ces fonctions militaires, la musique joue un rôle important pour les soldats. Elle leur sert d’exutoire à [‘horreur de la guerre. Elle leur permet d’oublier cet enfer, de quitter cet univers sonore, synonyme de mort.

Car les sons qu’ils entendent au quotidien, sont ceux produits par les canons, les mitrailleuses, les camarades agonisants… ? Nous avons déjeuné en musique, je veux dire au milieu des éclatements d’obus… comme l’écrivait le commandant Boulet- Desbareaux. Ce cinquième art majeur selon Hegel est une commandant Boulet-Desbareaux. Ce cinquième art majeur selon Hegel est une parenthèse dans la guerre. L’expression musicale, les productions consacrées à la guerre subissent également des transformations face aux dures réalités du conflit. Les chansons jouent un rôle clef.

Les thèmes privilégiés des soldats varient des plus graves au plus légers, du mécontentement face aux décisions u commandement, aux femmes ou à la gnole. Certaines chansons entreront dans l’histoire comme La Madelon ou La Chanson de Craonne. Les soldats aimant parodier des airs connus, les paroles de La Marseillaise seront souvent revues et corrigées tout comme certaines comptines. Alr : Sur le pont d’Avignon Sur le front, nous allons pour repousser les Alboches Pour repousser les Teutons Cette activité plonge les soldats dans un univers tout autre que celui du front.

Ce processus de création maintient en quelque sorte le lien avec Farrière, avec leur vie sociale d’avant la guerre. Tout comme la fabrication d’instruments à partir de matériaux de récupération glanés ici et là sur le champ de bataille. Cet artisanat de tranchée comble ainsi les moments d’attente et allège les souffrances liées à l’absence. La guerre crée une rupture dans les courants musicaux. Peut-on parler réellement de rupture ? En tout cas, on constate un changement, un renouveau.

A la musique traditionnelle, celle des violoneux jouée dans les campagnes, s’ajoute – sans les remplacer – des musiques plus actuelles comme le jazz, arrivé en France en 1918 avec les Américains Sydney Bechet). Le brassage multiethnique est à l’origine de cette évolution. 35 nations, 35 cult cette évolution. 35 nations, 35 cultures se croisent, se mélangent au cours du conflit et ouvrent alors de nouvelles perspectives. Les cabarets, le phonographe et les disques, la musette deviennent de plus en plus populaires, sortent des villes et gagnent doucement le monde agricole. Même la musique savante est touchée.

Les œuvres consacrées à la guerre et à ses traumatismes sont nombreuses. Des grands compositeurs lui dédient plusieurs pièces. En cela, la Grande Guerre uvre de nouvelles pistes tant dans le domaine de la musique que dans le monde artistique en général. Biographie Biographie : Benjamin Britten et War Requiem Benjamin Britten est né en 1913 à Lowestoft et meurt à l’âge de 63 ans. Il baigne dès sa plus jeune enfance dans la musique puisque sa mère est pianiste et chanteuse amateur. Il commence à composer ses premières œuvres à l’âge de 5 ans, sans avoir reçu une quelconque formation musicale. Il étudie alors l’alto.

A 12 ans, il est remarqué par Franck Bridge, le compositeur anglais le plus moderne de on époque. C’est avec lui que Britten va amplifier son appétit musical et recevoir des cours de composition. A 14 ans, il compose Quatre chansons françaises sur des poèmes de Victor Hugo et de Verlaine. En 1930, il intègre le Royal College Of Music pour y parfaire ses connaissances dans le domaine de la composition et pour apprendre le piano, sous la direction de John Ireland (Cé èbre pour ses musiques de chambre et pour avoir développé l’impressionnisme anglais). En 1935, Benjamin Britten commence a exercer son métier de compositeur. Il f sance