Handicap à l’école

Handicap à l’école

Les enfants handicapés Introduction e terme handicap désigne la limitation des possibilités d’interaction d’un individu avec son environnement, causée par une déficience provoquant une incapacité, permanente ou non, menant à un stress et à des difficultés morales, intellectuelles, sociales et/ou physiques.

Le terme de handicap renvoie également aux difficultés de la personne handicapée face à son environnement en termes d’accessibilité, d’expression, de compréhension o de participation reste les contextes nationa de 80 millions de pe d’un handicap en Eur p g itations d’activité et énombre pas moins Avant le 17eme siècle l’enfant handicapé était la résultante d’une attitude immorale, ou le handicapé mérite son sort et il n’est pas éducable.

Au 18eme et 19eme siècle, on commence à penser que le handicapé est une personne retardée dans son développement, irresponsable, les autres lui doivent assistance et protection on lui trouve une place dans le monde du travail ou dans une hospice mais n’a toujours pas droit d’accès à l’école. On commence réellement à voir un changement sur l’éducation de l’enfant handicapé vers le 20eme siècle. L’enfant handicapé a le droit à l’éducation quelques que soit son handicap, il doit être maintenu dans son cadre de vie le plus possible et on privilégie l’intégration

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
dans une classe ordinaire.

Mais c’est réellement avec la loi de 2005 que l’école a pris un de l’école pour les enfants en situation de handicap ? Tout d’abord on parlera des principes et des mesures que met en place cette loi sur le handicap. Dans un deuxième temps on abordera la scolarisation des élèves en situation de handicap 1/La loi de 2005 : (qe 1 -2) Les principes (école inclusive droit à l’école, obligation ‘accessibilité, droit ? compensation, la CDAPH) – Les mesures La loi de 2005 définit des principes • Droit à la compensation ; on apporte des compensations aux conséquences du handicap quels que soit Porigine et la nature de sa déficience.

Le plan personnalisé de compensation peut comprendre des mesures diverses (aide individuelles, hébergement, logements adaptés, ou aide scolaire sous forme d’un AVS (aide à la vie scolaire). L’état s’oblige à mettre les moyens financiers et humains nécessaire à cet objectif. La CDAPH (commission des droits, et de l’autonomie des personnes handicapées) peut roposer également des scolariser l’enfant ou l’adolescent dans un établissement médicoéducatif. Pour assurer l’égalité des chances au concours et examens, l’éducation nationale doit réaliser des aménagements nécessaires.

Le droit à l’école, tout enfant ou adolescent handicapé a droit à sa scolarisation dans 2 participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. Les précédentes lois parlait d’intégration scolaire, depuis la loi de 2005 on parle l’école inclusive et FAIS devient l’ASH (adaptation scolaire et scolarisation des élèves handicapés soit un enseignement spécialisé).

La loi de 2005 pose que tout enfant handicapé est élèves de droit, membre de la communauté des sujets apprenants, félève handicapé est élève avant d’être handicapé. L’intégration scolaire permet à l’enfant concerné de prendre pied dans l’école, d’y fréquenter d’autres enfants de son âge, de construire sa sociabilité. Avec l’école inclusive, la dimension de savoir est majeure vec des objectifs d’apprentissages qui sont ceux du socle. La loi de 2005 fait la distinction entre handicapé et porteur de handicap.

Un handicap c’est avoir une déficience et être en situation de handicap, l’environnement est la conséquence de la situation de handicap. Ce sont le cadre de vie et l’organisation sociale, pose des contraintes incompatible avec les capacités restreintes de l’individu, qui créer alors le handicap et peut être que dans une autre situation, le handicap ne se fait pas handicapant. 2/La scolarisation des élèves en situation de handicap : (qt0 3 – 5) – Dispositif de scolarité Les différents modes de scolarisation Dès l’âge de 3 ans, l’enfant handicapé peut être scolarisé si les parents en font la demande. our répondre au besoin des élèves hand 3 les parents en font la demande. Pour répondre au besoin des élèves handicapés un projet de PPS (projet de personnalisation de scolarisation), c’est l’outil de pilotage du parcours de scolarisation de l’enfant en situation de handicap. Il est rédigé par l’équipe pluridisciplinaire de la MDPH, c’est un document contractuel qul engage ceux qui signe. Il est assorti des mesures d’accompagnement décidées par la commission des roits et de fautonomie des personnes handicapées (CDAPH).

Selon les besoins de l’élève le PPS propose : – L’orientation scolaire : classe ordinaire, CLIS, ULIS, cours ? domicile – L’aménagement de la scolarité pour les prises en charges extérieurs (orthophoniste, psychologue, CMP) Centre Médico-psychologique – L’aménagement pédagogique éventuel ; allègement du travail scolaire, mise à disposition de matériel adapté – Les mesures d’accompagnement, notamment la présence d’AVS (auxiliaire de vie scolaire) Le PPS s’élabore en plusieurs étapes : La demande de la famille qui saisit la maison départementale des ersonnes handicapés (MDPH) ‘évaluation des besoins de l’enfant par l’équipe pluridisciplinaire de la MDPH Rédaction du PPS par la MDPH Accord de la famille sur le projet validation par la CDAPH Envol de la notification aux partenaires : la famille et l’IEN ou le chef d’établissement scolaire. La scolarisation peut être 4 ollective, en milieu établissement scolaire du second degré varient selon la nature et la gravité de l’handicap. Selon les situations, la scolarisation peut se dérouler soit : – Sans aucune aide particulière – faire l’objet d’aménagement lorsque les besoins de l’élève l’exigent

Le recours à l’accompagnement par un auxiliaire de vie pour l’aide individuelle (AVS-I) ou un auxiliaire de vie scolaire pour l’aide mutualisée (AVS-M) et à des matériels pédagogiques adaptés concourent à rendre possible l’accomplissement de la scolarité. e PASS : pôle d’accompagnement à la scolarisation des élèves sourds, il permet de scolariser des élèves sourds et malentendants en milieu ordinaire, quel que soit le mode de communication choisi par la famille. Leur développement se poursuit encore. Scolarisation collective A l’école : les classes pour l’inclusion scolaire (CL IS), accueillent es enfants présentant un trouble mental, auditif, visuel ou moteur et pouvant tirer profit d’une intégration en milieu scolaire ordinaire.

Ils reçoivent un enseignement adapté au sein de la CLIS et partagent certaines activités avec les autres élèves. Ces élèves de CLIS bénéficient d’une scolarisation individuelle dans une autre classe Au collège et lycée : les unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS), lorsque les exigenc S adapté qui met en œuvre les objectifs prévus par le PPS. Il est prévu autant de plages de scolarisation que possible dans les classes de référence de l’établissement. Scolarisation en établissement médico-social Dans tous les cas où la situation de l’enfant ou de l’adolescent l’exige, c’est l’orientation vers un établissement médico-social lui permettant d’avoir une prise en charge scolaire, éducative et thérapeutique.

Le parcours de formation peut se dérouler à temps pleins ou ? temps partiel, et comporter diverses modalités de scolarisation. Tout ce processus d’inscrit dans le cadre du PPS de l’élèves, elles sont misent en œuvre grâce à la présence dune unité d’enseignement répond avec souplesse et adaptabilité aux besoins spécifiques de chaque enfant ou adolescent andicape. Enseignement à distance Le CNED (centre national d’enseignement à distance assure le service public de l’enseignement à distance. Les élèves qui relèvent de l’instruction obligatoire et devant être accueillis dans des établissements scolaire et ne pouvant pas être scolarisé totalement ou partiellement dans l’un des établissements sont concernés.

Les modes de scolarisation semblent liés à la déficience. Les différents handicaps sont section d’enseignement général et professionnel adapté SEGPA. Il s’agit du groupe 1 Les élèves porteurs de troubles intellectuels et cognitifs, de roubles psychique ou présentant des troubles associés constituent le groupe 2. Ces enfants sont surtout scolarisés dans le premier degré et sont affectés dans une CL IS, une ULIS ou une SEGPA (sections d’enseignement général et professionnel adapté) dans le second degré, ou dans un établissement spécialisé. 4 élèves sur IO dans le 1er degré bénéficient d’AVS la plus part a temps partiel.

La loi de 2005 a institué famélioration de l’accessibilité au savoir et à la connaissance pour les enfants handicapés en favorisant leur inscription dans les écoles ordinaires. Le plus important st le personnel encadrant, ils doivent adapter leurs pratiques d’enseignement. 3/Cimportance de l’enseignant référent et de l’équipe pédagogique: (qt04 – 6) – Rôle et mission de l’enseignant référent – Difficulté d’adaptation de pratiques de l’enseignant sur le terrain ‘enseignant référent est un enseignant spécialisé titulaire du CAPA-SH ou du CAP SAIS. Il exerce les fonctions auprès de chacun des élèves handicapé de son secteur géographique d’intervention. a un rôle essentiel d’information, de conseil et d’aides tant auprès des équipes enseignantes que des parents (ou eprésentant légaux) de l’élève. Il assure, sur l’ensemble du parcours de formation, la permanence des relations et les échanges d’ entre les parents de soins, personnels de la MDPH. Il dispose d’un outil professionnel le PAS (projet d’aide spécialisé), il n’est pas partagé, ni diffusé su signé. Cest le projet personnel élaboré par l’enseignant autour d’un élève qu’il prend en charges. Ces missions nformation et conseil aux parents (en particulier au moment de la saisine MDPH). Il est l’interlocuteur privilégié des parents Favoriser les échanges entre les familles de l’élève handicapée et es différents partenaires.

Suit le PPS et anime et suit les équipes de suivi de scolarisation (ESS) Il doit être informé par l’établissement scolaire ou les services de soins ou la famille, de tout changement, évènement ou situation dans la vie de l’élève susceptible de modifier ou non la mise en en œuvre du PPS, et de toutes demandes effectuées à la MDPH. A partir de là il pourra réunir l’ESS si nécessaire. Continuité du parcours scolaire de l’élève handicapé tout au long de sa scolarité, il veille au bon déroulement des transitions entre les divers types ‘établissement que l’élève peut fréquenter tout au long de son parcours Les élèves orientés vers renseignement adapté restant dans le champ du handicap sont suivis par l’enseignant. De même our ceux orientés en IME et ITEP 8 des élèves reste un travail d’équipe, agir ensemble pour la réussite de l’apprenant.

La loi de 2005 a amené dans les écoles ordinaires des élèves qui y avaient jusqu’alors pas accès. Cela a posé beaucoup d’obstacle aux enseignants : – la résistance du changement Le sentiment d’incompétence – Les préjugés tenaces – Les moyens alloués trop faibles L’impréparation et le manque de formation e système éducatif doit adapter ses procédures et ses habitudes de travail pour rendre l’école accessible aux enfants handicapés. Ce changement suppose que tous les enfants handicapés peuvent réellement être scolarisé en classe ordinaire pour peu que l’école se rende accessible mais le seul handicap envisageable est les enfants en fauteuil roulant.

Il n’est envisagé que d’adapter l’école aux enfants handicapés mais le réel problème est l’adaptation des apprentissages scolaires exigent, inéluctablement de la plupart des enfants handicapés. Conclusion La loi de 2005 a perms l’inclusion de apprenants dans les systèmes scolaires, mais ce système ? des limites tant le handicap peut être multiple et varier qu’il en devient très difficile à l’enseignant d’adapter son enseignement à l’enfant handicapé. Les volontés sont bonnes mais il y a un réel manque d’articulation souple et évolutif entre milieu ordinaire et milieu spécialisé selon Delphine SEE. Il faut penser raisonnablement à Pintérêt de l’enfant. Il faudrait renforcer la formation des enseignants spécialisés, affiné les s écialisations ou encore construire des pôles de fo 9