Guepard

Guepard

Le gu? pard fiche r? vision ? ? biographie de l’auteur Tomasi Giusepe di Lampedusa ( 1896-1957) : duc de palma et prince de lampedusa . Fortement li? ? sa m? re , assiste ? hamlet pdt son adolescence . Etudie le droit mais ne finit pas ses ? tudes . Combat et est enferm? dans un camp de concentration duquel il s’? chappe en revenant ? pied jusqu’en italie. passe un certain temps ? se battre , perdre , se faire enfermer dans un camp et s’enfuir ? nouveau . De retour chez lui il merde ? ses exams et passe son temps ? voyager avec m? man. Il se marie en aout 1932 avec Licy ( noble , ? udiante en psychanalyse, allemande ) dans une ? glise orthodoxe . Mais puisque maman est toujours dans les parages , les deux femmes se fritent et Licy ne vient plus ? Palerme quepour de courtes p? riodes . En 1934 , giuseppe succ? de ? son p? re sur le tr? ne . Seconde guerre mondiale : Lycie se r? fugie ? Rome. Giuseppe est r? form? et rejoint licy avec sa m? re . Le palais essuie quelques bombardements.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Le prince ? lit domicile ? capo orlando . ( suite de la biographie sur vos fiches , moi aussi je suis en mode feignasse lol ). PS : ouais ouais le prof a donn? deux feuilles dessus ) ? Une chronique du risorgimiento? n contexte historique attest? apparitions de pers historiques ( roi , palaviccino) narrateur omniscient dont les observations servent ? mettre les faits en perspective . Des personnages qui fonctionnent comme des m? taphores historiques ( ex Tancredi ) pour autant , les ? v? nements historiques ne sont qu’? voqu? s ( bataille : blessure ? l’oeil de tancredi ; pl? biscite conversation entre le gu? pard et don ciccio ) . On ne voit pas la guerre , l’histoire est tenue hors champ. De m? me , don fabrizio est d? tach? , sur la rive de l’histoire ( refuse le poste de s? nateur , se barre ? donnafugatapdt le d? arquement ) . Une certaine vision de d? barquement : chevalley l’? missaire de victor emmanuel est ridiculis? ? son arriv? e , les garibaldiens sont ? d? braill? s ? , garibaldi lui m? me est un ? gamin imprudent et ing? nu ? ? vulcain barbu ? .Les rois bourboniens sont aussi objets de moqueries ? favoris blondasses ? ? s? minariste habill? en g? n? ral ?. Finalement pour lampedusa , le d? barquement italien n’est qu’ ? une com? die bruyante , romantique , avec quelques taches de sang sur son habit de bouffon ? ( vision d? mystificatrice de l’histoire ) . L’histoire comme mati? re d’un roman m? taphysique :

Lampedusa veut moins travailler l’histoire que le temps , en effet ici il en conjugue trois : le temps cosmique ( ? toiles ) le temps imm? moriel ( celui du spectre familial ) le temps historique le roman raconte l’effacement du temps de Salina par le temps historique mais ? galement l’effacement de ce m? me temps historique par le temps cosmique . la vision de l’histoire de Lampedusa ? ? rien qu’une lente substitution de classes ?. Qui sont les perdants hormis les Salina ? L’? glise . Les seuls b? n? ficiaires sont les chacals . Lampedusa est plus que pessimiste ( il fait par exemple une association chemises noires – chemises rouges ) .

A la fin de l’oeuvre , l’on per? oit toute l’ironie du roman ? un salina rendra hommage ? un garibaldi , se sera une fusion entre la vieille sicile et la nouvelle ? : en apparence rien ne change ; la loi de l’histoire , c’est d’abord la loi du profit . L’histoire n’est pas vraiment un cadre , et encore moins le sujet du roman , mais en est simplement la mati? re . Le vrai sujet du Gu? pard c’est le temps , ou plut? t la mort . En cela il est moderne puisque il emprunte une forme classique pour en r? alit? proposer une vision sur la vanit? de l’histoire et la m? diocrit? de la nature humaine. ? Les lieux du roman ieux par chapitre: villa salina donnafugata donnafugata donnafugata san cono palerme villa pantoleone hotel palerme villa salina principalement des fiefs de la famille salina , lieux marqu? s par la familles , cl? itr? s, marqu? s par le sacr? .Une image redondante : celle de la forteresse ? enferm? entre 3 murs et un c? t? de la villa ? , m? me les fresques au plafond ( p1) enferment le pers. Le roman va raconter comment un espace clos , pr? serv? , va subir un viol incongru ( ex l’intrusion du soldat mort au d? but / viol de la mort t de l’histoire donc ) . Le monde clos m? taphorise aussi l’ifertilit? .

La corrosion du statut des pers se traduit dans les lieux. Liste des intrusions dans les espaces : soldat royal mort garibaldiens don calogero ( fait plus d’effet sur le prince que le d? barquement d’ailleurs ) : intrusions tjrs violentes. Le roman est enti? rement travers? par le motif de la putr? faction ( le soldat mort : image de l’univers salina qui ? force d’avoir voulu se pr? server va pourrir sur pied ) . Les lieux du roman affichent une splendeur d? j? morte portant l’emprunte de la putr? faction. La mort du Prince : pi? ce ? trang? re ouverte aux quatres vents ( ironie tragique ? il n’avait plus rien en sa possession ? ? Place et fonctions de la cinqui? me partie une digression : rupture du cadre spatio temporel ? san cono est un syst? me plan? taire ind? pendant et ? loign? de 4 ou 5 charettes du soleil palermitain ?. Aussi , changement d’? chelle ? tout petit village de san cono ?. Rupture de focalisation. Un pastiche gostesque : m? me construction ( arriv? e, reception des paysans, mariage etc.. ) , la gloire locale , un double d? grad? , carricatural ( ex : angelica est immonde , double hyst? rique de maria stella , du gu? pard ) : tout est reprit mais invers?. Une mise en perspective et en ab? me: permet de probl? matiser la r? olution ? travers plusieurs points de vue , les paysans explicitent les enjeux du roman car plus brutes de d? cofrage ( l’inter? t , l’argent , la mis? ra humaine surtout . Ici , l’histoire ne profite qu’aux rapaces. Une repr? sentation de toute l’humanit? ? ce n’? tait qu’une saloperie qui vengeait une autre saloperie ? .L’auteur s’inscrit dans la m? me vision que baudelaire ou encore flaubert. ? Les Sedara les oppos? s des salina : g? n? alogie ironique ( pepe mmerda) ; don calogero oppos? physique du prince ; oppositons des registres , don calogero est digne d’une com? die de moli? re (comique de caract? e , de situation , de r? p? titions : excuses pr l’absence de sa femme) . Les opposants: derri? re le comique : le danger ; don calogero est intelligent ( ex : il ramm? ne sa fille , ou comment un rat devient un ? l? phant) . Repr? sent les valeurs n? gatives ( argent , mensonge ,dissimulation ( origine de sa femme)). Les complices : angelica apprend bien ( coll? ge de florence , ? ducation , tancredi); don calogero es t iens? ant au bal des pantoleone , il apprend les bonnes mani? res ; tancredi est lui aussi aveugl? par l’argent , angelica devient finalement complice avec concetta ; fabrizietto au d? fil? incarnation du nivellement des classes ) . ? Le personnage de Tancredi un h? ros marginal : orphelin , jeune charismatique et beau , sait se battre , a un esprit de mouvement , est au coeur d’une intrigue amoureuse , mais est pourtant dans une certaine mesure en marge du cadre de l’action ( guerre , mariage , mort) . Pourtant , on ne cesse d’en parler ( au centre d’un d? bat pos? par le roman) Un h? ros ambigu , ambivalent: fait le pont entre l’histoire et les salina ( ramm? ne les garibaldiens etc? ) : le repr? sentant d’une nouvelle espece ( de soldat il devient finalement ambassaeur ? vienne) ; son histoire d’amour .

Tous ces ? l? ments font de lui un pers capital pour l’intrigue. Il r? sume ? lui seul l’acc? l? ration fulgurante de l’histoire. Cependant , il est calculateur, manipulateur , cynique , oportuniste ( motivation secr? te du mariage avec angelica) ; un homme toujours d? guis? un cam? l? on ( d’ailleurs on le d? crit toujours par ses v? tements ; narcissique aussi) ; un tra? tre au roi , ? la famille ? paroles pleines de miel charg? es de venin ? , ? visage faux ? , il fait avaler lui aussi d’enormes couleuvres ? don fabrizio. Un anti h? ros : le fils prodigue : part , dilapide le cr? dit des salina , trahit sa classe : ? ‘est lui , mon fils , le vrai ? ici , double fantasme de don fabrizio ( apparence , ? l? gance , ironie projett? e) ; tancredi est un peu impuissant ( angelica pense m? me ? se taper don fabrizio) , il est un peu jaloux; tancredi n’apporte pas de vision m? taphysique au roman puisqeu n’appartenant pas au temps cosmique ; repr? sentation de l’? poque dans laquelle vit lampedusa : l’? poque n’a que le h? ros qu’elle m? rite ici tancredi . Tancredi ne peut pas ? tre le h? ros qu’il semblait ? tre ( traitement moderne du h? ros traditionnel stendhalien , image m? me d’une ? poque post- h? roique) .