Harun farocki / rodney graham au jeu de paumes 2009

Harun farocki / rodney graham au jeu de paumes 2009

Thozet Xavier L2 HF ¦ RG HF ¦ RG HARUN FAROCKI RODNEY GRAHAM l’Archive A le Non-Verbal Nv la Machine Ma le Montage Mo Au Jeu de Paume du 7 Avril au 7 Juin 2009 1/3 Thozet Xavier L2 HF ¦ RG L’exposition HF¦RG regroupe des travaux de deux artistes : l’allemand d’origine tcheque Harun Farocki (HF) et le canadien Rodney Graham (RG). Ils sont comtemporrains l’un de l’autre HF est ne en 1944 et RG en 1949. HF est un cineaste qui travail autour des dispositif moderne de mise en images.

Il concoit des installations traitant de la fabrication des images actuels RG est plus touche a tout : videaste, photographe, conceptuel et ludique ; RG est un artiste qui explore les rapports de l’histoire et de la modernite en ouvrant la porte a d’autres champs de references que ceux de l’image. Ces deux individualites se retrouvent pour la premiere fois grace a la commissaire Chantal Pontbriand. Pour reunir ces personnalites aussi singulieres, la commissaire fait appel a quatre concepts placardes en sous-titre de l’exposition et sur les cartels comme « code-concept »: l’Archive A, le Non-Verbal Nv, la Machine Ma et le Montage Mo.

Ces themes creent un lien supplementaire a

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la proximite des ? uvres, un lien se deployant transversalement dans l’espace d’exposition suggerant un jeu de piste introduisant une intertextualite des ? uvres dans l’exposition. L’espace d’exposition est vorace et devore presque tout l’espace du musee et des le Hall d’entre sont places la Camera Obscura mobile de RG et un ecran diffusant une « bande-annonce » de l’installation Deep Play de HF.

Dans la descente un triptyque ou les arbres sont renverses rappelant le processus de la camera obscura de RG, font face a Vergleich uber ein Drittes une installation video projetant en parallele au mur deux films en boucle (ce dispositif est utilise a plusieurs reprise par HF au cour de l’exposition) montrant la fabrication de briques artisanales et mecaniques. HF propose avec ce genre de dispositif la mise en ? uvre du « soft montage » permettant d’aborder les images avec un regard critique. Le mouvement entre les oeuvres omnipresentes, mais ne saturant pas ‘espace, ce fait par contamination et, semble naturel et pas force. Cette circulation ce fait de part les natures differentes des ? uvres presentees, puisque l’exposition regroupe des installations videos de HF et RG, des photographies couleurs, noir et blanc de RG, quelques objets de RG et HF, et des photographies retro-eclairees de RG. Ainsi les espaces se contaminent par le son ou les lumieres des ? uvres creant le mouvement des visiteurs. 2/3 Thozet Xavier L2 HF ¦ RG Quelques ? uvres fortes forment une certaine ponctuation de l’exposition, et, eurs dispositifs sont accompagnes par la scenographie du lieu les cachant derriere de lourds rideaux noirs. Ces installations videos massives ouvrent (Arbeiter verlassen die Fabrik in elf Jarhenzehnten s1 et Deep play s3 de HF) et ferment (Loudhailer s2 et Rheinmental / Victoria8 s7 de RG) les deux etages ou espaces d’expositions ; l’escalier et, le passage a la lumiere naturelle, meme s’il est aussi lieu d’exposition des videos (Aufstellung et Der Ausdruck der Hande de HF), marquent une forme de saut de page ou d’un interligne.

Entre ces installations necessitants un grand espace, s’articulent les photographies retro-eclairees de RG, deux triptyques colossaux Dance!!!!! et The Gift Amateur en s5, et deux formats plus petit en s1 et entre s5-6; et des « soft montage » de HF Scnittselle et Auge / Machine s1, Immersion et Nicht loschbares s4, Ich glaubte Gelangenezu sehen s6. La derniere installation Rheinmental / Victoria8 ne propose pas de sortie, il faut donc revenir sur ses pas pour trouver la sortie. Cette scenographie propose une sorte de « soft montage » a la maniere de HF. Des fortes idees restent en questionnement dans les travaux des deux rtistes comme les questions du positionnement de l’artiste et de son regard, de son propre regard de la societe proposant une forme du medium video ou d’autres mediums pour RG. L’histoire, le temps et la narration sont au c? ur du questionnement des artistes aussi les travaux de HF a base d’archives, de materiels personnels faits d’images fixes filmees et d’autres en mouvement, interrogent ces trois donnees avec le montage et le mode d’exposition pour lieu d’expression de l’artiste. RG produit des images fixes et en mouvement qui renvoient elles memes une idee ou un moment de leurs processus de fabrication.

Il interroge l’histoire et la technique toujours plus en marche que jamais sur ces disfonctionnements. Sa position est tres critique envers le monde qui nous entour, et ses mises en scene visent a montrer ces instants bancales. Les travaux des deux artistes nous mettent dans une sorte de position de temoin unique d’images caches d’objets perdus, de notre realite quotidienne, percus par le prisme de l’artiste destabilisateur de cette realite qui nous est familiere. La liberte qui nous est laisse par la scenographie permet reelement d’aprecier le mouvement d’approche des deux artistes. 3/3