Gogol

Gogol

Jeunesse Nicolaï Vassilievitch Gogol est né en 1809 à Sorotchintsy, Village du gouvernement de Poltava, au cœur de l’Ukraine, cadet de neuf enfants. Selon la tradition familiale, il est issu d’une ancienne famille cosaque ukrainienne et serait le descendant du hetman Ostap Gogol. Son père, décédé en 1825 alors que Nicolas n’a que 16 ans, écrit de petites pièces de théâtre et développe le goût de son fils pour la littérature. Sa mère lui donne une éducation religieuse traditionnelle qui au fil des ans évoluera vers un mysticisme maladif (angoisse du mal et du jugement dernier[2]).

Après de médiocres études au lycée de Nijyn, Gogol quitte Swip next page l’Ukraine pour Saint-P grande carrière dans chose qu’il fit, une foi fut de courir chez Ale nuit de fête, ne put ion de faire une nd que la première de l’Empire russe, al remis d’une voir. Mais ce qui l’attend dabord à Pétersbourg c’est un modeste emploi dans un ministère. Premières œuvres En 1829, Gogol fait ses premiers pas littéraires en publiant, sous le pseudonyme de V. Alov et à compte d’auteur, le médiocre Swige to next page médiocre poème romantique Hanz Kuchelgarten. reinté par la ritique, il retire les exemplaires

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
des librairies pour les brûler. Lorsque le succès lui sourira, Gogol ne parlera à personne de cet échec littéraire. Après cet échec, il s’échappe une première fois de Russie et passe deux mois dans le nord de l’Allemagne, sous couvert de mensonges successifs. De retour à Pétersbourg, il est forcé de s’engager à nouveau dans l’administration pour un salaire de misère. II poursuit également ses écrits, regrettant le soleil d’Ukraine.

Cest ainsi que l’année suivante paraît dans Les Annales de la Patrie sa première nouvelle, inspirée par le folklore ukrainien, la Nuit de la Saint- Jean. Des contes ukrainiens aux nouvelles pétersbourgeoises En 1831, Gogol quitte l’administration et devient professeur l’Institut patriotique pour filles d’officiers nobles. Il est Introduit dans les milieux littéraires et présenté à Alexandre Pouchkine qui l’encourage à écrire. L’éloignement de l’Ukraine lui inspire les Soirées du hameau. Ce recueil de nouvelles grotesques, drolatiques et fantastiques, inspirées de la vie des paysans ukrainiens, lui assure la célébrité.

Il comprend La Foire de Sorotchintsy, La Nuit de Saint-Jean, Une nuit de Mai, La Dépêche isparue. L’accueil de 2 disparue. Caccueil de la critique est excellent. Le second tome des Soirées du Hameau est publié en 1832. Il comprend La Nuit de Noël, Une terrible vengeance, Ivan Fiodorovitch Chponka et sa tante, Le Terrain ensorcelé. Nouveau succès. En 1833, Gogol traverse une profonde crise morale. Gogol, croyant selon le culte orthodoxe, pense que chaque homme, qui est envoyé sur terre par Dieu, a une « mission » à accomplir. Il estime cependant ne pas encore avoir perçu le but de sa « mission ».

Cest pourquoi, toujours à la recherche de sa « mission l se découvre une vocation d’historien. Nommé professeur adjoint d’histoire à l’université de Saint-Pétersbourg en juillet 1834, ses premiers cours (auxquels assistera Tourgueniev) entraînent l’enthousiasme des étudiants. Son intérêt pour l’histoire comme sa popularité en tant que professeur s’éteignent cependant rapidement. Gogol publie, en 1835, le recueil Arabesques, qui contient notamment La Perspective Nevski, Le Portrait et Le Journal d’un fou. Quant au recueil Mirgorod, on y retrouve entre autres le conte fantastique Vij et une première version de Tarass Boulba.